MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Silence, on tourne !


Par B.Payet - Publié le Mardi 16 Septembre 2014 à 11:48 | Lu 493 fois

Silence, on tourne !
Depuis avril, la mairie de Saint-Paul est le lieu de tournage d’un long-métrage à sensations. A l’affiche, des employés artistes municipaux. A la production, Joseph SINIMALE, d’après un scénario de Fabrice MAROUVIN, son adjoint et mentor. La mise en scène est signée Sandra SINIMALE, qui du haut de son perchoir ressource humaine, distribue les rôles et verse, en fin de mois, les cachets selon que l’on soit vedettes ou figurants.

Ce long métrage pourrait s’intituler "Chaos et vendetta dans l’ouest saint-paulois" : scène de Far-West ou film d’horreur, chacun se fera son opinion.

Il n’aura pas fallu longtemps, en effet, pour que ces chers acteurs communaux, tant brimés sous l’ère BELLO, retrouvent leurs bonnes vieilles habitudes d’intermittents municipaux. Finis les états de pointage et le contrôle des présences. Chacun est, de nouveau, libre de vaquer, pendant son temps de travail, à ses occupations personnelles et de s’accommoder, comme il le souhaite, avec son emploi du temps. Nul besoin de se cacher ou de faire semblant de travailler, personne ne se sent en danger sous la lumière des projecteurs.

Le producteur nommé amoureusement "Papa", le bienfaiteur, est de retour, il aime ses petites mains, ses tontons flingueurs, ses enfants. Alors, ces derniers s’en donnent à cœur joie, pourquoi se priver ? après une si longue période de disette, l’heure est au renflouage : voitures de service utilisées à des fins privées, matériels et matériaux communaux volatilisés ou détournés de leurs objet, sans doute pour servir de décor, heures supplémentaires payées sans être effectuées, augmentations des cachets généreusement attribuées… une pléthore de coursiers se baladant dans la ville des barquettes de carry pour les collègues dans les mains, témoigne des nouvelles priorités de l’équipe de tournage en matière de gestion des ressources humaines. Comprenez, il faut bien caser quelque part les troupes de combat de "papa", qui veulent avoir aussi un "ti’contrat".

Pendant que la majeure partie de ses humoristes communaux profite, encore tout émoustillée par la succès story de celui qui remet au gout du jour le cinéma muet et bafouillant, une minorité peine encore à se remettre de ses émotions. Il faut dire qu’à l’égard de celle-là, le producteur maire n’est pas des plus tendre, loin s’en faut. Le nombre de contractuels remerciés gonfle chaque mois tandis qu’un déluge de mutations-sanctions s’abat sur ceux qui, fonctionnaires ou titulaires d’un C.D.I. ont la chance, ou la malchance, de rester. Aucun statut n’est épargné. Du petit exécutant en coulisse, au cadre sous les feux de la rampe, tous sont concernés, soit qu’ils aient eu le malheur d’être recrutés par l’ancienne réalisatrice en chef, soit qu’ils soient taxés de parti pris en faveur du scénario précédent, soit simplement parce qu’il faut faire de la place aux petites célébrités, protégés de l’inventif magistrat, ceux qui ont soutenu sa vision cinématographique et qui réclament maintenant leur dû, le poste de chef d’équipe cameraman tant convoité, par exemple.

Les mutations se font dans le plus grand mépris du statut, des personnes et de leurs droits, les sanctions tombant brutalement par notes internes de service, sans entretien préalable, ni même délai de prévenance. En fonction du synopsis du jour, les notes d’affectation dûment signées par le metteur en scène Sandra, la cassandre Saint Pauloise, atterrissent, comme ça, dans les boites aux lettres des artistes en déshérence et sont exécutoires immédiatement, "dés réception de la présente", mentionnent ces fameuses missives.

Quoi qu’on puisse en dire et sans dédouaner de tout forfait la précédente équipe de tournage, de mémoire d’agents saint-paulois, on n’avait jamais vu un tel ménage.
Et pourtant, … silence, on tourne !

Sur le plateau, les syndicats semblent changés en statut de pierre, impossible pour eux de bouger le petit doigt. Il faut dire que sur les six organisations présentes, plusieurs ont, de manière ostentatoire, milité pour l’excellentissime édile. Sans les citer, il s’agit de celles la mêmes qui ne manquaient pas, par le passé, sous l’ère BELLOVIENNE, de s’agiter pour un rien et de crier au harcèlement à tue-tête.
Nos syndicats seraient-ils alors acquis à la cause du nouveau potentat local ?

Le hasard fait que deux dirigeants d’une de ces organisations syndicales ont été affectés, pour l’un au cabinet de sa seigneurie Saint Joseph, et pour l’autre au secrétariat des élus de haute voltige. Un hasard n’arrivant jamais seul, l’un des pontes du syndicat majoritaire de l’île de la fonction publique territoriale siège parmi les conseillers municipaux du pourfendeur de requins.
Mais chut, silence, … on tourne !

Alors, à défaut de pouvoir compter sur le courage et l’indépendance de nos chers syndicats, on aurait pu penser que l’approche des élections du personnel allait susciter un sursaut. Que nenni ! Les sanctions continuent de pleuvoir dans le silence le plus assourdissant. Ainsi va la vie à Saint-Paul. Nul doute qu’à continuer ainsi, l’œuvre de Joseph, le chantre de la culture pays, se verra décernée le César de la plus pitoyable tragédie.




1.Posté par C’est vrai le 18/09/2014 11:39

Je travaille depuis plus de 20 ans à Saint Paul, jamais nous n’avons connu une situation comme ça. Nous sommes tous dégoutés de voir tous les amis du maire se balader en voiture la mairie sans rien faire de la journée pendant que nous on bosse.

2.Posté par Écœurant ce cinéma le 18/09/2014 11:54

Que va devenir Saint Paul ??? Nos élus ne pensent qu’à s’enrichir et traitent leurs employés comme du bétails tout juste bon à voter. Quel gâchis !!

3.Posté par Pfff le 18/09/2014 12:39

Les syndicats ne bougent pas et Bello non plus elle n’en a rien à foutre de ce que Sini nous fait vivre. Elle pense déjà à la Région.

4.Posté par Misère le 18/09/2014 17:00

Nos syndicat nous on abandonnés ou se sont fait acheter, les petits soufrent et les gros se partagent le gâteau. C’est scandaleux

5.Posté par Gros doigt le 18/09/2014 21:33

Pourquoi ai-je l'impression que les quatre premiers postes sont écrits par la même personne .......?

6.Posté par hypolite le 18/09/2014 21:35

Comme je l'ai déjà mentionné , malheureusement St Paul et la majorité de ses habitants ont "gagné" le maire qu ils méritent, employés municipaux inclus bien sur.
Encore 6 ans à tirer, courage et assumez votre vote et votre "peine"
dans la dignité s'il vous plait !
GOOD. LUCK !

7.Posté par yann crighton le 19/09/2014 00:10

Puisque vous dite que les syndicats ne bouge pas FAUX la CGTR a grever il y a un mois de sa. Et je vous invite a nous rejoindre devant la Mairie de saint-paul le lundi 22 septembre 2014 la CGTR relance la greve concernant les personnelle communal mal traité venez nombreux.

8.Posté par Silencieux le 19/09/2014 09:26

Oui justement n'a que la cgtr qui bouge. Or cgtr égal PLR ! Ou sa i le les autres ?. Ni entend pi personne ! Le madame maison de justice plateau caillou ? L'autre madame service archives ? Le conducteur tractopelle service maintenance et son camarade service l'environnement ? Lo pire c'est le syndicat que ni peu pas donne le nom : l'ex secrétaire de la logistique, lex garçon de cour école : les deux acheter par le maire et affecter au cabinet avec prime et heure sup. Sans parler de la bel sœur de Sini, ex du ccas, que l'était aussi dan syndica la. Faut aret prend bonne zemployér pou couillon. Sous bello zot te bouge uniquement parce que zot l'était maque à droite. Maintenant que la droite la repris le pouvoir zot le heureux. Zot i fait pu cas avec tout ça zemployes i souff en silence, i subi l'humiliation.

9.Posté par Allé di partou le 20/09/2014 07:29 (depuis mobile)

Oté lettre la sonne juste ! Rienk la vérité !! Mais néna un peu y ose ! kan l''opposition de Madmae Bello y dénonce tou ça la et demande explication y dit elle lé mauvaise perdante et la zot demande à elle fait in nafér ? Ôté faut assumé zot vote !

10.Posté par hypolite le 20/09/2014 19:48

Post 9 c est vrai, à lire tous ces témoignages. on a l'impression que c'est Mme Bello qui a abandonné la mairie et St Paul....
Dans mon souvenir , je vois une élection, je vois une bonne majorité de St Paulois et donc d'employés municipaux mécontents, librement et pleinement informés d'un côté par une campagne électorale " à la Obama" ( j 'exagère un peu mais je ne parle que des moyens déployés pas de la qualité de la communication......). et de l'autre un bilan de 5 ans de la majoritè sortante.
Les St Paulois ont choisi en toute "clairvoyance" pour 6 ans.
Comme des "grands " à eux d'assumer au lieu de pleurer au bout de 6 mois des que le retour à la réalité brutale fait mal.
Réveillez vous , assumer votre choix dignement et arrêter de pleurer .

11.Posté par Jeje le 21/09/2014 12:00 (depuis mobile)

Ben set la vote sini assume

12.Posté par justin le 21/09/2014 18:11

Dans la série on place des amis non Saint-Paulois : Gino Poninballom oui celui de St-denis qui est au service aménagement mais qui travail que de temps en temps. Loic Guezello fils de Alin Guezello qui nous arrive de Saint-Joseph au pôle vie locale, Baroche transfuge de la Possession qui ne était pas bon pour Miranville mais bon pour sini. Vive leSaint-paul aux saint-paulois crié par Mr sini. La facture d essence qui a augmenté de 10 000 € en un mois, les tentes chaise et banc que Mr Augerai loue a son copain Fabrice Marou vin (le scénariste) , un nouveau chef de police municipale incompétent selon ses collègues et j en passe,...

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes