Courrier des lecteurs

Reconnaître la diversité culturelle et encourager le dialogue

Lundi 28 Mai 2018 - 11:30

Un certain nombre d’événements en ce mois de mai 2018 ‒ de La Pentecôte au Mariage du Prince Harry et de Meghan Markle en passant par la Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement ‒ nous convient à une réflexion sur la diversité culturelle et sa préservation dans nos sociétés.

La terre est une, mais le monde est divers. La Réunion s’est construite dans la diversité. Elle est riche de ses divers mondes culturels.  Mais qu’est-ce que la diversité culturelle ?

La diversité culturelle ‒ pluralité des langues, des religions, des visions du monde, des traditions, des savoir-faire, etc. ‒ relève d’abord d’une constatation : l’existence de différentes cultures et traditions dans le monde, tout comme la biodiversité est la constatation de l’existence de la diversité biologique. C’est un fait, une constatation. Elle est à la fois « interne » et « externe » à chaque société, voire à chaque personne. C’est ensuite l’affirmation des identités culturelles, c’est-à-dire la tentative de rendre visibles les cultures, de défendre leurs spécificités contre toute tentative d’uniformisation culturelle. Bref, à la reconnaissance des unes et des autres dans leur particularité propre.

Du mépris à la reconnaissance

Mais, contrairement à ce qu’on pourrait penser, cette reconnaissance de la diversité culturelle date d’il y a peu, notamment avec les travaux ethnographiques de Franz Boas (1858-1942) au tournant du XXe siècle. Il est le premier anthropologue à mettre en cause la hiérarchie entre cultures dites « inférieures » et « supérieures ». Avant, on était dans le champ du comparatif et de la hiérarchie entre les cultures, avec un schéma de l’évolution de l’humanité en trois stades principaux : sauvage, barbarie, civilisation.

Aujourd’hui, la diversité culturelle de nos sociétés est reconnue comme nécessaire pour l’épanouissement de nos libertés. Elle a acquis, non seulement droit de cité, mais la reconnaissance internationale par l’adoption de la Déclaration Universelle de l’Unesco sur la diversité culturelle, le 2 novembre 2001. Et ce, à l’unanimité des 185 États membres représentés à la 31e session de la Conférence générale de la dite organisation.

C’est, notons-le, la toute première fois que la diversité culturelle dans sa double acception, diversité humaine et diversité de création, est reconnue comme « patrimoine commun de l’humanité », « aussi nécessaire qu’est la biodiversité dans l’ordre du vivant » (article 1), tout en faisant de sa défense « un impératif éthique, inséparable du respect de la dignité de la personne humaine » (article 4)[1].
Cette adoption, au lendemain des événements dramatiques du 11 septembre 2001, fut l’heureuse occasion pour les États membres présents de réaffirmer leur conviction que le dialogue interculturel constitue le meilleur gage pour la paix, tout en rejetant énergiquement la thèse de conflits inéluctables des cultures et des civilisations de Samuel P. Huntington (1997)[2]. Et de rappeler, comme pour conjurer toutes les dérives, que la diversité culturelle « implique l’engagement de respecter les droits de l’homme et les libertés fondamentales » (article 4 de la Déclaration), et assure, de ce fait, « la liberté d’expression, le pluralisme des médias, le multilinguisme…» afin « que toutes les cultures puissent s’exprimer et se faire connaître » (article 6 de la Déclaration).
Pour  permettre aux États d’élaborer des politiques culturelles conformes aux intérêts de leurs sociétés, l’UNESCO adopta le 20 octobre 2005 une Convention sur la protection et la promotion de la diversité culturelle en appelant à la coopération ‒ du niveau mondial au niveau local. Ce texte est le premier instrument juridique international de ce type à reconnaître la nature très spécifique des services et des biens culturels.

La culture instrumentalisée, la diversité niée

Treize ans après, le respect et la promotion de la diversité culturelle restent toujours un défi. Le monde a considérablement changé depuis. La mondialisation et le progrès inédit des technologies de la communication ont rapproché les cultures du monde en les mettant en contact les  unes avec les autres. Dans le même temps, ce rapprochement des espaces a été un puissant révélateur des inégalités profondes (sociales, économiques, culturelles, géographiques…) qui traversent cet espace mondialisé, ressenti comme profondément injuste. D’où la convocation de la culture, plus particulièrement de la religion, par des masses d’hommes pour exprimer colères et frustrations.

La radicalisation politique puise alors dans la culture et la religion les ressorts de son action. On se ferme à l’altérité. La diversité est niée. Tout se passe alors comme si on était dans un affrontement de civilisations au plan international et au niveau des États-nations dans des conflits identitaires, affaiblissant, d’une part, la paix mondiale et, d’autre part, la cohésion nationale.

Que faire alors pour sortir de cette impasse ? D’abord, ne pas sous-évaluer l’enjeu politique de la diversité culturelle. Ensuite intégrer sa problématique ‒ de la diversité culturelle ‒ au niveau des Etats-nations, comme à celui de la communauté internationale, en ayant à l’esprit que c’est la combinaison de la pluralité culturelle avec des phénomènes d’inégalités  et d’injustices qui est à la base de tensions qui affaiblissent la cohésion nationale et mondiale. Bref, revenir aux principes de la Déclaration Universelle de l’Unesco sur la diversité culturelle (2001) et au contenu de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité culturelles (2005) et les revaloriser, les populariser.

Encourager le dialogue interculturel

Reconnaître et lutter pour la diversité culturelle, c’est « assurer une interaction harmonieuse et un vouloir vivre ensemble de personnes et de groupes aux identités culturelles à la fois plurielles, variées et dynamiques » (article 2 de la Déclaration…), c’est « encourager le dialogue entre les cultures afin d’assurer des échanges plus intenses et équilibrés dans le monde en faveur du respect interculturel et d’une culture de la paix » (article 1, objectif c de la Convention…). Tout un programme qu’il convient de mettre en œuvre, en articulation à des actions fortes contre les inégalités économiques et les injustices sociales, pour bâtir des passerelles entre les individus, les groupes, les Etat-nations et les peuples. Les conflits identitaires ne sont pas fatals.

À La Réunion, la rencontre culturelle fait partie de notre vécu commun. Mais à l’heure d’un repli général des cultures sur elles-mêmes en combinaison avec la montée des inégalités, La Réunion n’est nullement à l’abri de dérives identitaires et d’un affaiblissement de la cohésion sociale. Conséquemment, nos actions éducatives et nos diverses politiques culturelles (régionale, communales si elles existent) doivent mettre l’accent sur un ensemble de valeurs partagées par tous, en s’appuyant sur les droits humains et culturels, tout en veillant particulièrement à l’équité et à la justice.                                                                                     
 
[1] UNESCO, Déclaration Universelle de l’UNESCO sur la diversité culturelle, Commentaires et propositions, Editions Unesco, Paris, 2003
[2]HUNTINGTON Samuel, Le choc des civilisations, Editions Odile Jacob, 1997. Pour l’auteur, « Au conflit entre les blocs idéologiques de naguère succède le choc des civilisations… ».
Reynolds MICHEL
Lu 529 fois



1.Posté par klod le 28/05/2018 18:58

multuculturalisme ou melting pot is the future ...................... cela fait peur aux "identitaires natios" , et ce depuis la nuit des temps ............. et pourtant le multiculturalisme, le respect de chacun , n'est pas négation des identités nationales .................. sauf pour les sectaires natios , depuis si longtemps les memes !

la route est longue , mais j'y crois ! peace and reality for the next generation in the world ?

2.Posté par klod le 28/05/2018 19:10

pour la reconnaissance des différentes cultures à travers le monde , une autre référence , again and again , cela remonte à 1963;............... du nouveau depuis ??????????????????????? :

Appel à l'Organisation des Nations Unies
prononcé par l'Empereur d'Ethiopie Hailé Sélassié Ier
à l'Assemblée Générale de l'Organisation des Nations Unies
New York City, le 6 octobre 1963 :


"Tant que la philosophie qui fait la distinction entre une race supérieure et une autre inférieure ne sera pas finalement et pour toujours discréditée et abandonnée ; tant qu'il y aura encore dans certaines nations des citoyens de première et de seconde classe ; tant que la couleur de la peau d'un homme n'aura pas plus de signification que la couleur de ses yeux ; tant que les droits fondamentaux de l'homme ne seront pas également garantis à tous sans distinction de race ; Jusqu'à ce jour le rêve d'une paix durable, d'une citoyenneté mondiale et d'une rêgle de moralité internationale, ne restera qu'une illusion fugitive que l'on poursuit sans jamais l'atteindre
"


ce reve d'un monde ou chaque etre humain qui nait est appelé à etre respecté ................. du nouveau ???

le respect de chacun ,............. cette utopie ............. ne date pas d'aujourd'hui ........... on peut remonter plus loin avant et dans chaque civilisation ............. ............ est ce nécessaire ?

le bon sens prés de chez vous , loin des haines identitaires et dues au "libéralisme" .............. ou autres .
du nouveau Gaston ou Tibère ?

3.Posté par Rostrobay le 28/05/2018 20:36

Vous rêvez tous autant que vous êtes
Il y aura toujours cette différence de peau qui sera présente dans les esprits des gens
Depuis des siècles ça a toujours été constaté et ça n'est pas près de s' arrêter au contraire
il y a un regain du phénomène qui s' emplifie de jour en jour ne rêvez pas vous n'avez pas encore
tout vu.
Le jour où il n'y aura plus de différence entre les noirs et les blancs c'est lorsque nous serons
une race bronze due au mélange successifs de ces deux races et là seulement quand nous serons
tous noirs car nous avons vocation à devenir une race noire mondiale comme à l'origine de l'homme
mais rassurez vous naitrons d'autres problèmes autrement plus importants que les problèmes raciaux
il y aura une telle surpopulation mondiale qu'il y aura de telles guerre que l'on ne pourra pas imputer
à la couleur de la peau car nous serons tous noirs alors il faudra bien trouver un bouc émissaire
la surpopulation mondiale et la répartition du monde et là les problémes se feront jour il faudra se battre
encore et encore pour faire sa place dans un monde sans pitié.
Alors vos problèmes raciaux seront loin derrière vous il faudra trouver d'autres raisons de vous battre.

4.Posté par A mon avis le 28/05/2018 21:28

Le choc des cultures et des civilisations est vieux comme le Monde ! Chaque clan, chaque tribu, chaque nation a toujours cherché à préserver sa "culture" et sa "civilisation" mais aussi, dans un esprit de conquête à vouloir les imposer à leurs voisins !

Ce qui est nouveau, c'est la mondialisation des rapports humains, concomitant de la mondialisation des technologies de communication (que vous soulignez dans votre article) et surtout la rapidité de circulation de l'information.

Ainsi, dans un monde de plus en plus métissé, il devient de plus en plus difficile de préserver une "identité culturelle", et c'est ainsi qu'en réaction à cette mondialisation, on arrive aux replis identitaires et aux communautarismes qu'on observe de nos jours. Ce communautarisme identitaire a pour marqueur principal la religion. Car, bien souvent on assimile la culture à la seule religion !

"Encourager le dialogue interculturel" dites vous : OUI !

Mais quand vous affirmez cela, ne sous entendez vous pas "dialogue inter-religieux" ?

Car le dialogue des "cultures" (musique, cinéma, littérature, théâtre, technologies, sciences, ....) se fait en permanence dans nos civilisations mondialisées. C'est même plus qu'un dialogue, c'est un vrai métissage !

C'est davantage que le dialogue des cultures qu'il faut demander : c'est le métissage des cultures !

A quand le métissage des religions ?

5.Posté par A mon avis le 28/05/2018 22:53

@3 Rostrobay : il n'y a pas de races humaines. Pas plus de races blanche ou noire que de races de groupes sanguins A ou B. Parler de race chez l'Homme : c'est du racisme !
Et c'est vrai, tant que l'Homme aura de tels préjugés des problèmes subsisteront.
D'où la nécessité de l'éducation à le culture (scientifique notamment...)

6.Posté par Rostrobay le 29/05/2018 00:13

@4 A mon avis

Il est trop tard pour rêver
La guerre des religions à commencé depuis longtemps
Le combat sera rude et long mais il faudra bien faire comprendre à ceux qui veulent
nous imposer leur religion qu'ils font fausse route notre liberté de croyance dépendra de notre
volonté de nous battre pour justement garder cette liberté de notre croyance et malheureusement
je crains que le prochain conflit mondial que l'on voit se dessiner à l'horizon mais qui en réalité a déjà
commencé ne soit une guerre de religion qu'il faudra que l'on gagne si l'on ne veut pas être asservi et même
pire voir s' éteindre une civilisation entière la civilisation européenne.

7.Posté par Gajamuk le 29/05/2018 08:20

À La Réunion, la rencontre culturelle fait partie de notre vécu commun"... sous la haut patronage d'une "caste" qui détient les pouvoirs de direction, encouragé par la politique du pouvoir centrale. Nos jeunes diplômés sont obligés de s'expatrier au détriment de familles entières, copains , copines, proches etc... Et en attendant "cabris y mange salade". Je ne vois pas trop la culture diversifiée dans les écoles et autres, il a fallu se bagarrer et continuer encore toujours et toujours pour que notre culture kréol, indienne, chinoise , africaine ait une place dans notre société. Certaines communautés que je ne citerais pas restent entre eux et continuent à agir comme des "mafieux"pour rafler tout ce qu'ils peuvent en écrasant les autres.

8.Posté par A mon avis le 29/05/2018 11:36

@ 6 Rostrobay : notre "belle civilisation européenne" a bien voulu imposer imposer sa "culture" et sa religion au Monde entier, avec le succès que l'on sait : colonisation (et évangélisation) des Amériques et élimination des peuples autochtones, colonisation (et évangélisation) de l'Asie avec les guerres d'indépendances qui ont suivi ; colonisation (et évangélisation) de l'Afrique, avec toutes les conséquences que l'on subit encore actuellement.
La religion a toujours été l'arme psychologique du colonisateur.
Il en est de même aujourd'hui pour Daech, (et autres états théocratiques totalitaires) pour qui la religion n'est qu'un instrument de manipulation psychologique au service de leur pouvoir ou volonté de conquête.

La différence avec le passé, c'est justement la mondialisation des rapports humains, le mélange des cultures (à l'exception du mélange des religions).

Le principal facteur de repli identitaire est bien celui de la religion. Votre commentaire en est l'illustration. La peur de l'autre est avant tout basée sur la différence religieuse et les pratiques qui en découlent. Vous assimilez "civilisation" et "religion" mais la religion chrétienne n'est pas la seule caractéristique de la "civilisation européenne".

Le "dialogue inter-religieux" c'est du pipeau !
Ce n'est pas inutile : il est préférable de se parler plutôt que de se haïr. Mais ce n'est qu'une façade hypocrite car chaque religion ne rêve que de voir disparaitre ses concurrentes !

9.Posté par A mon avis le 29/05/2018 11:53

@ 7 Gajamuk : vous illustrez parfaitement les difficultés pour faire cohabiter des populations d'origines et donc de cultures très différentes, et comme vous dites :
"il a fallu se bagarrer et continuer encore toujours et toujours pour que notre culture kréol, indienne, chinoise , africaine ait une place dans notre société."
Mais si tout n'est pas parfait, La Réunion représente tout de même un exemple de "melting-pot" culturel plutôt réussi. Et le principe de laïcité, ainsi que l'école laïque sont pour une grande part les artisans de cette réussite.

Malheureusement, comme vous le soulignez aussi, le communautarisme (essentiellement religieux) a fortement tendance à se développer.

Cela rejoint la conclusion pleine de bon sens de l'article de Reynolds MICHEL (relire son dernier §)

10.Posté par Martino le 30/05/2018 11:46

Ah parlons en de la diversité et du vivre ensemble
C'est un mot à la mode en ce moment.
Ne nous faites pas rire

11.Posté par Kayam le 30/05/2018 17:11

Certaines personnes impliquées dans des sectes, dans des manipulations morales où le cerveau est complètement retourné sont définitivement fermées à toutes diversités culturelles où le dialogue "sensé" ne se fait QUE parmi le groupe. Si elles vont ailleurs --- avec des gens différents (je prends moi) ayant d’autres points de vue --- elles mettront en avant leurs perceptions, n’écouteront d’une seule oreille ce que j’ai à leur dire, genre : "écoutez-moi, vous ne comprenez pas" ou "ce que vous dites ne correspond pas". Et pourquoi ? parce que la manière dont elles voient les choses sont les meilleures Mes points de vue -- ô combien différents -- seront toujours moindres et n’auront jamais assez d’impact sur les leurs.

À La Réunion, oui c’est vrai, je rencontre dans les rues des villes cette diversité sans vraiment être dérangée mais cela tire sur la corde en ce moment. Combien sommes-nous à dire que le vivre-ensemble n’est plus ce qu’il était ? Je trouve dommage que l’entente entre NOUS commence à dangereusement tanguer. Il faut encourager le dialogue mais il faut que tous les participants soient honnêtes, qu’ils le veulent et aussi de "ne pas tirer la couverture (en soie) uniquement à soi !!" Humilité. Partage. Respect.

Qu’en sera-t-il du dialogue inter-religieux qu’il y a ici ? Pour l’instant c’est du ressort des personnes mûres, réfléchies à qui reviennent le rôle de consolider ce noyau réunionnais. Il n’y a pas lieu encore de parler de " rôles d’apaisants " heureusement. Mais je ne pense pas que dans quelques années, le dialogue sera aussi partagé. Il va éclater. Je ne me mets pas d’œillères. Il vaut mieux regarder de loin la réalité qui va être nous être exposée. J’espère me tromper et souhaite la continuité quand même. PeaceLove'n'Unity. Beau message n'est-ce pas ?

La guerre de religion…ouais… la déchéance de l’humanité… soumise à l’égo démesuré de certains croyants croyant détenir LA vérité.

Vouloir renforcer la diversité culturelle en restant enfermé dans son groupe n’est en rien un encouragement au dialogue. Alors il faut s’ouvrir au monde, aux livres, aux connaissances et à l’enrichissement que chacun peut apporter à l’autre.

Allez, on y croit !!

@ 1-2 : " in this reality we must trust… "
@ 8-9 : beaucoup de points partagés
@ 11 : vous dites " Que de bavardages sur la couleur de peau !! … Que les Noirs… " je dirais oups !

12.Posté par Martino le 30/05/2018 17:41

@11 Kayam

Tu sais bien jouer du pipeau
Félicitations
Continue

13.Posté par margouillat974 le 31/05/2018 07:48

La Réunion est souvent montrée en exemple pour son métissage " réussi". On oublie que lors de sa construction, à part les " dodos ", il n'y avait aucun peuple à " génocider ", ce qui n' était pas le cas pour les Amériques, l'Australie, comme ce n'est pas le cas pour l' Europe actuellement. Bien sûr la méthode vous semble plus " douce", puisqu'elle ne s'établit pas dans le contexte d'une guerre de territoire sanglante, mais par une politique sournoise menée par nos "zélites". Ce mélange de culture ne peut se faire sans heurts : quels sont les points communs de la culture bretonne et malienne? Quelle traditions survivront de ce mélange? Il n'est pas seulement question de religion, mais bien de comportements individuels au sein d'une société dont chacun doit respecter les codes afin d’œuvrer en commun pour les futures générations.
Certaines pratiques rituelles ne sont pas accepter par l'une ou l'autre des communautés " obliger" de vivre ensemble, ce sera toujours une source de conflit. ( accepterez-vous gracieusement l'excision de votre petite-fille ou le limage des dents de votre petit-fils , pensez-vous qu'il sera plaisant pour la belle famille de laisser votre fils marier sa fille et de faire la fête autour d'un cochon grillé de jour des épousailles?)

14.Posté par A mon avis le 31/05/2018 13:29

@ 13 margouillat974 : vous n'ignorez pas l'existence de "la déclaration universelle des droits humains".
Le "vivre ensemble" est d'abord conditionné par le respect de ces droits, (qui condamnent l'excision etc ...).

Règlementations internationales qui existent depuis notamment la Révolution française !

Le "vivre ensemble" implique le dialogue, pas la guerre !

15.Posté par Kayam le 01/06/2018 00:05

Martino, je voulais apprendre à jouer de la guitare mais je n'avais pas le temps. Alors je raconte des bobards pour me rendre intéressante. En + tu m'encourages à continuer, ce qui veut dire que mes bêtises sont ène ti guiguine quand même captées... non ?? Sinon t'aurais pas pris la peine de citer mon pseudo...qui est bien beau...

Hey, t'as remarqué les rimes ? en + de : pipeau, mytho, Martino... on pourrait écrire quelques chapitres ! Et le tutoiement qui facilite les phrases...... c'est ÇA "encourager le dialogue" !

Allez, on y croit !!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 21 Novembre 2018 - 14:49 Plus grave que les émeutes