MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Radio France : un service public partisan


Par Collectif ADP Réunion - Publié le Mardi 19 Novembre 2019 à 11:10 | Lu 848 fois

Faire de la pub pour souscrire à l'introduction en bourse de la Française Des Jeux (FDJ) ne paraît pas choquer la direction de Radio France, nous, collectif RIP ADP974, en sommes navrés. D’abord,  pour des raisons économiques, laisser des groupes privés s’emparer d’une telle manne financière, FDJ est très rentable et procure des rentrées fiscales importantes, pourquoi s’en priver ? Ensuite, pour des raisons de régulation de l'addiction aux jeux, notamment pour les mineurs, nous faisons peu confiance aux financiers pour s’en préoccuper, leur seule ligne d’horizon est le profit… Cette privatisation est amorale.

France Inter, radio du service public, relaie chaque jour les spots publicitaires qui mettent l’accent sur la « bonne affaire » que le petit porteur pourrait réaliser, quel cynisme ! Pourquoi acheter une entreprise qui nous appartient, certes collectivement, mais qui est un bien commun ? C’est également, passer sous silence qu’en bourse, seuls les gros investisseurs, les gros zozos (zinzins), contrôlent les cours, peuvent créer un mouvement de panique, et contraindre les petits porteurs à vendre à perte…Les cas sont nombreux, France Télécom, Air France…La crise financière de 2008, provoquée par la spéculation effrénée des banques, a été au final payée par les peuples, le peuple grec y a laissé sa peau pour sauver les banques européennes…

Radio France met son véto sur des spots contre la privatisation de la société « Aéroport De Paris » (ADP) au prétexte qu’ils pourraient choquer ses auditeurs. Cela relève d’une véritable escroquerie intellectuelle !  La société « ADP » assure un véritable service public, économiquement très rentable, 183 millions de recettes pour l’Etat, en 2018, dotée d’un domaine foncier de 6700 hectares  dont 1300 constructibles miam miam pour les investisseurs privés. La vente d’infrastructures financées par nos impôts méritent un débat contradictoire, et de surcroît, prévu par l'article 11 de la Constitution...Le RIP ( Référendum d’Initiative Partagée) serait-t-il choquant pour Radio France ? Ou plutôt gênant pour nos gouvernants ?

Le parti pris du service public nous choque pour le coup, la direction a-t-elle   reçu des consignes de l'Elysée ou s’aligne-t-elle sur les médias privés détenus par des milliardaires ou surtout est-il clairement sous tutelle du gouvernement dans son expression ? Quelle que soit la réponse, elle est irrecevable et nous contestons cet argument fallacieux. Le terme de radio publique est bafouée. France inter démontre la partialité de son attention, ce gouvernement souhaite à terme tout privatiser, y compris Radio France. Pourquoi ? Pour  faire bénéficier à des grands groupes privés un temps de propagande plus important encore… A ce moment-là, la dénonciation de cette privatisation aura peu d'écoute tant votre complicité aura été grande pour sabrer les biens et services publics.

La censure par Radio France de diffuser des spots appelant à soutenir la mise en place d’un référendum, permettant aux citoyens de se prononcer sur l’avenir d’ADP, illustre une prise de position partisane contraire à la mission de service public. Quant à vos auditeurs, les derniers qui vous font confiance dans l’impartialité informationnelle, vont comprendre que vous n’êtes que le porte-voix du pouvoir. 




1.Posté par GIRONDIN le 19/11/2019 12:21

Radio France refuse d’informer sur le référendum, à lire ici : la-bas.org/la-bas-magazine/la-bas-express/radio-france-refuse-d-informer-sur-le-referendum-adp

2.Posté par A mon avis le 19/11/2019 14:23

censure ou fake news ?

Contactée, la direction de Radio France confirme que le 13 novembre dernier, en fin d'après-midi, elle a été saisie d'une demande de campagne publicitaire concernant le référendum de la part du service communication du groupe socialiste et républicain du sénat. Elle a alors «émis des réserves sur la possibilité juridique, au regard de la règlementation relative à la publicité que Radio France doit respecter». Ce que confirme le porte-parole de Radio France également interrogé :«Il n'y a pas pour l'heure pas de budget, pas d'annonceur, pas de message, et la publicité est quelque chose de très réglementée à Radio France. On a simplement émis une réserve, en attendant d'avoir plus d'informations».



https://www.liberation.fr/checknews/2019/11/15/radio-france-refuse-t-elle-de-diffuser-des-spots-pour-promouvoir-le-referendum-adp_1763530?sfns=mo

3.Posté par Fredo974 le 19/11/2019 14:57 (depuis mobile)

ADP et la FDJ sont deux entreprises et l''''Etat n''''a pas vocation et ne sait pas gérer les entreprises, le Privé fait cent fois mieux . En tous cas , ce référendum pour ADP semble pas mal barré pour toi !

4.Posté par GIRONDIN le 19/11/2019 16:21

Radio France ne diffusera pas ces clips
Une fois relevée le défi du financement, ils devront s'occuper de la diffusion. Si le ministère de l’Intérieur, qui héberge cette pétition, lançait une campagne d’information dans les médias, elle serait évidemment relayée.

Mais dans le cas du sport de l'opposition, les régies publicitaires des médias peuvent refuser de s’engager dans ce débat. Donner la parole à l’opposition sur ce sujet, cela peut paraître clivant. D'ailleurs, Radio France refusera de diffuser ce clip en s’appuyant sur l’article 37 de son cahier des charges. "Les messages publicitaires ne doivent contenir aucun élément de nature à choquer les convictions politiques, philosophiques ou religieuses des auditeurs" précise-t-il.

Mais "faire de la publicité pour la privatisation de la FDJ, ça choque mes convictions politiques" réagit Patrick Kanner, qui ne veut pas en rester là et va solliciter d’autres canaux de diffusion
.
Site radio France

5.Posté par IXE le 19/11/2019 22:31

Introduit dans la Constitution en 2008, le RIP a vu ses contours définis entre 2013 et 2014 (sous une autre présidence). Utilisé pour la première fois, nous constatons que de nombreux freins surgiront progressivement.

Le premier est le seuil du dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales, afin que la proposition de loi référendaire soit validée.

Le second frein est posé en l'article 7 de la loi organique n°2013-1114 du 6 décembre 2013 :"La liste des soutiens apportés à une proposition de loi peut être consultée par toute personne".
Donc pas d'anonymat car il ne s'agit pas d'un vote. (C'est pas cool).

Le décret d'application n°2014-1488 du 11 décembre 2014 vient notamment définir la liste des informations collectées auprès des pétitionnaires.

Bien qu'autorisés à signer ces pétitions, le fonctionnaire ordinaire, le policier, le militaire ou le magistrat n'entreront-ils pas dans un conflit éthique s'ils devaient agir dans le domaine concerné par cette proposition de loi: ces personnes devront-elles exercer leur droit de retrait ou se dessaisir ? Comment définir alors l'obligation de neutralité, d'impartialité ?

Ajoutant d'éventuels personnels du secteur privé à la liste précédente, de quelles certitudes disposent ces personnes que leur choix ne fera l'objet d'aucunes représailles ? ('certitudes' et non 'garanties', lesquelles sont inscrites dans le bloc constitutionnel).

La citation reprise par GIRONDIN en son post 4 est intéressante, dans la mesure où Radio France reconnaît que le dispositif est organisé par le ministère de l'intérieur. Mais ce média d'État refuse pour autant de le relayer, ce qui est incohérent. En permettant à la presse de ne publier que les informations en phase avec leurs chartes respectives, nous pouvons nous demander, ici - s'agissant de la conduite de la Nation - si le legislateur n'a pas omis de garantir un droit à l'information (qui n'est pas inscrit dans la Constitution).
Si nous raisonnons sous l'angle des libertés individuelles, l'existence d'un droit-créance concernant toutes les personnes inscrites sur les listes électorales (titulaires certains) justifierait le recours à l'article 10 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme: " Toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques et sans considération de frontière. (...)".
A défaut, l'affaire pourrait être réglée devant les juridictions.

6.Posté par Mi le 20/11/2019 09:00

Et en même temps Radio France refuse de diffuser la pub pour le referendum contre la privatisation des Aéroports de Paris !

ET ça se prétend une radio neutre ?????!!!!!!

7.Posté par A mon avis le 20/11/2019 13:17

@ 5.Posté par IXE : abus de langage
En parlant de Radio France, vous dites "ce média d'État".
Ce n'est une "radio de service public" : Nuance !

Nous ne sommes plus au temps de l'ORTF de de Gaulle

8.Posté par A mon avis le 20/11/2019 13:40

@ 5.Posté par IXE :
Vous évoquez fort justement les restrictions et interrogations sur les représailles éventuelles ou le "cas de conscience" que peut poser la signature d'une demande de RIP.

Mais, ces questions se posent chaque fois qu'un individu signe n'importe quelle pétition. En effet, une signature engage la personne, qui peut se trouver en porte à faux avec l'objet de son activité professionnelle ou avec sa hiérarchie !

9.Posté par A mon avis le 20/11/2019 13:49

Il est faux d'affirmer dans ce billet :
"La censure par Radio France de diffuser des spots appelant à soutenir la mise en place d’un référendum,"

Tout comme sont abusifs les commentaires "anti Radio France".

En effet, d'après Libération" (et comme je l'ai déjà cité dans mon post @2 :
Selon le porte parole de Radio France :
":«Il n'y a pas pour l'heure pas de budget, pas d'annonceur, pas de message," proposé à Radio France

10.Posté par Coin coin coin le 20/11/2019 14:01

pour l’Etat, ce n’est pas forcément une très bonne opération financière. Il récupère plus d’un milliard d’euros en cash, certes, dont il nous dit qu‘il va consacrer cet argent au désendettement et à l’investissement dans l’innovation technologique. Le discours est intéressant mais on oublie quand même de dire que l’Etat va perdre les dividendes de 3 à 4%. Ce milliard de cash va donc lui couter 3 à 4% alors qu’il pouvait le trouver sur le marché obligataire à taux zéro ou négatif. La seule vraie raison est encore une fois très politique. L’opération permet de participer au désendettement, c’est à dire au respect des normes maastrichtienne des 3%.

Cette opération pourrait être rentable si le fait de privatiser la FDJ allait profondément modifier sa gestion et rendre l’exploitation beaucoup plus profitable. Or, avec la Française des Jeux, ça ne sera pas le cas. Le management ne sera pas changé, les produits et services ne seront pas modifiés, et le contrôle de l’Etat restera ce qu’il est.

11.Posté par IXE le 20/11/2019 15:15

7.Posté par A mon avis le 20/11/2019 13 abus de langage
En parlant de Radio France, vous dites "ce média d'État".


Oui et je persiste:

" Décret n° 2017-1043 du 9 mai 2017 Titre II : CAPITAL SOCIAL - Article 6 - Capital social - L'Etat détient directement la totalité du capital de la société qui est fixé à la somme de 56 560 023 euros et divisé en 1 450 257 actions de 39 euros chacune. Les actions demeurent nominatives. Elles ne peuvent appartenir qu'à l'Etat.(...)".

Ce qui ne l'empêche pas de détenir d'autres sociétés par la suite (effet holding)

----------

8.Posté par A mon avis le 20/11/2019 13:40 ces questions se posent chaque fois qu'un individu signe n'importe quelle pétition.


Sauf démonstration du contraire, aucune pétition n'avait jusqu'à présent pour objectif de réformer un cadre législatif, alors que cette possibilité serait inscrite dans la loi. Le RIP qui propose, dans ce cas, de légiférer différemment n'est pas n'importe quelle pétition. Il interfère directement dans l'activité de la personne concernée. Imaginez que tous les juges signent: qui traitera le contentieux ?

12.Posté par A mon avis le 20/11/2019 17:23

@ 11.Posté par IXE
OK ! pour Radio France vu sous cet angle.

Pour ce qui est de la pétition, le problème est le même pour toutes les pétitions. Imaginez une pétition sur le climat par exemple. Tous les juges signent. Qui va traiter le contentieux (si contentieux il y a ) ?

A mon avis, (mais je ne suis pas un expert en matière juridique) la seule différence entre une pétition "ordinaire" et une pétition dans le cadre du RIC, c'est que la participation à cette dernière est très règlementée.
Par ailleurs, signer une pétition est un acte privé et libre. Et de plus, dans le cas du RIC, il découle du droit de vote (carte d'électeur demandé pour valider la signature). Je ne pense pas que le "devoir de réserve" doive s'appliquer dans cette situation.

13.Posté par GIRONDIN le 20/11/2019 17:33

12. A mon avis
Salut
c'est que la participation à cette dernière est très règlementée.


Tout a été prévu pour que cela échoue, un peu le sketch de Bigard sur la chauve-souris.
https://dai.ly/x5bduq

14.Posté par IXE le 20/11/2019 19:27

12.Posté par A mon avis le 20/11/2019 17:23

La différence avec les pétitions 'ordinaires' est l'anonymat.

Ainsi, lorsque vous dites "Je ne pense pas que le "devoir de réserve" doive s'appliquer dans cette situation", je vous renvoie au caractère public de l'identité des signataires du RIC. Comme en morale, le jugement de valeur émis diffère selon l'observateur. Entre subconscient et inconscient mon coeur balance, jusqu'à établir une règle de vie sociétale lors d'un processus démocratique. Puisse donc les moeurs suffisamment évoluer sur ce plan, afin que l'exercice d'un droit ne soit pas contraint par l'auto-censure...

15.Posté par IXE le 20/11/2019 19:36

13.Posté par GIRONDIN le 20/11/2019 17:33

Bigard: " Une chance sur dix millions". C'est comme jouer au Loto...

Ce qui me surprend (ou pas), c'est que les exigences autour du RIC furent posées par un gouvernement socialiste. Que voulaient-ils empêcher à cette époque (2013/2014) ?

16.Posté par GIRONDIN le 20/11/2019 21:14

Je ne suis plus, on parle de RIP ou RIC ?

Moi je parle du RIP (RÉFÉRENDUM D'INITIATIVE PARTAGÉE) :

: « un référendum portant sur un objet mentionné au premier alinéa peut être organisé à l'initiative d'un cinquième des membres du Parlement, soutenue par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales. Cette initiative prend la forme d'une proposition de loi et ne peut avoir pour objet l'abrogation d'une disposition législative promulguée depuis moins d'un an ».

Conseil constitutionnel

Pour l'usine à gaz:
https://www.conseil-constitutionnel.fr/referendum-d-initiative-partagee/referendum-d-initiative-partagee-rip-mode-d-emploi

17.Posté par A mon avis le 20/11/2019 22:18

@ 13 et 14 : il est tout de même logique qu'une pétition organisée dans le but de demander un référendum pouvant déboucher sur une loi, soit règlementée quant à la participation. Cela n'a rien à voir avec la couleur politique. C'est simplement une question de bon sens !

Par ailleurs, vous parlez de : "l'identité des signataires du RIC" : il ne s'agit pas d'affirmer "je suis contre" (ou "je suis pour"), mais de signer une pétition pour demander la tenue d'un referendum, ce qui est différent, et ne préjuge pas de votre engagement sur la question.

Question auto-censure que vous évoquez, chaque action est soumise à son libre arbitre. Pour moi, ce n'est pas de l'auto-censure mais un choix de décision.

Même s'il n'est pas parfait, cette possibilité de RIC est tout de même une avancée démocratique intéressante.

18.Posté par IXE le 21/11/2019 05:39

16.Posté par GIRONDIN le 20/11/2019 21:14 Je ne suis plus, on parle de RIP ou RIC ? Moi je parle du RIP (RÉFÉRENDUM D'INITIATIVE PARTAGÉE) :

Idem


RIP

19.Posté par Mi le 21/11/2019 08:43 (depuis mobile)

C'est vraiment truqué jusqu'au bout!
Des gens qui avaient signé viennent de s'apercevoir qu'ils ne sont pas inscrits!
Attention....

20.Posté par GIRONDIN le 21/11/2019 11:47

A mon avis
Question de bon sens ?!!!!

300 députés macroniste qui votent comme un seul homme, enfin parfois il y a quand même une vingtaine de votant, vous paraît plusssse '' 'raisonnable", du bon sens ?

Rassurez-vous, mon avis, Vu l'usine à gaz, le RIP n'aura jamais lieu !

21.Posté par A mon avis le 21/11/2019 22:35

@ 20.Posté par GIRONDIN
Vous êtes trop pessimiste !

22.Posté par IXE le 22/11/2019 06:45

@GIRONDIN:

Je peux savoir pour quelles raisons tu me boudes ?

23.Posté par GIRONDIN le 22/11/2019 09:17

22.Posté par IXE
Mon côté trop pessimiste..... 😂

Pourquoi je te bouderai-je ?

24.Posté par IXE le 22/11/2019 10:23

23.Posté par GIRONDIN le 22/11/2019 09:17

Bien !

Certains, depuis les années 80, ont peur d'une VIè République, qui redéfinierait les rôles des députés, sénateurs et même du pdt. Ce serait la fin de quelques privilèges... Et la question n'est pas politique, mais financière. Juan Branco en parle sur youtube.

Sais-tu ce qui arrive quelques fois ?
" une petite astuce : le quorum est présumé atteint. Ainsi, quand 68 députés seulement sont présents, chacun fait semblant de croire qu'il y en a 289 !!!"
https://m.huffingtonpost.fr/amp/jeanchristophe-picard/comment-les-deputes-contournent-le-reglement-de-lassemblee-pour-voter-meme-en-tout-petit-comite_a_23425130/


Il faut changer de paradigme.

25.Posté par GIRONDIN le 22/11/2019 10:58

24.Posté par IXE
Sauf qu'on peut appeler à une 6ème/7 ème /15 ème république, les rédacteurs de cette constitution seront les profiteurs d'aujourd'hui et les privilègiers de demain. Le système est totalement vérolé.

Pas pessimiste mais réaliste.

26.Posté par JORI le 23/11/2019 18:32 (depuis mobile)

25. Girondin.
+++1. Comme d'habitude.

27.Posté par "VIEUX CREOLE" le 26/11/2019 19:11

Le " Pouvoir macronien" accélérera au maximum la PUB POUR LA PRIVATISATION DES DERNIERS SERVICES PUBLICS QUI RESTENT ENCORE ( A.D.P , S.N.C.F. , SERVICES HOSPITALIERS ( au profit des Cliniques privées (où dépassements d'honoraires ou même " dessous de table" se pratiquent assez souvent ) . . . -----OSERA -T-IL "PRIVATISER L 'ÉCOLE PUBLIQUE" ? ? ? A FORCE DE SUPPRIMER DES POSTES D 'ENSEIGNANTS DANS LE PUBLIC des Parents d'Elèves finiront bien par se tourner vers des Écoles privées aux effectifs moins chargés ! ! " DÉSHABILLER PIERRE POUR HABILLER PAUL" EST, APRÈS TOUT UNE TACTIQUE CONNUE : NE CONSIDÉRAIT --ON PAS , DÉJÀ , "CERTAINES AIDES" (aides aux Personnes âgées Handicapées , A.P.L. . . . comme DES " NICHES FISCALES " ??? Sans les réactions syndicales et la colère populaire cette mesure envisagée aurait été votée par la Majorité macronnienne ou macrophile du Parlement ! ! !

----- " LE COLLECTIF CONTRE LA PRIVATISATION DES A.D.P. " DEVRAIT MULTIPLIER SES MISES EN GARDE! ! ! Au moment de signer ce n' est pas évident POUR LES FEMMES MARIÉES!! ELLES DOIVENT INDIQUER , UNIQUEMENT , LEUR NOM DE JEUNE FILLE SUIVIE DE LEUR PRÉNOM et c'est tout ! LE GOUVERNEMENT est pressé ET LE MINISTRE BRUNO LEMAIRE MANIFESTE " UN ENTHOUSIASME DÉLIRANT" QUI DOIT FAIRE PLAISIR AUX GROSSES ENTREPRISES CAPITALISTES, FUTURES ACTIONNAIRES . . . .
--------QUE nos compatriotes se se souviennent de ce qui s"est passé avec la privatisation de l'Aéroport de TOULOUSE BLAGNAC ;il n'y a pas si longtemps ! ! !

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes