Société

Réchauffement climatique: Des changements plus "difficiles à prévoir dans leurs détails et leurs conséquences"

Invité par les Amis de l'Université pour une série de conférences sur le réchauffement climatique, le climatologue Hervé Le Treut, membre de l'Académie des sciences et directeur de l'Institut Pierre Simon Laplace, nous a accordé un entretien. Le spécialiste de la simulation numérique du climat, dont les études portent notamment sur les impacts des changements climatiques et l'analyse des risques environnementaux associés, a répondu à nos questions sur le réchauffement climatique et ses impacts directs à La Réunion. Des changements "inexorables", mais plus "difficiles à prévoir dans leurs détails et leurs conséquences", explique le scientifique.

Jeudi 4 Avril 2019 - 14:43

Hervé Le Treut a été membre du Comité scientifique mixte du Programme mondial de recherche sur le climat et participe régulièrement aux rapports d’évaluation du GIEC
Hervé Le Treut a été membre du Comité scientifique mixte du Programme mondial de recherche sur le climat et participe régulièrement aux rapports d’évaluation du GIEC
Lorsque vous vous êtes lancé dans votre doctorat il y a (quelques années), auriez-vous pu imaginer tenir des conférences avec des sujets d’études aussi alarmistes à notre époque ?

J'ai démarré une thèse de 3ème cycle en 1978, sur la modélisation de l'atmosphère. L'idée du réchauffement climatique n'existait pas pour moi à cette époque, il s'agissait avant tout de comprendre le fonctionnement d'un système complexe. Il existait néanmoins une situation de sécheresse très grave en Afrique de l'Ouest, et l'idée que notre science puisse être utile, qu'elle puisse aider à comprendre des situations de crise était néanmoins présente - et apportait une motivation certaine.

Qu’est-ce qui motivait un jeune étudiant comme vous, à l’époque, de cibler sa thèse sur la climatologie ?

J'ai été étudiant en mathématiques, puis en physique, à l'ENS (École normale supérieure, ndlr), avec des professeurs exceptionnels, mais sans imaginer pouvoir faire ma vie autour de sciences trop abstraites, ou bien tournées vers l'étude de l'infiniment grand ou de l'infiniment petit. Je voulais rester à l'échelle des humains, j'aimais l'histoire, la géographie. J'envisageais plutôt de me tourner vers la géologie, la géophysique, mais quand j'ai découvert l'existence, dans un couloir de l'ENS d'un laboratoire consacré au climat, à la planète, cela m'a immédiatement tenté. Le travail de modélisation était technique, mais il renvoyait à des enjeux extrêmement motivants.


Quel a été l’événement, l’année et/ou le sommet entre États qui a été réellement un tournant dans la prise de conscience ?

Cela dépend beaucoup des acteurs impliqués dans ce problème. Il y a eu des prises de conscience successives. J'ai commencé à travailler sur le rôle du CO2 en 1986, avec des partenaires anglais, et avec le premier étudiant en thèse que j'ai encadré, qui est toujours un collègue proche. Mais s'agissant du monde politique la période la plus importante pour moi va de 1988, année d'une sécheresse exceptionnelle aux États-Unis, à 1992, ou à lieu le sommet de la Terre de Rio qui rassemble des hommes politiques de haut niveau (Al Gore), et met en place les premiers accords internationaux.


Quand le mot "réchauffement climatique" a-t-il été employé pour la première fois ?

Je ne saurai pas dire ! Peut-être par le chimiste et prix Nobel suédois Svante Arrhénius, à la fin du 19ème siècle ou au début du 20ème. Mais lui imaginait que ce réchauffement nous protègerait de la prochaine glaciation. Les premières alertes véritables remontent aux années 1955 ou 1957.

Vers quel scénario vos recherches et celles de vos confrères du monde entier s’accordent pour les 50 ou 100 années à venir ?

Il n'y a aujourd'hui plus de doute sur la réalité d'un réchauffement résultant des émissions de gaz à effet de serre, avec des conséquences inexorables: canicules, sécheresses, fonte de la banquise, fonte des grands glaciers continentaux et relèvement du niveau de la mer, impact rapide sur la faune et la flore... Cela s'accompagne de changements eux-aussi inexorables, mais plus difficiles à prévoir dans leurs détails et leurs conséquences.


L’an dernier, à La Réunion, une tempête fulgurante (Fakir) a surpris pas mal de monde au mois d’avril, bien qu'officiellement la saison cyclonique court jusqu'en mai. Sommes-nous déjà en train de vivre ce changement ?

Le climat est une affaire de statistiques. Les statistiques sur les cyclones, sont difficiles à faire car elles concernent des évènements rares. Elles demanderont des décennies, voire plus. Mais les risques d'évènements graves sont suffisamment importants pour qu'il faille prendre dès à présent des mesures de précaution et d'adaptation qui soient renforcées, en prévision d'un futur qui sera nécessairement différent.

Comment La Réunion et plus globalement les îles tropicales devront faire (érosion, montée des eaux, inondations,...) face au changement climatique ?

Il y a beaucoup de choses à  considérer et bien sûr ce sont des initiatives qui appartiennent aux Réunionnais ou aux autres iliens concernés. Je pense cependant qu'il est important d'avoir dans chaque ile une vision collective de ces problèmes, allant des problèmes physiques aux problèmes sociaux: ceux-ci ne peuvent pas s'envisager de manière indépendante les uns des autres. Il faut aussi garder en tête que les changements à venir seront plus nombreux, et/ou plus intenses, il faut se préparer, se protéger, en anticipant ces évolutions, que l'on ne peut, pour une part tout au moins, plus empêcher…
SI
Lu 4845 fois




1.Posté par Briandoht le 04/04/2019 15:16 (depuis mobile)

Le climat restera encore pour longtemps une science inexacte. Il faut s attendre tôt ou tard une catastrophe majeure liée par un emballement
climatique du genre "le jour d après"d'' un film.Pour l instant personne ne peut prévoir le pire.

2.Posté par AZALA le 04/04/2019 16:02

Bon en gros tu sais rien quoi alors ferme la;;; la météorologie et l'astrologie même combat

3.Posté par Yab bon des hauts le 04/04/2019 16:05

Que nenni, point de rechauffage du temps...
Que de balivernes et fadaises à berner le bon Monsieur et la bonne Dame.
Même Goldman Sachs se frotte les paluches avec ces calembredaines de bobos parisiens esbaudis.

4.Posté par Joseph le 04/04/2019 16:06

La population mondiale il y a un siècle (1 battement de cil par rapport à notre civilisation), la terre supportait à peu près 1,5 milliards d'êtres humains.
A présent nous sommes plus de 7 milliards, ne cherchons pas plus loin d'où vient tous nos problèmes.
Personne ne veut comprendre, ni même entendre ça, c'est totalement politiquement et économiquement tabou.

5.Posté par A mon avis le 04/04/2019 16:44

@ 1.Posté par Briandoht :
vous confondez "inexactitude" et "incertitude". Les résultats scientifiques tiennent toujours compte de facteurs d'approximation ou d'incertitude. Aucune mesure n'est "exacte", chaque mesure est donnée avec une précision qui dépend de l'instrument utilisé !
La climatologie (à ne pas confondre avec la météorologie) est une science de plus en plus précise au fur et à mesure des progrès dans les mesures et le traitement des données.

(Et vous confondez sciences réelles avec science fiction !)

6.Posté par A mon avis le 04/04/2019 16:45

@ 4.Posté par Joseph : commentaire tout à fait pertinent !

7.Posté par A mon avis le 04/04/2019 16:47

@ 2 AZALA : c'est votre entendement qui est totalement bouché !

@ 3.Posté par Yab bon des haut : votre commentaire est totalement débile !

8.Posté par parlamer le 04/04/2019 17:49

macron a demandé à merkel de faire tourner plus vite les centrales électrique à charbon d'allemagne
qui ne veut pas de nucleaire mais plus de fumées
pour utiliser les vents afin de mieux faire payer des taxes debiles
de bobos gauchiasses en region parisienne

le progrès en marche

et le nuage de tchernobyl est bien parvenu jusqu'en région lyonnaise ou des collègues se rappellent tout le temps le déclenchement des alarmes de la centrale du Bugey

9.Posté par youssef bouterfas le 04/04/2019 18:09

personnelemnt le premier signal d'une perturbation de la temperature doit se faire sur les tropique ..
la temparature de la terre comme celui du corp sont reglé respectivement 31 pour la terre et 37 pour l'organisme humain...

dire que le CO2 est un problème je ne le pense pas peut être il agit sur autre chose, le problème des inondation et due a une évaporation d'eau qui n'est pas naturel..
si on considéré que la terre doit avoir son propre système de regulation de température, normalement il doit y exister car la température est constante au niveau des tropique
il est evident que les arbres jouent ce role..mais quelle espece d'arbre?? je ne sais pas il faut etudier son systeme d'évapotranspiration
Il faut changer de vision sur l'arbre d'un simple tableau ornemental pour avoir de l'ombre ou objet pour un peintre ou paysagiste mais il est sure que c'est un systeme complexe qui recolte les donnés sur le milieu et essaye de reguler la temperature avec un systeme perte d'eau..
la peau joue ce meme role, lorque le corps est atteind d'une fievre il ya sueur; donc perte d'eau. la perte d'eau faire refroidir le corp

apres les années 60 et la surproduction des vehicule, les vehicule jouent a peu pres le meme role
il perdent de l'eau dans leurs tuyaux d'echappement. l'atmosphere va se concentré en eau

supposant qu'il ya regulateur dans le ciel aveugle qui dose le taux d'humidité dans l'atmospéhe il ne sait pas d'ou ça vient cet eau supplémentairement. d'habitude sur une foret la quantité etait presque constante...

et la même chose pour l'arbre si il ya des capteurs au niveaux de l'arbre et qui mesuraient le taux d'humidité et le degrés de température eux aussi vont ne rien comprendre il ya une humidité supplémentairement d'ou elle viend??

Le probleme de l'inondation ce n'est qu'une reaction automatique je crois contre un surplus de vapeur dans l'atmosphere. l'atmosphere va selon une methode de l'eponge, se relachée pour abssorbé l'exces et ensuite vite se contracter pour le transformer en eau liquide

et pis la secheresse ne suit pas la temeprature mais les arbres.. il est faut de dire je crois que la pluie est d'origine de l'evaporation des mers et ocean, mais je crois des arbres..
il faut maintenant repensé a l'urbanisme il ya un urbanisme dite de distraction il est catastrophique

il ya un genre d'urbanisme adaptif ou l'etre humain vie dans sa foret en systeme..de symbiose..

la politique des colons étaient catastrophique pour certain pays, car par exemple la culture urbanistique en méditerrané se basait sur une maison isole..
les colons en arrivants dans certains pays ont crée des village regroupement des autochtones soit pour les contrôler soit aussi pour mettre la mains sur leurs terres et biens..
avant la colonisation française y'avait un urbanisme typiquement compactage comme en France
et je pense même la France avait subit dans son histoire une colonisation, ce sont ces colons qui ont fait regroupé les français dans des village afin de s'emparer de leur terre et biens, il faut voir c'est sure
lorsque le village va s’étendre il va défricher il n'a pas le choix car les maisons sont collés les unes aux autres...car pour faire une cité dans un plan d'urbanisme tu dois prevoir tout un espace vide ...

mais dans le système méditerranéen ancien y'avait pas de village...ce sont des maisons souvent de 80 m² habitable dessiminé sur un terrain entre maison et maison y’avait entre 200 et 500 metre ça dépend des densité..la foret est resté intacte..

on peut dire la climat colonial...un colon, puisqu'il va utilisé les même méthode donc il va induire le meme effet ...

10.Posté par GIRONDIN le 04/04/2019 19:07

Réchauffement climatique ou changement climatique ?

11.Posté par Hardcore le 04/04/2019 19:19 (depuis mobile)

Une des plus grandes incertitudes concerne les poches de gaz océanique qui peuvent potentiellement être libérées. A ma connaissance nous n'avons aucune idée de la quantité de gaz qui atteint la surface ni celle qui remonte actuellement.

12.Posté par Hardcore le 04/04/2019 19:20 (depuis mobile)

Lien youtube sur les gaz océanique https://m.youtube.com/watch?v=HA1ikuTisH8

13.Posté par Santa le 04/04/2019 19:24 (depuis mobile)

Pipo Trump à dit que ces pas vrais et qui est à sa botte, tant que c'est pas trop tard tout le monde s'en fout, c'est comme l'huile de palme et le sucre rajouté dans les boîtes de conserve... Bla Bla Bla vive le sénat et assemblée nationale

14.Posté par briandoht le 04/04/2019 19:46

A 5.Posté par A mon avis
Vous semblez bien vous emballé comme le climat, je vais être plus précis pour répondre à votre vision approximative du phénomène :

La météo reste une science inexacte et la fiabilité n’atteindra jamais 100%. Notre atmosphère de part son aspect chaotique est très complexe , réserve des surprises et empêche de repousser la limite des prévisions au-delà de 10 jours mais les efforts de recherche devraient aboutir à gagner encore un jour sur la prévision à l’horizon 2020.

Les progrès constatés dans les domaines de l'observation, de la modélisation et de l'expertise vont de ce fait améliorer la pertinence et la fiabilité des prévisions. Elle est permise grâce à l'augmentation de la puissance de calcul des ordinateurs utilisés pour la modélisation.

Pour les saisons qui se profilent ,nous sommes plus dans des scénarios climatiques que de prévisions qui correspondent à l'étude des phénomènes statistiques et dynamiques de grande échelle .

Depuis 20 ans, la planète est sous surveillance. Le réchauffement climatique que la Terre affronte aujourd’hui se fait à une échelle et à une vitesse sans précédent.
Les scientifiques prévoient une augmentation de 6 degrés d’ici 2100 qui changeraient le monde. Il reste encore un espoir qui tient à notre capacité de mobilisation générale.

Le niveau des mers pourrait dépasser de 1m les prévisions du Giec car les précédentes modélisations ont mal pris en compte la fonte des glaces de l' Antarctique. Les scientifiques prévoient un effondrement continu de la glace antarctique causé à la fois par la montée des températures des océans et atmosphériques.

Le pôle sud est le grand oublié des prévisions, l'Antarctique 25 fois la France et souvent confondu avec l'Arctique est un continent que tout le monde croyait immuable.
La catastrophe peut être évitée si la hausse des températures serait limitée à 2° d'ici la fin du siècle.

15.Posté par Réveillez vous le 04/04/2019 20:29

et en attendant :

https://trustmyscience.com/vaste-etude-mondiale-ecrase-un-des-derniers-arguments-contre-energies-renouvelables/

https://nationalmap.gov.au/renewables/#share=s-zabbDZdrmSTDCtZr

16.Posté par anticiper à la Reunion ??? le 04/04/2019 20:29

quel reve ?
ça se voit qu'il ne connait pas la nullité des politiciens locaux en matière de prévision sur le long terme !
leur seul but garder le pouvoir et les gros avantages à court terme

17.Posté par verdoyant le 04/04/2019 20:35

eh Choupette, j'attends ton commentaire !

18.Posté par Kifkif le 04/04/2019 20:59 (depuis mobile)

Comment peut-on faire confiance à quelqu’un avec une coupe de cheveux comme ça ?

19.Posté par A mon avis le 04/04/2019 22:35

@14.Posté par briandoht : c'est une excellente chose que de préciser vos approximations du @post 1 !

20.Posté par A mon avis le 04/04/2019 22:37

@ 11.Posté par Hardcore !
Sans oublier le méthane emprisonné dans le permafrost !

21.Posté par Thierrymassicot le 04/04/2019 22:55

8.Posté par parlamer le 04/04/2019 17:49

L'abruti de service, le laquais de l'extrême droite, l'idolâtre sans nul doute de la grosse dame blonde du Rhaine éructe encore un tissus de bêtises plus grosses que sa déesse de Montretout ...Mais bougredane, cite tes sources au lieu de passer pour un con à longueur de posts....T'as pas d'honneur, pas de dignité????Je comprend pourquoi aou cachette derrière un pseudo bidon...Prend pas de risque, le bouffon!

M. Macron : " Angela, fait tourner tes centrales à charbon plus vite, stp"
Mme Merkel: " Emanuel, mein Schatz, kein problem"

Meunier, tu dors, ton moulin, ton moulin va trop vite,
Meunier, tu dors, ton moulin, ton moulin va trop fort....

Parle amer, soit! Mais entre tes deux oreilles, ko sa cette marmelade??? T'es un walking dead??? Mouarrrff !!! Encore, STP, des inepties qu'on se bidonne encore, mon grand....

22.Posté par Dan le 05/04/2019 05:43

Bonjour,
A propos du spécialiste du climat. Il a été étudiant à l'ENS qui est l'Ecole Normale Supérieure et non Nationale. Elle se situe Rue d'Ulm à Paris. C'est l'école, dont le concours est le plus difficile à réussir et les professeurs qui y enseignent sont de grands savants.
Cordialement
Danielle Baillet

23.Posté par parlamer le 05/04/2019 08:21

P21 à massicot:
qui eructe des insultes ? le fanatique des 48000 morts par an proclamé par son idole ^^

vos insultes sont bien la preuve ,que ce ne sont pas les faits mais bien les courants de pensée qui vous dérange

de plus si vous êtes incapables de comprendre une vanne par rapport à la vitesse de rotation d'une centrale , c'est bien la preuve de la limite de vos connaissances., malgré tous vos commentaires

par contre le nuage de tchernobyl a bien traversé la france:

"Le 24 février 2002, la CRIIRAD publie un atlas qui, selon elle, révélerait de façon détaillée la contamination du territoire français par le nuage de Tchernobyl17,18. Par extrapolation des mesures relevées entre 1988 et 1992, les villes de Ghisonaccia, Clairvaux-les-Lacs ou Strasbourg y sont présentées comme ayant eu en mai 1986 des activités surfaciques de césium 137 supérieures à 30 000 becquerels/m2. Les ordres de grandeurs sont très similaires à ceux publiés par l'IRSN en 2005 dans sa reconstitution des retombées de Tchernobyl19.En 1992, les mesures dans certaines villes mettaient en évidence un taux supérieur à 3 000 Bq/m2 "

et mes collegues ont bien vu les alarmes se déclencher et la mise en place d' un plan d'urgence interne à un centrale nucléaire

24.Posté par Yab bon des hauts le 05/04/2019 13:38

La terre se réchauffe et se refroidit depuis des millions d'années, rien de nouveau ni d'alarmant dans ce qu'il se passe aujourd'hui.
Nous avons toujours des ayatollahs pour insinuer la peur et le mensonge dans l'esprit de l'opinion.
Ça permet de faire marcher le commerce et les taxes.
Le Co2 d'origine humaine ne représente que 3% du volume généré chaque année, c'est à dire, rien à l'échelle de la planète, tout le reste est d'origine naturelle.
L'effet de serre est une fumisterie de cerveaux malades.

25.Posté par Thierrymassicot le 05/04/2019 17:55

@ 24.Posté par Yab bon des hauts le 05/04/2019 13:38

Entièrement d'accord avec toi....Sauf que le changement climatique que nous connaissons aujourd'hui ne se déroule pas sur des dizaines de milliers d'années mais depuis le début de l'ère industrielle, 200 ans..Avec une accélération spectaculaire sur quelques dizaines d'années, c'est la le hic...Comment s'adapter, si rapidement...Ceux qui craignent, et qui parlent de "vague d'immigration" et souvent ce sont les mêmes qui nient l"évidence du changement climatique, qu'ils soient bien convaincus que la "vague" n'est qu'une ridule et que oui! dans les décennies qui arrivent ce sera un tsunami d'immigration climatique...Dans certaines régions du sahel, au Niger par exemple des projections montrent des températures de 70°C dans un futur proche..Ce sont des zones habitées, où toute vie (sauf microbienne) sera caduque...Alors imagine!!!

26.Posté par parlamer le 05/04/2019 22:52

Actualité Sciences & Environnement
Des poussières volcaniques islandaises polluent le nord de la France
Par Journaliste Figaro Cyrille Vanlerberghe Mis à jour le 26/09/2014 à 10:32
Des poussières volcaniques islandaises polluent le nord de la France
Le volcan islandais Holuhraun en éruption le 14 septembre. BERNARD MERIC/AFP
87


- Une station de mesure en Île-de-France a permis d'identifier l'origine très inhabituelle d'une forte pollution au soufre et aux sulfates depuis lundi.

Entre lundi soir et mercredi, des poussières émises par le volcan islandais Holuhraun, lié au système volcanique du Bardarbunga, ont provoqué une pollution de l'air très inhabituelle sur une grande partie du nord de la France, a averti Airparif, l'association francilienne de surveillance de la qualité de l'air. D'après l'Agence environnementale islandaise, l'éruption du volcan Holuhraun émet jusqu'à 60.000 tonnes de SO2 par jour, ce qui dépasse largement toutes les pollutions au SO2 émises par les transports, l'énergie, le chauffage domestique dans la totalité de l'Europe, qui est en moyenne de 14.000 tonnes par jour.

....

27.Posté par Thierrymassicot le 06/04/2019 12:34

26.Posté par parlamer le 05/04/2019 22:52

Le dioxyde de soufre est l'un des polluants majeurs de l'atmosphère depuis le début de la révolution industrielle, en raison des grandes quantités de charbon, puis de pétrole et de gaz brûlés par les humains, essentiellement dans l'hémisphère nord. Il a des effets significatifs sur la santé publique.

En outre, la concentration de dioxyde de soufre dans l'air dégrade les écosystèmes : c'est un acidifiant chronique des pluies et l'acidification des sols et des sédiments favorisent la libération de métaux toxiques (métaux lourds, métalloïdes, radionucléides, etc.) ainsi que leur biodisponibilité21.

Les émissions de dioxyde de soufre sont (avec les nitrates) des précurseurs des pluies acides mais elles contribuent aussi à la formation d'aérosols atmosphériques qui modifient significativement le climat. En grande partie grâce au programme Acid Rain Program (en) de l'Environmental Protection Agency, les États-Unis qui comptaient parmi les plus gros émetteurs ont enregistré une diminution de 33 % des émissions de 1983 à 2002. Cette amélioration résulte essentiellement de la désulfuration des gaz de combustion, une technologie qui permet de récupérer du soufre dans les gaz de combustion des centrales

28.Posté par parlamer le 07/04/2019 07:56

27 Massicot

et nous nous devrions payer pour sauver la planète ?
et financer avec l'argent de nos taxes pour la pollution émise par la chine ou l'inde ?

la france est un des pays les moins pollueur de l'air au monde à cause des centrales nucléaire

la pollution aux sacs plastiques est en majeur partie due aux continent africain , et asiatique

vos insultes et vos leçons de morale merdiques n'y changerons rien

vous commencez à peine à analyser la question environnementale mais il vous manque l'éducation initiale

29.Posté par thierrymassicot le 07/04/2019 11:08 (depuis mobile)

Oui, nous devons contribuer, nous devons être exemplaire.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie