Revue de presse

[REVUE DE PRESSE] Mardi 26 juin 2018

Mardi 26 Juin 2018 - 06:45

À la une du Journal de l'île ce mardi, retour sur ce coup de filet opéré samedi par les douaniers à l'aéroport de Gillot, qui ont interpellé deux femmes transportant plus de 270 grammes de cocaïne. Originaires du 14e arrondissement pour l'une et de Mureaux dans les Yvelines pour l'autres, les deux mules avaient été recrutées sur Snapchat par leur(s) commanditaire(s). "Il pourrait s'agir du premier maillon d'un réseau bien ficelé entre la métropole et l'île, responsable de l'importation hebdomadaire de poudre blanche par l'intermédiaire de jeunes filles présentant un profil similaire" écrit le JIR. En attendant d'être jugées, leurs gardes à vue ont été prolongées et une information judiciaire devrait être ouverte d'ici à mercredi, termine le média.

Un an après l'arrivée de French Bee dans l'île, le low cost "décolle" enfin à La Réunion rapporte en une Le Quotidien. Une arrivée qui a permis de faire baisser les prix, de faciliter les arrivées touristiques ou encore de faire exploser le trafic constate le média. Néanmoins, "les compagnies concurrentes s'inquiètent de ce modèle low cost, périlleux pour leurs finances".
 

FAITS-DIVERS

Un homme, jugé hier en comparution immédiate au tribunal de Saint-Pierre pour une affaire d'escroquerie, a été condamné à un an de prison dont six avec sursis. Il avait acheté le 1er juin dernier sur le site leboncoin une puissante BMW au prix de 27 000 euros avec de faux documents. Déjà condamné à quatre reprises, le prévenu avait même escroqué un de ses frères. En plus de sa condamnation, il devra rembourser la victime.

Un homme âgé d'une cinquantaine d'années a été condamné hier à une peine de huit mois de prison dont quatre avec sursis pour conduite en état d'ivresse ce dimanche. Le chauffard avait été "repéré à ses zigzags" écrit Le Quotidien, qui rappelle qu'il avait déjà été arrêté avec plus de 2 grammes d'alcool par litre de sang il y a deux mois. En plus de sa condamnation, le prévenu a vu son permis être annulé ajoute le média.

ÉCONOMIE

Les problèmes financiers du groupe CBL, spécialisé en assurances, ont mis plusieurs acteurs de la filière photovoltaïque en difficultés nous apprend ce mardi Le Quotidien. Certains ont même dû licencier des personnes et des fermetures ne sont pas à exclure dans les semaines qui viennent écrit le média. En cause : le manque de professionnalisation de la filière solaire selon les assureurs, qui appellent à une normalisation des procédés.
NP
Lu 1466 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 16 Octobre 2018 - 07:03 [REVUE DE PRESSE] Mardi 16 octobre

Lundi 15 Octobre 2018 - 06:59 [REVUE DE PRESSE] Lundi 15 octobre