Société

Restos de plage: Les AOT attaquées devant le tribunal administratif

Samedi 23 Décembre 2017 - 16:03

Les autorisations d'occupation temporaire (AOT) du domaine public délivrées à certains restaurants de plage de l'Hermitage vont être attaquée en justice. C'est ce qu'ont fait savoir ce vendredi le Collectif de Défense du DPM; le Collectif des Riverains de l’Ermitage, Action Ouest et SOS La Réunion.

Les collectifs sont accompagnés dans leur action par Maitre Alain Antoine, qui évoque "une situation ubuesque" et "une occupation étrange et illicite du domaine maritime public par des restaurateurs peu scrupuleux".

"On va saisir le tribunal administratif pour demander l'annulation de ces autorisation, qui ont été délivrées dans des conditi
ons abracabrantesques", indique l'avocat. "Une fois qu'il n'y aura plus d'autorisation, nous verrons ce que feront les services de l'Etat". 

Rajeev Floricourt sur place

N.P
Lu 6429 fois



1.Posté par herve le 23/12/2017 17:28

Tres bonne chose mais je doute de la réussite de cette entreprise

Nous avons de mutiples exemples sur la cote d'azur ou l'argent fait loi.

2.Posté par le pcr le 23/12/2017 17:28

on va voir qui du pouvoir institué de l état , les non locaux et la population la vox populi qui va commander ici

3.Posté par Jeff le 23/12/2017 20:04 (depuis mobile)

Faudrait arrêter de se croire que la côte d azur....laisse a nous not resto ....encore une band de fraîchement débarqués qui veut commande à nous. ....je dis stop

4.Posté par Jean luc ABELARD le 23/12/2017 20:20

tiluc27
très bonne choses!!!!!on lâche rien !!!!

5.Posté par Boycott ? le 23/12/2017 20:36 (depuis mobile)

Et si un mouvement de boycott était activé. ...?
Cela pourrait remettre de l'ordre .....

6.Posté par charlelie le 23/12/2017 17:53

Ces commentaires créoles sont révélateurs. Merci les insulaires.

7.Posté par Nobread le 23/12/2017 21:16 (depuis mobile)

Après la gestion requin celle des chiens errants maintenant celle de resto de l hermitage ah la reunion. Content d avoir quitter cette île .un grand bordel au soleil .

8.Posté par Franck le 23/12/2017 21:17

J'espère que cet avocat connait plus les lois que son orthographe.... A part cela, oui pour partir ces restaurants de plage quai ne font vivre que 1500 à 2000 personnes sur l'île... En emploi direct et indirect. Et je ne parle pas là des producteurs locaux...Je pense que ces associations ont des plans de reclassement pour eux... Ensuite qu'en sera t il lorsque les plages seront désertes et désertées.... Pas pour longtemps puisque des projets d'urbanisme sont en projet... Ce qui est burlesque dans cette histoire, c'est que ceux ou du moins une partie de ceux ayant donné leur aval à ces constructions, se retrouvent discrètement dans ces collectifs...

9.Posté par soyard le 24/12/2017 05:16

et à st pierre, vs vs en occupez quand,l 'alizé prends de + en + de plage sur la plage !!!!!!!!!!!!!!

10.Posté par cyanure le 24/12/2017 08:56

"délivrées dans des conditions abracabrantesques" euh? vous voulez dire abracaDAbrantesque peut-être?
Mise à part ça, il faudrait élargir cette demande à l'ensemble de l’île et revoir tous les plans d'aménagements côtiers car beaucoup de domiciles sont eux-mêmes trop près des plages. Certains habitants se permettent même de "privatiser" le pauvre morceau de sable en face de chez eux.

11.Posté par Association Citoyenne de Saint-Pierre-REUNION le 24/12/2017 10:15

@8
C'est l'affaire de tous de réagir face à la privatisation du domaine PUBLIC.

Dans le cas de Saint-Pierre, au CLSPD de la Ville, nous nous opposons depuis toujours à la privatisation du domaine PUBLIC qui doit rester PUBLIC, c'est un BIEN commun.

Le mardi 02/12/2017, l’Association Citoyenne demande officiellement par courrier à la Commune de Saint-Pierre
- le contrôle de cette structure SNC-Alizé Investissement
- sa mise en demeure,
- et la résiliation de la convention pour faute, sans indemnisation si le site naturel de plage n’est pas remis en état dans les 2 mois.
(Demande de résiliation de la convention entre la Commune de Saint-Pierre et SNC Alizé Investissement, (suite à délibération du Conseil municipal n°4/135 en date du 28 mai 2008, pour une durée maximale de 12 ans) pour faute grave.)

Cette société, qui dispose déjà d'un emplacement "en or" en bordure de plage, s'est permise de construire SUR la plage, ce qui est devenu un bar, et le dessus sert désormais de terrasse pour les clients de l'hôtel. Et comme cela ne suffit pas, cette société privatise la plage en étalant des tables, transats et parasols, alors que la plage se Saint-Pierre est relativement petite et très fréquentée par les familles.

Toutes les autorités ci-dessous ont été informées de la demande dont évidemment l'Etat dont nous avons demandé l'intervention :
M. Lagoguey, sous-préfet de Saint-Pierre,
M. Zuchowicz, procureur de la République
M. Maurin, directeur de la DEAL
M. Moutoussamy, délégué CLSPD, sécurisation et médiation, et Environnement
M. Benchaa, direction Vie citoyenne
M. Bellon, délégué sécurité
M. Séverin, chef de la police municipale

La population de La Réunion se doit de se mobiliser pour défendre le DOMAINE PUBLIC qui doit rester PUBLIC.

Et qu'on arrête les élucubrations (post7).
L'activité économique peut parfaitement exister sans la privatisation de l'espace public.
Elle ne peut être durable QUE dans le RESPECT de la population et de son patrimoine.

Saint-Pierre, ville de la République française ou république bananière ?. La question mérite d'être posée.

Que tout le monde observe bien la suite donnée à cette affaire ... par toutes les autorités !

12.Posté par ciceron le 24/12/2017 10:32

Cher cyanure, le poison doit rendre sourd...l'avocat a bien dit abracaDAbrantesque...Ah la critique inutile...

13.Posté par Bravo bravo! J'espère que vous gagnerez le 24/12/2017 10:35

7.Posté par Franck le 23/12/2017 21:17

On peut très bien imaginer des restaurants moins près des plages, hors ZPG (zone des 50 pas géométriques), et respectant l'environnement naturel, pas loin, et les déplacer. Avec l'aide de la mairie.

Faut arrêter ce genre de raisonnement simpliste, celui un peu bateau du chômage. Si ça ferme, ça réouvrira ailleurs. Point barre.

Il y a très peu de plages ici, et c'est très bien que des riverains les défendent.

Même si côté riverains, dans des tas de communes, les 50 pas géométriques ont été un peu mangés et des parcelles cédées par l'Etat. Et s'il y a des abus à ce niveau là, que des actions soient engagées, je suis pour.

Avec ces types de raisonnements qui tendent à donner l'absolution aux restaurateurs fautifs, bonjour le bétonnage.

C'est comme" le post 1 qui doute de la réussite et parle de la Côte d'Azur. On n'est pas là bas, et qui n'agit pas ne risque pas de gagner ou de perdre!

Bravo à ces associations et honte à l'Etat et la mairie de Saint-Paul qui pour des raisons diverses laissent le DPM et les espaces naturels fragiles être construits voire bétonnés, avec des filaos (pourtant fragiles) être coupés!

Commencez par gérer autrement la crise requin, plutôt que de faire "des cadeaux", compensations, passe droits de ce type, qui sont stupides voire illégaux. Car portant atteinte à cet environnement naturel devenu rare à la Réunion et dans l'ouest, et qui fait le charme, notamment, de l'Hermitage et ailleurs, pour les habitants non bétonneurs et beaucoup de touristes.

Il faut que ce soit des citoyens qui agissent pour que cela puisse changer (ce n'est pour l'instant pas gagné)! Ben dis donc!

Bravo bravo, continuez, même si par malheur vous perdez au tribunal, continuez, attaquez sur d'autres plans! Ne lâchez rien! En face, ils finiront pas céder, alors que la protection des espaces naturels est une priorité des politiques d'aménagement...

C'est marrant, quand on sait que le littoral de l'Hermitage fait partie des sites où intervient le Conservatoire du Littoral qui est un "établissement public créé en 1975. Il mène une politique foncière visant à la protection définitive des espaces naturels et des paysages sur les rivages maritimes et lacustres." et dont le but est donc la protection du littoral, non son exploitation, au prétexte de travaux d'aménagement de restaurateurs....

http://www.reunion.developpement-durable.gouv.fr/le-conservatoire-du-littoral-r259.htm
http://www.reunion.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/974_Sites.pdf
://

Je précise ne pas habiter dans l'ouest ou au bord d'une plage....

14.Posté par Bravo bravo! J'espère que vous gagnerez le 24/12/2017 10:37

10.Posté par Association Citoyenne de Saint-Pierre-REUNION le 24/12/2017 10:15

Vous avez toute ma sympathie et mon soutien pour cette action sur Saint-Pierre! Allez y, ne lâchez rien!

15.Posté par @8 le 24/12/2017 10:44

mouille a ou un peut avant de donnez des ordres!!!.

16.Posté par citoyens vigilants le 24/12/2017 10:47

il faut croire que tous ces "autorités compétentes" ont la trouille au cul pour faire respecter le minimun concernant le règlement sur le DPM dans ce pays gangrené?????

17.Posté par ja le 24/12/2017 13:06

Si c'était un réunionnais qui construit son ptit case avec un problème permis construire ça fait longtemps que la mairie et l'état démolissaient sa construction

18.Posté par Romain le 24/12/2017 15:08 (depuis mobile)

Que les restos n abusent pas en prenant toute la plage ou en faisant trop de bruit ok. En revanche si jamais ces assos de vieux malokis friqués arrivent à leur fin et font disparaître les restos de plage...on les retrouveras ces vieux et ils regrette

19.Posté par bravo la Renion qui se reveille le 24/12/2017 17:48

faut leve la tete.
bientot nout tout n'aura meme pu d'espace po respirer; tout lé interdit sauf po band profiteurs restos
lé temps nout tout i bouge et i fé virer tous ces voleurs de plage publique

20.Posté par KLOD le 25/12/2017 12:44

si l'on est "radical" , il faut aussi faire "dégager" toutes ses maisons bâtis sur les "50 pas géométriques" avec l'aval, pendant des décennies de "la municipalité" ..........

21.Posté par polo974 le 26/12/2017 13:27

17.Posté par Romain le 24/12/2017 15:08
[ menaces claires ]

c'est clairement sous le coup de la loi ce genre de menaces...
étonnant d'ailleurs que zinfo n'ait pas tiqué...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter