Société

Romane et Lidien, des jeunes engagés dans le service civique

Vendredi 24 Août 2018 - 14:31

Donner de son temps et de son énergie au service de la société, la formule est possible avec le service civique. Il faut pour cela avoir entre 16 et 25 ans, voire jusqu’à 30 ans pour les jeunes porteurs d’un handicap. 

Romane et Lidien ne regrettent pas d’avoir postulé. Ces huit derniers mois, ils ont servi au sein de la mairie de Saint-Paul en tant qu’agent de médiation, la première dans le secteur de Fleurimont et le second à Grande Fontaine.

Ce vendredi, c’est dans les allées du marché forain de saint-paul qu’ils intervenaient, pour la dernière fois, leur contrat arrivant à terme au bout de huit mois. L’objectif du jour : capter l’attention de visiteurs forcément pressés de boucler la liste de leurs emplettes. 

Entre fruits, légumes et samoussas, Romane Boristhène et Lidien Coutandy avaient peu de temps pour délivrer leur message de lutte contre la prolifération des moustiques, vecteurs de la dengue notamment. J’ai reçu une formation avec l’ARS. Pour sensibiliser les gens, c’est très dur, il faut attirer l’attention, les gens ne s’arrêtent pas, souffle Lidien, pourtant très à l’aise avec le public. "J’étais déjà agent médiateur sur le secteur de Grande Fontaine, j’ai l’habitude. Moi dans mon cas c’était pour faire avancer le quartier, après on peut faire son service civique devant les écoles pour aider les élèves ou aider les gens dans les cars", résume-t-il le panel très large de postes ouverts dans le cadre du service civique.

Romane Boristhène, 24 ans, achève elle aussi son contrat ce vendredi. Elle exerçait sur le secteur de Fleurimont, toujours pour recueillir et transmettre les doléances des citoyens de Fleurimont. "On a droit au service civique qu’une fois. J’ai un petit projet pour la suite, mais la jeune saint-pauloise ne préfère pas en parler tant que les choses ne sont pas finalisées. C’est comme du bénévolat mais on est indemnisé : 473 euros avec l’Etat et 107 euros avec la mairie. Les frais de déplacement sont compris", ajoute-t-elle.

Une expérience à prendre mais "après, y a pas vraiment de suite", s’inquiète Lidien. "Mais on accepte parce qu’on a rien, c’est bon parce que ça permette d’élargir ton réseau et de comprendre le fonctionnement de la commune. On sait qu’on ne peut pas tout avoir, on ne peut pas se baser que sur la commune", avoue le jeune homme. 

Zinfos974
Lu 2661 fois



1.Posté par travay gratui le 24/08/2018 14:42

des réunionnais bénévoles ! sans être rémunérés ? j'en ai les bras qui m'en tombent !!! vite j'appelle TF1

2.Posté par jeanot le 24/08/2018 15:43

c est bien que des jeunes s investissent dans ce genre d activités, cela devrait leur permettre de prendre conscience que la vie n est pas facile et peut etre développer des envies par la suite


3.Posté par moin mi pense que le 24/08/2018 19:33

Post 1 . C'est du bénévolat indemnisé.
Je trouve bien que de jeunes essayent de s'en sortir en se rendant utiles.
Au moins , ils ne restent pas, comme certains, à attendre le RSA ou les allocations sans bouger, et en regardant les abrutis de " travailleurs" cotiser pour eux.

4.Posté par Mami le 25/08/2018 15:15

Bravo à ces jeunes. Par les formations reçues et les contacts noués, ils peuvent voir plus loin, nous l'espérons.
Félicitations et encouragements à la jeune fille qui monte son projet perso.
BRAVO et Bonne continuation dans la voie choisie.

5.Posté par Romane le 25/08/2018 21:13 (depuis mobile)

Merci pour vos encouragement. Cela fût une belle expérience pour moi. J''ai pu apprendre de nouvelle chose.
Je ne l''ai pas dit dans le reportage, mais j''ak un CAP PÂTISSERIE et je souhaiterai être à mon compte. J''espère pouvoir réaliser se projet.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Décembre 2018 - 12:29 ▶️ Le nouvel hélicoptère du Samu dévoilé !