Social

Réforme des retraites : Les soignants font les morts pour dire non à la précarité

Le réforme des retraites continue de provoquer la colère dans de nombreux milieux professionnels : après les avocats, les enseignants ou encore le personnel hospitalier, ce sont les professionnels de santé libéraux qui sont mobilisés devant la préfecture ce jeudi. Ils protestent contre cette réforme qui les obligerait à cotiser presque le double pour obtenir une retraite similaire, ce qui ne serait pas sans conséquence pour les patients.

Jeudi 13 Février 2020 - 15:31

Ils sont kinésithérapeutes ou encore orthophonistes, et ce matin ils font "les morts" devant la préfecture. Une manière symbolique de protester contre la réforme des retraites et ses conséquences sur le système de santé, organisée par le collectif "PLS" : professions libérales sacrifiées.
 
"Nous avons une caisse de retraite autonome, nous ne coûtons rien à l’État, nous nous autofinançons depuis toujours", nous explique Elsa Leiser, orthophoniste libérale. "Nous sommes également une caisse qui est solidaire depuis toujours puisque comme nous sommes excédentaires, nous reversons une grande partie de nos cotisations à d’autres caisses qui elles sont déficitaires, notamment le système général" .
 
Dès lors, c’est l’incompréhension. Pourquoi vouloir modifier un système qui fonctionne très bien ?
 
"On nous demande encore plus de solidarité en nous alignant sur le régime des salariés et ainsi augmenter nos cotisations de 14% à 28%. Dans mon cas, ça représente 700 euros de plus par mois", ajoute Amélie Maillot, Kinésithérapeute libérale.
 
Une augmentation qui leur semble injuste puisque contrairement aux salariés, les professionnels de santé libéraux ne bénéficient pas de couverture maladie, de congés payés, ou encore de droits au chômage : "nous devons payer tout ça nous-mêmes".
 
En résumé, si la réforme est appliquée comme prévu à ces professions, les orthophonistes, kinésithérapeute, et autres infirmiers libéraux se verraient cotiser deux fois plus pour obtenir une retraite similaire.

Des conséquences pour les patients
 
Les cabinets de ces professionnels sont extrêmement sollicités à La Réunion. La demande est très grande alors que leur nombre reste insuffisant, indique Elsa Leiser :
 
"Chez les orthophonistes de La Réunion il y a une liste d’attente qui va d'un à deux ans, nous ne sommes pas assez nombreux et c’est criant. Si l’exercice libéral de notre profession devient plus précaire, ça voudra dire aussi des cabinets encore moins stables dans le temps, et encore moins d’installations".

Même chose chez les kinés : "On a déjà du mal à recruter, alors si on nous augmente les cotisations comment voulez-vous que les jeunes se tournent vers le libéral?" demande Amélie Maillot.
 
D’autant qu’ils peuvent difficilement augmenter leur charge de travail : "On s’occupe d’êtres humains, on ne peut pas se transformer en usine à soigner, ce n’est pas possible, ajoute-t-elle, nous avons besoin de plus de soignants. On prend soin des personnes vulnérables, de personnes porteuses de handicaps, des enfants, des personnes âgées, et ce sont aussi ces personnes-là qui sont mises en danger par cette réforme".
 
L’autre option pour ces professionnels, se déconventionner, c’est-à-dire pratiquer des dépassements d’honoraires, qui seront dès lors à la charge des patients, pénalisant les plus défavorisés.

Lu 1825 fois
Charlotte Molina
Poseuse de questions qui fâchent, j’aimerais pouvoir arrêter la musique qui joue constamment dans... En savoir plus sur cet auteur




1.Posté par Et nous pas de promo ? le 13/02/2020 16:30

Plusieurs artistes, comédiens ou chanteurs, se sont réunis ce jeudi 13 février 2020 pendant les traditionnels embouteillages du matin au rond-point de l'entrée ouest de Saint-Denis. Ils dénoncent à nouveau le budget de la culture de la Région, amputé de plus de 5 millions d'euros. Les associations culturelles notamment subiraient des coupes de 73%. A coup de chants et de chorégraphies, ils essaient d'interpeller les automobilistes sur leur situation tout en leur offrant ce petit concert de rue pour alléger les bouchons. L'action sera reproduite ce vendredi 14 février à Saint-Pierre.

2.Posté par Richard Zoreil de Sin Dni le 13/02/2020 17:11

L’autre option pour ces professionnels, se déconventionner, c’est-à-dire pratiquer des dépassements d’honoraires, qui seront dès lors à la charge des patients, pénalisant les plus défavorisés.

CHICHE

Vous oubliez aussi que le déconventionnement a pour conséquence le non remboursement des actes par l’assurance maladie et par les mutuelles aussi. Donc les patients iront voir ailleurs.....

Une augmentation qui leur semble injuste puisque contrairement aux salariés, les professionnels de santé libéraux ne bénéficient pas de couverture maladie,
qt[
C 'est faux, c'est un mensonge, car vous bénéficiez du régime général comme les salariés c'est un avantage à condition d’être conventionné.

Alors CHICHE vous vous déconventionnez !

3.Posté par Kayam le 13/02/2020 18:55

le collectif "PLS" : professions libérales sacrifiées.

Alors ce matin ils ont fait "les morts"...donc ils étaient inconscients mais avaient la possibilité d'être sauvés.
Combien de voitures et leurs occupants passent par là ? Combien de personnes travaillent à ladite préfecture ?

Et il n'y avait personne pour les mettre en PLS ? (Position Latérale de Sécurité) 😲 Aah ! Le monde n'est vraiment plus ce qu'il était hein...

4.Posté par Reno Zorey Sin Benwa le 13/02/2020 19:34

Dis donc Richard, au lieu de proférer des inepties d'un ton cynique et péremptoire , renseigne toi davantage sur les délais de carence qui attendent les libéraux en arrêt maladie. Quant au deconventionnement, bien sûr qu'il faudrait être ballot pour essayer de vivre ainsi à la Reunion. Ton discours sent un peu le réac embusqué. "Chiche"!! Bien sûr que non! Nous ne sommes pas des bézeurs de paké qui s'engraissent au frais de la sécu! Nous aimons travailler et vivre ici en harmonie avec nos patients. N'empêche que de manière plus élargie (pense plus large, Richard), nous ne pourrons pas tous supporter une augmentation de nos charges, d'où la fermeture , ou le changement de profession ! Et alors, qui seront les gagnants de cette histoire? Les professions libérales ? Les patients en demande de soins?Pour les premiers, Reste le deconventionnement effectivement...et la mise en place de cette économie à deux vitesses que notre président semble appeler de ses vœux . Quelle réussite !

5.Posté par Richard Zoreil de Sin Dni le 14/02/2020 11:52

C'est quoi les inepties que j'avance SVP ?

C'est vous même qui comparez les salariés du privé à vos professions (entendu ce matin à la Radio) que soit disant nous avons des avantages que vous n'auriez pas.....
Maintenant, moi en tant que salarié du privé je ne suis pas en mesure d'aller chez mon banquier pour faire un prêt pour :
- Mon cabinet
- ma maison perso
- ma voiture
En même temps il faut aussi que vous arrêtez de faire croire que vous êtes malheureux

Je comprends que vous trouviez l'augmentation de la retraite soit trop importante mais il ne faut pas déconner

Vous êtes en position de force car votre profession peine à trouver de la main d'oeuvre vous feriez mieux d'aller dans les déserts médicaux au moins vous feriez du sociale en plus.

Et puisque vous voulez que je continu, expliquez moi pourquoi il y a de plus en plus de kiné qui se dirige vers l'ostéopathie (non conventionné) tout en gardant sous le coude la kiné pour les revenus VACHE à Lait ....

Lorsqu'une femme kiné est enceinte elle se fait remplacer (quand elle n'est pas dans une zone désertique car certain d'entre vous préfère la plage que la Plaine des Palmistes) et elle continue de percevoir un salaire même si celui-ci est moindre.... Dans le privé une femme qui tombe enceinte qui est au SMIG elle galère plus même si son salaire sera de l'ordre de 90 % car quand on est pauvre on est pauvre.
SIC

Rester avec une cuillère en or dans votre bouche
et Regarder bien votre nombril
et Veiller que votre compte en banque se porte bien

CHICHE

6.Posté par cafmarron le 14/02/2020 17:10

les infirmiers libéraux et les kinés touchent environ 8000 euros par mois beaucoup de charges mais ils ne sont pas à plaindre eux ils ont du fric pour miser dans des portefeuilles, mais le smicard il subira toujours. dans la région ouest mes amis ne sont pas à plaindre un couple d'infirmiers libéraux !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >