Société

Sans parents et gravement malades, ces enfants sans papiers soignés par le CHU Réunion

Lundi 31 Juillet 2017 - 14:31

De la naissance jusqu'à l'adolescence, La Réunion accueille des enfants gravement malades exilés de Mayotte ou des Comores. Sans papiers ou ayant d'autres enfants à charge, les parents, dans la moitié des cas, ne peuvent pas accompagner l'enfant. Une séparation, certes difficile pour l'adulte, mais qui présente un risque sanitaire pour l'enfant. Des dispositifs proposés par le CHU de La Réunion ont pour objectif de combler le vide.


Ils sont seuls, sans parents et souvent, gravement malades. Ces enfants arrivés de Mayotte en évacuation sanitaire au CHU de La Réunion sont nombreux, chaque année, à venir se faire soigner à La Réunion. En 2016, ils étaient 170 sans leurs parents, sur les 350 mineurs arrivés. Une prise en charge honorable de la part de la France mais qui ne permet pas toujours aux parents de suivre. En effet, l’évacuation sanitaire (EVASAN) permet à l’enfant malade de faire le voyage Mayotte – Réunion pour se faire soigner ; le plateau technique de Mayotte n’étant pas aussi complet que le nôtre. Ces mineurs isolés étrangers (MIE) viennent parfois directement de Mayotte. Dans d'autres cas, ils sont arrivés à Mayotte par EVASAN des Comores, souvent de façon illégale en kwassa kwassa. Pour la plupart, sans papiers, ils profitent donc d’un laissez-passer sanitaire pour arriver jusqu’à La Réunion.
 
Mais pour le parent qui souhaite rester aux côtés de son enfant, ce n’est pas si simple. Certains travaillent, d'autres ont plusieurs enfants à élever et bon nombre n'ont pas de papiers. Dans le meilleur des cas, selon l’association La Cimade (Comité inter mouvements auprès des évacués), le parent venu des Comores qui peut bénéficier d’une APS (Autorisation provisoire de séjour) ou d’un titre de séjour pour rester à Mayotte, doit néanmoins refaire la demande pour pouvoir se rendre à La Réunion. Et tout cela prend du temps. C’est le cas d’Amal*, mère d’un petit garçon de 3 ans et demi.

"Le premier médecin d’un enfant, c’est sa maman"
 
Elle raconte : "On a découvert qu’il avait une anémie (carence de globules rouge, ndlr) à l’âge de 5 mois, en 2014. Après avoir passé deux semaines à l’hôpital à Mayotte, il a été envoyé à La Réunion et je ne l’ai pas vu pendant trois mois". "L’horreur", décrit-elle. Elle dit avoir appelé le service pédiatrie tous les jours pour prendre des nouvelles de son fils.

"Un enfant de 5 mois a besoin du sein de sa maman. Et le premier médecin de l’enfant, c’est sa maman", se permet-elle d’ajouter, au vu de l’amélioration de sa prise de traitement et de sa santé à partir du moment où il a retrouvé sa mère. Ils ont ensuite pu rentrer à Mayotte mais alors que le petit avait un an, ses problèmes de santé lui ont valu une nouvelle hospitalisation à La Réunion et une nouvelle séparation de trois mois d'avec sa mère.

Cela fait aujourd’hui deux ans qu’elle habite à La Réunion sans rentrer chez elle, aux Comores, où se trouvent son mari et sa fille de 5 ans. "Elle ne connaît pas son frère, explique Amal, elle avait 2 ans quand il est parti. Et mon fils n’a jamais revu son père". Des séparations au sein de la famille "très douloureuses" à vivre, ajoute-t-elle, une main sur le cœur, les larmes aux yeux, "mais je ne peux pas laisser mon enfant".
 
Les médecins ne peuvent pour le moment pas prédire leur retour à Mayotte, malgré un traitement quotidien qui améliore la santé du petit. Elle bénéficie aujourd’hui d’une APS de six mois mais n’a aucun revenu. Amal habite dans une maison d’accueil hospitalière (MAH) à Bellepierre, de l’association Maison des Parents de l’océan Indien, qui accueille en priorité les parents d’enfants malades. Si cela lui permet de se nourrir et de se loger, elle ne reçoit aucune aide et ne peut pas travailler, faute de garderie pour son enfant. "On ne peut pas s’acheter d'habits, ni utiliser les transports publics car tout ça coûte de l’argent", explique-t-elle. Il en serait de même pour les soins médicaux : elle explique être couverte par la Sécurité sociale, à 70%, et avoir l’obligation de régler le reste. Pour son fils, la couverture serait à 100% pour tout soin lié à sa maladie. Pour tout autre maladie, il n’aurait pas la couverture de la Sécu. Ce n’est qu’en août, alors que son enfant sera scolarisé, qu’elle pourra espérer trouver du travail.
 
La situation d’Amal est pourtant l’une des meilleures. Faute de papiers ou de preuves de lien de parenté avec l’enfant, bon nombre de parents doivent voir leur enfant partir, seul, dans un pays étranger. Et les séjours à l'hôpital sont souvent longs: 4 à 5 fois plus longs, en moyenne, que ceux des enfants réunionnais.
 
Des marraines assurent que des enfants ne "meurent pas seuls"
 
Pour la Cimade, l’absence de délégation d’autorité parentale ne permet pas aux MIE de "bénéficier de la vigilance et du consentement aux soins". D’un point de vue psychologique, "les longues hospitalisations inappropriées à leurs besoins d’enfants rend impossible une vie normale hors des murs de l’hôpital alors que leur état de santé peut-être suivi dans le cadre de soins ambulatoires". Selon Régine Bonnet, coordinatrice de la mission parrainage de Médecins du monde à Saint-Denis, les MIE peuvent souffrir, à terme, d'hospitalisme. Il s’agit d’un état dépressif qui se développe chez un enfant lorsqu’il est séparé trop tôt et trop longtemps de sa mère.

Cette dépression peut entraîner, entre autres, des troubles du développement, notamment psychomoteur. D’où cette mission de parrainage qui consiste à proposer une marraine ou un parrain qui rend visite à un enfant hospitalisé trois fois par semaine, en liaison avec ses parents et en collaboration avec l'équipe de soins. Les parrains et marraines accompagnent parfois ces enfants "jusqu'à la fin" afin qu'ils "ne meurent pas seuls", en présence uniquement du personnel soignant de l’hôpital. Mais d'autres cas sont "des réussites". Régine Bonnet expose le cas d’un petit garçon de 4 ans, né à La Réunion d’une mère sans papiers. Cette dernière a donc dû rentrer à Mayotte, alors qu’il était encore bébé, le laissant en soins au CHU de Bellepierre. Le petit, qui n’a donc jamais vu son père, ayant grandi à l'hôpital, a bénéficié des visites d’une marraine et a depuis été placé en famille d’accueil.

Sabrina Wadel, directrice du service social du CHU et Olivier Legros, cadre socio-éducatif
Sabrina Wadel, directrice du service social du CHU et Olivier Legros, cadre socio-éducatif
2000 jours d'hospitalisation à 2000 euros par jour
 
Cela fait presque un an que le dispositif de "familles d’accueil thérapeutique" a été mis en place par le CHU de La Réunion. L'objectif est de donner une vie de famille extérieure à celle de l'hôpital, lorsque l'hospitalisation n'est pas nécessaire. C'est le cas, selon Sabrina Wadel, directrice du service social du CHU, de 10 à 15 enfants par an. Et ça coûte cher. Le CHU compte environ 2000 jours d'hospitalisation inutile à 2000 euros par jour. Les familles d'accueil thérapeutique ont ainsi permis de diminuer ce nombre de 800 jours.

Mais ce dispositif sert avant tout à combattre l'hospitalisme de l'enfant en le plaçant dans une "famille aimante" tout en maintenant un lien constant avec les parents à Mayotte ou aux Comores. Le service dispose actuellement de six familles et neuf enfants sont sur liste d'attente. Ces familles ont été agréées par le Conseil départemental, puis par le CHU grâce à une équipe comprenant un pédiatre, un psychologue, une assistante sociale, une infirmière coordinatrice et un cadre. Elles ont ensuite suivi 60 heures de formation.
 
Évidemment, rien ne remplace un parent ; tous les professionnels de santé en sont conscients, malgré leurs efforts. La Cimade propose donc un retour aux cartes de séjour temporaire (CST) mention Vie privée et familiale, au lieu d’APS successives. C’est en effet en 2006 que ces APS de six mois ont été mises en place, permettant à un des deux parents de se rendre à La Réunion, sans le droit de travailler. Ce n’est que depuis le 1er janvier 2017 que le travail est permis. Selon la Cimade, les APS demeurent malgré tout moins intéressantes que les CST du fait de leur durée (six mois au lieu d’un an) et des conditions de leur délivrance, liées à l’appréciation médicale et non à l’intensité des liens personnels et familiaux en France (comme c’était le cas avec les CST).
 
Reste le problème des parents sans papiers qui se voient refuser toute forme de séjour à La Réunion. Selon la Cimade, les préfectures de La Réunion et de Mayotte se renvoient la balle.

*Prénom d'emprunt
Soe Hitchon - soe.hitchon@zinfos974.com
Lu 9660 fois



1.Posté par SITARANE le 31/07/2017 15:02

Comme d'hab, on les fait venir puis on s'interroge !!!!!!!! Idem pour les migrants, les pseudos réfugiés politiques, les étudiants étrangers sans avenir, les touristes permanents, les sans papiers.........Pays des droits de l'homme et des devoirs pour les contribuables..............Dans contribuables, il y a ...

2.Posté par Mojito le 31/07/2017 15:47

@2....il y a un con et je crois bien qu'on l'a trouvé!

3.Posté par Cimendef le 31/07/2017 16:27 (depuis mobile)

Le post 1 montre la face ignoble de certains humains. La souffrance de ces enfants ne vous touche pas, votre coeur est de pierre.

4.Posté par Mojito le 31/07/2017 16:55

Mon commentaire était pour "Sitarane" le bien nommé....
Merci Cimendef.

5.Posté par Bravo les hommes parfait le 31/07/2017 17:25

la question est de savoir , si vous voulez payer plus d'impôt pour que l'Etat puisse gérer toute la misère du monde

6.Posté par Hugues Neau le 31/07/2017 17:53

A Cimendef et Mojito : Vous n'avez qu'à herberger les parents des enfants chez vous...et bien sur leur payer l'A/R!

7.Posté par Mojito le 31/07/2017 18:07

@6:Ben voyons, l'argument à 2 balles répété en boucle...
C'est ce que je fais, par le biais de mes impôts, même si je regrette qu'un pays riche comme le notre n'en fasse pas plus.
J’espère que vous serez toujours à l'abris de ce genre de choses et que vous n'aurez jamais besoin de la solidarité des autres êtres humains...

8.Posté par Mojito le 31/07/2017 18:10

@5: la question est: est ce qu'on continue d’accepter que les multinationales ne payent pas d’impôts en France, que les plus riches fassent toujours plus "d'optimisation fiscale"....c'est marrant, racler des centimes aux pauvres fait toujours recette, aller chercher l'argent là où il est, par les plus grands escrocs ne fait réagir que bien peu de monde....probablement l'envie de ressembler à ces gens là sans doute...

9.Posté par klod le 31/07/2017 18:13

de la bienveillance ;ou pas ................... merci Mojito et Cimendef ................... bien à vous.

10.Posté par thierrymassicot le 31/07/2017 19:10

Forcément, incroyablement dégueulasses, les arguties des sitarane, des Mojito et l'autre post 5 " l'homme imparfait" Quelle saleté, qu'est ce que leur entourage, leurs parents ont-ils bien pu leur faire pour que leur cerveau soient aussi pourris??? Un exil forcé dans les "Pays crèvent-la-faim" leur ferait le plus grand bien, à ces misérables!

11.Posté par klod le 31/07/2017 19:11

des gens POSITIFS : "Sabrina Wadel, directrice du service social du CHU et Olivier Legros, cadre socio-éducatif" contrairement à des intervenants du zéros sociaux avec leurs éternels ambiances "natio" ,

le fn et ses suiveurs : une tuerie pour l'avenir .................... rien de nouveau .

Merci aux autres ! bravo ! l'amour du prochain a encore un sens malgré certains .

12.Posté par klod le 31/07/2017 19:19

pour les post 1 , 5 et 6 .et ceux qui vont suivre ...............................................................

les memes depuis si longtemps


"la France n'a pas vocation a accueillir toute la misère du monde ............ mais elle doit y prendre sa JUSTE part ." , le grand Michel ROCARD !

honte aux natios , le fn , la pourriture ( simba en malagasy ......................... et non loha ...... certains comprendront ) de la démocratie ! c'est dit ! comme tous les partis "natios" en occident, rien de nouveau dans l'Histoire !

merci ma France , merci ma Réunion ! et ceux pour des ENFANTS !


vive la République !

13.Posté par klod le 31/07/2017 20:06

post 10 , tu t'es trompé de "cible" : mojito va dans le sens du "bien commun"

.que n'ai je dit " bien commun" .mon dié ?

cela va "hirsuter" les posts 1 , 5 et 6 .et encore , "ils ne se sont pas tous exprimés, les autres "natios" " ....................... on les koné !

"LORD see and know" comme disait "je ne sais plus qui" .................

"j'ai la mémoire qui flanche .je me souviens plus trés bien .." RIP , par ailleurs à une grande française ...................... en ce jour .

14.Posté par normal le 31/07/2017 20:25

Un pays riche comme le notre! mais ça c'était avant, on est à presque 100% du PIB de dettes et il l'ouvre le goret!
Des réunionnais vivent du 1er au 10 et s'endettent ensuite pour finir le mois.
A Mada tu payes l’hôpital et on te soigne et tu la fermes si t'es pas content tu pars!
Au Comores tu crois qu'on attends la charité pour manger.
Arrêter de donner des leçons de moral et de voir le fn partout.
Au CHU il y a tellement de pognon que l'on fait et prévoit des plans sociaux. Ils sont déficitaires.
Je comprends pas, je doit être con

15.Posté par mortier le 31/07/2017 20:36 (depuis mobile)

On se demande pourquoi la sécurité sociale est déficitaire !

16.Posté par Tipiak le 31/07/2017 21:07

@ klod : tu commences à nous les briser avec tes commentaires truffés de .... et de messages codés, il faut être sacrément atteint pour se coltiner ton ramassis de blabla en vrac !

17.Posté par klod le 31/07/2017 21:24

post 14 .peut etre ,en effet, il se peut .............. ............. tu dois ............. et pourtant , meme phrase , meme idéologie ........... meme réflexe .post 14 !!!!!!!!!!!!!! les memes !!!! voir le fn partout ...................... ?????????? et pourtant le meme discours, les memes à priori , ............ 11 millions qui votent fn ................. pas partout ??????????? post 14? peut etre qu'efffectivement tu dois etre c........ finalement ! et moi aussi , mais moi c'est pas grave ............. leçons de moral que dit post 14 ............. ??bon sens ???????????? envie de vomir face aux contents d'eux depuis si longtemps avec "votre moral"............... .post 14 et la morale ........... ? ben pi etre , .ki koné ? kriké , kraké , la morale ???????????? tout est normal ?

time will tell , vive la République !

18.Posté par thierrymassicot le 31/07/2017 21:28

@13 klod...Merci mon ami...Honte à moi et toute mes excuses à Mojito, en fait j' ai du péter une case tellement ce que j'ai lu est vomitif...Mille excuses, Mojito...C'était pour l'abruti qui se revendique protestant et qui ne sait de quoi il retourne ..Le post 6 (Hugues Neau)


Mon erreur est consécutive à ma propension à bondir quand je suis révolté...Calm aou moi-même..Klod veille aux grains et c'est bien..

19.Posté par klod le 31/07/2017 21:35

pour en revenir au post 14 qui a peur des leçons de moral ( c'est infantilisant , HIN , HIn ? ) ...........................
ben oui post 14 , je préfère que mes impots servent à sauver des gamins , meme si il ne sont pas framçais , que de subventionner la bombe atomique où le fric déversé aux entreprises multinationales pour enrichir les actionnaires ?; le çon d emoral , prend kom ou veu! ??????????????? kossa un chose ? ben , ha bon ?

20.Posté par bob le 31/07/2017 21:57 (depuis mobile)

L état dépense des milliards pour les cas désespérés sur le dos de ceux qui travaillent et donc paient plein pot. Au lieu d investir dans l avenir et l éducation... Voilà pourquoi la société dégénère, n en déplaise aux bien-pensants

21.Posté par Question ? le 31/07/2017 22:30

La question est:

"qu'est-ce qu'on fait ? On regarde mourir ou on aide à vivre ?

L'aspect économique n'est pas la seule donnée à prendre en compte.

D'où la question: sauver ou pas sauver ? Si on ne doit pas sauver, est-on encore humain ?

Bien sûr que ça coûte de sauver des humain mais est-il plus facile de vivre en égoïste avec une conscience alourdie ou avec une conscience légère ?

Les racines humaines, chrétiennes ou autre religion, sont-elles mortes ou vivantes ? Et-il plus acceptable de dépenser dans les armes (un missile coûte près d'1 million€) que d'offrir des soins médicaux?

Vaste débat dans lequel les coeurs de pierre vont se heurter aux coeurs tendres.

22.Posté par klod le 31/07/2017 23:02

content de "te les briser" tipiak , avec toi , c'est une oeuvre de salut public !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! vive la république

t'inquiéte Thierry post 18 , je savais que t'avais fourché ............... salut l'ami ! vive les protestants vrais, je te comprends , vu la lecture de certains ...on s'emballe devant tant d'inanité !


UN 'tit coup de .......................... pout le tipiak ............. alors que la pub "piraaaaaaaaaaaaate" est drole , pas lui !

encore une fois , bravo au CHU , sur ce coup là !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! merci pour eux !

23.Posté par maroco le 01/08/2017 05:15

allez les KLOD et consoeurs, publiez vos feuilles d'impôts pour voir si vous soutenez réellement et à fond toute cette politique sociale qui nous mène à la cote (même si je suis d'accord pour taxer les multinationales). il est toujours facile de demander plus lorsque l'on ne donne rien.

24.Posté par Kevin le 01/08/2017 06:35

Aider, soit c'est normal et humain, mais ne pas oublier de punir quand c'est nécessaire, les droits et les devoirs, sont indissociables pour vivre en société.

Le chien ne mord pas la main qui le nourrit.

25.Posté par pffff le 01/08/2017 07:43

ce qui reste marrant dans les commentaires de certains c'est tout de suite des "partisans' du FN qui bien sur n'ont pas de coeur etc.....! arrêtez dès qu'on ne pense pas comme vous de tout ramener à ce parti qui n'est pas moins qu'un autre, il reste juste des individus qui pensent autrement c'est tout!

26.Posté par KUNTA KINTé le 01/08/2017 09:12

ROCARD Michel , socialiste avait dit " On ne peut pas prendre toute la misère du monde "

Ces enfants de parents des Comores, souvent de façon illégale en kwassa kwassa. Pour la plupart, sans papiers , semble t-il , ces parents ont choisi l'indépendance de leurs îles , il faut savoir accepter les règles et en assumer un vote !

La REUNION ne peut tout faire quand ces bénévoles croient bien faire mais en son temps Debré Michel avait dit que l'île ne pourrait pas supporter + de 500 .000 habitants

Balayons d'abord devant notre porte , c'est direct mais c'est dit

Ainsi soit-il !

27.Posté par Mojito le 01/08/2017 09:32

@14 eh oui, quand on se revendique du top 5 mondial, on est un pays riche!
Que la richesse ne soit pas partagée équitablement devrait nous rapprocher, sauf qu'à me traiter de goret on s'éloigne de l'argumentation pour aller vers l'insulte, donc tu peux aller vaquer à tes occupations (je l'aurai bien dit autrement....)

28.Posté par Mojito le 01/08/2017 09:34

@15 eh non, c'est terminé ça, même le gouvernement de droite actuel est obligé de reconnaître le retour à l'équilibre....le trou de la sécu c'est vintage, aujourd'hui il y a la "sainte dette" pour tenter de nous faire avaler les lavements....

29.Posté par Mojito le 01/08/2017 09:41

@Klod: c'est vrai quoi, Tupiak a raison....ça fatigue la tête les références et les messages codés...il doit y avoir au moins du franc maçon derrière....!!!
Fais un effort, dis nous des choses faciles à comprendre, je ne sais pas moi, "Mars aux martiens" "non aux migrants de Matouta à la Plaine des Grègues", ça on comprend....
Sinon moi je préfère Tupac à Tupiak
It is noh mistri
wi mekkin histri
it is noh mistri
wi winnin victri

30.Posté par Mojito le 01/08/2017 09:42

@14 au fait, la bonne blague du PIB...merci pour ce moment, moi je suis plutôt BNB...

31.Posté par Mojito le 01/08/2017 09:43

@18: Je comprends, no problemo!

32.Posté par Mojito le 01/08/2017 09:59

@26 (étonnant pseudo): Klod a déjà répondu (post 12). C'est chouette de lire les autres avant de se répandre en pensant être original, non?

33.Posté par ZembroKaf le 01/08/2017 10:07

Aujourd'hui le CHU "péi" communique sur le dispositif de "familles d’accueil thérapeutique" et qui fait faire des économies à la CGSS....mais ce dispositif a été porté par certains médecins du de la pédiatrie "onco"/chirurgie infantile (Drs Reguerre et Michel en particulier) du CHU de Saint Denis...car auparavant les personnels de ses services se dévouaient pour "faire sortir" ces enfants hors de l'hôpital !!!
Les commentaires "déplaisants" ci dessus...je vous souhaitent de ne jamais vivre ce que ces enfants et leurs parents vivent !!!...demandez juste à des parents qui doivent faire rapatrier médicalement leur enfant en métropole...et pourtant on est français et avec les aides "humaines et financières" qui vont avec !!!

34.Posté par Le Jacobin le 01/08/2017 11:44

La solution est simple à régler, si nous comptabilisons tous les billets d'avion offert aux comoriens sans papier pour le retour au pays natal, dans un an nous pourrions construire un CHU au Comores, faire de la formations en milieu hospitalier au niveau Régionale, permettre au infirmiers (e) sur liste d'attente de retrouver un emploi, la coopération Régionale prendrait tout son sens sens.

35.Posté par jiji le 01/08/2017 11:57

Je suis affectée par les problématiques des enfants. Cet article me touche. Je suis au courant de la situation de ces enfants. C'est triste. Je vis dans une maison en travaux avec mon fils de bientôt 13 ans. Il est enfant unique. J'ai 2 chambres inoccupées. Mais avec une maison en travaux....Sinon, j'en aurais bien accueilli un.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter