Faits-divers

Ralé-poussé mortel au conseil départemental : Un infarctus à l'origine du décès

Jeudi 1 Février 2018 - 07:50

Ralé-poussé mortel au conseil départemental : Un infarctus à l'origine du décès
On en sait un peu plus sur le décès de l’agent du conseil départemental survenu après une altercation avec son collègue mardi en début d’après-midi. Comme nous l’apprend ce jeudi Le Quotidien, la victime serait décédée des suites d’un infarctus, "et du stress causé par l’altercation". "Christian Poleya a quitté la scène de la bagarre et aurait alors été pris d’un grave malaise" écrit le média. Après son malaise, c’est le directeur du groupe de prévention de la collectivité qui a effectué en personne gestes de premiers secours, en vain.

 
NP
Lu 4940 fois



1.Posté par Karine le 01/02/2018 10:05

tout les agent au même temp de travail et tout ça n'arrivera plus...Il Y a souvent des tensions et des conflits verbaux entre les 35h et 39h...Les RTT sont la cause de ces conflits et tensions. Pendant que les 39h sont en rtt ce sont les 35h qui ont du travail en plus ...Donner le choix aux agents du CD 974 de choisir entre 35 ou 39h et le problème sera résolu

2.Posté par Phoénix974 le 01/02/2018 10:15

Oui mais le cogneur de gramoune ne doit pas échapper à une inculpation pour "homicide volontaire ayant entraîner la mort sans intention de la donner"..quoique?Sans cette agression, la mort de la personne serait sans doute repoussée à une date ultérieure!!

3.Posté par Karine le 01/02/2018 10:16

OUI c'est un gros problème cette différence entre les 35h et les 39h. Avec 22 jours de RTT les 39h sont gâtés..et ce qui exaspère les 35hh qui sont obligés de faire le travail en plus. Cela crée des tensions entre collègues et parfois des conflits...Mais la hiérarchie semble fermer les yeux et faire comme si rien. Pourtant Mme DINDAR avait souhaité que tous les agents soient au m^^me temps de travail (quitte à passer en 37 h pour tous)..mais voilà, les syndicats pour certains de peur de perdre les 22 jours de RTT ont freiné ce souhait de l'ex présidente... Ils disent que les négociation sont encours...Mais ras le bol de leurs négociations éternelles qui dure depuis bientôt 3ans.... Faudrait que les 35h se mobilisent et commence à débrayer pour faire changer cette situation d'inégalité (faire changer la loi qui donne la priorité aux agent d'avant 2004 le choix du temps de travail)...Tous devraient avoir le choix entre les 35h ou 39h. Sinon tous au 37 h.. Ye n a. assez des tensions , des conflits entre agents

4.Posté par agents le 01/02/2018 10:18

REVENDICATION PRIORITAIRE DE 2018 dans la fonction publique territoriale = MEME TEMPS de TRAVAIL pour TOUS LES AGENTS TITULAIRES avant ou après 2004 = EGALITE REELLE

5.Posté par Choupette le 01/02/2018 12:23

2.Posté par Phoénix974

Oui mais il a quitté le lieu (précis) de l'altercation, sur ses 2 pieds ... .

Donc, il a pu marcher quelques pas ... .

6.Posté par Eric le 01/02/2018 12:26 (depuis mobile)

Voilà pourquoi je ne bosserais jamais dans une collectivité. Les chefs sont à la baguette des élus. Les élus sont des nuls. Une boîte à merde quoi!
Je préfère le privé. Plus valorisant.
Au moins pendant 35 ou 39h je bosse et rend un travail.

7.Posté par RIKAKO le 01/02/2018 18:27

Oui effectivement le temps de travail ne valorise pas l'égalité de traitement entre les agents je rejoins les posts 1/3 et 4.
Au final tout le monde fait le même nombre d'heure par jour et les congés ne sont pas les mêmes.
Il serait bon de revoir les primes des agents que certains touchent et d'autres non à situation égale!
Bref vivement une VRAIE politique RH dans la territoriale!

8.Posté par Ti tangue stressé le 01/02/2018 20:08

Attention capital décès x 3 RIP au travailleur

9.Posté par No comment le 01/02/2018 20:40 (depuis mobile)

Yes phoenix un te pour dindar et l''autre pour cyril te pas d''accord le ton la monter après dans le privé la pas politiser mais n''a macrotage même l''autre i enterré son camarade pour gagné l''avance et puis on suicide vite dans le privé ha

10.Posté par territoriale pourrie le 01/02/2018 21:31

Les recrutements politiques empoisonnent la fonction publique territoriale. Nous aurions dû être comme celle de l'Etat mais avec les arrangements politiques, des parasites (entendons recrutements sur critères subjectifs) amènent des dysfonctionnements.
J'ai été agressée physiquement par une collègue recrutée par piston et j'ai des lésions quasi cancéreuses dues au choc post traumatique. Je suis arrivée dans cette fonction publique sur concours, avec des diplômes (bac+5) mais comme je refuse de faire la politique pour qui que ce soit, ma carrière stagne. Les cadres sans diplômes réussissent parce que le CDG974 favorise les "magouilles" en tout genre. Le Conseil Départemental obtient des réussites au concours de personnes soutenues par l'autorité territoriale. Ce ne sont pas les plus méritants qui avancent. Des altercations, il y en a eu, il y en aura encore car des inégalités grandissent! Les élus sont fautifs mais eux, ne sont là que pour un mandat et ils brisent des vies en soutenant certains et en rejetant d'autres. C'est un système au modèle ESCLAVAGISTE où les manipulations les plus viles se développent!

11.Posté par lolo le 02/02/2018 06:30 (depuis mobile)

Merci pour ce témoignage post 10 . Certains agents embauchés sans concours sévissent dans les collectivités harcèlent et font ce qu''ils veulent quand ils veulent

12.Posté par galérien le 02/02/2018 20:47

Si il y avait moins de laxisme de la part des responsables , car tout groupe de travail à un responsable et c'est ce Mr qui doit effectuer des controles de ponctualité et autres . A la réunion les gens s'expliquent avec les mains et non avec leur bouche et l'aide de leur cerveau et ils engorgent les tribunaux y qu'à lire la presse et écouter les radios .

13.Posté par quartier 3 lettres le 03/02/2018 00:00

Dans une certaine commune de l'ouest les petits chefaillons en mal d'autorité sévissent à la botte de l'ancien maire député et de son remplaçant , suivez mon regard .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 21 Septembre 2018 - 07:41 Saïd Larifou jugé en appel pour travail dissimulé

Vendredi 21 Septembre 2018 - 07:26 Il grimpe à un poteau pour insulter les passants