Culture

Soirée kréol au Bisik: Muzik et zistwar pou lo kèr

Dimanche 28 Octobre 2018 - 06:27

Sergio Grondin et Éric Lauret pour l’humour et les bons mots, Valérie Chane-Tef et son trio Akoda, puis Groove Lélé pour la musique… L’affiche était belle pour cette soirée organisée dans le cadre de la Somen Kréol au Bisik… Le public a répondu présent au-delà de toute attente et la soirée a même réussi à réserver de nombreuses surprises !
Un retour en musique au pays natal pour Valérie Chane-Tef qui restera longtemps gravé dans les mémoires…
 
Ce vendredi 26 octobre, dans le cadre de la « Somèn kréol », le Bisik a célèbré dignement la créolité dans toute sa diversité. Un programme éclectique, riche et varié, un zanbrocal artistique qui a offert une soirée rythmée par le jazz de Valérie Chane-Tef et son trio Akoda, les mots et « zistwar » de Sergio Grondin et d’Éric Lauret et le maloya enlevé de Groov Lélé invité dans le cadre du projet Guétali porté par la Région Réunion.

C’est Sergio Grondin, conteur, comédien, auteur qui a récemment brûlé les planches au Festival d’Avignon avec sa dernière création « Maloya », qui a ouvert la soirée de son bel organe et sa gouaille habituelle ! Zistwar rêvées, mazinasyon, inventions poétiques… ce boulimique de la parole et de la création à multiplié les interventions verbales inattendues pour le plus grand plaisir du public attentif et conquis !

Connu, entre autres, pour son rôle dans Kaz Péï, Éric Lauret était également présent pour le meilleur et pour le rire de la soirée. Sans sono ni micro, celui qui vient d’inaugurer son nouveau spectacle « Et lé mantèr » avec le succès qu’on connaît n’a pas démérité. Hâbleur à souhait il réinvente le conte créole et ment, forcément, avec talent !

Une première partie dans les jardins du Bisik, sous les étoiles exactement, qui ouvrait la soirée en sourires…
 
** Du jazz et des rencontres **
 
Mais l’émotion ne tardait pas à ses égrener ses premières notes au rythme du jazz de Valérie Chane-Tef et de son trio Akoda. Pianiste–compositrice née à La Réunion, Valérie Chane-Tef revenait en effet pour la première fois de sa carrière sur sa terre natale, Saint-Benoît, pour un concert unique au Bisik. Un rendez-vous qui a permis au public de découvrir toute l’étendue du talent de la jeune pianiste qui distille ses compositions originales depuis déjà plusieurs années en métropole et ailleurs. Des créations aux couleurs du jazz et à l’énergie des musiques créoles, une reprise exceptionnelle du « Batarsité » de Danyel Waro, une « Muzik pou lo kèr » (son dernier album) mélodieuse et inspirée qui profite de la virtuosité de Franck Leymerégie aux percussions et de Benjamin Pellier à la basse et qui a rencontré aisément l’engouement du public.

Une rencontre qui a entraîné le public dans de purs moments de vie, de danse, de rêves… des univers, des voyages, des couleurs partagés par Françoise Guimbert qui de son aura, sa voix et son kayamn a rejoint le trio pour une improvisation remarquée.

Autre bénédictin talentueux, Jazzman accompli, Teddy Doris, tromboniste d’Ousanousava, de Tine Poppy ou de Sofaz, entre autres, a lui aussi partagé quelques notes avec le Trio Akoda. Un autre grand moment d’improvisation et de partage qui a envoûté le public !

La soirée n’aurait sans doute pas été la même sans un duo plus inattendu, celui-ci, entre Valérie et son père Henri Chane-Tef, sur « La rosée tombée ». Un hommage émouvant à Maxime Laope et à la musique créole. Une belle image empreinte d’émotion qui a conclu le concert d’Akoda qu’on espère déjà revoir très bientôt sous nos latitudes…
 
** Le chœur du groov ! **
 
À peine le temps d’apprécier quelques nouveaux mensonges éthyliques d’Éric Lauret et une mythologie accouchée par Sergio Grondin, que l’heure du maloya avait sonnée…
Groov Lélé, invité par le Bisik dans le cadre du projet Guétali porté par la Région Réunion, avait la lourde tâche de poursuivre la soirée au rythme endiablé de ses créations et de quelques reprises inoubliables de Gramoun Lélé.

Marcel et Ti’nom Philéas, deux des héritiers de la légende bénédictine du maloya étaient entouré pour l’occasion de Fred Barbe, Yohan Calciné, André Demery plus connu sous le patronyme de Tilaï, Jérémy Madrange et Pierre Hayano…

Des guerriers du maloya bien décidés à défendre cette tradition avec passion et une énergie intacte ! Namouniman, Soleyé, Nénèn Minatchy, Misicoloni, Zavo et bien d’autres tires ont rapidement entraîné dans leur sillage danseurs et musiciens comme Franck Leymerégie, percussionniste d’Akoda, littéralement ensorcelé par cette découverte, ou Dédette Saint-Pierre et Patricia Philippe qui apportaient un peu de féminité aux chœurs du groov !

Ce mélange harmonieux de voix et de percussions, cet enchantement de rythmes a résonné dans le Biisk jusqu’à tard dans la nuit et n’a pas manqué de rappeler à tous que la culture créole est riche de ses différences et qu’il serait dommage de vouloir à tout prix l’uniformiser…





Zinfos974
Lu 702 fois



1.Posté par Grangaga le 28/10/2018 12:16

Parèy' té y mank' ziss' si.....la tabb'....
Deu trwa mor'so .....sonz' la gratèl'.......
Deu boutt'....konflorr' èk' do myièl'.........
In saladd' grènn'......soussoutt' bouyi..........
In bouyion......féy' mirak', sinonsa lo....baton mourougu' mèm'...
Oté lo fra........kilé nou là !!!!!!!!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >