MENU ZINFOS
International

Sida : L'ADN humain serait capable de contrer le virus


Par SI - Publié le Jeudi 6 Novembre 2014 à 08:44 | Lu 1242 fois

C'est une nouvelle piste vers la guérison du Sida. Dans une étude publiée ce mardi dans la revue Clinical Microbiology and Infection, des chercheurs français ont découvert qu'une enzyme contenue dans l'ADN humain a permis à deux hommes infectés d'être guéris de la maladie.

Comme rapportés par les auteurs de l'étude, les deux patients ont été infectés par le VIH sans jamais avoir été malades, ni avoir eu de virus détectables dans le sang.

Le premier a été diagnostiqué du VIH en 1985, tandis que la séropositivité du second, un Chilien de 23 ans, a été établi en 2011.

"Il s'agit d'une observation très intéressante et une première démonstration avec le VIH d'un phénomène que la nature a su faire au cours de l'évolution avec d'autres virus", commente le co-auteur de l'étude, le Pr Yves Lévy, de l'Inserm. "Cette observation représente une piste pour la guérison", ajoute Didier Raoult, professeur à la faculté de médecine de Marseille, spécialiste des microbes de la Fondation Méditerranée Infection de Marseille (URMITE/CNRS/Inserm/IRD).

Grâce à une analyse, le virus retrouvé dans le génome des patients a pu être reconstitué par les chercheurs. Ils ont constaté que les informations délivrées par le VIH était bloquées -l'empêchant de se multiplier mais restant tout de même présent dans l'organisme- grâce à l'action d'une enzyme présente dans le corps humain, l'Apobec, qui fait partie de l'arsenal des humains pour contrer le virus.

Ce dernier est habituellement inactivé par l’une des protéines du virus du Sida (la protéine "vif"), mais pourrait être stimulé, ouvrant dès lors une nouvelle piste pour bloquer l’action du VIH et ouvrir des perspectives de guérison des chez patients infectés.

L'hypothèse des auteurs selon laquelle le Sida serait un rétrovirus s'intégrant dans l'ADN humain provient d'une observation faite chez les koalas.

En effet, chez ces derniers, les chercheurs ont remarqué qu'un virus similaire au Sida issu de singes, cause de cancers et de leucémies, ne les rendaient plus malades après l'intégration et la neutralisation du virus dans leur génome.

"Chez les koalas devenus résistants à ce virus de gibbon, par ce même phénomène d'intégration ou d'endogénisaton, la résistante est transmissible à la descendance", explique dans Le Point le Pr Raoult.

Le chercheur ajoute que cette découverte date de 2001. "On sait aujourd'hui qu'environ 8 % du génome humain contient des rétrovirus désactivés. Il y a plusieurs millions d'années, les premiers rétrovirus l'envahissaient, et la riposte trouvée par l'espèce humaine a été d'intégrer ses gènes en les détériorant. C'est en fait la plus ancienne façon de lutter contre l'ennemi microbe", conclut-il.




1.Posté par A mon avis le 06/11/2014 13:42

Vous écrivez :
" ... qu'une enzyme contenue dans l'ADN humain ... "

Grossière erreur. L'ADN ne CONTIENT PAS d 'enzyme.

En revanche, l'ADN contient un PROGRAMME qui permet à l'organisme de fabriquer une enzyme.

2.Posté par Lilas le 06/11/2014 13:47

Sauf que ce qu'ils ne disent pas c'est que ces rétrovirus intégrés à l'ADN humain sont également soupçonnés d'être capables de partiellement se réactiver et ce faisant seraient une cause explicative de l'hérédité de la vulnérabilité à certaines maladies et à certains troubles psychiques. Cela dit, très clairement, c'est moins dangereux avec leur solution qu'en laissant les choses telles qu'elles sont.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes