Courrier des lecteurs

Requiem pour l’industrie agro-alimentaire

Vendredi 21 Septembre 2018 - 11:00

L'industrie agro-alimentaire va mal. Le grand public prend conscience qu'on lui vend des cochonneries. L’application appelée i-boycott permet de scanner n'importe quel article au supermarché pour connaître le scandale sanitaire qui se cache derrière. Les industriels paniquent. Richard Girardot de l'Association Nationale des Industries Alimentaires (ANIA), un lobbyiste pur jus, a convoqué la presse pour dénoncer le fait : « Il faut lutter contre les attaques caricaturales et incessantes contre l’alimentation qui entrainent la destruction sans fin de la valeur. (...) Les icônes, les marques que l’on a adorées, on les brûle. On est en face d’un marketing de la panique.», a-t-il dit, puis d'ajouter : « Tout est fait pour assurer la qualité et la sécurité alimentaires. A priori, il n’y a plus de morts liés à l’alimentation. »
 « Il n’y a plus de morts liés à l’alimentation ».

Mais sur quelle planète vit-il ? La malbouffe est la principale cause de l’épidémie de surpoids et d’obésité, qui est derrière l’augmentation dramatique des maladies cardiovasculaires et du diabète de type 2 dans le monde. Ces maladies font des millions de morts. Le surpoids et l’obésité sont en outre associés à un risque de développer des cancers. Tout ceci est montré sur le site de l'Institut National du Cancer. Il n’existe pratiquement pas une maladie (dépression, arthrose, reflux, prostate, impuissance...) où l’on ne conseille pas aux patients de perdre du poids pour améliorer leur état.

Richard Girardot est l’ancien président de Nestlé-France. Quand il explique qu'il n'y a « plus de morts liés à l'alimentation », il parle de produits contaminés. D'où cette impression d'avoir rempli sa mission si le consommateur ne part pas aux urgences après avoir ingurgité un soda ou un yaourt. Il ne voit aucun problème à vendre par milliers de tonnes des barres chocolatées ou des poudres cacaotées à grand renfort de matraquage publicitaire ciblant les petits enfants. Et il trouve scandaleux que des citoyens responsables dénoncent certaines pratiques.

L’agro-industrie vend de la malbouffe. Elle est aussi le plus gros annonceur publicitaire ciblant les tout-petits. Age où se prennent les (mauvaises) habitudes alimentaires. Les tout-petits sont vulnérables aux publicités. Lorsque des spots leur promettent le bonheur, le rire, la popularité auprès de leurs amis, la joie en famille, à condition de se gaver de sucreries, ils n’ont aucune barrière de protection mentale. Il n’y a pas mystère derrière la « fulgurante hausse » du diabète de type 2 chez les jeunes, alors que cette maladie était réservée aux adultes. On sait.

L’industrie du tabac a été mise à genoux. Monsanto est inquiété par des milliers de personnes. Le même phénomène va se produire pour l’agro-industrie. Des gens vont venir demander des comptes. Ils retraceront les campagnes de publicité, les incitations innombrables, infernales, qui les ont poursuivis partout depuis le berceau, depuis les maternités, pour les pousser à acheter des produits qui ne sont pas bons pour eux, aux effets à long terme non mentionnés.

C'est pourquoi ces entreprises doivent changer de stratégie. Diminuer la part des produits transformés. Augmenter celle des produits bruts, frais, locaux. Cela va être douloureux car ce sont les produits transformés qui font les plus grosses marges. Il est beaucoup plus cher, compliqué, lent, de produire des aliments frais, de bonne qualité. Mais cela permettra de créer des emplois, rétablir des métiers oubliés, rendre à la population un rapport sain avec la nourriture, qui est à la base de la santé, à la base de la vie ! Cela permettra de soigner les gens, mais aussi la société, car une société saine ne peut manger malsain
Dr Bruno Bourgeon, président d’AID aid97400.re
Lu 516 fois



1.Posté par Zarin le 21/09/2018 13:33

Cercueils pour obèses

Hélène Vissière

Publié le 28/11/2003 à 18:11 | Modifié le 18/01/2007 à 18:01 Le Point

Après les tee-shirts, voici maintenant les cercueils XXL. Près de 59 millions d'Américains, soit presque un sur trois, sont obèses, et les pompes funèbres doivent s'adapter d'urgence au nouveau format de leurs clients. Goliath, une entreprise de l'Indiana spécialisée dans les cercueils surdimensionnés, vend aujourd'hui quatre ou cinq exemplaires par mois de son plus grand modèle, contre un par an à la fin des années 80. Comparé au cercueil habituel de 61 centimètres, il mesure 112 centimètres de large, il est doté de charnières et de poignées renforcées, ce qui lui permet de contenir un poids de 320 kilos.
.....
La crémation n'est pas forcément la panacée. Selon Jack Springer, directeur de l'Association des crématoriums d'Amérique du Nord, les fours classiques ne peuvent traiter des corps de plus de 300 kilos. Tout cela alourdit singulièrement la facture. L'enterrement d'un obèse peut atteindre 800 à 3 000 dollars de plus que celui d'un défunt « standard »...

2.Posté par Bruno Bourgeon le 21/09/2018 18:03

Merci Zarin de cette contribution sous forme d'humour noir. Promis, je ne dépasserai pas 300 kgs.

3.Posté par MICHOU le 22/09/2018 18:43 (depuis mobile)

Tout à fait d''accord mais rien n''est gagné. Il faudrait arriver à tout boycotter systématiquement jusqu''à ce que ces poisons n''existent plus et ne soient plus vendus, utilisés consommés.BOYCOTTONS, N''ACHETONS PLUS.

4.Posté par Pamphlétaire le 23/09/2018 02:28

Syngenta : Le géant suisse de l’agrochimie est au cœur d’une affaire d’épandage de semences enrobées d’insecticides neurotoxiques. (Epandage, enfouissement en France)

Le scandale de Yavatma (Inde)

https://exportationstoxiques.publiceye.ch/

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 21 Octobre 2018 - 09:43 Les syndicats dans la course électorale !



Suivez
le Grand Raid 2018
avec ZINFOS974
PARTENAIRE
Au coeur du Grand Raid
70 heures en direct live
Non Stop