Education

Retour au calme au lycée Patu-de-Rosemont ?

Samedi 27 Février 2010 - 08:45

Dans le conflit qui oppose les enseignants du lycée professionnel Patu-de-Rosemont au rectorat, un pas vers l'apaisement a été franchi. Ce vendredi, une délégation d'enseignants s'est entretenue avec le recteur Mostafa Fourar qui a rassuré sur les moyens mis à la disposition des établissements en zone d'éducation prioritaire.


Retour au calme au lycée Patu-de-Rosemont ?
Ils étaient près d'une centaine à s'être donnés rendez-vous ce vendredi devant le rectorat à Saint-Denis. En grève depuis plusieurs jours, les enseignants du lycée Patu-de-Rosemont de Saint-Benoît attendaient une garantie du recteur Mostafa Fourar dans le conflit relatif au classement de l'établissement en Zone d'éducation prioritaire (Zep).

S'il ne s'agit pas du premier cas de ce type dans le département, le rectorat a néanmoins apporté un certain nombre de garanties après près de trois heures d'attente (Voir "Banderoles successives ce jour sur les grilles du rectorat ").
Et pour cause, le recteur a indiqué qu'une proposition de révision à la carte de l'éducation prioritaire devait être validée par le ministère de l'éducation nationale d'ici avril ou mai, indique le Jir. Les enseignants ont également obtenu l'engagement du rectorat concernant le maintien "des moyens dont disposent les établissements en zone d'éducation prioritaire à la prochaine rentrée".

Résultat, les cours devraient reprendre ce lundi dans l'Est du département. Affaire à suivre.
Ludovic Robert
Lu 2442 fois



1.Posté par Ded le 27/02/2010 19:59

Attention , Moustapha se défausse, c'est pas moi c'est Paris!
Il va falloir être vigilant...on laisse passer le temps ,on endort les gens et hop , ça passe en douce..et trop tard pour faire machine arrière car alors ce sera :"Désolé , c'est pas moi, c'est les autres"
Soyez sur vos gardes!
Et courage!

2.Posté par Ded le 02/03/2010 20:05

Pourquoi ne parle-t-on pas des profs du LP de Bras Panon, en grève depuis 15 jours car le Rectorat refuse d'ouvrir les nouvelles sections nécessaires à la poursuite d'études des élèves?
Sans doute parce que la plupart de ces jeunes sont issus de milieux défavorisés et que Mouss comme son Maître le petit Nico, ne veulent pas que les pauvres fassent des études...déjà qu'ils coûtent cher en prestations sociales, si en plus il faut leur payer des études , mais où allons-nous...Pardon ,mais où vont les riches!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter