Education

Sélection à l’université: "On est en train de saccager le modèle français"

Jeudi 15 Février 2018 - 14:28

Une nouvelle mobilisation se tenait ce matin devant le Rectorat contre les nouvelles réformes annoncées, notamment celle du baccalauréat.


Après une première manifestation la semaine dernière, les syndicats sont une nouvelle fois mobilisés devant le Rectorat.
 
"Cette mobilisation a toujours pour but de lutter contre le projet de sélection à l’entrée de l’université" explique Marie-Hélène Dor, représentante FSU.
 
"Aujourd’hui on a beaucoup de jeunes qui sont présents et qui s’inquiètent pour leur avenir et leurs droits aux études.
 
Quoi qu’en disent certains, les réformes vont entrainer une sélection à l’entrée de l’université. Ce n’est pas acceptable, notre système français a toujours reposé sur le libre accès à l’entrée des bacheliers et on est en train de saccager ce modèle."

 
Les syndicats réclament notamment l’ouverture massive de places supplémentaires en 1er cycle post-bac et refusent toute sélection à l’entrée de l’université.
 
FSU, SNESUP, CGTR-Education section Université de la Réunion, Union nationale lycéenne de la Réunion, UNEF Réunion, FNEC FPFO, Sud éducation, SAIPER et Solidaires sont mobilisés.
 
Ces organisations veulent notamment que le Baccalauréat soit toujours considéré comme un diplôme national et surtout comme le premier pas pour accéder au cap universitaire.
 
En cause, les restrictions budgétaires, alors que pour les syndicat, le gouvernement devrait plutôt investir dans les universités. "Le gouvernement créée des inégalités permanentes", souligne Marie-Hélène Dor.
 
La réforme prévoit notamment que les futurs étudiants de terminales soient évalués grâce au contrôle continu. Un dispositif "qui est tout sauf neutre, car les élèves sont évalués par leurs propres enseignants" selon Marie-Hélène Dor. "Le baccalauréat tel qu’il est aujourd’hui repose sur l’anonymat des copies et donc la neutralité des épreuves nationales, donc tout le monde est logé à la même enseigne".
 
Les syndicats espèrent "une prise de conscience des décideurs" à travers cette mobilisation.

Laurence Gilibert - Soe Hitchon sur place
Lu 1313 fois



1.Posté par cmoin le 15/02/2018 15:02

Blablabla
On prend les meilleurs et c'est tout,y a pleins d'autres possibilités pour ceux qui ne peuvent pas aller à l'université car ils n'ont pas le niveau.
Le bac est très facile et ne vaut pas grand chose.
Vous êtes tout le temps contre le moindre changement alors que vous êtes les premiers à dire qu'il y a des problèmes.

2.Posté par Cimendef le 15/02/2018 15:07 (depuis mobile)

Le modèle français ? Un modèle dont les résultats laissent vraiment à désirer !

3.Posté par jamais content les pseudo-zumanistes le 15/02/2018 15:20

Qu'est-ce qui est plus injuste ?La selection sur le niveau ou bien le tirage au sort (Sachant que 8élèves sur 10 se fracassent à la fac)

4.Posté par JORI le 15/02/2018 16:13 (depuis mobile)

Quand on voit les résultats des classements mondiaux de nos élèves, on peut dire que le modèle français n'est pas efficace. Et quand un modèle n'est pas efficace il faut ou l'améliorer ou le changer. Mais encore faut-il le vouloir.

5.Posté par boeuf moka le 15/02/2018 16:57

80% d’échec en première année de fac, mais pour les enseignants ... faut rien changer. pfff

6.Posté par SITARANE le 15/02/2018 17:55

Si leur seul objectif c'est d'aller à la fac, ils manquent vraiment d'ambition......... Les hôpitaux, la fac même objectif , pour les uns conserver les patients pour conserver leurs postes ; pour les autres, ouvrir les vannes sans contrôle afin de justifier leurs postes. Les uns comme les autres souffrent de corporatisme !!!!!!!!!!

7.Posté par Chocacao le 15/02/2018 20:51 (depuis mobile)

Oui, noré 2/3 zafèrs à revoir pou l''orientation bann marmay là, ms le pb lé pris à l''endroit là??? Au lieu développe des voies+ professionnelles et voir koi i donne su les inscriptions «par défaut» à la fac, i préfère ferme la porte...

8.Posté par Chocacao le 15/02/2018 20:53 (depuis mobile)

C l'éternel problème des «faut changer, lé pas bon!». Ça un système la taille ça: allons essaye la merde alors!!!

9.Posté par Modèle ? le 15/02/2018 22:28 (depuis mobile)

Modèle français ? C'est quoi cette blague ?
Quel pays prend la France pour modèle pour son éducation nationale ???
La France avec le plus gros effectif, le fameux "mammouth" avec les résultats les plus minables, c'est ça le "modèle français" ???

10.Posté par Fabiho le 16/02/2018 08:15 (depuis mobile)

Le modèle français de la médiocrité

11.Posté par DOGOUNET le 16/02/2018 09:31

PAGRAV ! Pendant ce temps là, les fils et filles des dragons asiatiques travaillent et feront de vos lauréats-la-mok, leurs vassaux.

12.Posté par austrodoudou le 16/02/2018 11:54

Le droit d'accès à l'université. J'aime bien le terme nos droits et vos devoirs jamais? Et la capacité de suivre un cursus jamais ? Si c'est simplement pour continuer d(avoir 80% d'échec en première année allez y gaiement !!!!!!r

13.Posté par PEC-PEC le 16/02/2018 14:01

Sachant que les 2/3 des entrants en fac n'ont rien à y faire..Il n'y aurait pas besoin de faire de sélection.
Le bac qui est un petit brevet des années 60, n'est plus un réel barrage à l'entrée en fac...Un bac plus 3 d'aujourd'hui vaut un petit bac des années 70...ce n'est pas l'université qui est trop petite, ce sont les "clients" qui ne sont pas de niveau et n'ont donc rien à y faire.
On se demande déjà comment certains élèves arrive tout simplement en 6ème ! ! ! Le manque de sélection à la sortie du collège est la première des grand ineptie qui perdure depuis 3 ans...Le collège unique est responsable de la dégringolade des niveau scolaires...
Oui c'était mieux avant ! un apprenti boucher, boulanger, mécanicien, plombier,... gagnait allégrement sa vie à 17 ans. Bien souvent il devenait son propre employeur...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >