Education

Rentrée: "Un plan d'urgence éducatif" nécessaire selon la CGTR Educ'action

Mardi 18 Août 2015 - 10:32

Suite à l’annonce de la création de 155 postes d’enseignants et d’ATSS, la CGTR Educ’action réagit. S’il félicite l’effort du gouvernement pour cette rentrée, c'est encore insuffisant selon le syndicat. Ce dernier a décidé de se joindre à la grève nationale en septembre.


Comme annoncé hier par le recteur, Thierry Terret, l’académie de la Réunion compte 143 postes d’enseignants supplémentaires cette rentrée, 57 dans le premier degré et 86 dans le second. 12 postes ATSS (2 CPE , 1 médecin scolaire,3 postes infirmier scolaire, 4 emplois assistantes sociales , 2 postes administratifs) voient également le jour.

Des chiffres qui ont doublé par rapport à l’année dernière, félicitent les syndicalistes de la CGTR Educ’action : "Nous ne pouvons que saluer cet effort même si nous sommes encore en retrait par rapport à la rentrée 2013 ou 261 postes avaient été créés". Mais d’ajouter que la Réunion reste "en retrait par rapport à la rentrée 2013 ou 261 postes avaient été créés". 

"Pour commencer à parler de plan de rattrapage effectif," il faudra selon eux "aller bien au-delà du volume 2015". "Cependant, force est de constater que cela tranche avec la politique de suppressions massives de postes qu'a connu notre académie", ajoutent-ils.

Le syndicat demande aujourd’hui "une politique de création d'emplois plus ambitieuse et plus adaptée aux réalités et besoins réels de notre territoire, compte tenu de la croissance démographique de l’île qui absorbera en cette année 2015 une grande partie des nouveaux postes créés sur le plan national".
 
"Un plan d'urgence éducatif nécessaire"

Ils rappellent par ailleurs que "les revendications de la CGTR EDUC'ACTION demeurent d'actualité" et notamment la mise en place d’un plan d’urgence éducatif. Ce qui passe selon eux par des taux d’encadrement en emplois publics plus importants et la mise en place un plan pluriannuel ambitieux de rattrapage. Autres demandes : Que toute notre académie soit placée en zone d’éducation prioritaire et que les effectifs en classes soient sensiblement réduits.

Sur la question de la réforme des collèges, le syndicat y est toujours férocement opposé et se "dit partie prenante  des processus d’actions  au niveau de l'intersyndicale  nationale, incluant une grève nationale en septembre et une manifestation nationale en octobre".
Lu 1554 fois



1.Posté par ça commence le 18/08/2015 12:30

ca commence ça change pas et ça continue même un jour d'activité et il commence à pleurnicher ,quelle bande de requins

2.Posté par maman inquiète le 18/08/2015 12:35

Quand est-ce que ces éternels braillards nantis chargés d'éduquer convenablement les enfants Rénionés, vont-ils avoir le courage de demander la suppression de leur injuste surrémunération qui tire les prix vers le haut, pour financer les créations de postes qu'ils réclament à l'Etat surendetté ???

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >