Faits-divers

Salazie: Harcelé et sous pression, il découpe le bras de son bourreau au sabre

Vendredi 8 Juin 2018 - 09:59

Armand.B, jeune homme de 29 ans comparaissait cette après-midi au tribunal correctionnel de Saint-Denis pour des violences avec arme entrainant une ITT supérieure à 8 jours. Il a été interpellé le 9 avril 2017 à Salazie quelques heures après l'agression. Le premier chef d'inculpation faisait état de tentative de meurtre. La requalification des faits de "violences avec arme", lui permet d'échapper à la cour d'Assises.

Il est décrit, selon le rapport de l'expertise psychocriminologique, comme un homme à la personnalité inhibée et particulièrement émotive. Il a une tendance naturelle à prendre sur lui pour éviter les histoires accumulant les frustrations. Il est rapporté à la cour que les risques de récidive sont très faibles. Par ailleurs, Armand regrette son geste et affirme vouloir en assumer les conséquences. 

Il a la réputation d'être une personne violente

La victime, Robert.R, un homme d'une quarantaine d'années, avait agressé le prévenu lors d'une soirée une quinzaine de jours avant le drame. Il a la réputation d'être une personne violente lorsqu'il boit et ce soir là, il était ivre. Plusieurs témoins rapportent également que Robert aime se battre et fait souvent dans la provocation. 

Le 9 avril 2017, les deux hommes se croisent en voiture. Depuis plus de 15 jours, Robert et Armand se provoquent et se menacent via Facebook. Ce jour là, c'est un doigt d'honneur que le quadragénaire adresse en direction du jeune homme, alors accompagné de sa petite amie. Quelques minutes plus tard, Armand voit Robert discuter à la terrasse d'une boutique de Grand Ilet avec trois dalons. Il arrête sa voiture puis se dirige dans sa direction avec un sabre à main. Sans un mot, il lui assène plusieurs coups extrêmement violents. La victime parvient quand même à s'enfuir, poursuivie par son agresseur sur presque 50 mètres.

Son état nécessitera une opération chirurgicale dès son arrivée aux urgences

Sérieusement blessé à la main et au bras gauche, Robert est évacué sur l'hôpital de St-Benoit. Son état nécessitera une opération chirurgicale dès son arrivée aux urgences. Selon les témoins de l'agression, si la victime n'avait pas tourné la tête et mis ses bras en protection, elle serait morte sur place. Les gendarmes indiqueront avoir constaté d'abondantes traces de sang au sol pendant sur dizaine de mètres.

Le prévenu, placé en détention provisoire depuis les faits, a été interpellé le jour du drame à son domicile. La procurreure décrit une scène particulièrement rapide et brutale. Elle estime que le prévenu minimise les faits. Pour sa part, il n'y a pas de doute possible, si elle ne s'était pas protégée avec ses bras, la victime serait décédée, ce procès aurait lieu aux Assises. Elle requiert une peine de 4 ans de prison dont 18 mois de sursis, le maintien en détention, des obligations de soins et d'indemnisation, une interdiction d'entrer en contact avec la victime et l'interdiction de séjourner sur la commune de Salazie pendant 5 ans. 

Après 14 mois de détention, Armand.B est condamné à 4 années de prison dont 18 mois avec sursis, des obligations de soins et d'indemnisation, des interdictions d'entrer en contact avec la victime et de posséder une arme. S'il est maintenu en détention afin de purger les 16 mois restants, la cour n'a pas jugé utile de lui interdire l'accès à Salazie où réside sa famille depuis toujours. 
Pascal Robert
Lu 6705 fois



1.Posté par cmoin le 08/06/2018 10:32

Au moins l'autre arrêtera de se bagarrer avec tout le monde.

2.Posté par Jp POPAUL54 le 08/06/2018 11:40

Un doigt d'honneur de Robert...
suivi d'un baroud d'honneur d'Armand.

A trop vouloir jouer les gros bras, le premier en a presque perdu un.
Ça devrait le faire réfléchir .

3.Posté par Je comprends le jeste le 08/06/2018 12:01 (depuis mobile)

Ce genre de boug violant si tu laisse faire sa peut te frapper te violer devant ta femme t humilier et même la violé ta femme sous tes yeux aumwin il fera moin le malin.

4.Posté par Viram le 08/06/2018 14:09 (depuis mobile)

Ne jamais sous estimer l adversaire

5.Posté par Yab le 08/06/2018 14:35

La victime n'est pas obligatoirement la personne qui est jugée.Dommage que le harceleur,dans ce cas, ne soit pas puni pour ses agissements.

6.Posté par KoKodir le 08/06/2018 16:05

Est-ce qu'un jour on aura un jugement qui punit le vrai coupable ?
Soit-disant le harcèlement est pris au sérieux aujourd'hui, ça ne se voit vraiment pas dans les décisions de justice.
Tellement facile de pousser quelqu'un à bout sans que personne ne fasse rien puis de faire le Calimero quand on gagne son kokman, parce que "c'était à l'autre de se contrôler". Et qui est-ce que la justice pénalise, comme s'il était le seul coupable?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter