Revue de presse

[REVUE DE PRESSE] Samedi 5 mai 2018

Samedi 5 Mai 2018 - 06:09

[REVUE DE PRESSE] Samedi 5 mai 2018
La presse locale revient en Une sur cette terrible scène de crime qui a eu lieu jeudi matin à Sainte-Marie.

Le Quotidien dénonce "un acte de démence sur fond de démon". Ce carnage serait l'oeuvre de Ridaï-Mdallah, un véritable "schizophrène amoureux". En garde à vue, l'homme a d'ores et déjà déclaré ne pas avoir toute sa tête et qu'il aurait agi au nom de "Dieu", lorsqu'il a assassiné Vanina. Il a été mis en examen pour assassinat. Cependant sa responsabilité pénale reste encore à établir.

Le JIR, quant à lui, se demande "que faire du bourreau psychopathe?". Ridaï-Mdallah aurait en effet prémédité son geste. "Durant ses auditions, il a en effet fait part d'un rêve la veille du crime, où il se voyait tuer une personne." Le bourreau du quartier de la Convenance a même été incarcéré au quartier d'isolement de Domenjod. Mais "il aurait lui-même demandé un transfert vers la métropole en raison de la peur d'un risque de représailles au sein des centres de détention de l'île". Il aurait également pu faire l'objet d'une hospitalisation d'office.

Société

Revenons sur l'affaire des paillotes de l'Ermitage: "le Préfet reprend la main et l'initiative". Il demande aux restaurants de plage de quitter les lieux d'ici le 30 juin. En effet, Amaury de Saint-Quentin ne souhaite pas attendre la décision du tribunal administratif, qui doit encore se prononcer sur le fond de ces AOT. A travers lui, c'est l'Etat de manière générale qui prend cette décision. 

Fait-divers

La femme passée devant le tribunal pour avoir secoué son bébé est finalement condamnée à six ans de réclusion criminelle, bien plus que les cinq ans avec sursis annoncés par l'avocat. Cette condamnation s'explique par le fait que la mère de famille âgée de 28 ans s'est enfermée dans un total déni depuis cinq années. La défense a annoncé faire appel. 

Société 

"La Direction générale des finances publiques a demandé à l'hôpital Gabriel Martin de ne plus payer l'indexation des primes versées au personnel hospitalier." Et cette décision prendra effet dès le mois de mai. "Le CHU n'a pas encore reçu ce courrier mais tout semble indiquer que la même démarche sera prochainement enclenchée." La chambre régionale des comptes dénonce l'absence de base légale de l'indexation, qui peut s'appliquer sur les salaires mais pas sur les primes. Cela concerne pour le moment six primes, allant de 250 à 600 euros par agent et par an, même si les syndicats, eux, évoquent des sommes pouvant aller jusqu'à 200 euros par mois. 

Avec la première ligne du téléphérique que souhaite installer la CINOR, c'est tout le quartier du Chaudron qui va en subir les conséquences. De nombreux commerçants s'inquiètent notamment pour leur avenir. Et ils ont de quoi... Installé au Mail du Chaudron, "le terminus de la première ligne Bois de Nèfles-Chaudron sera installé en lieu et place de leur commerce de proximité". "Les baux précaires octroyés aux commerçants, jusque là régulièrement renouvelés, ne le seront plus en décembre prochain, date à laquelle les travaux devraient débuter après validation de l'enquête publique." 
Charline Bakowski
Lu 4458 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Octobre 2018 - 06:55 [REVUE DE PRESSE] Jeudi 18 octobre 2018

Mercredi 17 Octobre 2018 - 07:02 [REVUE DE PRESSE] Mercredi 17 octobre