Culture

"Sac la mort", film 100% réunionnais sort à la Réunion le 17 mai

Vendredi 12 Mai 2017 - 10:48

"Sac la mort", c'est l'histoire de Patrice, un pauvre "boug les hauts", de son errance dans une histoire de vengeance qui ne lui appartient pas, l'assassinat de son frère, puis le vol de sa case. On lui murmure à l'oreille des paroles vengeresses, l'enjoignant à une violence si éloignée de lui, le doux Patrice, perdu, indécis, à l'esprit embrumé par les vapeurs consolantes du rhum.


Ce 17 mai, sortira sur les grands écrans de la Réunion un film 100% réunionnais : "Sac la mort", d'Emmanuel Parraud: un film joué en créole, par des acteurs réunionnais, tourné à la Réunion, par une équipe technique réunionnaise.

Tel était le souhait de son auteur-réalisateur, Emmanuel Parraud, depuis longtemps en amour avec la Réunion. "Cette île me fascine, dit-il, une île entre plusieurs cultures, où l'intensité émotionnelle des gens est introuvable ailleurs dans le monde. À la Réunion, tout est plus intense, on dit que le cinéma est plus fort que la vie, mais ici, la vie c'est la même chose que le cinéma."

Emmanuel Parraud vit à Paris, il est réalisateur depuis 1988, et pourtant, il se destinait à tenir une ferme, après des études d'ingénieur agricole. À 22 ans, il découvre la magie des salles obscures, le cinéma devient une passion dont il veut faire sa vie. "J'allais trois fois par semaine au cinéma, pour apprendre à en faire." Jeune, de nature très réservée, le cinéma l'ouvre aux autres, de par la fenêtre qu'il est sur le monde, puis par le travail d'équipe nécessaire à sa "fabrication".

Il découvre la Réunion il y a 13 ans, et depuis, vient tous les ans quelques mois. C'est à l'occasion d'un repérage qu'il rencontre il y a 6 ans Patrice Planesse et Charles-Henri Lamonge, un coup de foudre humain et artistique. Les deux compères de Barrage, à la Saline les Hauts, un peu marginaux, ont vu leur vie changer radicalement depuis le premier film tourné en 2009 avec Emmanuel Parraud, "Adieu à tout ça". Ils sont enfin reconnus par les leurs comme des êtres talentueux et particuliers. Une collaboration qui continue, le réalisateur ayant pour projet de tourner une comédie autour de la politique de notre île, "Maire ou jamais", avec dans le rôle principal Charles-Henri Lamonge.

"Sac la mort" est le premier film réunionnais, en langue créole, à avoir été sélectionné au prestigieux festival de Cannes, dans la sélection ACID. Son approche tragi-comique de la misère profonde reflète intensément le fonctionnement des réunionnais, leurs ambigüités quant à l'histoire de la colonisation, dont le présent est, pour beaucoup d'entre eux, laissés sur le carreau, la triste continuité.


Bérénice Alaterre
Lu 37534 fois



1.Posté par GIRONDIN le 12/05/2017 13:51

..... un pauvre "boug les hauts", de son errance....
...... . dans une histoire de vengeance.... ,
...... l'assassinat de son frère,.....
puis le vol de sa case.....
........ perdu, indécis, à l'esprit embrumé par les vapeurs consolantes du rhum.

Bravo pour la photo !
Un film sans cliché...... 😁



Que fait le CRAN ?

2.Posté par klod le 12/05/2017 17:52

un VRAI film créole , pas seulement l'emballage "nou la fé" ? ben , bravo , alorsssssssssssssss. : "le moutardier" , le retour , pour les anciens ?

3.Posté par youhou le 12/05/2017 18:00

a quand mort du rsa?cela ferait un carton surtout en metropole

4.Posté par Anonyme974 le 12/05/2017 21:54

Une bande annonce est disponible sur YouTube, pourquoi ne pas la mettre aussi ?

5.Posté par ZenSpirit le 14/05/2017 19:50

Félicitation, ce genre d'initiative devrai être plus courant dans l'avenir, il y a beaucoup de potentiel à la Réunion, les gens, l'environnement, l'ambiance tout est incroyable sa serai dommage de le garder que pour nous, partageons le meilleur de nous même vers l'extérieur.

6.Posté par Exégète néna la rénion le 16/05/2017 10:11

Partager le meilleur avec l'extérieur, ok, mais un kaf perdant, buveur la rak, ce ne serait pas exporter une image stigmatisante? Manquerait plus qu'un coup de sabre...et pourquoi un kaf d'ailleurs? Avec Toute ça zistoir nou nana la rénion?
Aux Antilles, ça se ferait?
Où est le CRAN?

7.Posté par Romain le 17/05/2017 10:18

Post 6 et 1
Ce n est pas en occultant la misère qu'elle se régle.
Je ne comprends pas votre position. C est un sujet tabou pour vous ?
"Pourquoi un kaf ?" Et pourquoi pas ?
Histoire stigmatisante ???
Mais des films "sociaux" il y en a en France en Belgique, en Angleterre, ce n est pas "stigmatisant"....
Quand Ken Loach sort un film on lui reproche de stigmatiser l alcoolisme des ouvriers blancs anglais ???
Vous avez de gros complexe pas réglés messieurs. Faites un travail sur vous même vous aurez peut être un peu moins malokis.

8.Posté par Romain le 17/05/2017 10:18

Post 1 et 6
LA HAINE de Kassovitz ne serait jamais sorti avec des reflexions comme les votres.

9.Posté par sapamwin le 17/05/2017 12:11

ah sisi la haine ici serait sorti et aurait aussi fait un carton pas besoin de trouver des acteurs vu e nombre de haineux et rageux tres repandu

10.Posté par GIRONDIN le 17/05/2017 12:26 (depuis mobile)

C''est sûr au mieux,qu''en exploitant la misère celle-ci se règle!

l''histoire écrit par les chasseurs est plus valorisante,en tout cas du côté du chasseur....

Pour le reste vous avez un problème avec les couleurs,pas moi!

Une frustration ?


11.Posté par Jose le 17/05/2017 13:11

Sac la Mort, ou la culture du misérabilisme.

Arrêtez de regarder derrière, l'avenir est devant, il faut déjà par commencer à se sortir les doigts du ...!

Tout ça commence par l'éducation, l'école, l'université, et avec un peu de courage, on devient quelqu'un de responsable et pourquoi pas admiré.

Comme feu Jean Paul II avait dit dans les années 90 : sort dand fénoir !

12.Posté par Romain le 18/05/2017 09:04

Post 10.
Relis ton dernier post. Si tu ne comprends pas ta première phrase c est normal : elle est incomprehensible.
Tu ne nous respectes pas et ne te respecte pas à ne pas te relire avant de valider ton com.

Je t'invite à aller rapidement à la pharmacie proche de chez toi et d'acheter de la crème contre le Maloki, d'urgence. On est inquiet tiens nous au courant.

13.Posté par GIRONDIN le 18/05/2017 10:11 (depuis mobile)

1- C''est vous et pas tu!
2- Je suis responsable de mes écrits pas de ce que vous ne comprenez pas.
3- gardez votre calme,vous vous laissez aller, guider,perdre,votre esprit est-il embrumé par les vapeurs consolantes du rhum?
Allez Debout!


14.Posté par Romain le 18/05/2017 10:55

Post 14.
Je persiste.
La première phrase du post n° 10 ne veut rien dire. En langue française en tout cas.
Après en patois girondin mi conai pas.
Je suis plutôt calme... et TOI ?

15.Posté par GIRONDIN le 18/05/2017 11:21 (depuis mobile)

.....En langue française en tout cas. ...

Belle phrase française! Sujet verbe complément!

C'est le plutôt qui doit nous différencier.

16.Posté par Romain le 18/05/2017 13:16

Ah ok....
T'es un gosse je n'avais pas saisi.
J ai donc perdu du temps et t'en ai fait perdre, belle continuation dans la couillonise et à JAMAIS.

17.Posté par GIRONDIN le 18/05/2017 13:59 (depuis mobile)

Vous pas tu!
Donc le plutôt est vraiment de trop.
Une idée de film peut-être:
comment un pauvre "boug les hauts",donneur de leçon, de son errance sur zinfo,de ces énervements, sa mise devant ces contradictions, un film à la Chabrol

18.Posté par Exégète néna la rénion le 18/05/2017 15:21

Houla, visiblement, monsieur 17/16/12... etc. n'aime visiblement que des kafs refusent de s'identifier à ce pauv' boug! (A croire qu'il l'a réalisé lui-même!)
Eh ben moi, j'en ai pas envie, je ne me retrouve pas dans ce héros perdant et alcoolique; j'ai envie de rêver, de voir que malgré la difficulté, un héros kaf peut s'en sortir sans être un peureux de la vie. J'ai envie de voir un exemple, j'ai envie de voir un créole qui ne subit pas le déterminisme social: ici, on se croirait à la période post-esclavage. C'est une caricature interprétée par un acteur plein léfé! C'est en voyant le meilleur qu'on prend exemple, qu'on a envie d'être fiers; là, c'est du porno-misère, rien de plus. Et on pourra s'en défendre, en prenant des films cultes comme exemple, ou des réals ANGLAIS traitant de LEUR pays, ou encore la jalousie (qui pour ma part naît de l'envie, pas de la pitié!), ça ne changera pas cet état de fait; un premier film 100% ( ah bon?) réunionnais qui ne représente pas les réunionnais. Ça me fend le cœur lorsque je lis par endroit, "Si vous ne connaissez pas la Réunion, regardez Sac la mort ", car forcément, on fera d'une généralité, un cas particulier. J'attends avec impatience ce fameux "Maire ou Jamais" évoqué plus haut, qui, s'il est du même ordre (un vaincu peureux qui n'atteint pas ses objectifs), ne fera que confirmer ce que beaucoup pensent déjà. Mais attendons, l'avenir nous le dira. L'intention s'affine avec le temps. Elle devient une signature, une évidence. Mé nou créol la rénion, nout zié lé trop bouché! Lo moukataz lé universel, pas bezoin et' kaf pou pa aprécier! Tire pas d'lo dann roche la point...Lo kaf égal pas la rak. Personnellement, mwin la pas bezoin de moun déhor i met mon nez dan la taille, mi veut projette a mwin positivement. Je n'ai pas de complexes, non plus, au point de ne pas être optimiste quant à l’héroïsme réunionnais.

19.Posté par Exégète néna la rénion le 18/05/2017 15:33

Autant pour moi, monsieur 16, pas 17.. ;)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter