Océan Indien

Ravalomanana à Madagascar samedi?

Mercredi 16 Février 2011 - 16:14

Ravalomanana à Madagascar samedi?

Ce n'est pas la première fois qu'il annonce son retour, mais cette fois Marc Ravalomanana semble décidé. Le président déchu de Madagascar, en exil forcé en Afrique du Sud depuis le coup d'État de 2009, a annoncé qu'il allait rentrer au pays samedi.

"Il m’a dit au téléphone qu’il rentrerait samedi prochain à 11 heures. Il n’a pas donné plus d’informations", a déclaré Mamy Rakotoarivelo, secrétaire général du TIM (Tiako i Madagasikara), le parti de Marc Ravalomanana, dans l'Express de Madagascar. Sur Facebook, l'ex-président annonce : "sachez que nous nous lèverons et serons solidaires de tous les Malgaches sans discrimination. Redressez-vous car nous n’accepterons jamais que notre Patrie soit abattue".

Si Marc Ravalomanana va cette fois jusqu'au bout et qu'il rentre sur la Grande île, reste maintenant à savoir l'accueil qui lui sera réservé par le pouvoir en place. Condamné par contumace aux travaux forcés à perpétuité en août 2010 pour la mort d’une trentaine de manifestants devant le palais présidentiel le 7 février 2009, Marc Ravalomanana prend le risque de se faire arrêter par les autorités dès sa descente d'avion.
 
L’émissaire de la SADC (Communauté de développement de l'Afrique Austral) Leonardo Simao est lui attendu cette semaine à Madagascar pour la poursuite des négociations de sortie de crise. Une feuille de route a déjà été proposée. Elle recommande que Marc Ravalomanana... ne rentre pas à Madagascar.
Lu 2891 fois



1.Posté par el pueblo le 16/02/2011 16:19

Madagascar est un pays en d'avenir et le restera (général de gaulle)

Un visionnaire ce De gaulle ;)

2.Posté par il manque un " na " le 16/02/2011 18:52

RAVALOMANANA? svp !!

3.Posté par il manque un " na " le 16/02/2011 18:56

RAVALOMANANA svp !!

4.Posté par Gajik le 16/02/2011 20:42

Le Papa Doc Malgache veut revenir, mais il n'a jamais été interdit de séjour, il est simplement condamné déjà 13 fois et on a besoin de lui pour la suite des procès.

Si ce provocateur de désordres a envie de prendre le risque d' une rafale de kalachnikov et de 180 ans de prison, il peut revenir sans problème, il est attendu de pied ferme. Les 500 000 personnes montées en 2009 sur la place de la démocratie sont toujours là prêtes à achever le processus de démocratisation afin ce type soit enfin définitivement mis hors d'état de nuire.

Il tente de jouer la carte du martyrisé, mais cette fois ci, ce ne sera pas la prison dorée.

Il a déjà goûté à la prison en novembre 1982, le Tribunal Spécial Economique d’Antananarivo l'ayant condamné à six mois d’emprisonnement avec sursis pour permutation non autorisée et défaut de mentions obligatoires, il a été placé sous mandat de dépôt à la prison d’Antanimora sous le matricule 66, dans la procédure n°230 RP/88/TSE/130. Ce, pour tentative de sabotage économique et corruption. Mais il a trouvé le moyen d’utiliser l’artifice d’accord à l’amiable avant jugement.

Cette fois ci c'est pas du même niveau comme risque, c'est perpétuité, 4 ans, 5 ans, 700 M $ d'amendes, etc ... et avant qu'il achète les 700 Magistrats de Madagascar, il se passera un certain nombre d'années.

Voyant que tout est perdu diplomatiquement pour lui avec la feuille de route en voie d'être signée qui l'exclue définitivement de toute possibilité de se représenter, il tente le tout pour le tout en essayant de créer des troubles, ne sachant plus quoi inventer cette fois ci pour revenir par la force. Ses coups d 'Etat ont lamentablement foiré, FIGN, BANI ... Le Duvalier d'Imerinkasinina a encore des militants au pays, car il a encore BEAUCOUP d'argent pour les financer et un gros réseau mafieux international, de la Norvège aux USA en passant par l'Afrique du Sud et certains pays africains.

Il est vrai que les milliards détournés depuis 9 années lui donnent une puissance certaine de corruption tant à l'intérieur du pays qu'au seins des organismes internationaux. Mais c'est jouer sans tenir compte des contradictions internes à l'UA, à la COI, à la SADC. Les députés Européens sont aussi divisés et il n'aura pas le soutien escompté. Le seul risque que son retour ferait courir à Madagascar viendrait de certains militaires sensibles à l'argent de Ravalomanana qui risqueraient de tirer une fois de plus sur des innocents.

Ce monstre parfait a vécu par le feu et la violence, par la corruption et le meurtre, par l'envoi en exil d'innocents, par l'appropriation des biens de l'Etat au profit de ses sociétés, par l'élimination de la concurrence commerciale à ses sociétés, systématique et avec des moyens frauduleux, par des viols permanents de la Constitution, il disparaitra dans le feu et la violence qu'il a allumés et entretenus lui-même.

Ce tyran et son prédécesseur Ratisraka sont ce qu'il pouvait arriver de pire à Madagascar, mais il a fallu en passer par là pour que ce pays sorte enfin de la dépendance aux budgets de la corruption internationale et fasse l'apprentissage de sa souveraineté retrouvée.

Je ne pense pas que les malgaches soient prêts à revenir en arrière. Cà, Ravalobanana (pour faire plaisir à l'adorateur de dada "il manque un na"), Zafy et Ratsiraka, qui marchent à contre-courant de l'Histoire, mourront de ne pas l'avoir compris.

5.Posté par il manque un " na " le 16/02/2011 21:33

Merci d'avoir corrigé la faute, zinfos !

Gajik, je ne t'ai pas sonné, me semble-t-il ??? !

6.Posté par mydago.com le 17/02/2011 17:52

Voici la traduction libre par Guy Rivo Randrianarisoa de la déclaration du Président Marc Ravalomanana ce jeudi 17 février 2011 :

7.Posté par Gajik le 17/02/2011 19:55

Synthèse des enjeux d'un retour de Ravalomanana par la Gazette de la Grande Ile de ce jour :

Marc Ravalomanana: Trop d’ennemis pour rentrer !
Jeudi, 17 Février 2011

Alors que la nouvelle de l’hypothétique retour de Marc Ravalomanana pour samedi prochain alimente la conversation de ceux qui semblent y croire encore, il faut rappeler que ce président est le plus mal coté de tous les chefs d’Etat qui se sont succédé à barre du navire Madagascar. Des faits incroyables et inédits ont été observés à ce sujet, lesquels attestent de la véracité de ce constat.
Ainsi, rappelons que Marc Ravalomanana a été le premier chef d’Etat à avoir été hué et cible de jets de pierres de la part de ses gouvernés, bien que ceux-ci constituent l’un des peuples les plus placides de la terre. Si Georges W. Bush s’est vu lancer une paire de chaussures au visage par un journaliste non américain, et que Sylvio Berlusconi a vu son visage ensanglanté par une statuette jeté à bout portant par un dérangé mental, Ravalo, lui, a vu son cortège ciblé par des morceaux de pierre et ce, par deux fois. La première, c’était le 1 février 2009 à Toliara, sur la route de l’aéroport, obligeant le cortège présidentiel à rebrousser chemin. Le même cortège a été également hué et lapidé le 26 janvier 2009, soit quelques jours avant l’épisode de Toliara, à Ambohimanarina dans la capitale, provoquant une panique dans la garde présidentielle, laquelle s’était éparpillée dans un sauve-qui-peut quasi général.
L’anecdote de l’avion incendié à Farafangana en février 2009 mérite également d’être remémorée. Alors que le ministre de l’Economie d’alors, Ivohasina Razafimahefa, venait en mission dans ce district, la rumeur s’était amplifiée en ville affirmant que Marc Ravalomanana se trouvait dans l’avion, après avoir réquisitionné d’importantes sommes d’argent de la banque centrale de Manakara. Du coup, une cohorte de mécontents s’était ébranlée vers l’aérodrome et avait incendié l’avion supposé l’abriter, obligeant par la suite le ministre à fuir la ville. D’autres informations attestent que le président démissionnaire était détesté de bonne heure par nombre de ses administrés. Ainsi, le recrutement de centaines de jeunes soldats en décembre 2008 prouvait déjà que Marc Ravalomanana n’avait plus confiance en l’armée et en sa garde propre. Cette dernière était d’ailleurs la première à le déserter par vagues entières, dès que le vent a commencé à tourner début 2009.
Par ailleurs, c’est avec Marc Ravalomanana qu’on a assisté à une véritable furie de la rue, détruisant et vandalisant son patrimoine d’un bout à l’autre de l’île. Et lorsque son départ a été connu, ça a été une grande explosion de joie manifestée par des coups de klaxon, de sons de cloche et des abattages de volailles, d’ovins et de bovins tant à Tana que dans d’autres villes : du jamais vu. Cette haine viscérale manifestée par une importante frange de la population à l’encontre d’un homme qui a été adulé sept ans plus tôt, devait être la conséquence des emprisonnements de centaines de concurrents, de militaires et de politiciens, l’accaparement indu de terrains et de parts de marché, l’enrichissement personnel à vitesse grand V, et on en passe. La réaction des amis et membres des familles de toutes ces victimes, plus celle des proches des estropiés et morts du 7 février 2009, si jamais Marc Ravalomanana osait débarquer effectivement samedi prochain, demeure encore un mystère.

Saraléa Bernard

8.Posté par Dean Rakotobe le 17/02/2011 23:26

Ravalomanana n'est pas un Papa Doc Malagasy, ni un monstre... LOOOL Tout au contraire, c'est celui qui à réussi à prouver et à instaurer une vraie démocratie depuis 2002.

Le reste c'est du bla bla. Et du bla bla que dans quelques jours disparaitrons car nous allons défendre notre patrie de toute notre force, contre quiconque lier au putsch. Lier à la HAT, ou ligue des malfaiteurs malgaches. (Pas besoin de le prouver pour le dire si on est malagasy de sang).

Je pense que Ravalomanana n'a pas peur de se retrouver même face à un pseudo tribunal de clown. Désormais, le peuple ira suivre son exemple et faire ce qui est bien et juste pour notre pays au delà des représailles, au delà de la mort. On a encore toute notre tête malgré tout les mensonges véhiculer par les média même internationaux, pour discerner le bien du mal.


Vivez (Veloma en malagasy) et à bientôt!

9.Posté par Gajik le 18/02/2011 00:38

tiens, Dean Rakotobe, les dernières nouvelles de la 4ème tentative de putsch par ton Ravalomanana :
(la première en mars 2009, ratée l'armée n'a pas voulu du pouvoir. FIGN, BANI, ratée aussi)

En dépit des soins particuliers qui ont été pris par des pro – Ravalomanana pour dissimuler les stratégies qu’ils ont concoctées par rapport au retour au pays de Marc Ravalomanana, des confidences ont révélé hier que, d’une part, des ex – Députés et Sénateurs Tim vont mobiliser le plus grand nombre de leurs partisans et, de l’autre, un jeune cadre de ce même parti politique aura pour charge de monter un commando armé. Le tout, pour mettre la Capitale à feu et à sang. Pendant ce temps, Marc Ravalomanana va atterrir à l’aéroport d’Arivonimamo.

Depuis cette fuite, il faudra que Dada change les plans, Dean Rakotokelkely !

10.Posté par la Gazette le 18/02/2011 08:30

Voici ce qu'écrit un journal, La Gazette de La Grande Ile, qui n'a jamais été pro- Ravalomanana , au contraire !

EDITORIAL: Gare au népotisme

Jeudi, 17 Février 2011 05:56

Non, non, mille fois non ! Andry Rajoelina ne doit pas être complice ni encore cautionner ce népotisme qui se fait jour dans ses rangs. L’époque n’est plus à ce genre de clientélisme, de copinage. L’opinion veut, depuis le soulèvement populaire de 2009, une rupture nette et claire avec les pratiques du passé. Aujourd’hui, malheureusement, le même système resurgit. Actuellement, les coquins et les copains des tenants du régime se pavanent, ici et là, d’occuper, sans vergogne, des postes importants, bien que ne disposant de la moindre compétence, pour ce faire. Ils ont, en effet, l’appui et la bénédiction, paraît-il, d’Andry Rajoelina. Pour eux, aucune crainte d’être un jour limogés : tout baigne donc dans l’huile. Cette période transitoire, c’est, en quelque sorte, l’assurance tous risques…

Beaucoup furent scandalisés d’apprendre dans la presse, hier, qu’un certain Augustin Andriamananoro, ancien ministre des Télécommunications de la Transion, est devenu maintenant le directeur général de l’OMERT (Office malgache d’études et de régulation des télécommunications) – sans appel d’offres -, et président du conseil d’administration de la SONAPAR (Société nationale de participation) – un organisme qui gère des milliards- et également conseiller spécial du président Andry Rajoelina. C’est beaucoup de responsabilités (et de salaires) pour un seul homme…

Par ailleurs, le directeur général de la SONAPAR, Mme Hasimbohangy Andrianainarivelo, n’est autre que la sœur du ministre actuel de l’Aménagement du Territoire. Eh oui ! On a vu aussi, hier dans la presse, celle-ci et Augustin Andriamananoro sabler le champagne. Un peu de tenue, s’il vous plaît ! Pensez à vos compatriotes qui n’ont rien à se mettre sous la dent, tandis que vous… Une telle « imbécillité », car c’en est une, est due à un manque cruel de travail de communication. Ailleurs, même en Afrique, les hommes au pouvoir – ou du pouvoir – font tous attention à soigner leur image…

D’autre part, à cause peut-être de ses affinités avec Andry Rajoelina, quelqu’un est nommé ministre des Loisirs, en la personne du DJ, Serge Ranaivo. Mais qui est celui-là ? A-t-il vraiment les capacités requises pour occuper un tel poste ministériel ?

Dans l’entourage du patron de la Transition, on trouve également des individus incompétents, mais qui, grâce uniquement à leurs relations avec l’homme fort du régime, détiennent des fonctions stratégiques, voire un pouvoir exorbitant, dans le rouage de l’administration.

Tôt ou tard, Andry Rajoelina doit rendre des comptes quant à ses amis qu’il a, sans raison apparente, favorisés. En vérité, l’Etat de droit, que la Transition se targue de vouloir appliquer à la lettre, n’est visible nulle part : les petits arrangements et les combines semblent, comme dans le passé (sous MM. Ratsiraka et Ravalomanana), devenir une méthode de gouvernement.

Bref, l’impunité, l’immunité et la gabegie, constatées sous les régimes précédents, sont de retour. Au secours !

Franck RAHARISON


11.Posté par Gajik le 18/02/2011 18:34

COMMUNIQUE DE PRESSE


A propos du supposé retour, samedi, de l’ancien Président Ravalomanana Marc, le Ministre des Affaires Etrangères, le Vice-Amiral d’Escadre Ramaroson Rarison Hippolyte a convoqué dans son bureau l’Ambassadeur de l’Afrique du Sud à Madagascar, ce matin (Ndlr : vendredi 18 février 2011).


L’Ambassadeur sud africain a, à cette occasion, réitéré la position officielle de la République d’Afrique du Sud concernant le retour au pays de l’Ancien Président Marc Ravalomanana : L’Afrique du Sud reste fidèle aux dispositions de Maputo qui stipulent que cet ancien Président ne doit rentrer à Madagascar à moins que les conditions favorables ne soient réunies, c’est-à-dire la mise en place d’un Gouvernement élu, ce qui a été raffermi par la feuille de route des médiateurs de la SADC. Ce, malgré les difficultés pour le gouvernement sud africain de le dissuader de rentrer, par souci de sécurité et de stabilité dans le pays.

Le 7 février dernier, l’ancien Président a rencontré le Ministre sud africain des Affaires Etrangères, qui a réitéré cette position de l’Afrique du Sud.


Recueillis par Jeannot Ramambazafy – 18 février 2011


12.Posté par Gajik le 18/02/2011 22:33

Les infos tombent l'une après l'autre et mettent à bas l'opération d 'intox lancée par Ravalomanana dans une ultime tentative désespérée de fomenter des troubles propices à un 4ème putsch qui a déjà fait pshitt !

En effet, la compagnie aérienne Sud-Africaine dont Ravalo a brandi les billets d'avion, n'acceptera pas de le prendre.
Les ambassades américaine et Sud-Africaine à Tananarive confirment qu'ils n'approuvent pas la tentative de Ravalo de rentrer et de prendre le risque d'être incarcéré et de créer des troubles.

Le ministre français chargé de la Coopération, Henri de Raincourt arrive demain avec René Paul Victoria. Abdallah Sambi est là aussi en tant que président sortant des Comores. Tout ce beau monde a des programmes chargés : inauguration de l'école des Greffes, de 30 logements subventionnés à Akamasoa avec le Père Pedro Opéka ... Des choses autrement plus sérieuses que les violences gratuites de ravalo et de ses deux compères Zafy et Ratsi .

On peut être rassurés ce soir, soit tout çà c'est encore un N'ième bleuf de ce pauvre commerçant acculé à fabriquer du chocolat à Prétoria et à financer ses hommes de main.

Par contre, ce qui est certain c'est que si Ravalo ne vient pas se livrer à la Justice de son pays, ce sont les propagateurs de fausses nouvelles qui vont goûter à la place de Ravalo à la douceur des geôles malgaches pour avoir forcé le gouvernement à mettre un dispositif complexe en place pour éviter les débordements des zanak'idada qui rêvent, moyennant finances, de casser et piller pour créer un climat faisant croire au monde que le feuille de route est rejetée par une grande partie du Peuple. C'est çà le but recherché, mais c'est un peu tard, non ? Ravalo creuse sa tombe.

Aveuglement total sur la réalité, inflation de l'estime de soi, ce pauvre Ravalo ferait pitié s'il n'était pas à l'origine de tant de souffrances pour tant de gens et pendant si longtemps.

13.Posté par Dean RAKOTOBE le 19/02/2011 05:22

On a beau dire des âneries sur Ravalo, n'empêche qu'il est l'homme de la situation. Moi aussi je pourrais inventer des milliards de bizarrerie sur Ravalo à la seconde. Du genre, il a violé sa propre fille, il avais fait du sky avec Ben Laden dans le desert du Sahara, ou c'est un cousin éloigner de Mr Sarkozy, ou qu'il a mis du poison dans nos ravitoto, ou n'importe... On fera joujou avec ça après si ça vous amuse vraiment . Maintenant, LOL, il faut que je sauve mon pays!!!

14.Posté par Trouillard ! le 19/02/2011 11:06

TGV est un trouillard, en plus de ne pas savoir ce qu'il veut , arrêter Ravalo ou pas ???? Comme il sait que si on l'arrête, ça va être la soulevée populaire, il préfère lui interdire de rentrer avec un NOTAM !!

Un NOTAM (Notice to airmen ou avis aux compagnies aériennes)

Après on va dire que Ravalo s'est défilé et que c'était de l'intox !!!! c'est ce qu'ils vont faire croire à ceux qui n'ont pas accès à l'information, la vraie !

15.Posté par Gajik le 19/02/2011 12:08

Hi hi, trouillard l'autoproclamé et Dean Rakotohely perdent leur sang froid ! c'est bon signe.

Tous les gens intelligents ont compris, par contre, que la HAT ne refuse pas d'arrêter le dernier dictateur malgache mais refuse le désordre et les crimes programmés par cette équipe de malades hyper financés par un commerçant aux abois.

On se ferait bien au contraire une joie de mettre Ravalo là où il doit être : à Tsiafahy et pour 20 ans au moins, si tant est qu'il soit ré-éducable, ce qui n'est pas certain.

L'ambassade américaine fait dans sa culotte, le bunker est en effervescence, le ministre français est arrivé à minuit, Sambi est là, Simao aussi, le COI .... tout ce beau monde est ok pour que Ravalo soit hors course. Et lui, le petit malade qui souffre d'un sur EGO pathologique, croit pouvoir continuer à détruire le mouvement de démocratisation de madagascar. Il rêve éveillé, il creuse sa tombe.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues