MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Radicalisation : la police n'est pas épargnée


EXCLUSIF. Les entorses à la laïcité progressent dans les commissariats. Une note confidentielle de la préfecture de police de Paris recense ces cas qui, bien que limités, inquiètent.
C'est inquiétant et l'on peut aisément penser que tous les services publics soient touchés de la sorte.

Par Pamphlétaire - Publié le Vendredi 11 Mars 2016 à 04:48 | Lu 410 fois

http://www.leparisien.fr/faits-divers/radicalisation-la-police-n-est-pas-epargnee-09-03-2016-5610617.php

Diffusion de chants religieux en patrouille, refus de participer à une minute de silence ou de protéger une synagogue, voire incitation, sur Facebook, à commettre des attentats : la police est confrontée à des actes de gravité variable, en nombre limité, mais qui illustrent une progression préoccupante du fondamentalisme religieux dans ses rangs.

C'est un fait : la Grande Maison n'est plus imperméable au communautarisme. Des comportements qui, en plus de malmener le principe de laïcité, posent de réels problèmes de sécurité. Comme leurs collègues, les fonctionnaires en voie de radicalisation sont en effet équipés d'une arme de service et ont accès à la plupart des fichiers de police.

Même s'ils restent très marginaux, ces incidents mobilisent les services de renseignement et préoccupent la préfecture de police (PP) de Paris. A tel point qu'elle recense désormais de manière hebdomadaire les "comportements de transgression du principe de laïcité". Une note confidentielle dont nous avons eu connaissance, rédigée à la fin de l'année dernière par la Direction de la sécurité de proximité de l'agglomération, détaille 17 cas, survenus entre 2012 et 2015 avec une accélération en 2014, au sein de la PP, forte de plus de 27 000 policiers et agents de surveillance.

Des fonctionnaires assez jeunes

La plupart des incidents portent sur l'exercice de la religion musulmane au sein des commissariats, notamment lors des prières quotidiennes. Ou encore sur les signes extérieurs de religiosité, comme l'habillement. Les femmes sont impliquées dans environ un tiers des affaires et affichent souvent une détermination plus marquée que les hommes. Au moins quatre des affaires recensées concernent des convertis à l'islam.

Ces comportements sont souvent le fait de fonctionnaires assez jeunes, entrés en tant qu'adjoints de sécurité à la fin des années 2000 et qui ont ensuite réussi le concours interne. Ils sont désormais policiers à part entière, gardiens de la paix ou brigadiers. Aucun cas ne concerne les échelons supérieurs de la hiérarchie, officiers ou commissaires. Est-ce un effet générationnel ? Les plus gros dérapages ont eu lieu sur les réseaux sociaux. L'un d'eux, qui s'apparente à un appel au meurtre, a conduit l'auteur devant la justice.

Pour autant, ces exigences religieuses ne semblent pas relever d'une quelconque stratégie d'infiltration de groupes violents. Pas de "cinquième colonne islamiste" identifiée : le parquet antiterroriste n'est saisi d'aucune procédure impliquant des policiers. Ces attitudes apparaissent tout d'abord comme des prises de position individuelles, parfois en lien avec des difficultés d'ordre personnel. "Il faut être attentif aux termes employés, insiste le sociologue Farhad Khosrokhavar. La radicalisation suppose un passage à l'acte violent. C'est pourquoi je parlerais plutôt ici de fondamentalisme. Cette forme d'enfermement relève rarement d'une attitude mûrement réfléchie mais révèle une impulsivité et une fragilité mentale. En se comportant ainsi, ces personnes savent qu'elles s'exposent à une sanction et, à terme, à une exclusion. Il s'agit ni plus ni moins que d'un suicide professionnel".

Un cas retentissant chez les gendarmes

Les cas de radicalisation sont rarissimes chez les "soldats de la loi". Seule une poignée a été recensée par les services de sécurité, concernant surtout de très jeunes gendarmes adjoints volontaires. Après examen, ils finissent devant le conseil d'enquête, l'instance disciplinaire de sanction. L'an dernier, la direction de la gendarmerie avait annoncé "la réalisation d'un audit interne pour évaluer le risque" mais aussi pour l'"anticiper". Tout en précisant que "la conversion à une religion n'est pas un délit" afin de distinguer la pratique d'une foi propre à chacun et une radicalisation dangereuse. Aujourd'hui, la gendarmerie se refuse à communiquer sur le sujet.

Une seule affaire, celle de l'ex-adjudante Emmanuelle C., 35 ans, une Bretonne, a défrayé la chronique au lendemain des attentats de janvier 2015. La proximité affective de cette militaire, convertie à l'islam depuis 2011, avec Amar Ramdani, un contact d'Amedy Coulibaly, le tueur de Montrouge et de l'Hyper Cacher, a fait grand désordre. Surtout lorsque cet homme, qui faisait l'objet depuis plusieurs mois d'un mandat d'arrêt européen pour trafic d'armes et stupéfiants, a été vu lors des surveillances menées par la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP) dans la zone dite publique du fort de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Un fort qui abritait les services scientifiques de la gendarmerie.

Cette ex-sous-officier a été suspendue de ses fonctions le 5 février 2015, avant d'être révoquée de la fonction publique militaire le 21 septembre 2015. Lorsque Ramdani est arrêté le 23 janvier, Emmanuelle C. a en effet utilisé les codes d'accès d'un collègue pour consulter le fichier des personnes recherchées (FPR) à plus de 60 reprises. Elle sera condamnée à un an de prison avec sursis le 21 janvier 2016, reconnue coupable de détournement de données à caractère personnel et violation de consignes par le tribunal correctionnel de Paris. Elle avait aussi tenté de faire passer de l'argent et une lettre d'amour dans du linge en rendant visite à son amant incarcéré. Un manquement grave en raison de son statut de gendarme.

J.-M.D.
http://www.leparisien.fr/faits-divers/radicalisation-la-police-n-est-pas-epargnee-09-03-2016-5610617.php




1.Posté par kld le 11/03/2016 17:46

dans un aute sens , moi j'ai vu de mes oreilles , (sic) , des flics dirent, dans un bon RER de "banlieue parisienne" : "tiens aujourd'hui , on va casser du bicot" .

C'était dans les années 1990 (c'est vieux) , cela a surement changer , aujourd'hui nous n'avons que des foncts respectueux de la "démocratie à la Framçaise" , ben ! c'est du vécu ! mais , pas d'amalgame , comme disent "les meilleurs d'entre nous ", 99.99 % des fonctionnaires sont respectueux de l"esprit" démocratique" de notre état de droit , il faut y croire !

2.Posté par Choupette le 12/03/2016 19:30

Ça, ils ont fait entrer le loup dans la bergerie.

C'est sidérant cette prépension à foutre le souk là où doit régner l'ordre, pour déstabiliser le pays.

3.Posté par kld le 12/03/2016 21:28

"l'ordre et la morale" hein ma choupette ......... superbe film de Mathieu Kassovitz !!

4.Posté par GIRONDIN le 12/03/2016 21:29

et pourquoi ils seraient épargnées? Une action du saint esprit?

5.Posté par Ptit Piment le 14/03/2016 07:37

Les portes du recrutement restent trop larges donc tout le monde rentrent et bien sur le résultat est découvert quelques années après....................

Il faut revoir les règles des recrutements dans ces corps de l Etat......................

6.Posté par stormbridge le 14/03/2016 18:52

@post1 kld : t'en a pas marre de toujours porter le discrédit sur la police ou l'armée ou la gendarmerie ou sur tout se qui ressemble à l'état français ????
Cela te dérange tant que cela que maintenant on ne peut plus cacher une communautarisation rampante de la société ?? et oui ce n'est que la vérité.
Mais je ne me fais pas de soucis pour toi , t'es un parfait dhimmi.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes