MENU ZINFOS
Société

Ralentisseurs illégaux : Une plateforme en ligne pour les signaler


Une plateforme est lancée par l'association 40 millions d'automobilistes afin de répertorier les dos d'âne ou ralentisseurs hors normes. L'association compte sur les usagers de la route pour réaliser sa collection et en appelle à vos signalements. À vos marques, prêts, filmez !

Par - Publié le Jeudi 6 Mai 2021 à 10:19

Photo Thierry Modolo
Photo Thierry Modolo
Si le but n'est pas de remettre en question le bien-fondé des ralentisseurs, bon nombre d'associations s'élèvent contre les communes qui sont peu respectueuses de normes de construction. 

Ces dispositifs sont souvent trop hauts, implantés au mauvais endroit, ou encore mal signalés. Partant de ce constat, l’association 40 millions d’automobilistes a choisi de lancer une plateforme de ce signalement.  

Si la sécurité routière est l'affaire de tous, il convient de rappeler que les municipalités ne peuvent pas avoir recours systématiquement aux ralentisseurs et les installer n’importe comment, indique L'argus


Sur le même sujet : 

Coup dur pour les communes : Les ralentisseurs illégaux devront être détruits !

 



Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par liberté le 06/05/2021 11:00

il y en a beaucoup dans ce cas avec la mairie de saint denis et la cinor c'est dangereux

2.Posté par MT CRISTO le 06/05/2021 18:15

Aux Avirons et surtout à la sortie en descendant sur Étang Salé des dos d'âne hors normes sont de véritables obstacles destructeurs de colonne vertébrale et d'amortisseurs de voitures. Il est urgent de détruire ces dos d'âne qui ne se justifient absolument pas ; cette route n'est pas accidentogène.

3.Posté par muppets le 06/05/2021 18:25

ca va être dur pour la commune de Saint Denis car la grande majorité est non conforme

4.Posté par jeanbaiselarak le 06/05/2021 18:28

La commune de saint denis aura beaucoup beaucoup de ralentisseurs à détruire alors.

5.Posté par parents d'élèves le 06/05/2021 16:48

A quand une plateforme afin de signaler les voitures sur les trottoirs gênant la circulation des piétons et des handicapés surtout a saint joseph un site relié aux forces de polices ?

6.Posté par Coco le 06/05/2021 19:53

Également dans le Sud, sur St Pierre et environs une multitude de ralentisseurs hors norme...Faudrait que ça bouge rapidement Michel ! Ma voiture est presque morte....

7.Posté par GILSON le 06/05/2021 21:21

Objet :  Implantation de "Dispositifs de modération de la vitesse"
(Appelé aussi : Ralentisseur / Dos d’âne / Coupe-vitesse / Plateau / Coussin berlinois)
Pièce jointe : Plan du secteur en cause (La Bretagne - 97490 - Sainte-Clotilde - La Réunion)
Référence : Décret 94-447 du 27 mai 1994 du Ministère de l'Equipement, des transports et du Tourisme

TELLEMENT ABERRANT QU’Il APPARAÎT DIFFICILE À QUICONQUE DE NE PAS ASSOCIER À L’OBJECTIF SÉCURITAIRE INITIAL UN INTARISSABLE INTÉRÊT LUCRATIF AVÉRÉ.

En dépit de possibles critiques ma démarche est purement personnelle, sans prétention ni recherche d'une approbation unanime. Je souhaite simplement transmettre à qui veut l’entendre le constat de ma longue observation “passive” qui à présent exaspère l'administré et l'automobiliste que je suis...et pas seulement. A la fois exaspération et colère issues de l’implantation démesurée des "Dispositifs de modération de la vitesse” appelés communément “Ralentisseurs”. Si tous les secteurs de la ville de St-Denis et sa périphérie aujourd’hui encore ne sont épargnés, je vais cependant apporter quelques précisions quant à la genèse de l'implantation accélérée des ralentisseurs de mon quartier : “La Bretagne”. Sans oublier cet incontournable exemple d’aberration manifeste de notre secteur voisin : “Le Chaudron”. J’y reviendrai un peu plus loin. 
Par ailleurs, j'entends également démontrer au riverain plutôt favorable que si le ralentisseur est un équipement de sécurité incontournable en zone sensible (écoles, lieu de culte, gymnase...), à l’inverse, il apporte son lot de désagréments incessants et de dangers indéniables dès lors où il fait l'objet d'une implantation à l’excès.

SECTEUR LA BRETAGNE
Implantations excessives - Distance en cause moins de 3500m
Existants avant 2010 : 7 ralentisseurs 
Apport complémentaire pendant et après 2010 : 26 ralentisseurs 
Soit un total aujourd’hui de 33 ralentisseurs dont 25 essentiellement sur les 2 axes principaux incontournables "Gabriel Macé” et "Grand Canal” (Voir pièce jointe).

Réalisées dans un empressement interrogatif ?
Un grand nombre de ces ralentisseurs (une vingtaine environ) ont été installés quelques jours avant, pendant, et après les travaux de réalisation du tout-à-l’égout et trottoirs commencés en 2010. Une pagaille indescriptible dans la circulation comme pour les ouvriers qui parfois ont été amenés à découper partiellement certains de ces nouveaux ralentisseurs pour les besoins de leurs travaux. 
A cet effet, j’ai en mémoire cette invraisemblance : devant l'église, 3 ralentisseurs ont été posés sur une centaine de mètres à peine, dont l’un d’entre eux jugé en excédant a fait l’objet d’un enlèvement dans les 48 heures sur décision communale ? Qui a payé la pose...et sa suppression ?
 
Précipitation ? Absence de corrélation entre les équipes ? Bref, la démonstration d’un calendrier prévisionnel de réalisations des travaux murement réfléchi (lol). Autant de questions à l’origine de critiques exprimées à travers les médias par les administrés, hélas jamais concertés. 
Avant de poursuivre, je voudrais donc rebondir sur ce cas de figure du quartier voisin : “Le Chaudron”. Là aussi, je m’interroge quant à la solution qui a été adoptée dans la semaine qui a suivi les échauffourées entre jeunes et Forces de l’ordre de 2017 ou 2018 (? peu importe). Une conclusion qui s'est traduite par la pose hâtive de ralentisseurs où l’on peut observer à ce jour la présence de 14 ralentisseurs sur 200 mètres de chaussée des voies à double sens rue Roger Payet ? Oui, oui ! J’ai bien dit ; 14. Record de France à n’en pas douter. Bref, initiative précipitée, particulièrement onéreuse, d'autant plus incompréhensible si l'on considère que l'objectif principal avait pour but de mettre fin aux rodéos incessants des deux roues ? Comment peut-on berner la population à ce point ? Aberrant ! Insultant même car les autorités décisionnaires ne pouvaient ignorer l’inefficacité de leur mesure. Coût de l’opération : à vous de juger.

LES DĖSAGREMENTS AU QUOTIDIEN 
(Que vous soyez automobiliste, tributaire du transport en commun ou piéton)

A) Pour l’automobiliste 
A l’évidence une usure prématurée de son véhicule. 
Prenons pour simple exemple la personne contrainte d’effectuer un Aller/Retour sur l’axe principal de La Bretagne “Gabriel Macé" avec le franchissement de ces 15 ralentisseurs une seule fois par jour. Elle mettra alors à contribution les organes vitaux de son véhicule (amortisseurs, freins, boîte de vitesse, pneumatiques) plus de 20 000 fois par an en franchissant montée et descente de chaque coupe-vitesse. Sans ignorer la dépense non quantifiée mais bien réelle du carburant supplémentaire consommé. Ajouter à cela les bas de caisse esquintés par frottement sur des ralentisseurs de hauteur non conforme. Et je fais abstraction de l’itinéraire bis "Gabriel Macé via Grand Canal" lui aussi très souvent emprunté et doté de 18 ralentisseurs sur 3,5km à peine.
Question : le décideur a-t-il pensé à ces nombreux automobilistes qui hélas ne parviennent pas toujours à boucler leur fin de mois ? Peuvent-ils réellement faire face aux remplacements et réparations répétés des organes vitaux de leur véhicule ? 

Même le délai de route ne peut être ignoré pour qui respecte le 30km/h imposé à chaque franchissement de dos d’âne ; pénalisant bien évidemment en priorité le travailleur. 

B) Pour les Transports Publics
Le conducteur de bus (particulièrement concerné puisqu’il passe sa journée sur les dos d’âne) ne peut sous-estimer lui aussi le délai de franchissement de ces obstacles auquel s'ajoutent ses arrêts habituels de ramassage. A cet effet, le nombre croissant de ces ralentisseurs aurait dû fort logiquement contraindre les Compagnies de Transport en commun à reconsidérer leurs tableaux horaires de fréquences des ramassages. Dans le cas contraire cela suppose une augmentation forcée, et donc risquée, de la vitesse de déplacement des bus avec un usage excessif du klaxon, comme il est désormais possible de l’observer. 
Question : pourquoi le décideur n’a pas tenu compte du décret en vigueur ? Lequel précise l'interdiction de l'implantation de ralentisseur sur les voies dont la déclivité est supérieure à 4%.

En bus, en taxi ou dans son propre véhicule ; toute personne fragilisée physiquement comme la femme enceinte ou la personne à mobilité réduite est également contrainte de subir le franchissement de ces nombreux coupes-vitesse.

Que penser aussi de l’ambulancier avec son patient en déplacement d’urgence consécutif à un AVC par exemple qui pour se rendre à l’établissement hospitalier devra presque s’immobiliser au passage de chaque ralentisseur ?
Question : là aussi, pourquoi le décideur s’est-il affranchi du décret de référence ? Décret qui stipule que les itinéraires parallèles à l’axe routier principal ne doivent pas être dotés de coupe-vitesse afin de permettre à ce personnel de pouvoir emprunter à souhait ces segments de route non équipés. 

C) A tout résidant 
Une double pollution ; à la fois atmosphérique et acoustique. La Bretagne, secteur particulièrement pentu contraint bon nombre de véhicules à un changement de vitesse systématique (seconde et/ou première) lors du franchissement de ces obstacles. C’est-à-dire l’adoption d’un régime moteur polluant et sonore. Principalement concernés, les poids lourds et véhicules hélas trop nombreux libérant leurs rituelles volutes de fumée. 
Avec une pensée toute particulière pour le résidant proche d'un ralentisseur, le sportif, le cycliste, le piéton (avec ou sans poussette).

LES DANGERS CERTAINS
1)Le ralentisseur lui-même
Emplacement, hauteur, angle d'attaque, forme, absence de visibilité de jour comme de nuit pour certains ; pour plus d'un tiers en France métropolitaine la Réunion n'échappe pas à la non-conformité de ses ralentisseurs. Autant d'irrégularités qui expliquent le comportement dangereux de certains conducteurs "habitués". Lesquels amorcent ces ralentisseurs à l’angle d’attaque agressif en se déportant systématiquement sur la gauche ; parfois même sans tenir compte de la vitesse et distance du véhicule arrivant en face, obligeant ce dernier à faire usage de ses freins.
2)Non concerné par le ralentisseur
- Le "chauffard" dont nous savons qu'il ne changera pas son comportement ; constat visuel observé tous les jours et qui n’aura échappé à personne.
- Le conducteur de deux roues (moto, mobylette, scooter…) pour qui le ralentisseur est parfois assimilé par quelques-uns à une rampe de saut.
- Certains propriétaires de 4x4 et SUV ; véhicule en constante augmentation. 
- Le véhicule de société, de service, de fonction ; quelquefois malmener dès lors où il n'est pas la propriété du conducteur.
- Le propriétaire de véhicule spécialement doté d’amortisseurs renforcés qui ignore tout ralentisseur.
3)La nuit
Avec un franchissement tous les 200m environ ces nombreux ralentisseurs deviennent alors un facteur d’éblouissement avéré. Une pénibilité visuelle qui accentue d’autant la difficulté de conduite.
4)Véhicules dangereux
Plus inquiétant : partager au quotidien notre réseau routier avec un nombre croissant de véhicules non sécurisés, faute de moyens financiers nécessaires à leur entretien. Avec la résultante que nous connaissons déjà ; comme le contrat d’assurance ou le permis de conduire, un bilan en augmentation de défaut de Contrôle Technique.

INTERROGATIONS 
Qu’est ce qui a motivé la pose de ces 33 ralentisseurs à La Bretagne sur son réseau routier principal dont la distance en cause est estimée à un peu moins de 3500 m ? 
(Dans le prolongement d’un dramatique accident de la circulation j’ai entendu sur les ondes notre élu concerné du moment nous justifier sa décision par la pose immédiate de deux ralentisseurs sur la portion de route concernée “Chemin du milieu” ; nous informant à cet effet le souvenir douloureux de la perte d’un de ses proches à la suite d’un accident de la circulation. Doit-on en conclure que tout drame de la circulation entraine la mise en place systématique de dos d’âne ? 

Est-ce bien l’élu communal qui décide et ordonne ? 
Quel critère détermine le lieu d’implantation exacte et le type de ralentisseur ? 
Quel est le coût de chaque type de ralentisseur ? 
Chaque administré est-il en mesure de pouvoir obtenir ou consulter à la demande le bilan chiffré et daté des dos d’âne existants ? Si oui ; où doit-il se rendre et à qui s’adresser ?

Ce travail doit-il systématiquement répondre à un appel d’offre ?
Si oui, qui a obtenu le sésame ?

Aujourd’hui encore, le marché du ralentisseur ne semble pas connaître de répit. Pour preuve : Novembre 2019, une calme et toute petite ruelle étroite et longue d’une centaine de mètres à peine sur le secteur de la Providence en a été dotée ? A partir de quel constat initial ? Aux dires d’un voisin sur simple demande verbale d’un résidant ?
Bref, comme j’ai pu le lire récemment, rien en effet ne semble freiner l’élan de nos responsables dans ce nouveau "joujou" sur lequel ils ont quasiment tout pouvoir. 

Aujourd’hui, compte-tenu des observations négatives énumérés par la présence excessive de tous ces ralentisseurs, pourquoi le geste “Eco-citoyen” (leitmotiv et argument de campagne de tout élu) n’a pas été pris en considération ?

Michel Gilson

8.Posté par hannus le 06/05/2021 21:34

vien pas pleurer quand zot zenfants sera renversé par un grattelle ek un loto la moke tunée ....

9.Posté par rene le 06/05/2021 22:59

presque tous les ralentisseurs de la possession , surtout de saint laurent et celui de la riviere des galets entre sacre coeur et RDG . les constructeurs de ces ralentisseurs doivent avoir des pourcentages sur le goudron et les amortisseurs de voitures

10.Posté par Amonavis le 07/05/2021 05:42

À mon avis, celui en face de la mairie de Bras Panon ne doit pas être aux normes mais comment faire pour mesurer la hauteur, la pente, la longueur de la rampe etc.

11.Posté par yabos le 07/05/2021 08:07

Ne rêvons pas. La plupart des ralentisseurs ne sont pas aux normes sur notre Ile. Ceci dit, c'est aux autorités de faire le nécessaire pour un recensement général et la destruction de ces pièges. Que chacun fasse son travail et n'inversons pas les rôles .

12.Posté par muppets le 07/05/2021 08:50

Je pense que cette floraison de ralentisseurs a du rapporter quelques juteuses commissions à ceux qui les ont planifiés

13.Posté par JORIELE974 le 07/05/2021 10:31

Sur la commune de st paul en allant vers la rue jacquot ridicule et dangereux pour nos roues et sur la plaine st paul des ralentisseurs façon magouille et compagnie nous sommes dans un monde de fous et de copinages ils doivent se faire des bourses en or pour en mettre de partout!

14.Posté par cheche le 07/05/2021 11:33

Ces ralentisseurs sont pris sur un budjet special (securite-subventions).Les maires les aiment car ils apportent petite monnaie a une petite entreprise de TP en mal de travail et qui n'a pas besoin de soumissionner
sous le regime du marche public(valeur faible).Alors elle font du n'importe quoi sous une surveillance aleatoire des sevices municipaux..

15.Posté par Chavria le 07/05/2021 20:59

Quand la commune de Saint-Denis procèdera t'elle à la suppression des trop nombreux ralentisseurs émaillant la route de la Bretagne? Ralentisseurs hors normes zu Moufia !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes