MENU ZINFOS
Faits-divers

Saint-Denis: Un homme handicapé battu et séquestré, un des auteurs jugé en appel


Un des trois auteurs des violences dans la nuit du 4 au 5 septembre 2018 a fait appel de la peine prononcée en première instance. Finalement, il écope de plus.

Par - Publié le Vendredi 28 Août 2020 à 08:41 | Lu 1747 fois

Le 6 septembre 2018, un homme blessé se présente au commissariat. Il souhaite porter plainte contre trois hommes qui l’auraient abordé en pleine nuit dans une station service à Saint-Denis, ramené chez l’un d’eux, passé à tabac avant qu’il ne parvienne à s’enfuir.
 
Le 4 septembre 2018, aux environs d’une heure du matin, un homme "que l’on connaît, un peu étrange, peu cohérent" selon les employés de la station service à côté de chez lui, achète un paquet de cigarettes. Trois hommes, dans deux véhicules, lui proposent une combine pour se faire 1000 euros. Il leur faut son CV, sa carte bancaire et une pièce d’identité ; choses qu’il va chercher chez lui avant de les retrouver à la station.

Ils l’emmènent alors chez l’un d’eux, I.R, à Deux Canons "pour boire un verre". Le jeune homme est manifestement content de se faire des amis. Mais ses nouveaux camarades s’enivrent et voient inscrit sur son CV trois mois au sein de la police nationale. Il avait en effet été agent de sécurité. Le prenant pour un espion, ils lui assènent des coups de pieds, coups de poings, coups de ceinture, écrase sa tête par terre avant que l’un d'eux ne brûle sa cigarette sur son front. Interdiction formelle de tenter de quitter l’appartement, sinon ils le jettent par la fenêtre. La victime parvient néanmoins à s’enfuir. 

"Une nuit d’horreur"
 
I.R se trouvait ce jeudi devant la cour d’appel. Il minimise sa participation et affirme ne pas vouloir être condamné pour ce qu’il n’a pas fait, "sur un forfait globale", ajoute son avocate. Il avait été condamné à trois ans de prison ferme en 1ère instance et purge actuellement sa peine. 
 
La victime, "terrorisée", selon son avocate, n’est pas présente. Handicapé à 80 %, le jeune homme est bipolaire et souffre de troubles d’humeur et d’hyperactivité. "Il a vécu une véritable nuit d’horreur et de violences, ajoute-t-elle, s’il ne s’était pas échappé, il serait peut-être mort". 
 
L’avocat général a quant à lui rappelé son casier judiciaire chargé et le manque de respect des conditions de son contrôle judiciaire lors d’une condamnation précédente. Les magistrats de la cour d’appel semblent tomber d’accord : au lieu de trois ans de prison, il repart avec quatre. 


Soe Hitchon
Journaliste La liberté et la justice pour tous, c'est une utopie en laquelle je crois. Chaque... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par La reunion le 28/08/2020 10:24

Comme la loi lé bien fé même pour ce délit i fé appel?? Justice pour tous .... Et en attendant n'a un peu i continue être traumatisé...

2.Posté par Zarin le 28/08/2020 12:32



Les envahisseurs de conscience, les égrégores

Ce sont des entités entreprenantes qui envahissent notre conscience, nous perturbent et déstabilisent notre état d'esprit, notre état d'être, chamboulent notre vie et nous apportent la division. Ces envahisseurs destructeurs extérieurs à nous sont des égrégores inférieurs qui sont formés, constitués par des formes pensées, des idées, des créativités, des peurs, des émotions, des attachements... initiés par des groupes d'êtres humains qui vibrent les mêmes pensées négatives ou positives. Ces entités perturbent notre vie, notre conscience d'esprit en pénétrant le monde mental et nous amènent à perdre notre propre identité d'être humain, ils nous asservissent avec leur force vibratoire à se soumettre à cette force extérieure. Ce sont des sangsues diaboliques qui veillent en sentinelles dans l'espace et quand elles sentent une faiblesse, une porte grande ouverte dans notre mental, elles viennent et s'accaparent de notre personnalité pour s'identifier en elle, occuper l'esprit et le dissocier de nous. Là, vous comprenez maintenant que les formes pensées, les idées, les créations, les critiques, les mauvaises humeurs ...

Trop compliqué ! Je pense à la "scoumoune" !!!

Lorsqu'une personne est particulièrement malchanceuse, à l’image de l’acteur Pierre Richard dans La chèvre, on dit parfois qu’elle a «la scoumoune».

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes