Revue de presse

[REVUE DE PRESSE] Dimanche 18 novembre 2018

Dimanche 18 Novembre 2018 - 07:40

« Jour de colère, nuit d’émeutes » titre le Journal de l’Ile. « Aux manifestations diurnes des gilets jaunes ont succédé les affrontements entre casseurs et forces de l’ordre, aux protestations contre la vie chère, le racket des usagers, les incendies et tentatives de pillage… »

« Colère et dérapages » titre sobrement le Quotidien, avec, comme pour le JIR, deux ambiances mises en parallèle à sa Une : celle des gilets jaunes qui s‘est déroulée dans une ambiance plus ou moins cordiale au cours de la journée et les scènes d’émeutes en nocturne.


FAITS DIVERS

« Carole a été tuée par son cambrioleur », titre le JIR. De terribles révélations que l’enquête a mis au jour. Le meurtrier de Carole Revest, cette infirmière retrouvée morte dans son appartement du front de mer de Saint-Pierre, a été « tuée à mains nues parce qu’elle avait surpris le cambrioleur ». Guillaume Richauvet a été mis en examen et a logiquement passé sa première nuit en prison. 

SOCIAL 

Hormis les manifestations elles-mêmes, la presse écrite fait un tour d’horizon des conséquences de celles-ci. La palme des soucis créés est sans doute à voir du côté de l’aéroport où 500 voyageurs de la compagnie Corsair ont été « bloqués ». En plus de voir leur avion cloué au sol, ils n’ont pu être dirigés vers des hôtels du chef-lieu à cause de la paralysie sur les routes. C'est ce qui s'appelle la double peine...

« A Saint-Benoît, des enfants de 8 ans parmi les bloqueurs », écrit le JIR. « Au niveau du pont des Marsouins, la plupart des manifestants étaient des adolescents. Les jeunes se sont dispersés dans le courant de l’après-midi ».

« La ministre du Travail passe entre les mailles ». Le Quotidien raconte comment les manifestants du rond point de Gillot ont manqué l’occasion de marquer un grand coup hier en bloquant le convoi acheminant Muriel Pénicaud vers l’aéroport. « Il était 7H50 et le rendez-vous donné aux Réunionnais mécontents de la hausse des prix des carburants était fixé à 8H. La préfecture le savait et elle a donc permis à Muriel Pénicaud, dont l’avion pour Mayotte ne décollait qu’à 10H30, de passer »

ECONOMIE

Le Journal de l’Ile consacre un encadré sur les conséquences économiques de cette journée du 17 novembre. « Le centre ville de Saint-Denis avait des allures de ville fantôme. Seuls quelques magasins sont restés ouverts dans la rue Juliette Dodu, Jean Chatel ou Maréchal Leclerc mais n’ont pas vu un client de la journée ».

[REVUE DE PRESSE] Dimanche 18 novembre 2018
Zinfos974
Lu 2135 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Juillet 2019 - 06:43 [REVUE DE PRESSE] Mardi 23 juillet

Lundi 22 Juillet 2019 - 06:55 [REVUE DE PRESSE] Lundi 22 juillet