MENU ZINFOS
Justice

Réunion des Musées régionaux: Didier Robert sera jugé en correctionnelle


Le parquet de Saint-Denis a donné suite à l’enquête préliminaire ouverte il y a deux ans dans le cadre de la gouvernance de la SPL Réunion des Musées régionaux. Didier Robert dévoile déjà quelle sera sa ligne de défense dans un communiqué de presse.

Par Ludovic Grondin - Publié le Mardi 8 Septembre 2020 à 14:25 | Lu 3409 fois

Le président de Région devra s'expliquer sur sa gestion de la Société publique locale Réunion des Musées régionaux. L'audience aura lieu en novembre et elle portera sur les revenus touchés en sa qualité de président de la Société publique locale (SPL) Réunion des Musées régionaux. 

En juillet dernier, le dossier avait une nouvelle fois nécessité l'audition du président de Région à la Caserne Vérines. 

Ce nouveau face à face avec les gendarmes de la brigade financière faisait suite à une précédente audition libre qui avait eu lieu en septembre 2019. A la sortie de Caserne Vérines ce jour-là, Didier Robert confirmait vouloir apporter sa  "contribution à la justice et répondre aux interrogations pour un éclairage au dossier". Plutôt optimiste à la sortie, il avait déclaré que "ce rendez-vous d’aujourd’hui m’a été proposé dans le cadre d’une audition libre, ça permet à tout un chacun d’en mesurer les tenants et les aboutissants".

Un an plus tard, et ayant désormais connaissance de sa prochaine comparution au tribunal correctionnel, Didier Robert reste sur sa ligne de défense. "Dans le cadre de l'enquête concernant la Société Publique Locale des Musées Régionaux qui date de deux ans, j'ai été informé par mes avocats que je devrai au mois de novembre prochain apporter les éclairages utiles et répondre aux questions du tribunal judiciaire. Sur la base du dossier auquel je pourrai enfin avoir accès, je démontrerai qu'à la direction générale de la Société Publique Locale des musées Régionaux (RMR) jusqu'en 2018, j'ai toujours travaillé avec sérieux et rigueur pour installer une gestion saine et apaisée des musées régionaux et remettre cette société en ordre de marche", déclare Didier Robert.

"Faire la démonstration qu'aucun enrichissement personnel ou abus ne peuvent m'être reprochés"

Le président de Région explique qu'il aura à "contester les griefs qui me sont aujourd'hui reprochés et à faire la démonstration qu'aucun enrichissement personnel ou abus ne peuvent m'être reprochés. J'ai toujours agi dans l'intérêt de la société. De manière plus globale, c'est l'intérêt général seul qui dicte mon action. Et cette unique dimension est encore plus importante dans ce contexte de crise et d'urgence qui mobilise toute mon attention pour permettre à La Réunion de relever tous les défis qui se posent", conclut-il son communiqué. 

Fin 2018, le président de Région faisait déjà valoir le fait qu'il n'y avait eu aucun enrichissement personnel de sa part dans le cadre de la présidence de la SPL RMR. 

Procès verbaux en guise de preuves, Le Quotidien publiait fin 2018 que Didier Robert avait perçu la somme de 111;870,96 € au titre des salaires non versés depuis mars 2016 en sa qualité de PDG des Musées régionaux. Ce à quoi l'élu répliquait que "la rémunération de 6800 euros à laquelle il a beaucoup été fait référence, a été approuvée par la commission permanente du Conseil régional du 2 février 2016. Je rappelle ici que les actes administratifs qui découlent des commissions permanentes, sont bien évidemment rendues publics. Toute le monde a accès à ces actes".

Didier Robert rappelait d'ailleurs que la Région, "en tant qu'actionnaire majoritaire de la SPL des Musées régionaux (avait) autorisé la rémunération du président de la SPL, et qu’il est mensonger d’écrire que j’ai décidé moi-même de m’octroyer une rémunération, et il est mensonger de dire que cela n’était pas autorisé."

Au regard des éléments sur le volet déclaratif, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) avait quant à elle transmis au procureur de la République le dossier concernant la déclaration modificative des revenus de Didier Robert. Une déclaration qu'il n'avait pas effectuée dans les délais légaux, à savoir dans les deux mois suivant les premiers revenus qu'il a perçus de la part de la société publique locale.

"La Haute Autorité estime, au regard des différents éléments dont elle a connaissance, qu'il existe en l'état un doute sérieux quant à l'exhaustivité, l'exactitude et la sincérité de ces déclarations", écrivait l'instance dans son communiqué du 10 avril 2019. Ce qui a amené la HATVP à juger nécessaire "de porter ces faits, susceptibles de constituer des infractions pénales, à la connaissance du procureur de la République de Saint-Denis."




1.Posté par GIRONDIN le 08/09/2020 15:17

apporter les éclairages utiles et


Pour apporter a nouveau '' 'les éclairages' '' ' il devrait changer de fournisseur, visiblement les 1ers n'étaient pas convainquant.

Son copain de la chambre des métiers a mis en place un annuaire des professionnels:
https://www.mon-artisan.re/ma-recherche/électricité
1861 artisans correspondent à votre recherche.
7 d’entre eux sont des artisans Qualité !



A part ça je crois en la justice de mon péi

2.Posté par La vérité vraie... le 08/09/2020 16:11

2021 s'annonce radieux en terme judiciaire ! Région, CCI, collectivités.
Youpi, Youpa : la justice se rendra !

3.Posté par francois Arouet le 08/09/2020 16:13

Lui, au moins, il ne fuit pas devant la justice et il apportera tous les élément. C’est un homme courageux pas comme la traitre de saint denis qui veut un proces en metropole ...

4.Posté par La droite locale ! le 08/09/2020 16:26

Jusqu'à la moelle et dans toute sa plendeur ! Tellement donneuse de lecons ! Tellement de donneurs de leçons ! Ceux qui n'ont pas de morale, demandent aux autres d'en avoir!

5.Posté par HULK le 08/09/2020 16:36

@1 : désolé, mais la phrase :"je crois en la justice de mon pays" est l'une des des plus incertaines (pour ne pas dire pire) qui existe. Çà serait tellement bien si c'était vrai!

6.Posté par roland le 08/09/2020 16:50

Désolé, mais la justice a autre chose à faire!

7.Posté par CONFIANCE le 08/09/2020 17:00

En homme responsable, il fera face à la situation et apportera les éléments et explications nécessaires.
Vous avez notre soutien.

8.Posté par Le Jacobin le 08/09/2020 17:31

5.Posté par HULK

Je suis d'un avis contraire il a raison, il sera au pire condamné avec SURSIS comme les autres, donc la confiance est mise.

Il obtiendra son SURSIS, c'est juste un avertissement adressé ua juge qui devra lui remettre la VISA SURSIS.

9.Posté par #lareunionnite le 08/09/2020 17:55

Mdr !!!

Intouchables comme les autres

Bien évidemment avec la bénédiction de la population

10.Posté par grognon le 08/09/2020 18:17

de tous ces profiteurs de NOS IMPÔTS, seule la justice des urnes passe, comme pour les municipales....
pour autant, vouloir transformer une cuisante défaite en victoire, c'est d'un triste...
pour sa technique de défense, je me souviens d'un certain Éric Boyer, déclarant qu'était serein, lors de sa mise en examen...
vous connaissez la suite....

11.Posté par Gilo le 08/09/2020 18:17

Il y a heureusement des enquêtes qui vont à leurs termes entraînant convocations et jugements. Malheureusement, d autres sont aux oubliettes où se perdent. Qu en est il de la plainte déposée en 2016 sur les malversations de la ligue réunionnaise de football avec près de 633 000 de déficit ? Plainte par ailleurs redeposee en 2019.

12.Posté par JORI le 08/09/2020 19:32

Il a tant travaillé ardemment lorsqu'il en occupé la présidence que lorsqu'il en est parti cette spl était déficitaire ! 😂 😂 😂

13.Posté par bob le 08/09/2020 19:38

COQUE A LI COMME I FAUT !!!

14.Posté par Pas confiné le 08/09/2020 19:45

Les 6 ou 7 personnes virées doivent lui être reconnaissant. Ils ont du temps libre.
On dit merci à qui les ingrats ?

15.Posté par Mon rsa a moi le 08/09/2020 21:43

559,74 €/mois
Soit 294 mois de rsa soit 24 ans

16.Posté par La loi, l''''éthique et la morale le 09/09/2020 05:45

La Réunion des Musées Régionaux est une Société Publique Locale à qui le Conseil Régional a confié la gestion de quatre établissement muséaux : Kélonia, la Cité du Volcan, le Musée des Arts Décoratifs de l'Océan Indien et Stella Matutina. Depuis 2016, le manque de gestion, la politique de recrutement et de hausse inconsidérée des salaires au bénéfice de certains proches de la direction a entraîné l'établissement dans une position financière préoccupante. Ces problèmes, qui avaient été dénoncés dans le cadre de deux grèves du personnel inquiet, a débouché sur un plan de licenciement économique, plan qui cache en réalité un règlement de comptes à l'encontre de certains personnels grévistes, dont six cadres et trois agents indispensables au fonctionnement de la société et du musée de Stella Matutina. En diffusant largement et en signant cette pétition, vous nous apportez votre soutien en dénonçant ce plan social injuste, qui porte sur des agents qui n'ont aucune responsabilité dans les problèmes de la société. Votre contribution est déterminante, elle permettra sans doute de convaincre le Président Didier Robert de revenir sur sa décision. Merci pour votre soutien !

17.Posté par LA GESTION POUR LES NULS: éditeur stoque le 09/09/2020 05:49


_______________________________CONCLUSION ______________________________
Depuis sa création, le fonctionnement de la SPL, malgré sa forme juridique et son régime
de droit privé, s’apparente davantage à celui d’une régie de la région qu’à celui d’une société
publique locale. La prépondérance de la région dans les choix stratégiques de gestion, la faible
implication des actionnaires ultra-minoritaires, la fragilité du contrôle analogue, les modalités de
son financement, ou encore l’absence de risque financier pour le délégataire dans l’exécution des
prestations qui lui sont confiées, illustrent sa dépendance vis-à-vis de son actionnaire majoritaire
et participent à ce constat.
Cette situation génère des risques juridiques dont la SPL et ses actionnaires ne semblent
pas avoir pris la mesure. Par ailleurs, l’objectif de gestion moderne et efficace, affiché lors de la
création de la SPL, peine à être atteint. Depuis 2013, par une insuffisance d’anticipation et de
stratégie adaptée, la société a supporté, via la région, des choix de gestion pour un surcoût estimé
à 3,3 M. Les résultats en termes de fréquentation apparaissent mitigés.
Face à ce constat, la collectivité aurait pu s’interroger sur la pertinence de conserver la
SPL en tant qu’outil pour assurer la gestion de ses équipements culturels et envisager de recourir
à des outils de gestion alternatifs.
Une internalisation de la gestion des musées par leur propriétaire, soit en régie directe,
soit par un établissement public local, constituait une première possibilité. Ce choix, cohérent avec les relations actuelles, lui aurait permis de simplifier sa gestion en évitant le recours à des
procédures lourdes, comme le contrat de délégation de service public ou de prestation de services
et de renforcer le contrôle des performances de l’activité sans faire intervenir un intermédiaire.
La création d’un établissement public de coopération culturelle (EPCC) pouvait être
envisagée à l’identique de ce qui se pratique sur d’autres territoires ultra-marins. Cette formule
permet à plusieurs collectivités territoriales et établissements publics locaux d’individualiser la
gestion d'un service public culturel relevant de leur compétence respective par la création d'un
établissement public dédié13. Selon le rapport sur les établissements publics de coopération
culturelle de l’inspection générale des affaires culturelles de juin 2010, il était indiqué qu’un
établissement pouvait gérer plusieurs structures culturelles de catégories différentes14. Il en
préconise le recours pour gérer des musées « quand leur rayonnement dépasse celui de la ville ou
de l’agglomération » - ce que les musées régionaux sont.
La région reconnaît que la mise en place de la SPL a connu des difficultés et a conduit à
une « performance économique moindre » que celle attendue ; elle considère cependant que la
SPL constitue l’outil adéquat pour l’avenir et qu’il faut en consolider le fonctionnement et le
positionnement en corrigeant l’ensemble des dysfonctionnements relevés. Des travaux et des
actions ont été entrepris pour redynamiser la fréquentation des équipements et améliorer la
gestion. Des rapprochements avec d’autres acteurs privés ou publics sont en projet.
Le département de La Réunion a initié en 2017 le processus de création d’une société
publique locale « Culture » destinée à gérer onze de ses équipements15
. Il détiendra 95 % du
capital de cette société. A l’occasion de ce processus, la région et le département ont acté du
principe de participations croisées à hauteur de 5 % du capital dans leurs SPL respectives. La
gestion de l’ensemble des équipements par une seule structure pourrait, selon la chambre, être
une perspective à envisager dans un environnement contraint des finances publiques.

18.Posté par Mwouai le 09/09/2020 06:48

Comment on fait pour travailler efficacement à tous ces postes là? Parce que vu les salaires il doit y avoir beaucoup de responsabilités donc de travail...
Et comment fait Michel Fontaine ? Vu tous les postes qu'il occupe. Un surhumain doté de capacités extraordinaires? M'étonnerait...
Il n'y aura aucune condamnation car les juges sont sans doute corrompus indirectement (services, passe droit...) par ces personnes d'influence.

19.Posté par mister Magoo le 09/09/2020 08:29

Après les HC de ST Louis, sortons du jeu politique les ROBERT : pour Thierry c'est déjà fait, passons à Didier, ils joueront aux cannettes en patientant


20.Posté par Taloche le 09/09/2020 08:51

Non, 6800 €/mois en plus des indemnités de la region n'est pas un enrichissement personnel, mais plutôt un pourboire.
Quelle honte ! Quand nos petits vieux perçoivent à peine 400 €.

21.Posté par #lareunionnite le 09/09/2020 08:56


Tout ça uniquement dans le but d'aider la population bien sûr...

Bande d'ingrats

22.Posté par wtf le 09/09/2020 12:27

Reporté pour être porter devant la juridiction juste un peu avant les régionales....Bref. Toujours est il, un grand monsieur comme ça avec un tel pedigree, franchement ça sert à quoi de gruger comme ça, ils finissent toujours par tomber plus ou moins. Même Dindar si on regarde, par rapport à son passif et l'état actuel, ça lui aura servi à quoi. Sini pareil, Vira pareil, les Hoarau et Hamilcaro , l'autre Robert de St Leu, etc etc sérieux, ça vous sert à quoi de vous servir plus que ce que vous avez déjà en quantité indécente et ça suffit pas, faut en mettre encore jusqu'à ce que ça casse. Feriez mieux tout simplement de faire votre travail sans chercher à se démultiplier à droite à gauche. On verra les suite.

23.Posté par JORI le 09/09/2020 19:52

16. Didix robertix a démissionné de cette présidence depuis quelques temps et en laissant la spl en situation de déficit ! 😂 😂

24.Posté par Denise le 10/09/2020 00:07

Un tel communiqué ne peut qu'engager sa bonne foi.

25.Posté par Yab st jo le 18/09/2020 17:06

On ne le croit plus il nous ont tous bernes pour la NRL et puis la faillite de la commune du tampon et les projets en suspens le contour ante de Saint jo les déplacements a Seattle .

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes