MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Retraites : l’arnaque de l’âge pivot


Par Bruno Bourgeon, porte-parole d’AID - Publié le Lundi 16 Décembre 2019 à 14:30 | Lu 1044 fois

La réforme des retraites, qui fait tant de bruit, justifie ce tapage, car elle est complexe, tant il y a de points à analyser. Intéressons-nous aujourd’hui à l’âge de départ à la retraite.
 
Jusqu’à présent, dans le système actuel, hérité des socialistes de François Hollande, l’âge légal est de 62 ans. Mais pour avoir droit à une retraite à aux plein, il fallait avoir cotisé 43 années (avant Hollande, c’était 41.5 années). Donc démarrer le travail à 19 ans. Chaque année en moins aboutit à une décote de 5%. Pour avoir les 43 années de cotisation lorsqu’on démarre à 23 ans, il fallait attendre 66 ans. Dans le profil de carrière, une année de chômage compte comme année travaillée. Ce n’est pas le cas pour les ressortissants du RSA. Dans quelques corps de métier, une année pouvait compter double. Enfin il y avait un âge plafond, 67 ans, à partir duquel la retraite était pleine, même sans avoir cotisé 43 années. Cependant ce n’était pas facile à atteindre : chômage des seniors, maladies.
 
Avec la réforme Macron, nous allons travailler encore plus longtemps. L’âge légal est remplacé par l’âge pivot, c’est l’âge de départ à la retraite à taux plein. Cet âge pivot a été fixé aujourd’hui à 64 ans. En-deçà, décote, comme avec le système Hollande. Point nouveau : bonus de 5% si départ à 65 ans. En gros, tout le monde fait « comme si » on avait commencé à travailler à 21 ans.
 
Toutefois il y a un gros MAIS. Car l’âge pivot va augmenter dans les années qui viennent, à l’inverse des réformes antérieures, il n’est pas fixe. En lisant le rapport Delevoye, on s’aperçoit que si vous êtes né :
 
- En 1980, votre âge pivot est à 65 ans et 5 mois
- En 1990, votre âge pivot sera à 66 ans et 3 mois ;
 
Ainsi, plus vous avez commencé à travailler tôt, plus cela vous pénalise : 2 années de travail supplémentaires si vous êtes nés en 1990 ou au-delà. Et puisque cet âge est variable dans le temps, plus besoin de légiférer à chaque fois que l’on discutera de l’âge de départ à la retraite, car il n’y aura plus besoin de Lois pour repousser celui-ci. C’est un piège magnifique, un « trick », construit pour augmenter avec le temps.
 
Il y a mille autres points de discussion sur cette réforme, comme le montant par points indexé sur le PIB, sans tenir compte du vieillissement de la population, par exemple. Nous aurons le temps de vous en reparler.
 
Inspiré du site « Osons Causer » sur Youtube




1.Posté par A mon avis le 16/12/2019 18:56

Macron prépare la retraite de ceux qui ont 15 ans aujourd'hui !

Comme si ceux qui prennent leur retraite aujourd'hui bénéficiaient de ce qui avait été prévu il y a 50 ans :c'est à dire en 1970 !
Combien de réformes depuis 1970 ?
Alors combien de réformes succèderont à la réforme Macron ?

Il est absurde de vouloir tout chambouler, et mécontenter tout le monde, alors que seulement des ajustements seraient nécessaires ! .

2.Posté par klod le 16/12/2019 21:18

intéressant . perso , la disparition des régimes "spéciaux" ne me choque pas , le système administratif français étant kafkaien , sauf si :

- si pas de prise en compte de la pénibilité , la seule choses qui devrait différencier une retraite d'une autre , et oui

- si le cout du point n'est pas fixé et dépend du bon vouloir de tel ou tel gouvernement

- si l'age de départ n'est pas fixé et évolue au bon vouloir de tel ou tel gouvernement

finalement beaucoup de Si :::::::::::::::::: réforme de merde ........macron se fout du monde : le meilleur de la droite et de la gauche qu'"il" disait ............

3.Posté par Au JORI la "choose de MACRON" le 17/12/2019 01:37

Pardonnez mon langage mais la technocratie n'use que d'un seul principe celui enculatoire......c'est à dire léser le tiers peuple pour favoriser le capital.

4.Posté par Modeste le 17/12/2019 05:54

de toutes les façons il faut au minimum 42 annuités alors après cela l'age de départ sera aussi calculé en fonction de la date de votre 1ere activité.....si vous commencez à bosser à 30 ans faites vous même le calcul!

5.Posté par Pierre Balcon le 17/12/2019 06:29

Et les plans d'assurance vie ou les plans retraite individuels ou collectifs ?
Il y en a autant de "spéciaux" qu'il y a d'assureurs et d'assurés .
Cela ne vous choque pas ?
Ah ben non ! C'est pas pareil c'est moral parce que c'est privé , entends je ici ou là .

En fait tout cela n'est qu'enfumage . Il n'y a pas 42 régimes , comme on nous serine à longueur d'antenne.

Sur les 30 000 000 de personnes dites actives que compte la France , il y a environ 25 000 000 de salariés .
Et 97% d'entre eux sont dans des régimes équivalents avec des mécanismes identiques , savoir :
- une base ( calculée à partir des salaires antérieurs des 6 derniers mois pour les fonctionnaires des 25 meilleures années pour le privé ) ,
- et un taux de remplacement calculé en fonction de la durée d'activité , évaluée en trimestres..
.
S'y ajouté un régime complémentaire à points :
- AGIRC ARCCO pour le privé ;
- et RAFP ou IRCANTEC pour le public.

Certains métiers, très très minoritaires , ont mis en place , historiquement , des régimes propres , suivant pourtant à peu près les mêmes mécanismes . Et ça ne porte préjudice à personne.

Et si certains régimes sont déficitaires c'est uniquement à cause de la démographie des métiers : il n'y a plus de mineurs mais il y a encore des mineurs âgés.
Et là il est normal que la mutualisation des charges interviennent .

Dans les assurance privées c'est aussi ce qui se passe : les conducteurs sans accidents paient pour les accidents des voisins , et en cas de catastrophe , naturelle ou pas, ce sont tous les assurés qui trinquent .
L'Etat envisage- t il pour autant de nationaliser le système ???

ET La RATP et la SNCF , qu'on pointe du doigt ?

Leur régime est en fait celui de la fonction publique , avec une petite différence : l'ouverture de leurs droits intervient à 52 ans pour les roulants et 57 ans pour les sédentaires .
Mais on omet de vous dire que ce bonus n'est ouvert que pour les carrières longues dans la boîte et que les droits ne sont calculés qu'au prorata des trimestres capitalisés.
Et du coup beaucoup retardent leurs départs pour se garantir une retraite convenable.

Voilà la vérité .

Et si la moyenne des retraites est supérieure à la moyenne nationale , comme Le POINT de cette semaine l'affiche , c'est pour 3 raisons :
- à la RATP les agents ont généralement une fidélité à leur employeur et bénéficient des carrières longues ;
- les qualifications de départ ou acquise sont élevées ;
- des bonus sont accordés pour travail de nuit et à Paris où la vie est chère .

Le Point , qui tire à boulets rouges sur cette corporation , aurait été bien avisé de comparer la retraite de la RATP non pas à la moyenne nationale mais à la moyenne des salariés de même niveau A PARIS. !

Le débat actuel est foireux dès l'origine.
La véritable question est de savoir ce que recouvre ce que l'on appelle la "retraite".

Est ce une allocation sociale qu'on vous octroie au titre de la solidarité nationale.
ou bien est ce un salaire différé qu'on vous restitue lorsque que vous quittez votre vie professionnelle mais non pas la vie active et encore moins la vie tout court.

Macron lui considère que les retraités relèvent de la catégorie des gens qui ne sont plus rien , moi je soutiens que les retraités gardent leur force et leur dignité et ont des droits à faire valoir à ce titre .

6.Posté par zangoune le 17/12/2019 18:40

l'age de la retraite doit etre la meme pour tous
quelle difference entre un conducteur de train et un conducteur de bus ? le 1er retraite à 50 ,52 ans le 2eme à 62 ans et la pénibilité elle penche de quel coté ?

7.Posté par JORI le 17/12/2019 22:05

3.Posté par Au JORI la "choose de MACRON" le lâche et le capon.
" technocratie n'use que d'un seul principe celui enculatoire..", et ça doit faire mal!!.

8.Posté par klod le 17/12/2019 22:46

zangoune pose les bonnes questions......................... !

9.Posté par Pierre Balcon le 18/12/2019 06:30

Vous reprenez les arguments de la propagande !!

Savez vous le métier le plus dangereux , celui où on meurt le plus au travail ??
Militaire ? Non
Policier ? Non
Gardien de prison ? Non.
Pompier ? Non

Chauffeur routier. Oui
et en second ouvrier du bâtiment .
Exigeons donc que les chauffeurs routiers et les maçons aient le même régime de retraite que les militaires
, les policiers , les gardiens de prisons et les pompiers .

Mais ça la propagande vous interdit de le penser. Parce que la propagande a besoin de l'ordre public pour prospérer . Les affiares avant tout . Et le maçon ne participe pas au business..

En réalité les droits a retraite font partie du contrat de travail .

Voulez vous que tous les contrats de travail soient identiques ?
Que tous les salaires soient identiques

ET si vous voulez les aligner , ajustez les sur les plus élevés et non pas sur les plus bas .

10.Posté par Pierre Balcon le 18/12/2019 07:24

En moyenne 20 000 accidents du travail sont des accidents de la route. Ces accidents se caractérisent par leur gravité. Environ 2 000 ont entraîné une incapacité permanente et plus de 115 ont été mortels. La route est encore la première cause de décès au travail, avec environ 20 % des accidents mortels. Elle est également à l’origine d’accidents graves, avec des conséquences humaines et matérielles parfois importantes.

Et du côté des forces de l'ordre ,

Au cours de l’année 2017, la police et la gendarmerie nationales ont recensé 15
agents décédés parmi leurs effectifs. Ce chiffre est en diminution comparé à 2016, année durant laquelle 26 agents avaient perdu la vie. Entre 2013 et 2015, le nombre de
policiers et de gendarmes tués dans l’exercice de leurs missions est passé de 21 à 14.

Il faut bien tendu rapporter ces chiffres aux effectifs.

500 000 chauffeurs routiers contre 250 000 postes affectés au maintien de l'ordre.
Dix fois plus de morts chez les routiers pour le double d'effectifs , donc le taux de mortalité est 5 fois plus important chez les premiers

11.Posté par Au JORI la "choose de MACRON" le 20/12/2019 02:26

7.Posté par JORI le 17/12/2019 22:05

3.Posté par Au JORI la "choose de MACRON" le lâche et le capon.
" technocratie n'use que d'un seul principe celui enculatoire..", et ça doit faire mal!!.
;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;

Vous parlez par expérience.

Expérience chez le gilets jaunes puis changement de veste
Entrée en marche arrière chez les marcheurs....

12.Posté par JORI le 21/12/2019 17:36

11.Posté par Au JORI la "choose de MACRON" le lâche et capon.
N inversez pas les rôles comme vous avez coutume de faire car c'est vous qui employez ces termes, donc si expérience il y a, elle vient de votre part. Alors ça fait mal?.
"Expérience chez le gilets jaunes puis changement de veste", faut donc croire que vous n'aurez pas de candidat aux prochaines élections pour qui voter sous peine de prouver votre incontestable changement de veste!.
"Entrée en marche arrière chez les marcheurs....", hormis votre allégation, avez vous une preuve quelconque?.
Toujours pas de nouvelles des réfs des propos que vous m'attribuez?. Je crois que vous êtes bien emmerdé avec ça!!.

13.Posté par JORI le 21/12/2019 19:16

11.Posté par Au JORI la "choose de MACRON" le lâche et capon.
"un seul principe celui enculatoire", mais peut être qu'à l'image des propos que vous me prêtez sans avoir pu à ce jour me donner une seule réf, vous inventez des mots sans savoir ce que cela voudrait dire!!. Ou alors comme, comme vous êtes l'initiateur des de ce principe, parlez vous vraiment de votre propre expérience!.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes