MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Requins et coquins : la kouyoniss i vende par pintes !


Par Jules Bénard - Publié le Lundi 20 Avril 2015 à 10:01 | Lu 525 fois

Requins et coquins : la kouyoniss i vende par pintes !
Ce qui est arrivé à Elio n’aurait pas dû se produire !

Le fait que ce malheureux gamin soit devenu un ange ne suffira pas, hélas, à combler le vide immense qu’il laisse dans le cœur de sa famille et de ses nombreux amis. Je fais part à tous de ma sincère affliction.

Et je hurle ma haine.

J’ai suivi les cris de son papa devant les caméras, pendant que la jeune fille à ses côtés laissait ses larmes sourdre sur ses joues. Difficile de rester insensible…

Je trouve que le papa d’Elio a été trop gentil. Si cela était arrivé à un de mes enfants, je me demande comment j’aurais réagi. Ou plutôt si, je ne le sais que trop bien. Je vous laisse deviner.

Car dans cette affaire, les bonnes âmes ont beau dire qu’il ne faut pas chercher les responsables, je m’élève et prétends qu’il y a des responsables. Ou plus exactement, des irresponsables.

Il y a plusieurs faits dont beaucoup ne veulent tenir aucun compte.

Le premier est que le requin, dans l’eau, est chez lui et qu’il y règne en maître. Laurent Manaudou ne nagera jamais aussi vite que lui et Van Damme n’en battra jamais un seul à mains nues !

Le second est que nous sommes dans une île et que c’est bien la première fois au monde qu’on interdit à des îliens de profiter de leur océan.

Elio faisait déjà partie, en dépit de son jeune âge, de l’élite du surf. Etait-il humainement possible de lui interdire de se livrer à son sport favori ? Etait-il humainement possible de briser son rêve en lui fermant les chemins de la mer ?

Nous prétendons que non. Mais comme disait Jacques Lougnon à propos de l’administration et de l’interdiction d’accès au volcan : "Il est vrai qu’il est plus facile d’interdire une manifestation que de l’organiser et de l’accompagner !"

Le préfet, pour obéir aux ordres imbéciles de Paris, n’en finit plus de brandir des parapluies qu’il achète sans doute par paquets de douze ?

Car cette administration qu’il défend avec une énergie digne d’un traité sur la sieste, n’a cessé d’accumuler les erreurs, les conneries, les monstruosités, depuis des années.

1 – Pour capter les subventions européennes, l’Etat français crée des réserves à requins partout où il peut. En dépit de tout bon sens.

2 – On crée une réserve marine au milieu des baigneurs. Le requin, animal "social", a eu vite fait d’avertir ses potes : "Eh ! les copains, y’a à bouffer par là. A table !" Pour justifier l’interdiction de pêcher le squale (activité traditionnelle ici), on a appelé la ciguaterra au secours.

Une maladie qui frappe les poissons de coraux, et pas les prédateurs carnivores de haute mer. Pourquoi pas le chikungunya, tant qu’on y est ? Ou la peste bubonique, le charbon, la goutte militaire, les effluents de Tchernobyl, Parkinson, le priapisme sauvage, que sais-je encore !

3 – On prévoit des filets de protection. Mais la mairie de Saint-Paul, qui a le budget nécessaire, traîne, traîne, traîne. Il est vrai que le triste premier magistrat saint-paulois avait mieux à faire à magouiller avec le Petit Robert et autres coquins because élections.

4 – Il y a en Afrique du Sud et en Australie des centaines de kilomètres de plages protégées par des filets anti-requins très efficaces. Leurs fonds marins sont autrement profonds que les nôtres. Et nous, glorieux pays de France, n’arrivons pas à protéger nos baigneurs et surfeurs ? Il y a ici moins de 10 kilomètres de plages de Boucan à Grand-Anse, en passant par Roches-Noires, Saint-Leu, Etang-Salé et Saint-Pierre.

Alors nous lé plus couillons que bande-na daoir ?

Elio a été victime d’un requin-bouledogue. Dans les 24 heures suivantes, la préfecture jubilait : on a pêché un requin-tigre. Quelle victoire !

Mais comment voulez-vous discuter avec des murs ? Des institutions qui ont la science infuse et n’écoutent jamais les avis des spécialistes. Il est indispensable de protéger les espaces de baignade et de sports nautiques. Il est indispensable de laisser le champ libre à une pêche de régulation des squales. Pas de les massacrer, de réguler.

Mais il est vrai que prendre des mesures, pour des énarques et autres abrutis, c’est fatigant. Rien que réfléchir, déjà, ça les épuise.

Interdire est bien moins traumatisant. Un jeune mort de plus ? Ah c’est bien triste, ma bonne dame.

Marie-Alice Sinaman avait bien raison, elle qui disait :
"Bande fonctionnaires aussi i vole l’argent de l’Etat et i travaille pas !"

Je suis seul responsable de ce que je viens d’affirmer, persiste et signe : Elio, pas plus que les précédentes victimes, n’a mérité cette triste fin. Qui aurait pu être évitée si nous n’étions dirigés par une bande de coquins et d’incapables.

Jules Bénard




1.Posté par Georges BLANCHARD le 20/04/2015 16:37

Bravo pour ta clairvoyance !... La kouyoniss dure depuis 15 ans à La Réunion, depuis l'interdiction de la pêche de 1999 par des irresponsables fonctionnaires ... incapables de prendre l'avis des "Gens de Mer"
Cf: Mes posts précédents " La divine mission des requins " sur Zinfos 974
Surtout ne t'arrète pas de dénoncer les c..... qui nous gouvernent... si mal !...
Monsieur Perles

2.Posté par EKOLO le 21/04/2015 10:14

Quelques remarques :

"1 – Pour capter les subventions européennes, l’Etat français crée des réserves à requins partout où il peut."

Des réserves marines, vous en trouverez en méditerranée ou ailleurs dans des endroits où il n'y a pas de requins.
Mais quand on choisit de protéger la faune, ça inclut bien évidemment les requins de toutes espèces (la plupart ne dépassant pas 1 mètre).
On ne va pas s'abstenir de protéger un milieu marin sous prétexte qu'il y a des requins.
Pour ce qui est des subventions européennes, comme toutes subventions, elles ne vont pas dans les poches de l'Etat. Elles ne sont qu'une aide, la majeure partie des fonds venant de l'Etat lui-même.

"2 – On crée une réserve marine au milieu des baigneurs. Le requin, animal "social", a eu vite fait d’avertir ses potes"

On crée une réserve marine là où il y a des dégâts. Et si les dégâts sont causés (entre autres) par les baigneurs, eh bien oui on place l'endroit sous réserve marine. Normal. D'autant que sans protection, ces zones deviendront dangereuses pour les baigneurs, car il n'y aura plus de barrière récifale empêchant les grands prédateurs de cotoyer les baigneurs en question.
Certaines espèces de requins sont peut-être sociables, n'empêche que quand un individu gagne un morceau de proie, il ne le partage pas de bon coeur avec ses copains. Les requins sociables comme les pointes noires par exemple se blessent souvent, quelquefois mortellement, quand ils se disputent des lambeaux de proie.
Les lions aussi sont sociables, les canidés dans la majorité de leurs espèces également, ils chassent ensemble mais s'ils peuvent s'isoler discrètement pour bouffer tranquillement, ils n'hésitent pas. Regardez donc les documentaires animaliers pour vous en convaincre.
Et même chez les humains c'est pareil, même s'il existe une minorité de "robins des bois" quand-même. Mais ces "robins des bois" attendent généralement d'avoir le ventre plein avant de distribuer aux autres.

"Le second est que nous sommes dans une île et que c’est bien la première fois au monde qu’on interdit à des îliens de profiter de leur océan."

C'est peut-être parce que c'est la première fois au monde où des gens demandent des comptes à l'Etat alors que c'est leur propre responsabilité qui est en jeu.
Des gens se font chaque année écraser sur les quatre-voies de l'île, il n'y a aucun panneau d'interdiction, et eux ne viennent pas attaquer l'Etat et les collectivités. Vous êtes bien placé pour le savoir, en tant que membre de la rédaction de Zinfos.

Vous parlez de filets. Je vais pas rentrer là-dedans, mais juste vous dire que les solutions pour protéger les baigneurs, il y en a plusieurs, dont notamment la création de bassins artificiels qui auraient pour avantage de ne pas nuire à des espèces hors de cause (tortues, dauphins, ...).
La plus grande difficulté reste le cas des surfeurs, et il me semble qu'une solution avait été trouvée (par la ligue de surf, comme quoi on n'est jamais mieux servi que par soi-même) : le système vigie-requins.

Et là, personnellement, je suis d'accord pour dire que l'Etat a dressé des obstacles stupides à la mise en place du système. Sur ce point, les surfeurs (enfin, les dirigeants) avaient fait preuve d'un grand sens des responsabilités. Ils n'avaient rien demandé à personne, avaient tout organisé avec l'aide d'autres pratiquants d'activités nautiques et sous-marines, et apparemment le principe marche bien puisque depuis le temps aucun accident à déplorer lors des sessions encadrées plus ou moins officiellement. Et il a fallu que l'Etat mette son grain de sel et fasse traîner les choses.

Si, au lieu de tout remettre en cause (pêche massive qui n'éliminera pas le risque comme l'a reconnu JF Nativel lui-même, suppression de la réserve marine) ils faisaient pression sur l'Etat pour favoriser une fois pour toutes le système des vigies, peut-être que les associations adverses pourraient les rejoindre et face à ce consensus l'Etat n'aurait plus de raison de bloquer. Il faudrait juste clarifier d'avance les responsabilités (en cas d'accident sur un vigie, par exemple).

Et au lieu d'investir à tout va dans 36 solutions sans aller jamais au bout, qu'on n'en retienne que ce qu'il faut (une pour les baigneurs, une pour les surfeurs) et qu'on distribue plutôt l'argent aux entreprises lésées (camions-bars, commerces liés à la pratique du surf ...) en tant qu'aide au reclassement, afin qu'ils puissent rebondir sans atteindre le fond (pour certains c'est malheureusement trop tard). C'est normal on est dans un pays solidaire, pas aux USA, et ces entrepreneurs n'ont rien fait pour en arriver là, ils n'ont fait que subir, et de manière digne je trouve. Il ne faut pas les oublier.

Voilà.

3.Posté par Jules Bénard le 21/04/2015 14:01

à EKOLO : j'ai attentivement lu vos remarques comme vous le pensez bien. Elles ne vont pas forcément contre ce que je dis. Vous complétez plutôt mes propos et je vous en remercie vivement car ils (vos propos) sont sous-tendus par une connaissance scientifique dont je ne dispose pas forcément.
L'idée de création de bassins pour les baigneurs est à retenir d'urgence. Bravo ! Vous n'êtes pas le premier à le dire mais bis repetita placent car cette idée, jusqu'ici, a été superbement méprisée par nos décideurs.
Au plaisir de vous relire, cher "EKOLO".
En plus, vous écrivez bien alors, ne boudons pas notre plaisir.

4.Posté par Boa Bill le 21/04/2015 18:41

Faire croire aux surfeurs que l'on peut "sécuriser" les 10 ou 12 kms du littoral afin qu'ils puissent SURFER, ce qui reste un sport, est utopique, consternant et complètement irréaliste au vu du contexte.

Le monde a changé, le carré d'or St-Gillois aussi, surexploité et donc superpollueur de par l'activité humaine, comme toutes les zones de notre DOM ! Comparer la situation réunionnaise avec ce qui se passe en Afrique du Sud et en Australie est illusoire et contre productif !

Je partage l'avis d'un site, et UN SEUL sécurisé avec les moyens techniques dont nous disposons et avec l'humilité de reconnaître que le risque zéro n'existe pas !!!

Tuer un requin, c'est libérer un territoire de chasse qui sera immédiatement reconquis par un autre requin !

Pourquoi ne pas, en parallèle avec la proposition précédente, à savoir la sécurisation d'un SEUL site, profiter de cette chance qu'est le requin ? Pourquoi ne pas changer pour s'adapter plutôt que de revendiquer un passé qui ne reviendra pas ? Pourquoi pas une exploitation touristique des requins ?

5.Posté par EKOLO @ JB le 22/04/2015 11:09

Très positif, votre post.

Donc, pour résumer, vous et moi :
- on est d'accord qu'il faut faire des choses pour sécuriser baigneurs et surfeurs
- on est d'accord sur l'idée des bassins artificiels pour les baigneurs
- on est d'accord qu'il faut donner toutes ses chances au dispositif vigie-requins (à confirmer par vous)
- on est d'accord qu'il ne faut pas oublier le secteur commercial (notamment les plus petits) qui a subi jusqu'à en mourir silencieusement (à confirmer par vous)

Conclusion : si tous les deux nous avions été les décideurs dans cette affaire, on aurait peut-être réglé le problème à l'heure.

Oublions le reste (les requins qui appellent leurs camarades, etc ...), ce ne sont que des détails qui ne font rien que créer des discordes inutiles.

En fait il y avait une bonne part de modérés, dans les parties prenantes au processus de décision (C4R). Et c'est grâce à leur opiniâtreté que des solutions intéressantes ont pu être retenues.
Ce que je déplore aujourd'hui, c'est que tout est remis en cause et que les médias (dont Zinfos) accordent une grande importance à ceux qui veulent tout gâcher.

Je sais bien que c'est le rôle des médias d'informer, que ce soit sur des sujets plaisants ou désagréables. Mais dans le cas présent, je trouve qu'on en fait trop.
Je sais aussi qu'un site comme Zinfos, qui est gratuit, a besoin d'une grande audience pour justifier les tarifs qu'ils proposent aux annonceurs publicitaires ; et que tout article susceptible de provoquer de longs débats passionnés dans les commentaires, va donc dans ce sens.
Mais comme nous le savons tous, il y va de la vie, humaine comme animale. Mettre de côté l'aspect financier pour privilégier le règlement rapide de cette crise ne me paraîtrait pas scandaleux. Et accorder tant d'importance à ceux qui bloquent le processus par leurs remises en causes permanentes, c'est affaiblir, démoraliser le camp des modérés (je l'appelle comme ça, il y a peut-être un nom plus approprié, mais vous savez de quoi je parle).

Je sais bien aussi que vous n'êtes pas le patron chez Zinfos, et qu'il peut être délicat pour vous de prendre parti contre les intérêts de votre employeur. Donc je comprendrai si vous ne me répondez pas sur ce point précis.

Pour finir, je tiens à préciser que je ne suis pas contre le principe de pêcher du requin pour le manger. Je suis seulement contre le principe de pêcher du requin à des fins d'élimination. Je mange du cabri et du boeuf, mais je suis révolté par ceux qui laissent traîner leur bétail sur la route, car ce sont des morts inutiles et en plus c'est dangereux pour les automobilistes et les piétons.
Si l'Etat a interdit la vente des gros poissons ciguatériques (et encore, il en reste qui ne sont pas interdits parce qu'ils ne vous feront pas mourir, mais vous serez malades quand-même, par exemple avec les grosses carangues et les gros mérous), c'est sûrement parce que, alerté, il n'avait plus d'autre choix que de le faire (sinon rendez-vous au tribunal administratif).
Les fonctionnaires décideurs ont une carrière, et chaque fois qu'ils seront mis en cause, c'est leurs ambitions qu'ils devront revoir à la baisse. D'où leur prudence et leur hésitation à autoriser de nouveau la mise sur le marché des requins incriminés dans la crise.
C'est pourquoi les préfets se succèdent mais ne prennent pas de risque, préférant faire traîner les choses jusqu'à leur départ et léguer le dilemme à leur successeur. Vous l'avez sans doute compris depuis bien longtemps, mais je le dis parce que c'est une réalité et que tout le monde, en particulier ceux que ça dérange, doit se l'approprier une bonne fois pour toute. Sinon dans 10 ans on entendra toujours les mêmes revendications.

Prions seulement pour que ceux que j'appelle les modérés, à défaut de se faire entendre dans les médias, soient enfin entendus par le Préfet et que celui-ci fasse que les idées sur lesquelles vous et moi sommes d'accord soient enfin mises en oeuvre efficacement et définitivement.
Et que les politiciens en quête de reconnaissance accordent leur soutien non pas à ceux qui crient le plus fort, mais à ceux qui sont les plus raisonnables (il faudra peut-être multiplier les prières par 10, qu'est-ce que vous en pensez ?)

Salut.

6.Posté par EKOLO @ Boa Bill le 22/04/2015 11:44

Salut

Pour ce qui est du 1er paragraphe (faire croire aux surfeurs qu'on peut sécuriser ...), une petite remarque de ma part.
En fait on n'a pas besoin de faire croire aux surfeurs, ce sont eux-mêmes (du moins leurs dirigeants) qui ont eu l'idée du système de vigie-requins et autres motos des mers pour sécuriser leurs séances de pratique.
Je suppose qu'ils se sont inspiré de pratiques qui ont lieu lors de championnats mondiaux. S'ils ont véritablement imaginé le système, ils n'en ont que plus de mérite.
En tout cas ils ont au moins le mérite de l'avoir fait par leurs propres moyens, à leur propre initiative, ce qui témoigne d'une attitude responsable.
Mais puisque l'Etat a décidé de s'en mêler, très bien, mais qu'il ne mette pas un frein à une solution qui jusqu'à l'heure a fait ses preuves (sur la durée, on peut parler de faire ses preuves, même si on n'est jamais à l'abri d'une surprise dans l'avenir).

D'ailleurs je suis parfaitement d'accord avec le paragraphe 4 : un territoire de chasse aussitôt vacant, il est investi par d'autres. C'est valable pour les requins comme pour n'importe quel prédateur, surtout solitaire. Les surfeurs le savent très bien, puisqu'ils affirment que le bouledogue a remplacé les requins de récifs depuis la disparition de ces derniers (par la pêche et la chasse selon certains, mais ce n'est pas très clair).
Et JF Nativel, partisan de la pêche comme solution, a reconnu lui-même que le risque zéro n'existera pas pour autant.
A part ces deux solutions, pour les surfeurs, je n'en ai pas entendu d'autres.

Mais c'est surtout sur le dernier paragraphe que je voulais intervenir : rentabiliser la présence de requins en développant un tourisme d'observation comme ils le font par exemple en Afrique du Sud ou en Californie (ça a pas été dit clairement, mais je l'ai supposé).
Personnellement, je ne pense pas que changer le comportement des requins en leur distribuant de la nourriture (condition nécessaire pour les sédentariser, afin de garantir aux clients qu'ils verront des requins à coup sûr), soit leur rendre service.
Les requins ont un rôle à jouer dans l'écosystème. On compte sur eux pour réguler des populations de poissons. Certains requins n'arrivent pas à survivre par leurs propres moyens, ils faiblissent et finissent par mourir de faim ou être bouffés par d'autres poissons. C'est dur, mais c'est à ce prix que l'équilibre naturel est garanti.
C'est même pour cette raison qu'on s'oppose à leur régulation par l'homme, car on n'a pas les éléments de mesure pour contrôler une telle tentative de régulation.
En même temps, certains diront qu'on n'en est plus à ça près, question intervention fâcheuse de l'homme dans nature. On pourra toujours leur dire que ce n'est pas parce que les ravines sont sales qu'il faut continuer de les salir pour autant.

Je pense que le mieux qu'on ait à faire, c'est de régler cette question de sécurisation en évitant au maximum de jouer sur les populations de requins, et la solution des bassins artificiels pour les baigneurs et celle des vigie-requins pour les surfeurs sont justement les seules qui vont dans ce sens.
Et après, puisque dans toute cette affaire on aura au moins acquis une certaine pensée écologique, on pourra s'attaquer tous ensemble au problème de la surpêche industrielle qui est un véritable crime contre l'environnement à l'échelle planétaire.

7.Posté par Jules Bénard le 22/04/2015 11:53

à EKOLO :

Vous réagissez vite, bravo ! Et vous écrivez bien, ça nous change un peu.

Pour les vigies-requins, bien sûr qu'il faut les garder : aucun élément concourant à la sécurité ne peut être négligé. On ne va pas les virer en leur disant : "Merci mssieurs-dames, on n'a plus besoin de vous, allez vous faire manger ailleurs !" On a toujours besoin d'eux. Au fait... sont-ils payés en fonction du danger qu'ils affrontent quotidiennement ?

Le secteur commercial ? On est bien content d'avoir ces commerçants sous la main quand on en a besoin ! Ils sont des animateurs à part entière de nos villages touristiques. Ils font vivre du personnel. Ils vendent ce que le client demande. Avec le sourire. Alors, grands dieux, oui ! Mille fois oui.

Les "intérêts" de mon patron" ? Pierrot est mon cousin et mon employeur. Lorsque j'attaque (souvent, croyez-moi) Didier Robert, avec lequel il est plutôt en bons termes, il ne me censure JAMAIS. Il ne m'appelle même pas pour me dire de mettre une sourdine. Il sait l'iconoclaste que je suis et, malgré tout, il m'a sollicité comme collaborateur.

Manger du requin? Où est le problème ? On en a toujours mangé par chez nous. Certaines espèces sont inabordables car puant l'urine. Les autres variétés sont succulentes quand on sait les accommoder... sur feu de bois, encore meilleur, miammmm!!

Multiplier les prières par 10 ? Désolé, cher EKOLO, je suis devenu incroyant en prenant de l'âge. Quoique... quoique... il m'arrive d'appeler à mon secours saint Mandoze ou saint Zam quelquefois.
Au plaisir de vous relire.

8.Posté par 974yaimekozer le 22/04/2015 13:45

bonjour, je tenais a féliciter les protagoniste de ce super échanges, sur le risque requin qui je le doit bien avouer change des insupportable pris d'opinion sur les réseaux sociaux , et qui le sont trop souvent accompagné d'insulte et de propos inutile, j'ai eu plaisir a lire vos différent commentaires, et j'ose a peine donner mon avis de peur de détériorez ces échanges qui font preuve d'un tel intellect. je vais quand même me lancer simplement en disant que je ne suis pas contre la pêche de requin, même si je pense ne jamais en manger. pour ce qui est des vigie requin on ne peut que déplorez leur disparition, je pense qu'il jouer un véritable rôle. pour ce qui est des coupables je ne pensent pas qu'on puisse en mettre , a part le facteur humains qui entraine beaucoup de dérèglement de la nature.
la solution serait de changer nos habitude a nous, la piste de la création d'un site protéger et a approfondir , sans doute la plus humainement possible des solutions.
pour ce qui est du fameux ciguatera(désolé si je l’écorche), je pense que si certain scientifique ont fait un lever de bouclier c'est qu'il doit quand même avoir des risques... enfin je voulais juste donner mon, humble avis, tout en essayant de ne pas baisser le niveau de cette échange.
et mille excuse pour mon massacre de la langue française, je suis loin d’être doué pour écrire.

9.Posté par Jules Bénard le 22/04/2015 21:02

à posté 8974 : merci de participer au débat, cher ami. Et ne vous excusez pas ! Ce monsieur avec qui j'échange est comme moi amoureux de notre langue ; nous en profitons donc car il n'y a pas de mal à se faire du bien.
Mais loin de nous l'idée de refuser les avis sous prétexte qu'il y manquerait un imparfait du subjonctif.
Vous dites des choses parfaitement sensées et nous vous encourageons vivement à persister.
Et je profite de l'occasion pour vous assurer que le requin, c'est très bon. Je connais notamment une recette que m'ont apprise mes amis de Mayotte, la mahatsangu.

10.Posté par EKOLO le 23/04/2015 02:59

Salut à vous

Je confirme les propos de JB : peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse (à consommer avec modération).

Personnellement, après 35 ans de lectures, il fallait bien qu'un jour certaines tournures de phrase finissent par rentrer dans mon disque dur. La plupart de mes camarades y arrivaient au bout de 10 ans, et si je donne l'impression d'y être parvenu, c'est donc qu'il y a de l'espoir pour tout le monde.
Même en lisant Astérix ou Pif gadget on apprend des expressions de langue française, il ne faut pas hésiter si ça rend l'apprentissage plus agréable.

Pour ce qui est de l'orthographe, je n'ai pas tellement de mérite, chaque mot ayant une faute est souligné en vaguelettes rouges sur mon écran. Sans ça, il y aurait obligatoirement un tas de fautes d'orthographe dans mes posts.
Ryin ke kan mi ékri kréol mi fé pa in kont ek pès bann vag rouz la ! (Tenez, vous voyez ? c'est tout souligné en rouge)

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes