Faits-divers

Séquestration, humiliation et violences: Les quatre bourreaux derrière les barreaux

Jeudi 3 Octobre 2019 - 07:02

Séquestration, humiliation et violences: Les quatre bourreaux derrière les barreaux
Le 18 septembre dernier, une sordide affaire de séquestration suivie de violences, d'humiliation et de vol avait été renvoyée au 2 octobre à la demande des prévenus, qui préféraient avoir du temps pour préparer leur défense. Cet après-midi, la salle d'audience du tribunal de Champ-Fleuri faisait salle comble pour accueillir les quatre comparses. Épaulés par leurs familles venues les soutenir, ils allaient, après 15 jours de détention provisoire, pouvoir s'expliquer sur le fond de l'affaire. 

Les faits se déroulent le 21 mai dernier, dans la commune de Saint-Benoît, quand Philippe D, Davina F., Maëva L., Lydie M. ainsi que la victime décident de passer une journée entre "amis" chez Maëva L.

Alcool, zamal, ambiance, tout est réuni pour que la journée soit belle. Alors que la victime refuse de transporter Davina F. au Port pour récupérer un colis, la journée bascule dans l'horreur. Il est séquestré, violenté, humilié pendant 11 heures. Le tout, filmé, est envoyé via Messenger. 

Ils encourent une peine de 10 ans de prison

Ils le laissent ensuite dans l'appartement et lui volent sa sacoche avec ses clés de voiture et d'appartement, et partent avec sa voiture chez lui pour le voler. Ils devaient répondre cet après-midi des faits d'arrestation, d'enlèvement, de séquestration ainsi que de vol avec violence tous les quatre. Ils encourent une peine de 10 ans de prison. 

Ils finissent tous par reconnaître les faits qui leur sont reprochés, à l'exception de Philippe D. qui nie fermement avoir violenté la victime. Au final, c'est Davina F. qui a lancé les hostilités, car elle n'a pas supporté que la victime refuse de la transporter récupérer son colis. Elle reconnaît à la barre qu'il s'agissait de zamal. La victime qui avait pressenti, à juste titre, une histoire de drogue, en aura payé le prix fort.

"C'est de l'immonde lâcheté gratuite"
 
Pour leur part, Maëva L. et Davina F. ont participé aussi aux violences et au vol. Toute cette scène s'est malheureusement déroulée devant les enfants de Maëva L. et Davina F. "C'est humiliant, c'est dégueulasse, c'est un déchaînement d'humiliation. C'est scandaleux et minable. Aujourd'hui il est traumatisé et toujours inquiet", explique l'avocat de la partie civile. 

La procureure de la République n'y est pas allée pas quatre chemins : "C'est de l'immonde lâcheté gratuite. Il a subi des crachats et des menaces de mort. De plus, ils n'ont aucune empathie. Il y a eu cette volonté d'humilier, ce sont des violences gratuites et crapuleuses. Tout ça pour avoir refusé d'aller chercher un colis qui contenait des stupéfiants".

La procureur requiert des peines particulièrement lourdes

La procureur requiert des peines particulièrement lourdes au vu des casiers de chacune d'entre elles, alors qu'elles sont primo délinquantes. Elle demande 5 ans pour Davina F., 3 ans pour Maëva L. et Lydie M., et 5 ans pour Philippe D., déjà en prison et affichant un casier de 16 mentions. Le maintien en détention est aussi demandé pour les 4 comparses. 

Pour la défense des quatre prévenus, il s'agit surtout de ramener les peines à de plus justes proportions, compte tenu de l'absence de casier pour les trois femmes. Il est également mis en avant, l'alcoolisation massive de toutes les personnes présentes ce jour-là, comme étant la principale raison de leur présence devant la cour. Les avocats plaident notamment des peines mixtes sans maintien en détention. 

Si les faits sont requalifiés en "vol en réunion" pour les quatre, ils sont tous reconnus coupable de violences et séquestration ayant entraîné une ITT de 30 jours. Davina F. et Maëva L. sont condamnées à 4 ans, dont 2 ans avec sursis mise à l'épreuve. Philippe D. est condamné à 4 ans ferme. Lydie M., qui était sous contrôle judiciaire à son arrivée à l'audience, est condamnée à 3 ans dont 1 an avec sursis mise à l'épreuve sans mandat de dépôt. Les trois autres, sont placés en détention. 
Regis Labrousse
Lu 5929 fois




1.Posté par cmoin le 03/10/2019 08:27

Ce n'est pas assez! Justice laxiste!

2.Posté par MôveLang le 03/10/2019 08:28 (depuis mobile)

Est-ce que l''alcool et la drogue sont des circonstances atténuantes en cas de délits ?
Pourquoi les avocats mettent toujours en avant la prise de stupéfiants et alcool pour minimiser les responsabilités dans les crimes, violences , viols etc

3.Posté par 440 le 03/10/2019 11:04 (depuis mobile)

Movelang ben le travay 1 avocat c 1 i accuz lote eoi protege aou. Bana payer pou sa et c le juge ou les juré ki tranche. C le systeme judicaire.
C vrai kil merite plus kan mem en plus pou leffet

4.Posté par JACKY SAMBON le 03/10/2019 11:39

toute ce p'tit band là y resorte demain vite fait la geôle ça !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >