Société

Semences de pomme de terre bloquées : André Thien Ah Koon vigilant

Mercredi 28 Mars 2018 - 14:13

Les producteurs de pomme de terre, soutenus par la CGPER, se sont mobilisés ces derniers jours afin de trouver une solution aux containers de semences bloqués au Port. Lundi à l'issue d'une réunion, un engagement des services de l'état a été conclu. André Thien Ah Koon, maire du Tampon, organisant chaque année la Fête de la pomme de terre à la Plaine des Cafres, reste vigilant "afin que ce problème ne se reproduise plus", indique-t-il dans un communiqué.


Semences de pomme de terre bloquées : André Thien Ah Koon vigilant
"La production de la pomme de terre à La Réunion constitue une des filières les plus performantes. La production locale qui représente annuellement 10 à 12 000 tonnes, couvre près de 90% du marché.

Chaque année, la Fête de la pomme de terre à la Plaine des Cafres est l'occasion de démontrer la qualité de la production et de réaffirmer le soutien de tous les acteurs concernés pour conforter la filière.

Il est bien évident que depuis quelques semaines, comme les autres agriculteurs, les producteurs de pommes de terre ont subi les conséquences des intempéries.
Dans ce contexte, ils doivent plus que jamais être soutenus.

Or, une difficulté supplémentaire est intervenue ces derniers jours avec le blocage, au Port, des semences du fait de la présence de terre sur les semences arrivées dans l’île.
Suite à la mobilisation qui est intervenue, les services de l'Etat ont pris l'engagement de débloquer la situation, en assurant aux producteurs qu'il n'y aurait aucune rupture d'approvisionnement.

La vigilance est toutefois plus que jamais nécessaire pour garantir la livraison effective des semences aux producteurs dans les meilleurs délais possibles.

C'est pourquoi le maire du Tampon, André Thien Ah Koon, a adressé un courrier à Monsieur le Préfet, pour que toutes les dispositions soient prises afin que ce problème ne se reproduise plus". 
N.P
Lu 1850 fois



1.Posté par GIRONDIN le 28/03/2018 16:19

Ouais !

Quand des s....peries seront introduites sur l'île, le mêmes fonctionnaires (politique et agriculteur) demanderont des subventions indemnités en réparation....

La leucose et varroa ????

2.Posté par noe le 28/03/2018 16:26

J'avais mal lu le titre ...
Je croyais qu'on a bloqué les semences de TAK ... vu son âge , a-t-il encore des semences ???

3.Posté par A mon avis le 28/03/2018 16:44

Pourquoi les producteurs de pommes de terre ne produisent-ils pas leurs "semences" ?
C'est à dire pourquoi n'utilisent-ils pas une partie de la récolte précédente pour planter (et non semer) leurs propres tubercules de pommes de terre ?

Ce procédé ancestral serait-il interdit par la règlementation en faveur des lobbies des producteurs de semences?

4.Posté par JORI le 28/03/2018 18:10

3.Posté par A mon avis le 28/03/2018 16:44
Peut être qu'on ne subventionne qu'uniquement les semences venues d'ailleurs!!. Cela permet à nos agriculteurs de vendre toute leur production et d'être aidés sure les semences. Ils n'ont jamais été cons nos agriculteurs dés qu'il s'agit de profiter des aides!!.

5.Posté par Ma sonnerie le 28/03/2018 18:44

TAK ne dit rien sur la leucose bovine...

à koz tak tu dis rien ?

6.Posté par A mon avis le 28/03/2018 21:59

@ 4 JORI : il serait intéressant que les agriculteurs répondent à nos questionnements !

7.Posté par margouillat974 le 29/03/2018 07:11

@3 Dermndez plutôt à lU.E., c'est elle qui réglemente et impose les semences aux agriculteurs, c'est pas un choix, c'est une obligation.

8.Posté par Payet le 29/03/2018 07:47 (depuis mobile)

a Jori sachez que tout en agriculture ne bénéficie pas forcément de subventions.et si vous pensez vu votre commentaire narquois que c’est facile,vous conseille de devenir producteurs et vous verrez c’est quoi l’envers du décor.

9.Posté par JORI le 29/03/2018 11:44

8.Posté par Payet le 29/03/2018 07:47 (depuis mobile)
C'est sur que si vous me demandez d'être producteur de topinambours, je ne risque pas d'avoir de subvention. Ceci dit, si vous connaissez bien le milieu agricole, même si moi je l'ai connu il y a assez longtemps,ne vous faites pas trop de soucis pour certains. Il suffit pour cela de voir leur train de vie.

10.Posté par JEAN-YVES ABGRALL le 29/03/2018 13:43

Ne pas jeter les pommes de terre avec l'eau du bain !
Sur l’ensemble des volumes exportés de Bretagne vers près de 40 pays, plus de 80 000 tonnes cette année, la stricte application des exigences phytosanitaires par les inspecteurs du SOC encadrée par le SRAL et en étroite collaboration avec les exportateurs, permet de garantir une conformité aux exigences et seule une infime quantité de lots a fait l'objet de refoulements. toujours permis de solutionner rapidement les problèmes.
Comme pour toute exportation, le processus de contrôle pour les lots à destination de l’Ile de la Réunion a été strictement respecté et en particulier pour l’absence de terre, exigence également prise en compte pour bien d’autres pays. Aussi, nous comprenons difficilement que quatre conteneurs, soit 20 % des volumes livrés, soient consignés sur place cette année pour ce motif. Ces 20 % sont sans commune mesure avec le taux infime de refoulement constaté sur les pays tiers. C’est une réalité, la présence de terre ou de poussière reste inévitable sur des plants de pomme de terre et il nous est impossible d’en garantir une absence totale.
Nous entendons qu’il soit nécessaire de contrôler l’ensemble des lots à l’arrivée, mais il est inconcevable de demander d’analyser à nouveau de la terre ou des tubercules au risque de discréditer toute l’organisation de la filière semences en France Métropolitaine qui a déjà réalisé tous les contrôles et analyses exigés.
Les allégations erronées parues tendant à remettre en cause notre sérieux ne sont pas acceptables par la filière -producteurs, inspecteurs, exportateurs- au regard de notre système de production et de certification supervisée par la DGAL.

11.Posté par A mon avis le 29/03/2018 13:51

@7margouillat974 : encore faut-il justifier ce que vous dites ?

C'est le commentaire d'un agriculteur concerné qui serait intéressant !

12.Posté par lollll le 30/03/2018 09:28

Comme si TAK na le pouvoir d'agir sur sur les produits bloqués au Port. Le boug i fait une lettre, "reste vigilant" et toute de moun i croit à lu. Toute de moun i devrait savoir que TAK est vigilant que sur un seul zaffair; c'est lui même, comme tout dictateur condamné qui se respecte.

13.Posté par margouillat974 le 30/03/2018 15:42

@11 Je suis fils , petit-fils, arrière-petit-fils, arrière-arriere petit-fils, neveu d'agriculteur. Si je n' ai pas repris le flambeau, dites-vous bien que les règles imposées par l' U.E. y sont pour quelque chose... La P.A.C., les règles imposées par des technocrates qui n'ont JAMAIS mis les pieds dans un champs ou dans une étable, la paperasse ridicule, le calibre de la production, les modes de calcul de t.v.a.,, des taxes foncières, de l'impôt sur le revenu(le fameux bénéfice réel , ou taxation ' à la louche) , la non-reconnaissance et l'interdiction d'utiliser le savoir-faire ancestral,l'obligation d'utiliser certains produits et d'abandonner d'autres méthodes qui pourtant ont fait leurspreuves , la course à l'endettement obligatoire pour être " aux normes " , en fin d'année, dépendre du bon vouloir de votre banquier pour savoir s'il vous suit ou décide que votre exploitation n'a pas les bons chiffres : je peux dire que j'ai été dégouté et que je connais bien les problèmes que l'uniformisation, la globalisation et les lois ont apporté dans ce domaine.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter