Revue de presse

[REVUE DE PRESSE] Jeudi 23 novembre 2017

Jeudi 23 Novembre 2017 - 06:35

[REVUE DE PRESSE] Jeudi 23 novembre 2017
À la une du Journal de l’île de ce jeudi, le témoignage sans langue de bois d’un policier réunionnais, Guillaume Lebeau ("Guillaume Lebeau, un flic en colère"). Exercant son métier en métropole, le Bénédictin a publié un livre dans lequel il raconte "l’abandon" des policiers par les politiques et la perte de crédibilité face à la population.

De son côté, Le Quotidien revient sur ces mesures d’urgence prises au CHU Sud face à une bactérie hautement résistante dépistée sur un patient ("Alerte à la bactérie"). "La recrudescence de ce genre de cas à La Réunion -comme au niveau national- a de quoi inquiéter la communauté médicale et scientifique", écrit le média.
 

[REVUE DE PRESSE] Jeudi 23 novembre 2017
FAITS-DIVERS

"Protège not cheptel : les éleveurs s’organisent" (Le Quotidien) : Face aux multiples attaques de chiens errants sur plusieurs troupeaux ces derniers mois, 25 éleveurs se sont organisés en association. Une association "prête à déposer les carcasses des bêtes tuées devant la préfecture pour être entendue", livre un de ces éleveurs au journal, qui n’en peut plus de cette impasse.

Soupçonné d’agression sexuelle, un instituteur d’une école privée de Saint-Denis a été placé hier en garde à vue au commissariat Malartic. La plainte a été déposée en août dernier par les parents d’un élève de l’établissement, en classe de maternelle au moment des faits et "qui leur aurait confié avoir subi des actes à caractère sexuel au cours de l’année 2016-2017", écrit le JIR. En attendant la fin des investigations, une suspension provisoire a été délivrée à l’encontre du mis en cause.

 

POLITIQUE

"La 25e commune devant le tribunal" (JIR) ; "Le collectif La Rivière 2018 veut y croire" (Le Quotidien) : Le collectif La Rivière 2018 veut tout mettre en oeuvre pour que la création de la 25e commune de l’île, celle de La Rivière, soit effective au 1er janvier 2018 comme prévu par l’arrêt du 16 mars 2017. Mais comme rapporté par Le Quotidien, la lecture du sous-préfet de Saint-Pierre n’est pas la même que le collectif. S’il reconnaît que le préfet de La Réunion est compétent pour prendre l’arrêté, "il ne fait qu’appliquer les choix politiques pris par les élus", explique le média. Par ailleurs, un recours a été déposé par un élu saint-louisien pour l’annulation de l’arrêté du 16 mars 2017. Interrogé par le Journal de l’île, Abdul Ghanty estime qu’avec cet arrêté, "chacun veut être maire avant le maire". Son recours sera examiné ce jeudi par le tribunal administratif.
 
NP
Lu 1650 fois



1.Posté par DOGOUNET le 23/11/2017 12:32

Nos chers "planteurs" de letchis sont plutôt restés à l'âge de la cueillette. D'actifs, ils sont depuis longtemps reconvertis dans la politique de la main tendue...vers la poche du travailleur qui paye donc 2 fois !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 15 Novembre 2018 - 06:14 [REVUE DE PRESSE] Jeudi 15 novembre 2018

Mercredi 14 Novembre 2018 - 06:30 [REVUE DE PRESSE] Mercredi 14 novembre 2018