Faits-divers

Réunionnais décédé après une décharge de Taser : L’ex-gendarme placé sous statut de témoin assisté

Jeudi 13 Juin 2019 - 15:30

La mort du jeune Réunionnais Loïc Louise dans le Loiret en 2013 avait marqué les esprits : il était décédé après avoir reçu une décharge de Taser, alors qu’un gendarme tentait de le neutraliser suite à une bagarre. Six ans plus tard, l’enquête connaît un nouveau retournement avec le placement sous statut de témoin assisté de l’ancien militaire.


Photo : Google Street View - Ferté-Saint-Aubin (Loiret)
Photo : Google Street View - Ferté-Saint-Aubin (Loiret)
C’est lors d’une soirée très arrosée, dans l’appartement d’une résidence de Ferté-Saint-Aubin, que tout dégénère. Une bagarre éclate entre Loïc Louise, alors âgé de 21 ans, et ses cousins.
 
Les gendarmes sont appelés sur place pour mettre fin à la rixe, mais le jeune Réunionnais, sous l’emprise de l’alcool et de zamal, est très agité. Un militaire fait alors usage de son Taser pour le neutraliser.
 
Une décharge de 17 secondes avant une deuxième plus courte, auxquelles Loïc ne survivra pas.
 
Une enquête qui peine à avancer
 
7 mois après le drame, la première enquête se termine, sans qu’aucun lien n’ait pu être établi entre le tir du Taser et le décès du jeune homme.
 
Mais la même année, la famille de Loïc et son défenseur sont reçus par la procureure qui décide d’ouvrir une information judiciaire pour homicide involontaire.
 
3 ans plus tard, de nouvelles expertises sont demandées, et l’enquête peine à être bouclée. Il faudra attendre qu’un nouveau juge d’instruction se saisisse de l’affaire pour que le procureur de la République d’Orléans requiert la mise en examen de l’ex-gendarme pour homicide involontaire.
 
La juge décidera finalement de placer l’ancien militaire sous le statut de témoin assisté. Elle considère que le lien entre la décharge du Taser et la mort de Loïc Louise est un lien de causalité indirect, indique France Bleu. L’auteur du dommage ne peut alors être poursuivi pénalement que s’il a commis une faute qualifiée.
 
Si le procureur peut faire appel de ce placement sous le statut de témoin assisté, la juge d’instruction elle, peut encore demander un complément d’enquête ou prononcer un non-lieu.
Charlotte Molina
Lu 5084 fois



1.Posté par Hoarau le 13/06/2019 17:40 (depuis mobile)

LA j'espère que le procureur fera apl. Dans le cas contraire tout un chacun sera en droit de se poser des questions sur cette "justice "

2.Posté par Hardcore le 13/06/2019 20:24 (depuis mobile)

Message à tous les fêtards 974 en métropole quand tu es foncedé tu la fermes. Surtout si tu penses pouvoir être considéré comme qqun de couleur. C est une question de survie. Voilà. Rip jeune homme.

3.Posté par La rodé, la gagné ! le 13/06/2019 22:15 (depuis mobile)

Quand on est bourré et zamalé, que l''on se bat, et que l''on refuse violemment de se laisser arrêter, faut pas venir pleurer après de se faire calmer à coup de tazer !
Pour 1et 2, le Gendarme aurait dû se laisser cogner sans rien dire, navrant...

4.Posté par tiorpia le 14/06/2019 07:04 (depuis mobile)

Les gendarmes ont ete appeler pour ramener le calme ils auraient du envoyer des fleurs pour le jeune rebel. Maintenant on condanne le gendarme ou va t on ?

5.Posté par st andré le 14/06/2019 08:48

Courage à l ex gendarme car l'utilisation de Taser entraine des conséquences normales pour l interpellé "déchainé" qui doit être neutralisé mais si des conséquences autres apparaissent telle que "la mort par exemple" ce sera toujours une conséquence de l'utilisation de cette arme ; en conséquence au pire l Etat doit dédommager la famille surtout si le cadre légal de l'utilisation est appliqué par l'utilisateur.

Mettre en examen un utilisateur c est faire croire aux familles que cette arme est "létale" ce qui est faux, il n'y a aucun élément moral de cette infraction, le gendarme ne veut pas tuer mais simplement neutraliser dans un cadre légal : aucune volonté de nuire dans cette affaire.

6.Posté par Ti Tangue zilé zone le 14/06/2019 11:53 (depuis mobile)

@ 4. tiorpia le 14/06/2019 07:04
en sus des fleurs ...un ti peu zamal et de psychotrope ...comme L. Ferrari qui jugulait le représentant de RN concernant la peine de mort des gratels ayant participé au Djiad grand disait ou la roder ou la gagner

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie