MENU ZINFOS
Faits-divers

Séquestré et violenté, il s'échappe et chute lourdement du 2ème étage


Deux personnes comparaissaient ce vendredi dans le cadre de l'audience correctionnelle pour des faits particulièrement graves de séquestration en août 2019. La victime, encore blessée aujourd'hui, avait dû sauter du haut d'un balcon pour s'enfuir.

Par - Publié le Vendredi 11 Mars 2022 à 15:53

Jimmy D., est en couple avec Marie F. depuis plusieurs mois. Il se rend compte de certains retraits sur son compte en banque et décide de déposer plainte à l'encontre de sa compagne qui a accès à ses moyens de paiement. Marie F. le prend mal, elle le quitte. Elle commence à voir Isidore M. et, le 3 août 2019, lui demande de venir pour faire pression sur son ex pour qu'il retire sa plainte. Elle demande à Jimmy D. de passer chez elle. Lorsqu'il est là, elle le conduit dans l'appartement d'un voisin dont elle s'occupe en son absence. Jimmy D. la suit, il est en confiance. Il lui demande de charger son téléphone mais il n'y a pas d'électricité. Marie F. lui propose de descendre chez elle pour le charger. Elle part avec son téléphone et son portefeuille. 

Le lendemain, la victime effrayée élabore un plan pour s'enfuir

Elle quitte l'appartement et enferme son ex. Lorsqu'elle revient, elle est accompagnée d'Isidore M. Immédiatement, il commence à menacer Jimmy D. avec un couteau. S'en suivent des menaces de mort et des violences. Terrorisé, Jimmy D., reste tétanisé. Voyant la tournure des événements, Marie F. demande à Isidore M. de poser le couteau. Il lui dit de partir, elle s'exécute. La scène durera pas loin d'une heure avant que l'agresseur s'en aille. La femme remonte alors fermer la porte. Ils laissent le pauvre homme seul toute la nuit. Le lendemain, la victime effrayée élabore un plan pour s'enfuir. Il attend la nuit et décide d'attacher des draps et des vêtements ensemble en passant par le balcon situé au 4ème étage. 

Gravement blessé, il refuse porter plainte de peur des représailles

Il s'exécute mais malheureusement, un drap se déchire. Il fait une chute du 2eme étage. Il sent une énorme douleur au niveau de ses jambes et ne peut plus marcher. Il continue en rampant pour fuir. Il tente d'arrêter une voiture mais en vain. Heureusement, la voiture fait marche arrière et le conduit aux urgences.

Gravement blessé, il refuse de porter plainte de peur des représailles. C'est le médecin qui informe la police. Allez savoir pourquoi, l'enquête passe aux oubliettes et ne sera reprise qu'en août 2021. Marie F. est placée en garde à vue le 8 décembre 2021. Elle sait et balance immédiatement son acolyte. Selon elle, c'est l'instigateur. Il est interpellé puis placé en garde à vue.

"J'étais sous l'emprise des stupéfiants et Isidore M. était mon dealer"

Le dossier, qui passe en comparution immédiate dans un premier temps, est renvoyé pour des informations complémentaires par le président compte tenu de la gravité des faits. Il était jugé ce vendredi 11 mars 2022.

À la barre, les deux prévenus reconnaissent les faits. Marie F. justifie les retraits : "Des fois, il ne se rappelait pas de ce qu'il faisait. Il donne, il oublie et il porte plainte". Elle savait aussi que Jimmy D. avait un problème de santé mentale reconnu, qu'il percevait l'AAH.

"Tu vas rester là jusqu'à mercredi, si tu parles, si tu ne retires pas ta plainte, je te tue", reconnait avoir dit Isidore M., qui avoue aussi des violences. Ils reconnaissent conjointement avoir pensé qu'il était mort en voyant la corde de fortune déchirée sur le balcon, mais n'ont pas cherché plus loin. D'ailleurs, deux mois plus tard, ils partent s'installer ensemble en métropole. "J'étais sous l'emprise des stupéfiants et Isidore M. était mon dealer. Je venais de perdre ma mère. Je croyais qu'il allait juste parler", explique la prévenue à la barre. 

"Je veux que tu m'aides à faire retirer la plainte"

"C'est elle qui m'a dit de descendre, elle m'a dit : 'je veux que tu m'aides à faire retirer la plainte'. Je ne savais pas ce qu'elle voulait faire. Je l'ai vraiment menacé pour lui mettre la pression, il n'a pas dit un traitre mot, il était tétanisé. Je suis vraiment coupable de ça", avoue Isidore M.

Pour autant, un retrait d'argent a été effectué le 8 août 2019, soit trois jours après la chute de la victime. Ils se revoient la balle, s'accusant l'un l'autre. "Vous avez la lourde tâche de juger ce dossier, on aurait pu se retrouver devant la cour d'assises. Il n'y a pas eu de libération volontaire donc ce sont des faits criminels. Elle, elle reconnait, et lui, à l'entendre, ce n'est pas un délinquant mais un homme amoureux qui ne sait pas lui résister. Il y a une participation active des deux", tance le parquet qui requiert 6 ans de prison pour lui et 5 ans de prison pour elle dont 2 ans de sursis probatoire, avec mandat de dépôt pour les deux.   

"Ce dossier est tellement grave qu'il dort 3 ans !"

"Ce sont des faits sordides, il n'est pas question de les minimiser. Elle a été active dans cette affaire mais quand elle voit de quoi il est capable, elle ne peut plus intervenir. Elle est auteure empêchée. On n'est pas toujours en mesure d'empêcher une situation qui n'est plus sous notre contrôle. Elle a eu peur de subir le même sort ! Elle a grandement coopéré, sans elle, il ne serait pas là", plaide le conseil de Marie F.

De son côté, le conseil de Isidore M. estime que "le parquet avait tout le temps de choisir l'orientation pénale, il y a eu 2 ans rien n'a été fait. Ce dossier ressurgit en août 2021 et les garde à vue en décembre 2021 à la suite de quoi ils sont placés sous contrôle judiciaire. Ce dossier est tellement grave, qu'il dort 3 ans ! C'est elle qui lui demande et c'est encore elle qui connait la victime et qui ferme la porte. La démarche est un retrait de plainte contre qui ? Encore elle ! Elle a le rôle principal et il fait les basses besognes. La peine n'est pas adaptée". 

Le tribunal entend les deux conseils puisque Marie F. est condamnée à la peine de 5 ans de prison dont 3 ans assortis d'un sursis probatoire, mais le tribunal ne prononce pas de mandat de dépôt. Pour Isidore M. ce sera 5 ans de prison dont 1an assorti du sursis probatoire. Il sera écroué à l'issue de l'audience.

La victime est toujours blessée à ce jour. Après avoir reçu une ITT de plus de 3 mois et s'être longtemps déplacée en fauteuil roulant, elle marche toujours avec difficulté et des cannes. Ses séquelles sont définitives.


Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Euh le 11/03/2022 20:04

C'est bizarre personnes ne poste de commentaires dès que c'est un homme.
Bon courage à ce Monsieur pour son préjudice physique et morale.

2.Posté par Jean le 11/03/2022 22:15

Ha...qu elle est belle notre justice...qu elle est belle

3.Posté par Damnatio memoriae le 12/03/2022 06:10

Des séquelles à vie (physique et psychologiques) et si peu de prison...

4.Posté par MôvéLang le 12/03/2022 06:58

Le tribunal entend les deux conseils puisque Marie F. est condamnée à la peine de 5 ans de prison dont 3 ans assortis d'un sursis probatoire, MAIS le tribunal ne prononce PAS DE MANDAT DE DÉPÔT.

Pour Isidore M. ce sera 5 ans de prison dont 1an assorti du sursis probatoire. IL SERA ÉCROUÉ à l'issue de l'audience.

Toujours pas de prison pour la femme qui est pourtant l'instigatrice.

4 ans ferme pour l'homme qui a été manipulé. Étonnant, non ?

5.Posté par MT CRISTO le 12/03/2022 09:51

C'est écœurant de voir une Justice aussi l'été surtout quand il s'agit de culpabilité de femmes. Tout est à revoir dans les institutions françaises.

6.Posté par Squid le 12/03/2022 12:48

Allez savoir pourquoi, l'enquête passe aux oubliettes et ne sera reprise qu'en août 2021

Ben le Dupont Machin chouette était là 2 jours pour de la figuration on aurait pu lui demander

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes