MENU ZINFOS
Faits-divers

Sans permis, il fonce sur un gendarme qui finit par sortir son arme


Un homme comparaissait ce mercredi devant le tribunal judiciaire de Saint-Denis pour des faits de violences avec arme, en l'occurrence, son véhicule. Le gendarme qui lui sommait de s'arrêter a dû, sentant sa vie menacée, sortir son arme de service et la pointer en sa direction.

Par - Publié le Jeudi 20 Janvier 2022 à 09:08

Jonathan B., 38 ans, devait répondre ce mercredi de faits de violences avec arme, commis le 14 janvier dernier dans la commune de la Possession. Alors qu'il raccompagne un ami chez lui, il aperçoit les gendarmes, qui intervenaient pour un différend familial, au bout du chemin. La rue faisant à peine 4m de large, les trois gendarmes décident de laisser leur véhicule et de monter à pied. Voyant la golf descendre, les militaires décident de contrôler le conducteur. Ils se postent devant pour le sommer de s'arrêter. Peine perdue, il n'obtempère pas. 

Le conducteur poursuit sa route, forçant deux gendarmes à se dégager alors que le troisième, voyant sa vie menacée par le véhicule qui ne s'arrête pas, sort son arme et la pointe en direction de Jonathan B. Il finit par se jeter sur le côté, prenant la décision de ne pas ouvrir le feu.

Après une enquête de voisinage, les militaires identifient un de ses proches qui ne leur donnera pas son nom, arguant qu'il n'est pas une "poukave". Le fuyard est identifié rapidement, interpellé chez sa mère le 16 janvier, placé en garde à vue et déféré au tribunal. 

Peur de la prison

Il faudra plusieurs interrogatoires pour qu'il reconnaisse les faits de violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique. "J'ai paniqué parce que je n'ai pas de permis. je ne voulais pas retourner en prison", explique-t-il avant d'éclater en sanglots, comprenant la gravité de ses actes. Avec 10 mentions à son casier, il n'avait pas revu le tribunal depuis 10 ans et reconnait à la barre "avoir fait une faute grave". "La qualité de l'intervention et la formation des gendarmes est une fois de plus à souligner. Il sort son arme et prend la décision de ne pas ouvrir le feu !", souligne la partie civile. 

La procureure de la République, de son côté, admet : "Il a pris conscience de ce qu'il a fait et reconnait les faits". Elle requiert une peine de 2 ans de prison dont 1 an de sursis probatoire. Elle demande également qu'il soit maintenu en détention pour la partie ferme. "Il a fixé sur la peur de la prison au point de n'avoir pas vu l'arme qui était pointée sur lui ! Il faudrait lui laisser une chance", plaide la défense.

Le tribunal reconnait Jonathan B. coupable et le condamne à la peine de 18 mois de prison dont 12 mois avec sursis, ordonne la confiscation du véhicule et attribue les sommes de deux fois 800€ euros et une fois 1300€ aux trois gendarmes reconnus victimes. Il est maintenu en détention. 


Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par HULK le 20/01/2022 10:32

Il devrait faire une carrière de comédien, il a du talent le bougre.Mdr.

2.Posté par jojo le 20/01/2022 13:34

oh le con ! .... de qui je parle ? .... du gendarme ou du délinquant ? ... devinez .. ! .... Zéro euro à celui qui a trouvé la bonne réponse ...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes