MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Samuel Mouen: Indignation à la suite de l'article publié par le JIR sur l'Hommage à Nelson Mandéla


Par Samuel Mouen - Publié le Mardi 26 Janvier 2016 à 13:09

Samuel Mouen: Indignation à la suite de l'article publié par le JIR sur l'Hommage à Nelson Mandéla
A lecture de l'article publié par votre journal sur l'Hommage rendu à Nelson Mandéla, mon indignation est grande de voir un journal comme LE JIR tombé dans une complète absurdité. Pourquoi ?

Alors qu'un Collectif Réunionnais rend Hommage à Nelson Mandéla pour son oeuvre de Paix, de justice et d'égalité, qu'elle n'a pas été ma surprise de constater avec quelle légéreté, votre rédaction pourtant respectable, a traité le sujet dans vos colonnes ce dimanche 24 janvier 2016...

1)- Comment un journaliste professionnel peut-il écrire un article aussi réducteur ?   
2)- Comment est-ce possible ? 
3)- C'est édifaint d'absurdité et c'est peu de le dire !
4)- Je ne veux pas croire que dans votre rédaction, aucun journaliste n'ait retenus les grandes contributions à la démocratie, à la justice raciale et à la réconciliation portées par Nelson Mandéla ? 

Réduire l' Hommage d'un Collectif Réunionnais à ma personne d'une part, et réduire l'importance  d'un Homme d'exception comme Nelson Mandéla et son oeuvre à si peu, me peine particulièrement pour votre Journal d'autre part.

Comment une rédaction comme celle que tu diriges peut-elle publier une aussi basse oeuvre 
J'ai le plus grand respect pour la presse, mais là, je dois avouer que j'en perds mes moyens et mon latin, pour ne dire plus... 

Mon indignation et ma tristesse sont plus que grandes Yves !




1.Posté par petitpapanoël le 26/01/2016 14:34 (depuis mobile)

Toujours révolté! Manifestez pour votre peuple qui meurt de faim et pour la démocratie aux Comores. C''est tellement plus facile de manifester dans un pays libre et d''être indigné.

2.Posté par madibastard le 26/01/2016 16:50

Il va falloir s'habituer à voir Saint Madiba descendu en flammes par ceux qui ont enfin ouvert les yeux, ce qui est scandaleux c'est de voir qu'un sale type comme Mandela a pu passer pour le gentil oncle ben's à force de propagande coco, et que ça fonctionne encore ( un peu ) à l'heure d'internet !

3.Posté par Ray_au_Port le 26/01/2016 17:06

Qu'il est doux (et facile !) d'être révolté au sein de la bienveillante démocratie française et de ses prestations sociales ! ! !
Et dans la proximitude d'un hôtel quatre étoiles où on peut se consoler de l'ingratitude des manants ! ! !

4.Posté par lol ! le 26/01/2016 19:31 (depuis mobile)

Vite Samuel, une grève de la faim... Lol.

Non mais, quel clown ! Merci d'autant nous faire rire, ça fait un bien fou... Lol. Et surtout n'oublie pas d'envoyer l'habituel courrier bien lèche cul à DR, aux médias, la préfecture, etc, etc... Lol

5.Posté par kirikou aime les costumes bleus le 26/01/2016 20:18 (depuis mobile)

2 solutions:
Soit c''était un hommage sincère à Mandela et le reste, ben le maitre de cérémonie devrait s''enfoutre
Soit c''était une opération de récupération et là.....

6.Posté par Bayoune le 27/01/2016 07:48

Samuel tu devras penser organiser un hommage pour les 34 mineurs assassinés par la police, non pas de l'apartheid, mais de l'ANC, une création diabolique installée au pouvoir après une compromission de ton leader avec les dirigeant de l'Apartheid. Après ces crimes contre les mineurs, un an après il se révèle que" "Nous ne savons toujours pas précisément ce qui s'est passé à Marikana, la commission n'a pas rendu ses conclusions -nous ne sommes pas prêts de pouvoir déterminer qui est responsable de la mort des 34 mineurs", souligne l'analyste politique Eusebius McKaiser." Dans cette affaire, ce sont les camarades des assassinés qui sont inculpés, " Les 270 mineurs arrêtés le 16 août lors de la fusillade policière à Marikana, en Afrique du Sud, ont été inculpés, jeudi 30 août, du meurtre de 34 de leurs camarades, en vertu d’une clause technique de la loi, a indiqué jeudi le parquet. Plusieurs juristes sont surpris de l’utilisation d’une loi datant du régime de l’apartheid. Le ministre de la justice a, quant à lui, demandé des explications.
""Je comprendrais si le cas avait à voir avec le meurtre de deux policiers (tués dans les jours précédents), mais les inculper pour la fusillade de la police sur leurs camarades est étrange", a renchéri Vincent Nmehille, juriste à l’université de Witwatersrand. La grève sauvage de la mine de platine de Marikana a fait au total 44 morts. Dix hommes, dont deux policiers et deux gardes de sécurité, ont été tués lors d’affrontements intersyndicaux entre le 10 et le 12 août 2012, puis 34 mineurs grévistes ont péri lorsque la police a ouvert le feu sur une foule de manifestants, le 16 août." Mouen n'oublie pas aussi Stève Biko assassiné en 1977 avec 575 de ses camarades.

7.Posté par kld le 28/01/2016 00:22

Biko , Biko ........................ murder in shame ................ blessed mister Biko . never forget .

8.Posté par li le 28/01/2016 15:25

"... Cyril Ramaphosa. Cet homme a joué un rôle-clé dans la fin de l’apartheid. Secrétaire général du Syndicat des mineurs noirs (NUM), il a aidé à donner le coup de grâce au pouvoir blanc, à la fois en conduisant des grèves foudroyantes, et en conduisant la négociation de la transition...
....
Après son incursion dans le syndicalisme minier, Cyril Ramaphosa s’est trouvé propulsé dans le premier cercle du pouvoir post-apartheid, ne serait-ce qu’en raison de l’alliance tripartite entre l’ANC, le parti historique de Mandela, le parti communiste, et la centrale syndicale Cosatu.

Ecarté de la course à la succession de Mandela, Ramaphosa s’est rabattu sur le business, et est devenu l’une des figures les plus visibles du BEE. Au point d’être membre du Conseil d’administration de la mine de platine de Marikana (et par ailleurs propriétaire des restaurants MacDonald’s en Afrique du Sud).

Comme en 1979, lorsque le capitalisme afrikaner adoubé par les anglophones a permis de briser la grève des mineurs blancs, en 2012, c’est le capitalisme noir qui a rejoint le capital sans couleurs pour briser les mineurs de Marikana, ceux-là même qui avaient rompu avec le syndicat NUM hier dirigé par Ramaphosa et qu’ils accusent de connivences avec le patronat.

Un rapport explosif...révèle que la direction de la mine était alertée depuis 2006 sur les conditions de vie et d’emploi « abjectes » des mineurs. Mais qu’elle n’en a pas tenu compte. Cyril Ramaphosa, l’ex-syndicaliste installé au conseil d’administration, n’a pas commenté.
..

Cette crise est symbolique du « mal » sud-africain d’aujourd’hui, deux décennies après la fin de l’apartheid. Une bourgeoisie noire a bien profité de la transition, s’installant dans les quartiers hier réservés aux seuls Blancs, mais n’a pas tenu ses promesses vis-à-vis de la grande majorité de la population noire..."

9.Posté par li le 28/01/2016 15:32

" Quelques jours avant le drame de Marikana, Cyril Ramaphosa avait échangé plusieurs courriels avec la direction de la compagnie, expliquant avoir demandé au ministre de la Police de prendre « des mesures » pour mettre fin à la grève jugée « criminelle » et dans laquelle plusieurs mineurs, policiers et agents de sécurité avaient déjà trouvés la mort."

10.Posté par li le 28/01/2016 15:55

".....l'opération de police lancée cet après-midi-là contre les grévistes porteurs d'armes blanches était vouée à la catastrophe, compte tenu du nombre de mineurs rassemblés et de l'impossibilité évidente pour les forces de l'ordre de les désarmer pacifiquement.

Près de trois ans après le drame, aucun responsable de la police n'a été jugé ou sanctionné
...
Les troubles à Marikana, une gigantesque mine de platine exploitée par l'entreprise britannique Lonmin, avaient commencé dans les premiers jours d'août 2012. Dix personnes y avaient été tuées à l'arme blanche, dont deux policiers, dans le cadre d'affrontements entre syndicats rivaux .

Le 16 août, une foule de grévistes armés de machettes et de lances était assemblée sur une colline du site, faisant face à la police. Après plusieurs heures de tension, les policiers ont reçu l'ordre d'ouvrir le feu à balles réelles.

La commission d'enquête a établi que la fusillade principale, filmée à l'époque par toutes les télévisions, en cachait une autre, lorsque les mineurs ont fui, pourchassés par des policiers: 17 des 34 morts sont tombés durant cette poursuite. Certains ont été abattus de balles dans le dos.

Le rapport épingle également Lonmin, pour n'avoir pas fait le nécessaire pour résoudre le conflit social, ..."

11.Posté par li le 28/01/2016 16:46

" la justice sud-africaine a remis en liberté, jeudi 6 septembre, tous les mineurs qui avaient été arrêtés le 16 août lors de la fusillade de Marikana et qui étaient encore en détention, soit cent quatre, ...
"Les poursuites ..pour meurtre et tentative de meurtre ont été retirées"

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes