Blog de Pierrot

Qui seront les candidats à la partielle dans la 7ème circonscription?

Samedi 7 Juillet 2018 - 11:08

Les électeurs seront appelés dans un délai de trois mois à se rendre aux urnes pour élire un nouveau député dans la 7ème circonscription
Les électeurs seront appelés dans un délai de trois mois à se rendre aux urnes pour élire un nouveau député dans la 7ème circonscription
La destitution hier de Thierry Robert par le Conseil constitutionnel rebat les cartes du jeu politique de l’ile.
 
Les différents partis avaient entamé depuis plusieurs mois déjà des discussions en vue des prochaines municipales de 2020, avec en ligne de mire les régionales de 2021.
 
Mais l’élection partielle qui va devoir se tenir dans la 7ème circonscription d’ici un délai de trois mois va obliger les états-majors à accélérer les négociations.
 
Quel est l’état des lieux dans cette circonscription qui regroupe les Avirons, l'Étang-Salé, les deux cantons de Saint-Leu, Saint-Louis, les deux cantons les plus à l'ouest de Saint-Paul et Trois-Bassins ?
 
A GAUCHE, LA SITUATION EST TRES COMPLIQUEE
 
Un LPA en perte de vitesse
 
D’abord faisons le constat que nous rangeons le LPA (La Politique Autrement) à Gauche. Bien que se disant centriste du MODEM, bien que clamant à qui veut l’entendre qu’il fait partie de la majorité présidentielle, Thierry Robert à chaque fois qu'il a dû faire alliance, il l'a fait avec la Gauche.
 
L’ancien maire de Saint-Leu est aujourd’hui très affaibli. Plusieurs de ses lieutenants l’ont quitté et cette énième condamnation risque de signer sa mort politique. Il le sait. Il lui faut donc à tout prix sauvegarder cette circonscription.
 
Il sait qu’il ne peut pas gagner seul. Il va donc tenter de s’allier avec le maximum de partis possibles et en particulier avec ceux avec lesquels il avait formé une coalition lors des dernières régionales, le PS de Gilbert Annette et le PLR d’Huguette Bello.
 
Si les liens sont toujours très forts avec le PS, ils se sont plus que refroidis avec Huguette Bello. Cette dernière n’a en effet pas oublié le tour de cochon que lui avait joué l’ancien maire de Saint-Leu, son allié, qui avait dans son dos déposé un recours contre son élection. La "mère Huguette" -par référence à la « mère guêpe- l’a toujours en travers de la gorge.
 
Pas sûr dans ces conditions qu’elle ait envie de permettre à un candidat du LPA d’être élu, et à Thierry Robert de continuer à exister politiquement. La vengeance est un plat qui se mange froid. Surtout en politique.
 
On pourrait donc bien voir le candidat –ou la candidate du LPA- n’être soutenue que par le PS. Et peut-être par Les Républicains...

Reste une question: qui sera candidat pour remplacer Thierry Robert? On voit mal Bruno Domen abandonner la commune dont il vient de prendre la direction. Restent deux candidates plausibles : Karine Nabénéza, une très proche de Thierry Robert mais son poste au Cabinet de la mairie de Saint-Leu le lui interdit. Reste Marie-Rose Won-Fah-Hin, conseillère régionale LPA et qui était suppléante de Thierry Robert il y a un an. Ou quelqu'un d'autre que l'ancien maire de Saint-Leu pourrait sortir de son chapeau...
 
Un PCR très affaibli
 
Commençons par le plus simple, le Parti communiste réunionnais. Très affaibli, il ne dirige plus qu’une seule municipalité, celle de Sainte-Suzanne. Autant dire qu’il est vital pour lui de sauver le candidat Gironcel.
 
Ce dernier est en plus en situation très délicate. On l’a encore vu avec les récentes mises en causes de plusieurs de ses très proches dans l’affaire des fraudes lors des dernières européennes.
 
Avec qui le PCR pourrait-il s’allier ? Avec tous ceux qui le voudraient bien, tant le parti est aux abois. Il a même tendu la main à Huguette Bello qui, jusqu’à présent, a dédaigneusement décliné l’offre.
 
Les relations ne sont pas meilleures avec le parti socialiste. Reste La France insoumise, mais Jean-Hugues Ratenon, qui est engagé dans une opération de montée en puissance de son parti à la Réunion, a-t-il intérêt à aider ses anciens amis ? Là est toute la question.
 
Paradoxalement, le salut du PCR viendra peut-être de ses opposants de toujours, de la Droite. Les deux élus de Sainte-Suzanne ont voté en faveur du candidat de Didier Robert pour l’élection du président du Conseil départemental et il se pourrait bien qu’on assiste à un retour d’ascenseur, sous une forme ou sous une autre.
 
Dans ces conditions, on le voit mal s’allier avec un autre parti de Gauche. Le PCR va probablement présenter un candidat, et tant pis s’il fait un score ridicule.
 
Que va faire Huguette Bello ?
 
Quand on pense à Huguette Bello, on pense à elle et non à son mouvement, le PLR (Pour La Réunion). C’est dire si le PLR ne vit que par et pour sa fondatrice. Et surtout, qu’il a eu énormément de mal à sortir de ses frontières saint-pauloises.
 
Cet ancrage dans l’Ouest sera au cœur des futures négociations avec ses partenaires. Tout ce qui importe pour Huguette Bello, c’est de redevenir maire de Saint-Paul. Il fait peu de doutes pour ceux qui l’entourent qu’elle sera à nouveau candidate. Et tant pis pour Emmanuel Séraphin qui devra encore passer son tour. Mais c’est vrai que c’est une habitude chez lui.
 
Huguette Bello décidera de la stratégie à adopter dans cette législative partielle en n’ayant qu’une seule stratégie en tête : qui entre le Modem de Thierry Robert, le PS de Gilbert Annette ou La France Insoumise de Jean-Hugues Ratenon est le plus susceptible de l’aider dans sa reconquête de Saint-Paul ?
 
Aux législatives de juin 2017, Emmanuel Séraphin était arrivé derrière Perceval Gaillard de La France Insoumise au premier tour, 10,85% contre 11,87%. Il serait donc logique qu’il s’efface et que le PLR soutienne Perceval.
 
Rien n’est moins sûr cependant. Pas certain qu’Huguette Bello voie d’un très bon œil la montée en puissance de Jean-Hugues Ratenon et de son parti, elle qui a eu l’habitude jusqu’à maintenant de régner en maître sur l’aile gauche de la Gauche.
 
Et si Emmanuel Séraphin se voit une fois de plus contraint de se ranger derrière sa "patronne" à Saint-Paul, peut-être qu’Huguette Bello souhaitera lui accorder une sorte de sucette en lui permettant de se présenter aux législatives. D’autant que l’ouest, c’est un peu le fief du PLR et il est possible qu’Huguette Bello pense être en mesure d’enlever la circonscription.
 
La mise hors-jeu de Thierry Robert et la claque qu’il a subie, le fait que le candidat –ou la candidate- que le LPA choisira fera nécessairement moins de voix que si c’était Thierry Robert qui se présentait en personne, l’usure du pouvoir, le fait que Bruno Domen ne contrôle plus aussi bien la commune qu’il y a un an… Autant de constats objectifs qui peuvent pousser Huguette Bello à penser que son candidat peut être élu. D’autant qu’après tout, 1 point d’écart avec le candidat de La France Insoumise, ce n’est pas grand chose…
 
Le PS devrait poursuivre dans son alliance avec Thierry Robert
 
Gilbert Annette a entamé depuis les régionales un rapprochement avec le LPA de Thierry Robert. Non pas qu’il aime l’homme, il se murmure qu’il ne le porte pas vraiment dans son cœur. Mais lui aussi n’a qu’une obsession en tête : les municipales.
 
Et lui aussi est conscient qu’il est aujourd’hui très affaibli sur Saint-Denis. Il n’y a qu’à regarder les résultats des dernières élections dans la capitale. Aux régionales de 2015, la liste conduite par Didier Robert est arrivée en tête à Saint-Denis avec 53% des suffrages. Aux départementales, sur 4 cantons, la Gauche n’en a gagné qu’un grâce à Gérald Maillot et Yvette Duchemann. Or, depuis cette date, ces deux élus ont pris leurs distances avec la municipalité de Gilbert Annette… Et aux législatives il y a un an, le PS n’avait gagné qu’une circonscription sur deux, avec l’élection d’Ericka Bareigts et la défaite de Monique Orphé.
 
Ajoutez à cela l’usure du pouvoir et surtout la fin des contrats aidés et on peut avancer sans grand risque de se tromper que l’élection de Gilbert Annette ne tient qu’à un fil. Tout dépendra en fait de qui sera candidat face à lui.
 
Dans ce contexte, il a plus que besoin du renfort de tous ses alliés de Gauche et il y a fort à parier qu’il n’hésitera pas à sacrifier ses amis socialistes de l’ouest, dans l’unique but de sauver son siège de maire.
 
Il faut donc s’attendre à une alliance derrière le candidat soutenu par Thierry Robert.
 
UNE DROITE DIVISEE
 
L’élection à la présidence du département, en décembre dernier, a provoqué une fracture irréversible entre Didier Robert d’un côté, et ceux qu’il a qualifié de "dinosaures" de l’autre.
 
Si les relations se sont singulièrement améliorées avec Cyrille Melchior lui même, et avec Jean-Paul Virapoullé, il n’en demeure pas moins que le président de la Région reste fâché avec Michel Fontaine, le patron des Républicains, et avec tous ceux qui gravitent dans son orbite.
 
En juin 2017, Fabrice Marouvin était le candidat de toute la Droite et il était arrivé en seconde position au premier tour avec 16,44% des voix, derrière Thierry Robert (33,87%).
 
Toute la Droite ? Pas si sûr. Nassimah Dindar n’avait pas caché qu’elle avait roulé pour Thierry Robert et certains ont même soupçonné Michel Fontaine de ne pas s’être investi à 100%.
 
Qu’importe. Une chose est quasiment certaine aujourd’hui, il n'y aura pas de candidat unique de la Droite pour la prochaine législative partielle.
 
Qui sera le candidat de Didier Robert ?
 
Fabrice Marouvin, fort de sa 2ème place il y a un an, a déjà fait savoir qu’il se verrait bien candidat. D'autant qu'il avait réalisé un très bon score pour une première face à un poids lourd de la politique et il a reçu dès hier un renfort de poids avec le soutien affiché de Cyrille Hamilcaro.
 
Pour autant, est-ce que c’est lui que Didier Robert choisira ? Tout dépendra de l’impact qu’auront eu les récentes affaires dans lesquelles son nom a été cité.
 
L’enquête suit son cours sur la SPL Oté mais Fabrice Marouvin vient de remporter une victoire éclatante dans celle de ces deux entreprises du BTP qui avaient porté plainte devant le tribunal administratif contre la commune de Saint-Paul pour favoritisme dans l’attribution de deux marchés. L’article du Quotidien qui avait révélé l’affaire avait clairement pointé du doigt la possible implication de Fabrice Marouvin dans l’affaire. Or, dans deux ordonnances rendues hier, le président du tribunal administratif a rejeté le premier référé concernant l’école de Bellemène pour absence de lésion. Et pour le second dossier, le président a clairement exprimé le fait que la commune de St-Paul n’avait d’autre choix que d’exiger le remplacement du cotraitant défaillant. Et qu’ainsi, aucune irrégularité n’avait été commise. Des mises hors de cause qui arrivent au meilleur moment pour Fabrice Marouvin.
 
Si d’aventure le nom de l’adjoint de Saint-Paul n’était pas retenu, qui pourrait faire l’affaire ? Juliana M’Doihoma se verrait bien en candidate. La conseillère régionale a beaucoup d’ambition et elle se dit que ce serait un excellent moyen de commencer à jouer dans la cour des grands. Pas sûr cependant que sa récente brouille avec l’équipe de Patrick Malet et de Cyrille Hamilcaro à Saint-Louis lui facilite la tache, dans une circonscription où cette ville occupe une place importante.
 
Et celui de Michel Fontaine ?
 
S’il est quasiment certain que le maire de Saint-Pierre ne soutiendra pas le candidat de Didier Robert, nul ne peut dire ce que fera le patron des Républicains.
 
On peut penser qu’il poussera jusqu’au bout son récent rapprochement avec Thierry Robert, Nassimah Dindar, TAK et Joseph Sinimalé entamé aux sénatoriales et parachevé lors de l’élection de Cyrille Melchior à la présidence du conseil départemental.
 
Mais est-ce que Les Républicains au niveau national l’autoriseront à mettre en place cette stratégie ou souhaiteront-ils compter leurs voix ?
 
L’avenir nous le dira…
 
Pierrot Dupuy
Lu 8737 fois



1.Posté par Westside le 07/07/2018 15:17 (depuis mobile)

La droite doit soutenir Fabrice Marouvin !

2.Posté par noé le 07/07/2018 15:19

On s'en fiche ! Tous des causeurs ne sachant pas la causette … des blagueurs qui n'agissent pas !

3.Posté par Calimero fé pitié le 07/07/2018 15:21 (depuis mobile)

Concernant Nabeneza etpour lui éviter des noeuds au cerveau, la réponse est claire : elle ne peut pas se présenter (Article LO132, alinea 22)

4.Posté par Et pourquoi pas Didier Robert ? le 07/07/2018 15:31 (depuis mobile)

Didier Robert candidat... une idée qui peut germer

5.Posté par JMR974 le 07/07/2018 16:03

Quel merdier !

6.Posté par No money , no vote le 07/07/2018 16:10 (depuis mobile)

Bataille i commence pour la chasse au fric , aux voyages et avantages. Mon vote rend riche l''''élu .Mive ma part , équivalant à un mandat , sinon mi déplace pas. Milé pas plus milé pas moins mais mi passera plus pou plus coullion.ce temps lépassé

7.Posté par Patoche. le 07/07/2018 17:05

"cette énième condamnation risque de signer sa mort politique."

LOL. Quelle méconnaissance du monde politique!!!!!

La même mort politique que celle de Sinimalé, TAK, Fontaine, d''Annette, Hoarau, Hamilcaro, Etc...

T. Robert est jeune ce qui lui permettra de revenir dans la vie politique dès que ses 3 années d'inéligibilité seront passés et cela va passer très vite.

8.Posté par Le Rohinga le 07/07/2018 17:26

Avons pas d'autres urgences à faire.
Vivement le retour de notre ancien .Jean Fontaine.
Apres tout Didier est toujours un mauvais payeur.
Il doit regretter son poste de maire.

9.Posté par ja le 07/07/2018 17:35

Mettre un enveloppe vide dans l'urne, arretez de vous faire arnaqué

10.Posté par GIRONDIN le 07/07/2018 18:06

Bon score de marouvin ?

alors qu'il était soutenu par tous les reuniomous complice et amoureux ????
Hihihihahi = avec la moitié de St-Paul, la moitié de St Louis et l'étang salé........ pas très regardant le marouvin, directeur de campagne 1000karo......idem pour lM’Doihoma élue sur la liste 1000karo, pas très regardante...


Hihihihihi

OTé

11.Posté par Kanal bisik le 07/07/2018 18:21 (depuis mobile)

Vous oublier le copain du branquignol ? Mi mort pou la mer, rend a nou la mer...et son copain l ancien prince de mes déf .toute la clique est en alerte .

12.Posté par Choupette le 07/07/2018 18:31

2.Posté par noé

Et la cousette pour ces dames ... .

13.Posté par loyada le 07/07/2018 19:33

pas Thierry Robert NON NON !!! t as pas le droit vieille canaille !!!

14.Posté par Réunionnaise le 07/07/2018 19:51 (depuis mobile)

Aucun intérêt. Laissez les humains gérer leurs quartiers. Poli tiques aspirateurs d''euros et zéro éthique.

15.Posté par klod le 07/07/2018 20:21

serait il possible d'avoir des "politiques " endémiques qui respectent l'état de droit .............. de droite ou de gauche .................. qui prennent en compte les "spécificités" ( et oui !!!) et soi éthique ??????????? o twa , foutor !

16.Posté par Marc le 07/07/2018 20:22

7. A la différence près que son parti ne tient largement que grâce à lui. Il y a un vrai risque d'effondrement de son parti: le risque de l'ultra personnalisation. Il risque de revenir dans trois ans pour trouver un champ de ruines.

10. J'avoue que je ne comprends pas bien cette volonté de mettre Marouvin en avant. Il a pris 20 points dans la tête dans un contexte où la droite était plus unie qu'aujourd'hui et où la gauche n'était pas en ordre de bataille après plusieurs séismes: mort de Vergès, éclatement du PS avec l'arrivée d'En Marche au national, ... Certes, il n'aura plus Thierry Robert en face mais il aura un contexte nettement moins favorable qu'il y a un an. Je peux me tromper mais je ne vois pas Marouvin gagner cette élection.

17.Posté par Zargot le 07/07/2018 20:23 (depuis mobile)

Jean daniel dennemont " dado " sera le candidat de thierry robert ... la petite souris me la dit !!

18.Posté par Et pourquoi pas une femme ? le 07/07/2018 20:26 (depuis mobile)

Pourquoi ne pas donner sa chance à Virginie Perron ? La
Dynamique et bosseuse élue de Saint-Paul ?

19.Posté par J le 07/07/2018 20:26 (depuis mobile)

Ne faut pas oublier que daniel pauser maire de 3 bassin a porté plein pour marouvin en octobre 2017 et que les deux ne se parle plus ....

20.Posté par GIRONDIN le 07/07/2018 21:30 (depuis mobile)

16.Marc
Zinfo a ses têtes de turc (Thierry Robert,Mme Dinedar,Victoria,Michel Fontaine....) et SURTOUT une écurie : didiX, marouvin, 1000karo, ratenon, lagourgue.....

Notez tout de même que d''après ce charabia,tout le monde s''entend SAUF avec didiX

21.Posté par mamo le 07/07/2018 21:37

il ne faut pas oublier pierrick Robert qui pourrait remplacer thierry Robert...pourquoi pas

22.Posté par Kifkif le 07/07/2018 22:33 (depuis mobile)

On vous laisse à vos pelles à merdes que vous adulez. Ici, en France, on s en cogne royalement. Un illustre inconnu. A peine plus qu un migrant.

23.Posté par Sisi la rivière le 07/07/2018 22:50

Un z'embrocal est deja sur le feu....

24.Posté par Kifkif le 07/07/2018 22:59 (depuis mobile)

Ben arfama ou Dimitri Payet ? Vous êtes la honte de la république et pourtant une fierté de la weunnion...

25.Posté par margouillat974 le 07/07/2018 23:12

et si personne ne votait, pour dire qu'on en a marre des " personnages" qui se servent d'abord, avant de servir la population ?
Quelle promesse peut être tenue, quand il n'y a pas de budget, plus de dotation de l'état ? Que peut gérer un maire ?
Que ce soit Pierre Paul ou Jacques, les maires ont les mains liées et ne décident de plus rien : ils exécutent.
Choix cornélien entre un mauvais et un pire : voilà ce qu'il nous reste et peu importe la couleur du caméléon , il change tout le temps!

26.Posté par KUNTA KINTé le 08/07/2018 06:05

Fabrice MAROUVIN , un serpent ?

Qu' aux électeurs choisissent un non professionnel de la politique c'est à dire un (e) candidat(e) venant de la société civile , un(e)chef(fe) d'entreprise !!!
La vie serait autrement !

27.Posté par Henri de Brenneken le 08/07/2018 10:58

Que faîtes-vous du FN ? A qui iront ses voix au second tour ? Abstention record ?

28.Posté par Madigator le 08/07/2018 11:14 (depuis mobile)

Moi je vois m. Lacouture un homme simple avec des convictions et une réelle volonté de faire progresser la réunion, discret et travailleur surtout. (j''habite pas étant sale

29.Posté par Ali gatore le 08/07/2018 11:48 (depuis mobile)

(J''habite pas etang sale le madigator)

Mais sorte un peu le dimanche

Jean-Claude Lacouture ne peut pas se plaindre d''être victime d''une justice expéditive. Un an après les plaintes qu ''ont .......

30.Posté par Marc le 08/07/2018 12:20

20. C'est clair que le TSDR est une vraie probabilité à cette élection. Je serais certains candidats, je réfléchirais à deux fois avant d'afficher ma proximité avec la Région.

31.Posté par Choupette le 08/07/2018 13:11

28.Posté par Madigator

" ... (j''habite pas étant sale"

Ça, on l'avait compris ... .

"étant sale" ... pfff ... .

32.Posté par Carmen le 08/07/2018 14:38

Un seul vote : France insoumise contre ces pourris de tous bords et les racistes de Le Pen.

33.Posté par Malicia le 08/07/2018 18:06

Cette analyse "politique" est particulièrement gros doigts ek raccourcis et contre vérités donc intox.
Sa ptet pou tâte terrain ? A force mette Didier à toute les sauces comme in fanal rouge ou drapo blanc ...
M. Pierrot va fini par brûle son papier. A moinss ou lé en service commandé. Didier la peur coment don ?

34.Posté par ANGO le 08/07/2018 18:52

Je serais candidat pour sortir du clivage politique Droite / Gauche !
Jean Roland ANGO

35.Posté par Leperlier guy le 08/07/2018 19:16 (depuis mobile)

Le seul capable d'être èlu dans cette 7 ème circo, c'est le patron des rèpublicain en personne , c'est michel fontaine.

36.Posté par Madigatore le 09/07/2018 12:20 (depuis mobile)

C''est presque le seul qui est resté fidèle à son parti politique

37.Posté par Richard le 15/07/2018 01:14

L'économie de la Réunion est dominée par des monopoles commerciaux. Ces groupes privés sont appuyés par le gouvernement français.

Les Outre-mer sont terres d’élection pour les grands projets inutiles « offerts » aux multinationales
de l’équipement et du bâtiment ; l’exemple le plus notable est le gigantesque chantier de la Nouvelle route
du Littoral (NRL) à La Réunion, dont le coût nominal est trois fois supérieur à celui de l’aéroport de
Notre-Dame-des-Landes.

Cette prédation des grandes entreprises condamne les cinq départements français d’Outre-mer à une
dépendance toujours accrue aux importations, à la vie chère et au chômage de masse. Par leur situation
géographique, les Outre-mer ont pourtant tous les atouts pour en faire des pionniers dans la transition
énergétique au lieu de les vouer aux énergies fossiles et au tout-routier. Actuellement, les nouveaux partenariats
économiques ont généralisé la concurrence à tous les niveaux. La priorité accordée aux intérêts
privés empêche le développement social et écologique de ces territoires et compromet le rayonnement de la
France dans le monde. Atout géopolitique, économique et culturel majeur, les Outre-mer français demeure
le parent pauvre de la République.

Certes, quelques avancées notables ont suivi la Départementalisation mais cela n’aurait pas été possible sans
la mobilisation des populations concernées. Pourtant, les Outre-mer continuent de cumuler les retards
structurels hérités de la période coloniale. Ils subissent frontalement les conséquences néfastes de l’austérité.
Les inégalités y sont abyssales : six des dix communes les plus inégalitaires de la République sont situées
à La Réunion. Et le chômage est massif avec par exemple un taux de 20% en Martinique et 24% en Guadeloupe.
L’illettrisme y est récurrent, la couverture maladie universelle protégeant les plus démunis généralisée.
Par le jeu de l’européanisation et de l’atlantisme, notre pays n’exploite pas le formidable potentiel stratégique
que lui offrent ses Outre-mer. Ces derniers devraient être à l’avant-garde du rayonnement républicain ; ils
sont relégués au rang de territoires de seconde zone — « ultra-périphériques », dit la novlangue européiste.
Certains voudraient leur assigner le rôle de perpétuels obligés, forcés d’aller chaque année, la corde au cou,
demander que tel ou tel dispositif spécifique soit prolongé par le bon plaisir des bureaucraties de l’Union
européenne ou de la Métropole. De cela, les citoyens des Outre-mer ne veulent plus.

L’abandon des populations d’outre-mer a conduit celles-ci à des révoltes sociales historiques sous la forme
de grèves générales et de mise en place de collectifs unitaires relayant les aspirations du grand nombre, en
particulier aux Antilles et à la Réunion. De grands mouvements sociaux contre la vie chère ont été menés
par le LKP en Guadeloupe, le Mouvman 5 Févriyé en Martinique et le COSPAR à La Réunion en 2009, les
émeutes qui ont secoué Mayotte en 2011, La Réunion en 2012, et Mayotte, encore, en 2016. Ils témoignent
du vent de révolte qui souffle sur cette France du grand large, encore attisée par les espoirs déçus et les
promesses non tenues qui ont émaillé les mandatures de Nicolas Sarkozy et de François Hollande. Les
Outre-mer sont le devenir de la France en tant que puissance ; pour l’heure, ils ne sont rien, et veulent être
quelque chose.

Les Outre-mer sont des membres à part entière de notre République, même s’ils aspirent également à faire
reconnaître leurs spécificités ultramarines. Nul séparatisme, nul repli dans cette affirmation ; de tous les
Français, les citoyens des cinq départements d’Outre-mer sont sans doute ceux que le questionnement
identitaire taraude le moins. En 1946, les « quatre vieilles » — la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique et
La Réunion — ont choisi de sortir du statut colonial en accédant au rang de département français. Ce fut
une conquête majeure du camp progressiste emmené par Aimé Césaire, Léon de Lépervanche, Raymond
Vergès, Léopold Bissol et Gaston Monnerville. En 2011, ce fut au tour de Mayotte de compléter la liste.
Les terres d’Outre-mer sont diverses et plurielles et peuvent être là où s’invente le monde qui vient. Cette
richesse culturelle s’ajoute à la position exceptionnelle de ces territoires, situés dans tous les océans du
globe. « Les larmes de nos souverains ont le goût salé de la mer qu’ils ont ignorée ». Cette phrase de Richelieu porte toujours : le gouvernement de François Hollande méprise ce potentiel de notre pays. La mer est pourtant un nouvel horizon pour l’humanité. Elle est aussi un bien commun essentiel gravement menacé.
Et la France ? Son devoir est fixé par son rang. C’est une opportunité fantastique pour notre peuple dans le
siècle qui commence. La mer a le goût du futur pour les Français.

Voila quelques propositions :

- Étendre la laïcité dans les Outre-mer, en appliquant la loi de 1905 là où elle ne l’est pas
- Rompre immédiatement les négociations engagées en vue d’accords de libre échange (Accords de Partenariat Économiques).
- Privilégier les échanges commerciaux et non marchands avec les États voisins
- Étendre les liens consulaires avec les États voisins et en établir avec l’Afrique du sud, le Mozambique et la Tanzanie à La Réunion.
- Réaffirmer la souveraineté nationale sur les îles éparses et annuler les permis d’exploitation pétrolière accordés à des compagnies étrangères.
- Réaffirmer la légitimité des sur-salaires dans les fonctions publiques (sécurisation de l’index de correction) et les généraliser dans tous les secteurs où ils sont instaurés.
- Étendre la prime de vie chère aux bénéficiaires des minima sociaux et du minimum vieillesse.
- Titulariser les fonctionnaires territoriaux précaires.
- Protéger les productions locales à travers la mise en place d’un bouclier douanier (taxe kilométrique modulée en fonction de l’impact écologique, octroi de mer réformé et sécurisé qui préserve les productions locales).
- Limiter la défiscalisation aux objectifs sociaux et écologiques (logement social, ESS, etc.).
- Mettre en œuvre un plan d’aide pour l’insertion des jeunes, qui sont plus nombreux dans les Outre-mer.
- Développer un pôle de santé avec un déploiement physique de l’offre de soin, garantissant un accès aux soins égalitaire sur les territoires (du littoral à l’intérieur des terres).
- Créer des régies publiques de l’eau (garantir un accès à l’eau).
- Garantir la continuité territoriale (tarifs réglementés)et l’interconnexion régionale
- Supprimer les exemptions fiscales bénéficiant aux ultra-riches pour les investissements Outre-mer.
- Intensifier l’archéologie préventive et prospective (esclavage, marronnage, industries, etc.) pour accompagner l’effort de l’enseignement de l’histoire des territoires outremer et de leur environnement géographique.
- Numériser et mettre en accès libre les archives Outremer (photos, films, documents divers) et rapatrier dans les départements concernés les archives physiques stockées aux Archives d’Outremer.
- Préserver et valoriser le patrimoine grâce à une « charte architecturale créole » adaptée au paysage urbain et aux contraintes climatiques des territoires.
- Soutenir l’enseignement des langues et cultures d’Outre-mer pour ceux qui en font la demande et mettre en valeur la diversité des patrimoines culturels et linguistiques.
- Instaurer un Plan de création d’établissements à tous les niveaux (crèches, écoles, collèges, lycées).
- Démocratiser l’accès aux savoirs en prenant appui sur l’histoire, les langues (lutte conjointe contre la diglossie) et les cultures régionales.
- Établir un plan d’urgence contre l’illettrisme en s’appuyant sur la méthode cubaine « Yo si puedo » et la déscolarisation.
- A l’interface des pays du Sud, nos universités doivent être des outils de co-développement : augmentation des capacités d’accueil, ouverture sur l’environnement régional, etc.
- Permettre le rattrapage dans le domaine de la protection de l’enfance et de la protection judiciaire de la jeunesse (prévention spécialisée dans les quartiers populaires).
- Contrôler les prix des biens de consommation et les pratiques des centrales d’achat.
- Nationaliser les installations et équipements des oligopoles pétroliers, dont la SRPP à La Réunion
- Créer des compagnies publiques ultramarines chargées de l’approvisionnement en hydrocarbures, mais aussi, à terme, de l’exploration pétrolière, des forages et du raffinage.
- Instaurer un contrôle effectif des prix des carburants et des hydrocarbures en lieu et place des mécanismes inopérants déjà existants.
- Contrôler le prix des billets d’avion et lancer un audit relatif à la situation oligopolistique du secteur aérien.
- Réformer le Parc national de La Réunion dans le sens d’une meilleure intégration de ses habitants et d’une exclusion ferme de toute forme de spéculation immobilière ou d’activité touristique non écologique dans le cœur de Parc.
- Stopper l’extension des grandes zones commerciales.
- À La Réunion, réaliser un audit sur la faisabilité réelle du chantier de la Nouvelle route du Littoral et assurer la
transparence sur le degré réel d’avancement des travaux. Si le chantier ne peut être interrompu, substituer l’État à la Région Réunion en tant que maître d’œuvre, et réaliser un projet entièrement sur viaduc, de dimension plus modeste.
- Mettre en œuvre un plan d’autonomie énergétique de chaque territoire à partir des énergies renouvelables
disponibles, terrestres (géothermie, solaire, éolien) et marines (éolien, utilisant les différences de températures, géothermie, etc.).
- Lancer un Plan 100% énergies renouvelables.
- Accorder la priorité à la réalisation de projets de transport ferroviaire dans les Outre-mer.
- Création d’au moins un lycée professionnel maritime et de formations supérieures pour en faire des territoires
pilotes de l’économie de la mer.
- Démanteler les monocultures par une politique d’incitation aux cultures vivrières.
- Relocaliser la production alimentaire et développer des alternatives vertueuses comme la permaculture.
- Nationaliser les sucreries et reconvertir certains sites industriels.
- Relancer la production de cacao, café, plantes médicinales, fruits et légumes locaux (ananas, mangue, goyave, fruit de la passion, igname...).
- Développer des produits d’excellence : rhums, ananas Victoria, Vanille bourbon, parfums, etc.
- Créer des AOC et réglementer les appellations (vanille Bourbon, etc).
- Développer des circuits de distributions publiques et/ou alternatifs, favoriser la production en coopérative.
- Instaurer des dispositifs de soutien aux agriculteurs en vue de favoriser les petites exploitations familiales
vivrières.
- Mettre en œuvre une politique en faveur de l’installation des jeunes cultivateurs ultramarins sur des exploitations viables et intégrées dans circuits courts et des coopératives.
- Arrêter tout projet touristique et hôtelier susceptible de mettre en péril les paysages, la biodiversité et l’écosystème.
- Sauver les trésors de biodiversité des outre-mer en renforçant les moyens d’études et de protection des espèces animales et végétales.
- Lutter contre la pêche illégale et les formes d’extraction minière ne respectant pas les normes environnementales.
- Réguler le « risque requin » à la Réunion par le recours à la pêche.
- Affronter l’urgence climatique en soutenant les habitants du Pacifique, de l’océan Indien et de l’océan Atlantique menacés par la montée des eaux et les peuples autochtones, amérindiens en forêt amazonienne.
- Œuvrer pour le renforcement du tri et l’installation d’un procédé de traitement écologique des déchets.
-Appui aux populations du Pacifique et de l’Océan indien menacées par la montée des eaux; défense des fonds marins contre la prédation pétrolière et la pêche industrielle.
- Faire des Outre-mer des pôles régionaux de co-développement : transfert de technologie auprès des pays voisins, aide logistique et scientifique, établissements de formation de haut niveau bénéficiant à la fois aux étudiants ultra-marins et à ceux des pays voisins
- Rejoindre les coopérations régionales : la CDAA pour La Réunion.
- Lutter de manière accrue contre les réseaux internationaux de prostitution et engager des poursuites systématiques contre le « tourisme sexuel » des ressortissants français dans les pays avoisinants.
- Régulariser les travailleurs sans papiers et lutter contre le recours aux travailleurs clandestins, notamment à
Mayotte.

Voilà une des grandes parties que prévoit le programme de la France insoumise pour les Outres mer et la Réunion : https://avenirencommun.fr/livret-outre-mer/

D'autres thèmes sont également à voir et à partager : https://lafranceinsoumise.fr/

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter