Société

"Réunionnais de la Creuse": Une aide psychologique et financière annoncée par le gouvernement

Jeudi 16 Février 2017 - 17:01

Photo Twitter @ebareigts
Photo Twitter @ebareigts
La ministre des Outre-mer a souhaité ce jeudi "réaliser un point d’étape" sur les travaux effectués par la Commission nationale d'experts sur "Les Réunionnais de la Creuse". A cette occasion, Ericka Bareigts aux côtés de Philippe Vitale, le président de la Commission, a annoncé les premières mesures gouvernementales pour aider les 2 150 ex-mineurs déplacés. 

90% du coût du billet d’avion et 95 % des frais d’hébergement pendant les trois premiers jours seront pris en charge par l’Etat, une fois tous les trois ans, indique Outremer Première. L’UDAF (Union Départementale des Associations Familiales) aura la charge de cette bourse de mobilité. 

Le gouvernement annonce également une aide psychologique à travers la Fédération nationale de l'aide aux victimes et de médiation (INAVEM). Autre mesure, un juriste sera nommé afin de "garantir juridiquement toutes les mesures issues des travaux de la commission d'experts", rapporte France 3. 

Les travaux définitifs de la Commission nationale d'experts devraient être rendus en février 2018.
 

Lu 6909 fois



1.Posté par le dodo masqué le 16/02/2017 17:16

les dodo c'est pire , on a été exterminés....mais au moins on ne vient pas se plaindre !

2.Posté par Dolly Prane le 16/02/2017 18:24

On peut avoir aussi une aide financière pour la vingtaine de sauvages qui ont tout renversés et terrorisés les amoureux au carré piéton le soir du 14 février 2017
Et doubler ou embauche à la mairie les chômeurs induits par ces GRATELS GDK Gratèr KI mais qui bote bien

3.Posté par Samwinsa le 16/02/2017 20:35 (depuis mobile)

Regarde les 2 à gauche de Bareights et l'autre à sa droite et zot va voir comment ce bann représentants du pouvoir i regrette les choix faits po la Creuse. Zot i sent pas le mépris zot?
Mwin la mal vu alors.

4.Posté par Grangaga le 17/02/2017 04:40

"Ou pé pa fié a ou a in bougu'
Si li koné pa la kaz' li abitt' dedan".

Mèr'si po lé...............REV'NAN..................
Mé dopi lo tan lo 2150....déporté (konm' sa y dwa di ,non).... la fini fé in.....tralé p'ti.
Y fo.....pansé ossi.........

5.Posté par Pourquoi généraliser? le 17/02/2017 06:33

Sur le principe, très bien, mais pourquoi généraliser à tous les mineurs déplacés?

Un certain nombre a réussi en métropole (et ne l'aurait peut-être pas fait en restant à la Réunion où à l'époque sévissait fortement chômage, alcoolisme, non accueil scolaire...)?

En tous cas, i faut que l'aide financière soit sous condition de ressources. Sinon on est dans la mesure démagoqie et électoraliste Pour l'aide psychologique, ok, très bien.

En tous cas, ça crée quelques emplois de fonctionnaires au moins cette commission...

6.Posté par Crikotte le 17/02/2017 07:10

pfffffffffff du grand n'importe quoi tout ce cinéma pour des mecs qui ne cherche qu'à avoir du pognon, faut arrêter de pleurnicher tant il est vrai qu'on aurait du les laisser dans leur misère après tout! pourquoi ne parle t'on jamais de ceux qui ont réussi car il y en a pas mal....! le gouvernement préfère s'occuper des bobos et des délinquants qu'ils tiennent bien au chaud alors que les victimes eux on estime après tout qu'ils sont...responsables, écoeurant ! vivement les élections ras le bol de ces socialistes, mais aussi faut être clair si on veux des actions concrètes et efficaces et non pas ceux qui agissent ....pour la paix sociale, là il faudra franchement faire le tri dans les candidats!

7.Posté par Pierre Balcon le 17/02/2017 09:18

Bon si KLOD passe par là :

Nous devons retenir au moins 4 choses de ce rapport d'étape :

1- la question de la misère et de l'incapacité de La Réunion à y faire face , autrement que par des placements des jeunes abandonnés dans des structures ou des familles métropolitaines , a été posée dès 1936 pendant le Front populaire ;

2- cette question a été permanente et a retrouvé une particulière acuité au moment de la départementalisation en 46 . Le rapport Finance insiste sur ce point et la nécessité d'agir vite ;

3- c'est en 1962 que s'organise le dispositif bien avant ,donc l'arrivée de M Debré en 1963. C'est alors que la SFIO est aux manettes que le dispositif est conçu .

4- le nombre de jeunes placés totaliserait 2 000 en 20 ans soit 100 par an et plus de 60 départements en auraient accueilli , donc exit le mythe du repeuplement du Massif Central et l'enfumage des "enfants de la Creuse"

Seule la vérité est révolutionnaire !

8.Posté par citoyen le 17/02/2017 10:10

Profitez bien de l'espace pour vos annonces d'éclat; Marine annulera tout et renverra ce beau monde à leurs casseroles

9.Posté par momo le 17/02/2017 11:19

profitez en car on brade on liquide c est du grand n importe quoi

10.Posté par De l'argent ?? le 17/02/2017 12:15 (depuis mobile)

De l'argent, pourquoi faire ?
L'argent va donc tout faire oublié ? Tout réparer ?

11.Posté par li le 17/02/2017 12:41

Alors, là @balcon !

Cé kwé sa ? "la question de la misère et de l'incapacité de La Réunion à y faire face , autrement que par des placements des jeunes abandonnés dans des structures ou des familles métropolitaines "

Pou boug deor la reynion lé zamè kap.
Beaucoup dan sak lé di abandonné lé pa présenté comme sa par la famille. Histoire revue et corrigée par les biens pensants.
La misèr la pa la empêche la plupart reynioné de vivre. Si né pov ou vivre avec des illettrés lé in crime zot la pa fini place do moun.

Sak lé révolutionnaire cé tir in moun d in environnement et effacer son identité . Entre les sauvages et les civilisés on ne sait qui sont les plus sauvages, hein ?

12.Posté par Piment vert le 17/02/2017 13:38

C'est dingue !!!
La mandature bientôt fini tout les dossiers depuis 5 ans qui n'a pas avancé trouve des solutions !!!
Les législatives arrivent à grand pas !!!!
Avant de passer par la case présidentiel!!!
Les troupes s'activent pour se donner des bons points pour leur candidat et ils sont eux mêmes candidat à une élection prochaine

13.Posté par crusita le 17/02/2017 13:41

moi si j étais le gouvernement j aurais honte à l heure actuelle car tout ce petits mondes a tellement souffert et c est rien que maintenant quand arrive les présidentielles qu il veut donner une aide psychologie non mais il ce foutrais pas de nous ce gouvernement qu Erika en fait parti c est sinistre de leurs part s

14.Posté par marimar le 17/02/2017 13:45

profité des enfants de la réunion c est immonde de la part d' ERICKA ,que veux t elle prouver elle sait même pas la souffrance que nous avons subit alors que le gouvernement ses aide phycologie pour lui on na pas besoin c est un peu tard pour nous

15.Posté par Nuances le 17/02/2017 15:50

7.Posté par Pierre Balcon le 17/02/2017 09:18

"1- la question de la misère et de l'incapacité de La Réunion à y faire face , autrement que par des placements des jeunes abandonnés dans des structures ou des familles métropolitaines , a été posée dès 1936 pendant le Front populaire ;"

Le choc psychologique pour certains enfants et ados à l'époque devait être grand, hélas, et un certain nombre d'entre eux en a souffert et est marqué, c'est sür.

Mais il ne faut pas oublier qu'à l'époque il y avait une bien plus grande misère, maladies, bidonvilles, alcoolisme, absence de scolarisation pour beaucoup d'enfants, sous alimentation ...

Et une natalité qui explosait. De plus, à cette époque, on travaillait dès 14 ou 15 ans. On ne s'embarrassant pas de la psychologie de l'enfant. C'est pas bien, mais c'était ainsi. Et c'était pareil partout en France..

C'était dans les années 50 - 60. Aussi, il est très difficile de juger avec nos critères de 2016.

Je ne justifie pas ce qui s'est passé mais il faut fortement relativiser.

Je lis sur le site réunionnais du monde;

http://la1ere.francetvinfo.fr/reunionnais-creuse-quel-contexte-annees-60-443115.html

"1946. La Réunion accède au statut de département d'outre-mer. "L'île est à l'époque dans un état catastrophique sur le plan sanitaire, social, du point de vue des structures hospitalières ou de l'aide à l'enfance", remarque le sociologue Philippe Vitale de l'université d'Aix-Marseille, co-auteur de "Tristes Tropiques de la Creuse". A la misère sociale, s'ajoute une démographie galopante."

""Il ne faut pas perdre de vue, non plus, l'idéologie de l'époque, estime le sociologue. Le credo de la Ddass était de couper les pupilles de leur contexte familial, y compris en séparant les fratries. On le faisait pour tous, Bretons, Provençaux ou Réunionnais. La psychologie infantile n'existait pas, ou à peine. Sauf que les enfants venaient d'une île à des milliers de kilomètres de distance, d'une culture et d'un climat différents. Surtout, ils avaient des parents au départ"."

Une autre solution (ne rien faire) était-elle meilleure au final?

Il y a eu aussi un certain nombre qui a réussi et aurait peut-être mal tourné en restant à la Réunion. Y pense-t-on aussi?

Et l'administration qui est critiquée n'a-t-elle pas pallier les carences des parents et familles (naiisances de nombreux enfants, incapacité de s'en occuper sérieusement)?

Pour un certain nombre, partir a pu permettre un autre départ et une ouverture sur l'extérieur. Pour d'autres, ce fut une souffrance.

Il faut beaucoup nuancer, je pense, et ne pas mettre les plus de 2 000 enfants "de la Creuse" et d'autres départements "dans le même panier", comme certaines ou certaines (ministre?) tendent à le faire!

16.Posté par Pierre Balcon le 17/02/2017 20:01

à post 11

La responsabilité la plus accablante est à rechercher du côté des géniteurs et de leur famille ., sauf à considérer qu'ils étaient irresponsables . Vous êtes bien d'accord la dessus ?
C'est cette Réunion là qui devrait aujourd'hui rendre des comptes ! Pas l'Etat !
Je puis vous assurer que quand une assistante sociale ou un éducateur trouve une solution de placement dans la famille ou l'entourage proche , c'est évidemment la solution qu'elle ou il privilégie .
C'était vrai en 1960 . J'ai travaillé dans la protection de la jeunesse à l'époque en métropole et c'est comme cela que ça se passait
Quand un juge déchoit les parents de leur autorité parentale idem .

Sortons les dossiers individuels des plaignants d'aujourd'hui et vous découvrirez des horreurs , vous aurez le tableau le plus noir de la société d'alors ( alcoolisme , violences , viols , crimes , délinquance , abandons totaux et souvent exploitations ).

Toute cette affaire n'est que pure démagogie . On ferait mieux de garder le silence comme dans les plus atroces douleurs ( Massicot , que je ne lis plus , où est il passé ? devrait lire "le livre de ma mère" de Cohen , où il énonce exactement cela )

Je vais vous dire !
Je vais inverser les choses : c'est cette Réunion là , irresponsable et affairiste , avec une élite corrompue , aveugle et égoïste , celle que fustige l'inspecteur Finance , qui devrait demander pardon à ses enfants et à La France métropolitaine qui a accepté de porter le fardeau de leur dérèglement .
Si cette affaire des abandons n'a pas pu être réglée en interne la honte doit revenir à vos ancêtres !.
Et ce sont aujourd'hui les descendants des coupables qui crient !
Qu'on sorte les dossiers individuels et qu'on nous désigne les familles coupables .
Ce n'est évidemment pas ce que vous voulez . Moi non plus . Vaudrait mieux tourner la page .
Non ce que vous voulez c'est que l'Etat indemnise , comme toujours !!!

Ah et puis je voulais vous dire autre chose qui n'a rien à voir bien entendu avec la première .
Savez vous que la SPA n'arrive pas à trouver des familles d'accueil pour les chiens abandonnés et qu'elle doit du coup , à grands frais , faire adopter en métropole .
Etes vous volontaire ?

17.Posté par Dolly Prane le 17/02/2017 20:44

16.Posté par Pierre Balcon le 17/02/2017 20:01
à post 11

La responsabilité la plus accablante est à rechercher du côté des géniteurs et de leur famille ., sauf à considérer qu'ils étaient irresponsables

DI PAS SA MOUNOIR ....Erika sa pas content ek ou

18.Posté par KLOD le 17/02/2017 20:55

à sieur Balcon : un peu de dignité ! séparé des familles , quelque soit le temps , le territoire et le lieux , est difficilement défendable , sauf à gloser à l'infini pour défendre une politique à la debré qui a aussi donner le bumidom ( " y prétend qui donne" comme dit de certains .....) et l'ordonnance scélérate ...tout un état d'esprit condescendant si ce n'est arrogant ........l'histoire a déjà jugé .

19.Posté par Dolly Prane le 17/02/2017 22:09

@ 18.Posté par KLOD le 17/02/2017 20:55

Ma raconte un ti zistoire pas menteur

té en 65 mi crois navé un famille avec 5 enfants (Bon Diè la donné) je m'en souvien et je jurais même ce Bon Diè qui faisait naitre des enfants innocents dans des familles éponges alors té boir boir boir ....avec le l’ordonnance Debré la kap trois la envoyé en France et deux la reste ici
Les trois sont revenu plus tard au DC de leur parent une pitié à voir des deux poivrots qui sont restés ici (Une soeur et un frère) et le reste de fratrie bien posé donc sans doute bien intégré en France
d'ailleurs lé deux lé mort avec l'alcool pour la soeur et pour le frère Alcool Zamal héreu navé point rivotril

MORALITE ? ........................???? à remplir SVP

20.Posté par Henri Golo le 18/02/2017 08:38

Pas besoin d'aller chercher si loin dans le temps, la DPEF Réunionnaise, le Département et la DDASS ont encore et toujours dans leurs rangs des travailleurs sociaux arrogants qui auraient mieux fait d'entrer dans la police et des magistrats qui les suivent dans leurs décisions de placement d'enfants décrétés de façon un peu rapide "en risque de danger" ou "en danger".
Combien d'enfants arrachés à leur mère malade alcoolique par exemple et qui ont été définitivement placés avec coupure du lien parfois totale ?
La loi qui ordonne de placer l'enfant si possible dans la famille proche a souvent été bafouée, car il fallait bien nourrir les réseaux de famille d'accueil de ces messieurs-dames de la "Population".
Au lieu d'aider la récalcitrante à se soigner, de donner de l'amour, de la compassion, on la laissait se dégrader en rajoutant à son stress la souffrance d'avoir perdu ses enfants.
De nouveau enceinte et sans aide car elle insultait l'éducateur ou l'assistante sociale, l'enfant était déjà placé virtuellement avant même d'être né.
Des centaines de cas de ce genre se sont passés et sans doute se passent encore, car les Juges ne s'embêtent pas toujours à vérifier les dires des travailleurs sociaux qui ne respectent pas toujours les droits des gens à avoir un avocat ou à se défendre.
Si le conjoint avait à faire avec la Justice, alors là, pire, si la femme venait en prison voir son mari et essayait d'y amener les gosses au parloir, la foudre tombait sur elle. Combien sont venues voir leur mari en cachette des dragons de la "population" ou ont dû attendre que ce soit le directeur de la prison qui donne le parloir car le magistrat l'avait refusé pendant toute l'instruction.
Des zistoires comme çà, il y en a des centaines, des abus aussi dans le secteur de la maladie mentale, des psychiatres abusifs, parfois aussi avec des magistrats derrière pour cautionner des descentes aux enfers pour des pauvres gens sans défenseurs, des gens poussés à la déprime pendant que les familles d'accueil proliféraient, payaient avec l'argent de l'Etat des voyages aux gosses à Maurice ou en France, leur donnaient une belle vie que les parents n'auraient jamais pu leur donner tellement ils étaient pauvres et abandonnés par les travailleurs sociaux ...
Combien d'éducateurs pervers qui, au lieu d'aider les parents jouaient un sale jeu à les remplacer, soit eux-mêmes, soit par des familles d'accueil, la solution de facilité et qui entretient leur réseau ! Apprendre aux enfants à détester leurs parents en les gavant, n'est-ce pas là de la perversité ?

21.Posté par Pierre Balcon le 18/02/2017 09:09

à KLOD

Je suis rentré en 1968 au Ministère de la Justice ( éducation surveillée à l'époque , actuellement protection judiciaire de la jeunesse ) et je puis vous dire qu'à l'époque , en Métropole comme ici sans doute , on ne s'occupait surtout pas de consolider ou préserver les fratries ou de garder les liens avec les familles .

On faisait tout , au contraire, pour couper l'enfant de sa famille réputée "pathogène".
C'était , comme le dit justement post 15 , l'approche éducative de l'époque .

J'ai ainsi travaillé à Belle Ile en mer où on récupérait "les parisiens" , à Nantes idem .
Le but : mettre de la distance entre l'enfant et sa famille .
Et l'idéal c'était que l'enfant coupe définitivement les ponts et trouve son autonomie complète .
On redoutait que s'il arrive à trouver un job , sa famille ( parents , oncles , cousins, ) le rackette ou le refasse plonger dans les mauvais coups .
Et je puis attester que c'était en effet un risque sérieux .

Tous les éducateurs vous le diront : le pire moment c'était le dimanche soir au retour de l'adolescent au foyer ou en centre après une replongée dans la famille , quand les mesures de placements permettaient le retour en famille pour le week-end ou un droit de visite .

Autre chose ; je puis vous dire que les gens du coin ça ne leur faisait pas beaucoup plaisir quand ils apprenaient qu'on allait ouvrir un centre d'accueil ou un foyer dans leur quartier.
Alors arrêtons de délirer avec "l'exil pour repeupler" c'est du n'importe quoi .

Après 1980 on a commencé à privilégier les " milieux ouverts" et les passages alternatifs " famille centre" . Les copains restés dans le métier m'on dit que c'était une catastrophe .

Pour les 200 adolescents de la Creuse ,qui n'est que 10 % du problème , ce département a été choisi parce que venait de s'y ouvrir un nouveau centre DDAS ( concurrent privé de l'éducation surveillée ) dirigé par le frère du DDASS de l'époque à La Réunion . Il y avait de la place parce qu'il venait de s'ouvrir et non pas parce qu'il fallait repeupler le Massif central . Cette thèse est absolument ridicule . Vous pensez si avec 200 jeunes en 20 ans on allait repeupler la Creuse !!! Ridicule

Le problème est à peu près semblable pour les enfants orphelins ou abandonnés , pupilles ...

Cette affaire n'est que pure démagogie exploitée par des ignorants ou des manipulateurs d'opinion à des fins politiques .

La manipulation marche parce qu'alors que ça n'a rien à voir ,'elle renvoie à l'envers à l'exil des prisonniers français ou anglais dans les colonies de peuplement ( Nouvelle Calédonie pour nous , Australie pour les Anglais ).

à post 19

Arrêtez je vous en prie avec l'ordonnance Debré que vous n'avez même pas lue . Ce texte ne concernait que les fonctionnaires qui étaient priés de ne pas mélanger politique et service public .
Je crois qu'elle a ét mise en oeuvre pour une dizaine de clampins qui ont préféré leur portefeuille à leurs idées ( garder leur boulot à l'Education Nationale et renier leur militantisme )

MAIS POURQUOI DONC LA REUNION A BESOIN DES MYTHES qui la font tourner en rond sur elle même!
C'EST POUR CELA QU'ON N'AVANCE PAS . ON EST INCAPABLES DE REGARDER LE REEL EN FACE

22.Posté par li le 19/02/2017 18:59

@balcon

La société reunionnaise n est pas celle de l occident.
La pensée, le mode de vie des êtres humains n est pas uniforme.
Plusieurs sociétés, différents modes de vie.
Ca ne se fait pas d imposer sa conception du bien, sa vision du cocon familial à un peuple qui ne pense ni ne vit ni n a les mêmes préoccupations que vous .

La misère n est pas un crime . Les gens "biens"et "éduqués " en ont fait un crime.

A cette époque , nombreux sont ceux qui étaient élevés par leur tante, la voisine sans enfants, la grand mère. Nombreux sont ceux qui avaient un carton en guise de berceau. Nombreux sont ceux qui n avaient qu un matelas de paille en guise de lit. Nombreux sont ceux qui ne fréquentaient pas les bancs de l école. Nombreux sont ceux qui portaient des vêtements rapiéciés et se déplaçaient pieds nus. Nombreux sont ceux qui avaient peu d occasion de gouter à la viande.
En sont ils morts ? Non.
Vous les entendrez souvent dire en ce temps là, mi lété misèr mé mi lété bien, nu té viv comme ça. Vous ne les entendrez pas conter une enfance malheureuse, ils vous diront c était dur.

La misère n est pas un crime.

Des gens "biens" ont décrété que ces enfants n avaient pas d identité.
Des gens "biens" ont décrété qu il était légitime de traiter des hommes et des femmes comme des animaux .
Des gens "biens" disaient que soustraire l enfant à sa famille sans argent était faire preuve d humanité.
Des gens "biens " estimaient qu il leur revenait de signer l autorisation de placement et de décider de la vie des autres car ils étaient seuls dépositaires de l autorité sur des êtres.

Sauf que la misère n est pas un crime
Et que les gens biens ne le sont que dans leur petite tête.

23.Posté par Pierre Balcon le 20/02/2017 07:06

à post 22

Votre idéologie vous empêche de penser et de lire .
J'ai pourtant écrit qu'avant de chercher une mesure de placement en centre ou dans une autre famille d'accueil on cherchait toujours dans la proche famille ( frère , sœur , tante , cousin ) une solution .
Ce n'était et n'est que quand on ne trouvait rien qu'on mettait en oeuvre une autre mesure plus radicale.

Au fond que savez vous de cette affaire ?.
Vous avez eu accès aux dossiers individuels des intéressés ?.

Non sans doute vous ressassez ad nauseam ce que vous avez lu dans une certaine presse.

Mais vous avez raison la société réunionnaise n'est pas l'occident : on y parle le patagon , on fait ses courses dans les arbres , c'est un sorcier qui vous soigne , un marabout qui officie , un mufti qui juge et un chef coutumier qu préside ..

Il y a juste des profs et des fonctionnaires indexés qui fréquentent nos écoles et nos administrations qu'ils rejoignent en BMW après avoir éteint BFM TV .

Et puis il y a cette foule des étrangers qui aimeraient bien devenir français et qui font la queue à la préfecture, mais ça c'est vraiment une détail .

Ah il me vient une idée ! si on vous échangez avec eux : un décadent contre un occident en somme

24.Posté par li le 21/02/2017 12:29

@balcon

Aucune notion reunionnaise !

Et faux, aucune mesure de placement in 974 n a été souhaitée.

25.Posté par Dolly Prane le 21/02/2017 19:37

@ 22.Posté par li le 19/02/2017 18:59

Des gens "biens " estimaient qu il leur revenait de signer l autorisation de placement et de décider de la vie des autres car ils étaient seuls dépositaires de l autorité sur des êtres.

J'ai bien aimé votre charabia ....ah ah ah


Laisson le passé au passé .....imaginons le futur

J'ai posté dernièrement sur la fraude aux prestations sociales

La Reunion vire vers un bis repetita ...avec des mères pondeuses et des pères ( Zamalés Ritrovilés et Rhumé )
Alors que la Reunion n'a plus de planning familial , que les bonnes mœurs se meurent et ne me parler pas des freres et sœurs c'est idem alors que fera t on de leur progénitures dans une dizaine d'année

DIRECTION LA. CREUSE ....dans trente Nora un Boug avec un ti chapeau va crier au scandale


Alors comme ou na bon peu zidé ON FAIT QUOI , ? depuis maintenant ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter