MENU ZINFOS
Zinfos974
Zinfos 974, l'info de l'ile de La Réunion
Alertes infos :
Faits-divers

Sodegis : "L’argent prévu pour les Réunionnais d’en bas est allé là-haut"


Après plusieurs renvois, le procès de l’ancien directeur général de la Sodegis Philippe Aservadompoulé, sa collaboratrice, un avocat parisien et le gendre de ce dernier s’est tenu ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Saint-Pierre. Un procès très attendu pour des faits d’abus de biens sociaux, d’atteinte à la liberté d’accès dans les marchés et de recel de biens sur lesquels le principal intéressé n’a pas donné plus d’explications puisque absent.

Par - Publié le Vendredi 15 Octobre 2021 à 09:32

L’affaire prend sa source d’un rapport cinglant de l’Ancols sur la gestion de la Sodegis entre 2014 et 2017, d’une dénonciation anonyme mais également d’une plainte d’André Thien Ah Koon portée au procureur en 2016. 
 
Les irrégularités à la direction de la Sodegis durant cette période sont nombreuses et impactent les finances de la société d’économie mixte. Philippe Aservadompoulé, alors directeur général, a perçu des primes indues. Lors de son audition, le DG a assuré ne pas être avisé qu’il percevait ces sommes-là. "Des primes subies", ironise la procureure Caroline Clabo, car Philipe Aservadompoulé s’est octroyé d’autres avantages en plus de ceux prévus à son contrat. Alors que deux voyages aller/retour lui sont accordés par an, l’homme s’est autorisé le remboursement de voyages non utilisés. Cinq voyages familiaux pour un montant de 53.000 euros. 
 
La méconnaissance comme ligne de défense
 
L’accusation d’abus de biens sociaux à l'encontre du DG porte également sur des irrégularités dans la passation et l’attribution de cinq marchés, a noté l’Ancols. Deux ont été poursuivies au pénal. Si Me Didier Quinchon, avocat parisien spécialisé dans la construction, a réalisé des prestations d’assistance juridique pour le compte de la Sodegis avant l’arrivée d’Aservadompoulé, l’avocat s’est vu confier par la suite de nombreuses affaires. Un million d’euros de factures ont ainsi été payées à l’avocat-conseil. A cela s’ajoutent des avantages compris dans la convention d’assistance juridique signée entre la Sodegis et Me Didier Quichon. La robe noire bénéficiait de trois voyages par an en classe affaire, et du gîte et du couvert dans un 5 étoiles à Saint-Gilles. Ces prestations et cette convention d’assistance juridique auraient dû faire l’objet d’une mise en concurrence, a relevé l’Ancols.

Pour Didier Quinchon, qui a fait le déplacement ce jeudi depuis l’Hexagone malgré son mauvais état de santé, il s'agit d'"une opération à charge" menée par l’Agence nationale de contrôle du logement social. Pour autant, la procureure lui fait remarquer "l’explosion des frais de contentieux" et dans le même temps le peu d’éléments trouvés pour prouver les actes qu’ils auraient produits, pique-t-elle. Fallait-il passer par une mise en concurrence et une publicité pour passer ces marchés ? "Ce n’est pas mon domaine d’intervention", s’est borné à répondre l’avocat qui a depuis suspendu ses activités. 

Toujours sans respecter la législation en matière de commande publique, trois contrats ont été passés avec la société DIMSI (Développement Intégration et maintenance des systèmes d’information). Ici le bénéficiaire est le gendre de l’avocat parisien. Didier Quichon a fait venir son beau-fils à un petit déjeuner à Paris en présence de Philippe Aservadompoulé. Grégoire L. a lui aussi fait le déplacement depuis Paris pour expliquer au tribunal qu’il ne savait pas qu’il signait avec une SEM, engageant des fonds publics, ce qui soumettait l'opération au code des marchés publics. "Mais vous aviez beau-papa", ironise la représentante de la société. Coût de la gabegie : 229.000 euros, fait à son tour valoir le conseil de la Sodegis. 

"Rend l’argent"
 
Les largesses de directeur Aservadompoulé ont également profité à sa collaboratrice mais aussi compagne. Emilie F. a ainsi été augmentée de 110% après s’être vue confier la mission de Correspondante Informatique et Libertés (CIL). Egalement absente à la barre, l’attachée de direction devenue juriste cumulait ainsi deux contrats de travail. Le premier étonné fut le directeur des ressources humaines. Si le volume horaire de la nouvelle CIL n’a pas été précisé, peu de rapports ont été remis pour un complément de salaire de plus de 2.200 euros par mois. Les débats laissent échapper qu’Emilie F s’est achetée une Jaguar pour 50 000 euros. Lors de son audition, la juriste avait affirmé travailler d’arrache-pied de 6h à 20h. 
 
"L’argent prévu pour les Réunionnais d’en bas est allé là-haut", déplore l’avocat de l'association AntiCor, constituée partie civile. "Rend l’argent", reprennent les avocats de la Sodegis, qui demandent le remboursement des sommes perçues. D’autant qu’a été proposé à "certains salariés soit le licenciement, soit une baisse de salaire, soit un changement de poste" suite à cette gestion, plaide l’avocat du syndicat UR974 qui demande notamment le versement de 10.000 euros pour le préjudice moral des salariés.  
 
Le dossier laisse à la procureure une "impression de petits arrangements entre amis" alors que le "vrai sens du service public" semble avoir été oublié. A l’encontre de Philippe Aservadompoulé, "qui a abusé de son pouvoir", 18 mois de sursis, 30.000 euros d’amende, 5 ans d’interdiction de gérer et d’exercer un métier dans la fonction publique, assortis d’une peine obligatoire d’inéligibilité ont été requis. Sa compagne Emilie F. risque 8 mois de sursis et 20.000 euros d’amende, tandis qu’1 an de sursis et 30.000 euros d’amende ont été demandés par le parquet contre Didier Quinchon. Pour son gendre, gérant de la société DIMSI, "pour le principe", 30.000 euros d’amende et l’exclusion durant 5 ans des marchés publics ont été requis. 
 
Le délibéré est attendu pour le 25 novembre prochain.


En charge de la région sud de l'île, j'ai la main verte, le pied marin et la tête dans les nuages.... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par BEURK le 15/10/2021 10:57

Il n'est déjà plus question de remboursement , pourquoi voulez-vous que cela s'arrête ? le Français un bon gros mouton ....

2.Posté par Kaspalbol le 15/10/2021 11:12

La Sogédis, au même titre que la Sodiac et bien d'autres SEM Réunionnaises, a bénéficié d'un encadrement de bras cassés et de profiteurs (les deux vont de pair, à croire !) qui font du logement social entre autres, la proie de sociétés venues d'ailleurs. Après l'alimentation, les voitures... et tout le reste...

Ainsi, tous les combats des années 50 autour du logement social, en faveur d'une gouvernance locale des programmes foutent le camp, sous d'autres cieux et bientôt pour obtenir un logement social, il faudra envoyer un dossier à Paris.

La boucle de l'incompétence est bouclée et ce sont toujours les plus faibles qui payent la facture !

On attend toujours que la Sodiac nous dise combien de dizaine de millions les dionysiens ont perdu lors de leur transaction en terme de patrimoine notamment ou faudra t-il l'ouverture d'une procédure judiciaire ?

On attend toujours que la justice mette le nez dans cette gestion abracadabrante, couronnée récemment par l'affaire du coffre ! A St-Denis, il y aurait de quoi faire parait-il !

Tout cela conforte l'idée qu'il faille mettre au tapis toutes ces SEM de brasseurs d'air et d'argent public et la perte chaque année de millions d'euros.

Il faut arrêter les dégâts, le gaspillage de l'argent aux yeux de tous. Que l'Etat reprenne son rôle de garant moral et matériel de la population.

Aujourd'hui, l'Etat et les contribuables honnêtes se font spolier sur l'hôtel d'un soit disant "done Réuyioné responsabilité, et on voit le résultat, en attendant, volèr vole volèr, lo diab i ri !

3.Posté par Samwinsa le 15/10/2021 11:16

Encore du sursis et des amendes bien en-deça des sommes indûment perçues.
Justice me direz-vous...

4.Posté par Le Jacobin le 15/10/2021 11:38

FOUTAISE !

ENCORE DU SURSIS.

5.Posté par Domi le 15/10/2021 11:51

Les peines sont minimes !!! Nous souhaiterions qu’elles soient plus significatives pour éviter que cela ne se reproduise constamment . Veut-on l’enrayer oui ou non ?

6.Posté par Combien par mois ? le 15/10/2021 12:05

Qui était le politique président de cette baraque ?

7.Posté par MôvéLang le 15/10/2021 13:39

Ils volent des millions d'euros et la justice ne leur réclament quelques petits milliers d'euros

8.Posté par test drive le 15/10/2021 16:19

qu'en dit papa-trick..??

9.Posté par Âne le 15/10/2021 16:31

Ils se servent tous à n’en plus finir sur le dos des réunionnais mais surtout des locataires
Vous avez bien raison Mme le procureur, dans ces SEM c’est une histoire de famille.
Effectivement qu’en est il de l’affaire du coffre fort de la Sodiac ? Qui sont les élus qui siègent dans ce boucan ? Pourquoi ne bougent ils pas ?

10.Posté par Cachette le 15/10/2021 19:47

Il n’y a ôtas d’argent magique, l’argent volé par ces profiteurs c’est celui des con-tribuables, de ceux qui se lèvent tôt pour bosser, de tout ceux qui payent la tva… lamentable comme d’habitude

11.Posté par Fredb le 16/10/2021 06:57

Merci Madame la Procureure!!!

12.Posté par lecteur le 16/10/2021 07:47

Il faut une condamnation exemplaire...il rembourse, il paye des amendes, il dort en prison pour un bon moment et il devrait surtout être interdit pour le restant de ses jours d'execer des fonctions de direction ou qui lui permettrait de prendre des décisions. En effet on retrouve bien souvent ce genre d'individu qui occupent par la suite des postes à responsabilité offerts par leurs copains...

13.Posté par fredo le 16/10/2021 12:22

Des pourris qui laissent des gens crevés dans des logements insalubres...

14.Posté par Dignité le 16/10/2021 14:43

Quand vous entendez une collectivité locale dire qu'elle va créer une SEM pour gérer telle ou telle mission dites vous bien qu'il y a de l'argent public à siphonner.

J'ai toujours été effaré par la propension des élus locaux, dépositaires d'un pouvoir de décision, de nommer des personnes n'ayant fait aucune preuve de leurs compétences à des hauts postes de responsabilités.

Les candidats à ces postes sont plus choisis en fonction de leurs "aptitudes" à fermer leur gueule plutôt que sur leur volonté d'agir pour le bien public.

La plupart des SEM créées à la Réunion sont vérolées et le plus curieux c'est que même les dirigeants diplômés (ingénieurs, docteurs en ... , masterisés etc...) se laissent gagner par le désir de se gaver au lieu d'œuvrer avec honnêteté et transparence.

Que faire pour instaurer un minimum d'intégrité dans l'esprit des élites locales?
Peut-être faudrait créer une entité pour former des dirigeants locaux?
Mais là aussi la fraude a trouvé un terrain d'expression puisque des individus sans scrupules y ont vu l'opportunité de faire du gras avec l'argent des contribuables.

15.Posté par titi45 le 16/10/2021 16:34

C'est personnes il faut implique leurs familles la serait intéressant pour nous mais pas pour eux 👍🤫🤭

16.Posté par Pascale le 17/10/2021 14:38

Il faudrait aussi penser à faire un contrôle des CCAS qui aident les plus démunis, oui oui vous savez ceux qui touchent 3000 euros minimum par mois :) ... les vrais démunis eux peuvent crever...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









Publicité


 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes