Economie

Restaurants de plage de l'Hermitage : Le patron du Coco Beach réagit

Suite à la décision du tribunal administratif d'annuler les AOT (autorisations d'occupation temporaires) d'occupation du domaine public par un certain nombre de restaurants de plage, le groupe Exsel, propriétaire du Coco Beach, a réagi via un communiqué.
Nous le publions intégralement ci-dessous.
Notons simplement au passage qu'il ne dit pas s'il va se plier de lui même à la décision du tribunal ou s'il va attendre un arrêté préfectoral de fermeture.

Lundi 19 Mars 2018 - 00:22

Le groupe Exsel prend acte de la décision rendue le 16 mars par le Tribunal Administratif ordonnant la suspension des AOT accordées en juillet 2017 par la mairie de Saint-Paul à plusieurs établissements de bord de plage et notamment au Coco Beach, dont il est l’exploitant.

Le groupe regrette cette décision qui, à l’instar de celle de la liquidation immédiate de l’hôtel le Saint-Denis (ancien Best Western du groupe Apavou) prononcée le 7 mars dernier alors qu’il y avait des offres de reprises sans conditions, programme la disparition d’établissements emblématiques de La Réunion, au rôle économique et social majeur dans leur secteur, et les emplois directs et indirects qu’ils génèrent.

Les dommages s’annoncent, en effet, considérables :

A l’Hermitage plus précisément, ce sont des dizaines de Réunionnais (autant de familles) qui vont directement se retrouver sans travail. Il faut y ajouter la menace sur autant d’emplois indirects (chez les fournisseurs et partenaires commerciaux de ces établissements), autant de lourds dommages collatéraux, encore difficiles à évaluer.

Ce sont également des recettes en moins dans les caisses de la commune, les loyers de ces AOT étant collectés par Saint-Paul, et dans les caisses de l’Etat (cotisations salariales et patronales et impôts et taxes diverses).

Quant à l’image que cette option propose aux Réunionnais et aux touristes qui profitent des atouts de l’île et notamment du lagon de l’Hermitage en fréquentant régulièrement ces établissements, elle sera durablement ternie.

Dans ce contexte, le groupe Exsel s’interroge sur l’ambition du territoire en matière touristique et sur les motivations des acteurs qui le dirigent. Il déplore la succession de signes négatifs envoyés aux investisseurs qui souhaitent ardemment développer ce secteur porteur d’emplois et d’avenir pour La Réunion.

En tant que bénéficiaire d’une AOT pour son établissement le Coco Beach, le groupe Exsel était favorable à étudier toute solution de recul de ses installations. Cette option aurait privilégié le maintien d’une offre commerciale de qualité sur les plages, la réduction des nuisances, la sauvegarde des emplois.

En conséquence, le groupe Exsel réaffirme son souhait de travailler main dans la main avec les pouvoirs publics et autres parties prenantes pour mettre en place un nouveau cadre de fonctionnement respectueux de la loi, de l'environnement, et de la nécessité du maintien d'une offre touristique proche des plages pour le dynamisme et l’attractivité de La Réunion.

Enfin, le Groupe Exsel, 100% réunionnais, compte une dizaine d’établissements hôteliers et autant de restaurants sur toute l’île. Parmi eux, cinq hôtels sont labélisés Clé Verte (www.laclefverte.org, 1er label environnemental international pour l’hébergement touristique et la restauration) ce qui atteste de l’engagement incontestable du groupe en faveur d’une réduction significative de l’impact environnemental de son activité. Comptant plus de 450 employés, il contribue ainsi activement au rayonnement touristique et au développement économique du territoire.
Pierrot Dupuy
Lu 8823 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

15.Posté par môvélang le 19/03/2018 08:42

"""""ce sont des dizaines de Réunionnais (autant de familles) qui vont directement se retrouver sans travail. Il faut y ajouter la menace sur autant d’emplois indirects (chez les fournisseurs et partenaires commerciaux de ces établissements),"""""" c'est quoi un Réunionnais pour vous ,???????????????????????????

14.Posté par Vins le 19/03/2018 08:41 (depuis mobile)

Il va manger au cocobeach Yann Lefebvre?? C'est empesté de moustiques, on met une plombe a te servir ne serait-ce qu'une bière et les plats ne sont pas bons! Comme degrader l'image de l'ile plutot que de la servir!

13.Posté par Les champions le 19/03/2018 08:36

Comme disait l'autre: 'C'est pas après avoir ch** qu'il faut serrer les fesses'...Ceci dit, à qui profite vraiment le crime?...

12.Posté par yab974 le 19/03/2018 08:35

mais qu'est ce qui ne faut pas lire comme conneries......

11.Posté par Philippe le 19/03/2018 08:18 (depuis mobile)

c’est pas quand on a fait caca dans sa culotte qu’il faut demander du papier

10.Posté par Santa le 19/03/2018 08:17 (depuis mobile)

Perte d''emploi ou pas vous savez maintenant que tout les reunionnés sont en France pour travailler et que le reste ce content du rsa ton restaurant on s'en fou pencher vous sur le groupe Ravate aucune augmentation et cotisation salariale on parle pa

9.Posté par Julien le 19/03/2018 08:17 (depuis mobile)

Je fréquente les établissements de l’ermitage et j’apprecie manger et/ou boire un verre dans vos établissements.
Mais franchement vous avez été trop gourmand ! Vous vous êtes étendu d’année en année allant jusqu’à poser les transats privés ...

8.Posté par Ribeil le 19/03/2018 08:04 (depuis mobile)

Oui le groupe exsel respecte l'environnement et la loi littoral surtout avec un hotel comme le battant des lames.
On se demande comment le PC a été accordé...
Assez d'hypocrisie, la Réunion ne doit pas finir comme la côte d'azur ou la costa brava,

7.Posté par Mwa la pa di le 19/03/2018 07:24 (depuis mobile)

Il faut qu'il soit poussé pour que le drôle de Coco réagisse...

6.Posté par contribuable le 19/03/2018 07:24

c'est quoi ce pays ?
ou on re-bat les cartes pour tout le monde et
PLUS UNE CONSTRUCTION dans les limites légales sur toute l'ile et l'Etat indemnise les conneries faites par les maires depuis 50 ans
planche alizé et Copacabana lux nautile ne genent pas la famille BELLON et leur fan club?

5.Posté par Thomas GILBERT le 19/03/2018 06:51

Avec un dizaine d'établissements hôteliers, notamment à Saint-Gilles, le groupe a les moyens de recaser ses salariés. Il fallait accepter plus tôt de reculer et surtout le faire de suite. La partie de poker menteur est finie. Les protections administratives et politiques ont sauté.

4.Posté par Pierre Balcon le 19/03/2018 06:39

C'est cela la république des juges , qui s'appuie aussi hélas sur celle des médias .
Pour ces derniers, ils bénéficient a priori d'une présomption d'utilité publique pour les cerveaux des lecteurs et ont droit donc à la bienveillance des tribunaux
A Saint Denis cela ne pose aucun problème à ces messieurs qu'une station de lavage de voitures s'installe sur le domaine privé de la commune à 15 m du rivage , dans une zone réservée dans le PLU aux espaces verts . Le tout aux termes d'un permis précaire de 2 ans , renouvelé déjà deux fois en toute illégalité .
Elle est belle notre république de coquins et copains !

3.Posté par viande roger le 19/03/2018 06:36

Cette option aurait privilégié le maintien d’une offre commerciale de qualité sur les plages

lol

2.Posté par Springbok le 19/03/2018 01:15

D'abord ce chantage à l'emploi est indécent, de plus face à l'insolence de votre irrespect de la loi, vous êtes seul responsable aujourd'hui de ce qui arrivera à vos employés. Avec quel culot avez vous réaménagé le restaurant cité, au mépris de l'environnement pour toujours davantage de profit. Les vaguelettes du lagon venaient chatouiller vos pieds lors des dernières épisodes de houle. Voyez ce jour ce qui arrive à l'un des restaurants de bord de plage des Roches-Noires, çà suffit ! Nous, réunionnais sommes très tolérants, mais trop c'est trop, aujourd'hui c'est terminé, on ne laissera plus rien passer. Entre ceux qui bloquent les chemin des pêcheurs, ceux qui ont totalement privatisé une partie de la page de Trou d'eau avec leur chapiteau immonde pour leurs concerts du samedi soir, ceux qui prennent les plages pour des parcs à thèmes, ou aux propriétaires de chiens malpropres voire des salles des fêtes à ciel ouvert, tout sera signalé aux autorités compétentes, une brigade silencieuse est en marche et c'est plutôt un honneur de vouloir préserver notre cadre de vie et l'avenir de nos enfants face à ceux qui se gavent sans cesse, et ce sont toujours les mêmes ! Quand on croit qu'ils défendent leur seul restaurant, on s'aperçoit qu'ils en ont 4 ou 5 ... un de moins çà fera de la place à d'autres. Parfois il vaut donc mieux se taire que de se fendre d'un communiqué de la sorte.

1.Posté par Tony le 19/03/2018 00:47 (depuis mobile)

Y en a marre de ces grands groupes qui font du chantage à l''emploi ET qui exploitent les salariés en donnant de la bouffe de qualité discutable...
Le consommateur n''a qu''à faire un bon pique-nique sur les plages et ça sera tout aussi bien...

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie