Société

Ruches menacées par le varroa: 5 nouveaux foyers confirmés

Vendredi 12 Mai 2017 - 10:41

Une enquête épidémiologique a été ouverte pour tenter de confiner la propagation du varroa destructor. Ce vendredi, la préfecture donne davantage de précision sur l'arrivée de ce parasite dans un rucher de La Réunion. 5 nouveaux foyers ont été confirmés. Des mesures sont d'ores et déjà mises en place.


Ruches menacées par le varroa:  5 nouveaux foyers confirmés
Les apiculteurs de l'île craignent pour leurs ruchers. Ce jeudi 4 mai, le réseau d'épidémiosurveillance apicole a détecté le premier cas de présence du varroa, acarien parasite des abeilles, dans un rucher situé à Saint‑Denis. Les analyses envoyées en métropole au aboratoire national de référence (ANSES - Sofia Antipolis) dès le lendemain ont confirmé la présence du varroa le mardi 9 mai.

"Compte tenu des dégâts provoqués par cet acarien sur les abeilles entraînant de fortes mortalités et au vu des conséquences économiques et environnementales qu'il engendrerait", des mesures ont été prise dès le samedi, pour limiter sa propagation, voire l'éradiquer. Les ruches du foyer initial ont été détruites et un arrêté préfectoral d'urgence a été pris le vendredi 5 mai 2017. Le déplacement des ruches sur tout le territoire de l'île a été interdit, une zone de prévention (5 km autour du foyer détecté à Saint-Denis) et une zone de surveillance (10 km autour du foyer) a été définie. La détection par examen des colonies d'abeilles a également été rendue systématique et obligatoire ainsi que la destruction sans délai des ruchers atteints de varroa est appliquée. 

Après recensement des ruchers dans la zone de prévention et l'examen de l'état sanitaire des ruches, 8 ruchers ont été découverts porteurs de vara dans la zone.

Ruches menacées par le varroa:  5 nouveaux foyers confirmés
Des foyers détectés à Sainte-Suzanne, Saint-Benoît, Sainte Rose et Saint-Louis

Des investigations ont également été menées hors de la zone initiale pour établir s'il s'agit de cas isolés territorialement, et donc maîtrisables par destruction systématique des ruches, ou bien d'une infestation plus éparse ou généralisée.

A ce jour, 5 nouveaux foyers ont été confirmés au-delà de la zone initiale de prévention à Sainte-Suzanne, Saint-Benoît, Sainte Rose (2 cas) et Saint-Louis. Ce qui amène les spécialistes à écarter l'hypothèse d'une contamination dans une zone géographique restreinte.

La préfecture le rappelle: "l'infestation d'une ruche n'a pas d'incidence sur la qualité du miel ni sur les autres produits de la ruche". La consommation de ces produits est donc sans aucun risque pour la santé humaine.
 
"Il n'est pas envisageable d'éradiquer la maladie par un traitement médicamenteux", préviennent les autorités. "Le traitement curatif ou préventif d'une ruche peut être mis en œuvre par les détenteurs de ruches pour limiter les symptômes sur ces ruches traitées. Cependant, l'arrêt de ce traitement rend de nouveau la ruche vulnérable, ne serait ce que par des abeilles sauvages".
 
L'analyse des résultats attendue au mois de juillet

Un nouvel arrêté a donc été pris par la préfecture il prévoit de toujours l'interdiction de déplacement des ruches sur tout le territoire de l'île mais aussi l'examen et la déclaration obligatoire pour tous les détenteurs de ruches. En cas de détection ou de doute sur la présence du parasite, le détenteur devra obligatoirement le signaler à la DAAF.

Un état des lieux sanitaire sera conduit d'ici le 30 juin par les autorités sanitaires (GDS, DAAF) par dépistage orienté sur l'ensemble du territoire.

En juillet prochain, il sera procédé à une analyse des données ainsi recueillies afin d'adapter les mesures proposées. 
 
La déclaration obligatoire pour tout détenteur professionnel ou particulier d'une ou plusieurs ruche(s) doit se faire sur le site " mesdémarches "  du ministère de l'agriculture : 


En cas d'apparition ou de doutes quant à la présence de varroa, il est demandé de contacter IMMÉDIATEMENT la DAAF par courriel alimentation.daaf974@agriculture.gouv.fr   ou par téléphone au 02 62 30 88 25.
 
        
Zinfos974
Lu 9794 fois



1.Posté par Zarin le 12/05/2017 11:49

Qui vivra "verra" !

2.Posté par Thierry le 12/05/2017 12:16

La main de l'homme, c'est un acte volontaire par l'appât du gain, pour de l'ARGENT.

Le territoire restreint de l'île rendra irréversible l'évolution de ce fléau.

1 puis 2 puis 5 ... demain 100 et la machine est lancé.

Nos abeilles permettent la fécondation des plantes et leurs développements dans leur milieu, là où la main de l'homme , encore, détruit la nature.

Il faudra obligatoirement interdire les importation à tout va comme cela se fait déjà sur beaucoup de territoires soucieux de la préservation de leurs écosystèmes. Le commerce a ses limites sur une île même si l'appétit d'argent est sans horizon.

3.Posté par Zarin le 12/05/2017 12:20

Innovations en Apiculture - Sauvons les Abeilles !

1. Un fil de cuivre dénudé à l'entrée de la ruche
2. des aimants fixés à mi-hauteur de chaque coté de la ruche, augmente la vitalité et l'énergie des abeilles, ce qui les protègent contre toute agression, ondes, parasites et maladies
3. de l'ail et sucre en poudre contre le varroa
4. des fréquences sonores qui guérissent et harmonisent
5. le bon choix de l'emplacement énergétique.

Abeilles & Ruches - L' Agriculture cosmo-tellurique
http://www.agriculturecosmotellurique.org/abeilles--ruches.html

4.Posté par Bizarre le 12/05/2017 14:14 (depuis mobile)

N''a point longtemps sa t pou venter que la réunion c l''un de seul endroit au monde où n''a point sa et tout d''un coup y en a?pou rode l''argent l''Europe kwe

5.Posté par Thierry le 12/05/2017 16:43

Merci Zarin ! Je m'y mets ... et hop 3 tartines de miel hihihi.

6.Posté par klod le 12/05/2017 18:53

plus grave : nous avons "plusieurs foyers FN" à la run .............. ben !

7.Posté par Simandèf le 13/05/2017 16:56

Le vrai problème c'est qu'il n'y a aucune politique pour protéger l'île. Les risques sont connus, mais rien n'est fait pour anticiper, on préfère se dire que cela ne nous arrivera pas, ou encore ici c'est comme ailleurs et portant ... On importe tout et n'importe quoi les NAC, l'agame (le lézard)... sont des exemples concret de l'approche de notre environnement.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 19 Octobre 2018 - 15:16 📷Retour en images sur le départ du Grand Raid



Suivez
le Grand Raid 2018
avec ZINFOS974
PARTENAIRE
Au coeur du Grand Raid
70 heures en direct live
Non Stop