Courrier des lecteurs

Rougail saucisse en boîte : Haro sur le baudet !

Mardi 27 Mars 2018 - 17:32

Notre succulente amie Nathalie Valentine Legros nous a envoyé un amusant taratas sur les conserves de rougail saucisses proposées aux bisasses.

Les contempteurs ne manquent pas. Je leur recommande un livre à déguster sans modération : "On n'a pas toujours du caviar", de Simmel. Ou autrement dit, faute de grives, etc.

Voici la réponse que j'ai faite à Nathalie et qui ne vous coupera pas l'appétit. Bonne bourre ! Oups ! je voulais dire "bonne bouffe !"

"Est-ce qu'au moins un de ceux qui critiquent a goûté à cette conserve ? Et, question subsidiaire : est-ce QU'AU MOINS UN DE CEUX QUI CRITIQUENT PEUT DIRE QU'IL N'A JAMAIS "DÉGUSTÉ" (OUPS !) UN MERVEILLEUX PLAT DE CHEZ MACDONALD ? Avant dir out camarade son zyeu lé sale, tir mallol dans la vot' ! Il y a des couscous en boîte qui ne méritent certes pas le nom de couscous mais sont néanmoins de bonnes conserves. Pas toutes... mais il y en a. Je ne suis pas farouche partisan de la conserve en général ; mais il y a de bons exemples. On se souvient tous du boeuf en boîte SÉVIMA du temps où c'était encore fabriqué à Madagascar.

On en faisait de ces petits rougails, mon camarade, mi dis pas ou ! Les non-prétentieux vous diront aussi qu'avec une boîte de sardines ou de miettes de thon (à l'huile, le thon... à l'huile... non mais à l'huile, quoi!) on réalise une bonne petite sauce. Avec in gros pois pété à côté, ou arlisse out doigt, comme disait les "Croix-Jaune" (comprenne qui veut !) Enfin, effectivement, il faut penser au plaisir du soldat réunionnais pétant de chaleur au Soudan et s'enivrent du fumet créole en ouvrant sa boîte... Vous avez mieux à lui proposer ? "

😋😋😋😋😋😋😋
Jules Bénard
Lu 1200 fois



1.Posté par Nivet Alain le 27/03/2018 18:03

Arrête, Jules, tu me donnes faim.....

Bien à toi,
Alain.

2.Posté par Ti baptiste le 27/03/2018 19:32

kissa y peut dire à moin comment faire pour écrire un courrier des lecteurs? Exkise mon couillonniste moucate pas moin trop les gars. Quand y connait pas y demande merci

3.Posté par L'Ardéchoise le 27/03/2018 19:58

Bisasses, vous avez dit bisasses...
Jules, j'ai les papilles qui n'en peuvent plus au souvenir du "singe" (le boeuf en boîte, c'est comme cela qu'on l'appelait dans l'armée !)
Bien d'accord, il y a des conserves qui se tiennent, qui dépannent bien, toutefois j'ai une nette préférence pour les bocaux en verre.
Tiens, un bon confit, ça c'est pas mal.

Alain, entre le jambon d'Ardèche et les conserves de Jules, vous devenez ogre !

4.Posté par y.féry le 27/03/2018 20:02

Mes doigts d'pieds y jouer la musique quand mi mange tout ça qu'ou dit.

5.Posté par Nivet Alain le 28/03/2018 11:35

3, on peut aussi manger simple et bon.
Il m'est arrivé, dans ma tendre jeunesse, de faire une tournée en France, avec un routier.
Les restaurants d'alors "les routiers", étaient réputés pour leurs repas simples, mais solides.
Le conseil d'alors : la qualité du resto s'évalue au nombre de camions stationnés......

Ce moment culinaire nous fait du bien, non ?

A.N.

6.Posté par Jules Bénard le 28/03/2018 12:40

À Alain Nivet :

Il paraît que dans ces "routiers", le plat favori des travailleurs était "le boeuf gros sel".

Je me souviens d'une fois, à Marseille où, en attendant le train à la gare Saint-Charles, j'errais dans le quartier proche aux ruelles étroites et sombres. J'entrai dans un boui-boui nord-africain aux tables crasseuses. J'avais faim et ça sentait drôlement bon. On me servit un couscous tout ce qu'il y a de simplisme. Une assiette creuse remplie à ras-bord de semoule. Un bol avec plein de sauce liquide avec quelques lamelles de carottes, des pois chiches se battant en duel et un os de mouton avec quelques bribes de viande autour. Et, direct, la boîte de harissa "Phare du Cap-Bon" largement entamée par d'autres clients. Mon vieux Alain... c'était très bon, parole ! Curieux comme tu me connais, je jetai un oeil dans l'arrière-cour pour constater que leur couscous, les patrons le préparaient sur des réchauds à charbon posés à même le dallage de la courette. Ce qui expliquait sans doute ce délicieux fumet qui m'avait attiré dans ce "bouge ou presque". Avec ça, je me pétai une bouteille de Gris de Boulaouane bien frappé et je pus prendre le train l'estomac bien lesté. Heureusement parce que les "sandwiches SNCF" brocardés par Renaud, merci, non vraiment merci ! Bon ap', mon ami.

7.Posté par Choupette le 28/03/2018 13:16

2.Posté par Ti baptiste

Ben tu cliques sur Courrier des Lecteurs tout en haut et tu suis la procédure ... .

8.Posté par Nivet Alain le 28/03/2018 13:31

6, Mon cher Jules, pour raviver mes souvenirs "gastronomiques". je me souviens avoir été envoyé en mission à Paris au titre de l'EN, dans un grand lycée.La conférence finie, on nous distribua des tickets restaurant" pour manger quelque chose d'amélioré du quotidien des lycéens. cela ne me convenait pas. Alors je sortais de l'établissement, à la recherche d'un restaurant. Mon regard fut vite attiré par une longue file d'attente devant une toute petite boutique. Elle était tenue par un arabe de chez moi. La raison de cette longue file ? Un remarquable sandwich-merguez ! De la vraie merguez comme là bas dis ! Avec la harissa ! J'ai mangé, dans le froid parisien, assis sur un banc...parisien , un merveilleux en-cas dont, le souvenir me met encore l'eau à la bouche. Dans l'appréciation d'un bon repas, l'ambiance, la convivialité, le tout accompagné d'un bon vin.....
le paradis aïe, aïe, aïe !

Salut, ami.
Alain.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?