Courrier des lecteurs

Questions sans poils ni plumes … aux ‘Végan(e)s’

Mercredi 20 Juin 2018 - 15:10

Provoc pour provoc : je tiens ici à exprimer ma ferme opposition à Peta France, au sujet de ses écrits qui, en fait, ne sont rien d’autre que des coups de gourdins sur les dos des omnivores/carnivores, afin de les parquer dans l’enclos des herbivores ! 

Je pose à ces néo allumés (dictateurs en herbes) quelques simples questions : 

Chèr(e)s Végan(e)s, vous êtes vous, au cours de votre période de ‘mutation’, interrogé sur le devenir des Eleveurs privés d’animaux ? Mieux !  Comment voyez vous l’avenir des animaux privés d’éleveurs ? 

Faute de pouvoir être exhaustif, je prends le cas des grandes familles : Suidés ; bovidés ; cervidés ; équidés ; gallinacés ; léporidés ; etc … que faut-il en faire ? Avec l’interdiction d’élever, faut-il les abattre TOUS (extinction) ? Faut-il les ‘lâcher’ dans la Nature ? Dans ce cas, d’autres questions se posent : Dans quels lieux précis les ‘libérer’ ? Comment les ‘suivre’ par la suite ? Quels sont les risques encourus ? Au plan Sanitaires (grippes aviaires ; épidémies et/ou épizooties multiples). Au plan Accident (divagations sur les voies de circulation, dans les villes et villages ; charges des taureaux dans les près et bois) ; attirance pour les loups, renards, ours … et les éternels braconniers ! 

Faut-il les entasser dans des espaces clos, genre zoo ? Qui va gérer ? Qui va payer sachant que ce genre de travail est peu productif et, qu’en plus, ces lieux d’enfermement sont de plus en plus mal vus ?

Puisse qu’on ne pourra plus abattre les animaux, comment nourrir les grands carnassiers qui peuplent les zoos ? Faut-il leur livrer des proies vivantes … qui proviendraient d’où ? Faut-il les rapatrier dans leurs milieux naturels sachant les dangers qu’ils encourent ? 
Je peux comprendre que des consommateurs n’aient plus envie de manger de la viande, ni même d’acheter les produits fabriqués à partir des dépouilles d’animaux, mais, j’aimerais que les adeptes ‘VEGAN’ s’expriment librement à propos du devenir des animaux d’élevage sitôt que leur rêve de tuer les éleveurs aura été exhaussé ! Qu’ils disent comment ils pensent gérer la suite ? 

Quant aux formes de maltraitance (thème si cher à Peta), n’en est-ce pas une le fait de classer l’Homme (carnivore depuis la nuit des temps) dans la catégorie des tortionnaires d’animaux, en décrétant qu’il n’a pas le droit de les ‘utiliser’ comme nourriture, ni d’aucune autre façon ? 

Parlons du ‘bien être animal’ dans les milieux Naturels, au cœur de l’impitoyable et incontournable PREDATION. Nous avons tous en tête les images des loups qui attaquent les bisons ; des lions qui déchiquètent les zèbres ; des orques ou requins qui explosent les otaries ; des anacondas qui étouffent les capybaras … et il y a pire encore !!! 

Ces cas vous semblent fondés à cause des « lois naturelles » ? L’Homme, devrait-il selon vous, se situer en dehors du cadre de ces lois naturelles au motif qu’il est un être intelligent, donc supérieur … style VEGAN !? Vu la tendance, demain, les mêmes Végans, condamneront aussi les férocités de ces grands prédateurs ! En ce bas monde, TOUT devient possible !

Il y a plus de 2000 ans, des guides sortis du lot, ont inventé la RELIGION. Aujourd’hui, des gourous sortis du rang, inventent le « Veganisme » Dans les deux cas, les adeptes, donneurs de leçon, s’obligent à une prise de tête … qui n’a ni queue … ni tête !

Dans les temps anciens, l’homme des cavernes vivait de cueillette, de pêche et de chasse ; les fourrures animales (avant le feu) l’ont sauvé des hivers mortels ! Serions nous là aujourd’hui sans la  grande prédation exercée par nos sauvages ancêtres ?

A mon humble avis, tous ceux et celles qui optent pour le régime « sans viande » ne font qu’obéir à une force intérieure alimentée par les vapeurs toxiques produites par une hyper sensibilité fumante, délirante et blessante !

Parmi les ‘Vegans’ qui rejettent le lait en tant qu’aliment, combien ont été élevés aux seins ?

Je condamne les élevages et les abattoirs qui opèrent sans âme, sans éthique ! Mais, je refuse de tuer la filière entière, à cause d’une poignée de pourris !

Il faut drastiquement contrôler l’ensemble des acteurs concernés (Fermes, transporteurs, abattoirs ! De cette addition de ‘mieux-être’ pour nos bêtes, naitra un plus (conscience apaisée) dans nos assiettes !

Les maitres ‘Vegans’ iront-ils chez les petits peuples du Nord (Inuit, Esquimau, Saami, Yakoutes … et même Danois) pour les convaincre de changer de mode alimentaire ?

Sensiblerie pour sensiblerie : Les ‘Vegans’ doivent faire mieux, car, tous les organismes VIVANTS ont le droit de se reproduire ! Plus fort que le respect du « bien être animal », c’est le respect de la VIE tout court (tout est dans tout … dixit M. DURAS) ! Ce principe ne serait donc pas valable pour la « vie » des plantes (lire E. COCCIA) ? En mangeant … une noix de coco (exemple), ne mettez-vous pas un terme au processus de perpétuation de son espèce ? Est-ce à dire que vos choix d’aliments se cantonneraient aux seuls ‘produits’ qui ne ‘crient’ pas au moment du ‘sacrifice’ ?

C’est dommage qu’avec vos ‘esprits supérieurs’, vous soyez incapables de faire preuve d’humilité, de tact, dans vos attaques visant les omnivores !

Apportez des réponses sensées quant au devenir des animaux ‘libérés’ ; sinon, fermez la !

Merci de réagir.
A. HOAREAU
Lu 722 fois



1.Posté par Samwinsa le 20/06/2018 15:35 (depuis mobile)

Nou iaime la iande.

2.Posté par margouillat974 le 20/06/2018 16:06

Sans être vegan, la condition d'élevage des animaux destinés à la consommation humaine me dégoute: concentration des individus dans leurs excréments comme le fameux pangasius , poisson vidangeur des fosses sceptiques du Viet-Nan, savoir qu'ils sont vaccinées, traités contre les puces, tiques et poux par des produits chimiques ne m'envoute pas non plus, quand à l'écrasage (ou écrasement) des poussins mâles sortis de l’œuf ne m' incite pas à bouffer du "poulet" , l 'humain est le seul mammifère qui boit encore du lait à l'âge adulte, pourquoi les publicitaires s'entêtent-ils à nous faire aimer le lait de chèvre?
Finalement, nul besoin des 11 vaccins de la mère Buzyn : suffit de bouffer la charogne que nous concocte l'industrie agro-alimentaire.
Il n'y a au plus que depuis 60/50 ans , que les occidentaux mangent de la viande tous les jours : ça fait 60/50 ans que le Q.I. est en baisse : il est peut-être temps de se poser les bonnes questions?
Je vous laisse à votre délice de viandes transformées : glutamate, E250, lacto-sérum, huile de palme,placenta, excrément oublié au fond d'un boyau, mais pas de panique, tout ça traité au chlore !!
Bon appétit!!

3.Posté par Papang le 20/06/2018 17:26

Messieurs, Dames,

Si toutefois vous avez un doute sur la définition de la loghorée, vous l'avez.

Sinon, passez votre chemin, ce torchon est d'une pauvreté intellectuelle sans nom.

Végan.e.s ou non, soyez heureux.

4.Posté par Margoz lé amère la racine lé plate le 20/06/2018 19:33 (depuis mobile)

Quoi i peut foutre à où si Na Na de Moune i veux pas mange la viande, si préfère zerbe zot problème ça

5.Posté par Lesseps le 20/06/2018 19:51

En gros vous faites exactement ce que vous dénoncez :) Comme pour les vegans extremistes, apprenez à respecter le mode de vie des autres... votre diatribe indigeste vous place au même niveau que ceux que vous dénoncez... vous connaissez l’expression « bête à bouffer du foin » ? Elle vous va à ravir ... Continuez à bouffer du sauciflard ça vous réussit bien :)

6.Posté par Zarin le 21/06/2018 14:34

Bouddhisme et végétarisme

Tous les bouddhistes ne sont pas végétariens, et les textes ne condamnent pas unanimement la consommation de viande. Certains soutras du Grand Véhicule, le Mahayana, sont cependant sans équivoque, comme le Soutra de l’entrée à Lanka, qui déclare :
"Pour ne pas devenir source de terreur, les bodhisattvas établis dans la bienveillance ne doivent pas manger de nourriture carnée. […] La viande est une nourriture pour bêtes féroces ; il est impropre de la manger. [1] […] On tue des animaux pour le profit, on échange des biens contre de la viande. L’un tue, l’autre achète, tous deux sont fautifs."

http://www.matthieuricard.org/blog/posts/bouddhisme-et-vegetarisme

Au Ladakh près de Leh j'ai croisé des moines "costauds" dans des 4X4 costauds aussi, j'ai oublié de les questionner sur leur régime alimentaire mais je m'en fiche...

7.Posté par jeannot le 21/06/2018 15:48

il y en a qui prefére etre végan c'est leurs choix ,d'autres manger de la viande c'est aussi leurs choix
d'un coté on éleve l'animal pour le tuer ( et il souffre ) et le manger
mais qui peut dire que quand on coupe la salade ou on épluche la pomme de terre qui est bien vivante qu'elles ne souffrent pas ?

8.Posté par A HOAREAU le 21/06/2018 15:54

Comme je m'y attendais, AUCUN des 'posteurs' n'a émis un avis sur le devenir des animaux pourraient être libérés du joug de l'élevage !!!
Tous, voient dans mon courrier que le simple combat qui oppose omnivores et végétariens !!
De grace, donnez votre avis sur ce que pourrait être la vie des animaux en dehors du cadre de l'élevage !
Mon souci n'est rien d'autre !! … PROVOCATION !!!
Je souhaite aux détracteurs d'avoir, un jour, la capacité d'analyser un texte !!
J'ai la preuve que les idiots regardent toujours le doigt … qui désigne un objet … et non l'objet lui même !!

9.Posté par Zarin le 21/06/2018 16:26

@8.Posté par A HOAREAU le 21/06/2018

L’accès aux paliers de consciences supérieurs, élever ses vibrations, élever son taux vibratoire pour sortir de la matrice.

Voici quelques conseils pour monter en vibration quotidiennement (de préférence) :
•méditations profondes (guidées ou silencieuses)
•exercices de respiration (souffle sacré, respiration du feu, respiration holotropique)
•écoute de musiques en fréquences « alpha » et « thêta »
•exercices énergétiques des centres d’énergies et corps subtils
•se connecter avec ce qui nous fait le plus vibrer en terme de sensations, d’images, de paroles créatrices.

un avis sur le devenir des humains-animaux...

Allez A HOAREAU, commençons par le début !!!

Le reste viendra...

10.Posté par margouillat974 le 21/06/2018 17:35

@ A. HOUAREAU Mon papa me disait toujours " ce qui se conçoit bien s’énonce clairement" .

11.Posté par Lesseps le 21/06/2018 17:40

@ Hoarau : on t’a jamais dit que si les élèves ne comprenaient pas c’etait sûrement que le prof était nul !

12.Posté par A mon avis le 21/06/2018 22:38

@ 8 A HOAREAU le 21/06/2018 15:54 vous dites :

Comme je m'y attendais, AUCUN des 'posteurs' n'a émis un avis sur le devenir des animaux pourraient être libérés du joug de l'élevage !!!
Tous, voient dans mon courrier que le simple combat qui oppose omnivores et végétariens !!
De grace, donnez votre avis sur ce que pourrait être la vie des animaux en dehors du cadre de l'élevage !


Avant de répondre à votre question, sachez que j'adhère complètement aux propos de @ 5.Posté par Lesseps.

Que pourraient devenir les animaux libérés du joug de l'élevage ? Ils retourneraient à la vie sauvage tout simplement, (où est le problème ?) à condition qu'on leur laisse un peu d'espace, car c'est plutôt le contraire qui se produit : diminution de la faune sauvage à cause de l'accaparement par l'Homme de tous les milieux naturels !
Mais ne soyons pas utopiques !
Le véganisme est un mode de vie tout à fait respectable. La publicité qui leur est faite a au moins le mérite de mettre en évidence les excès de consommation de protéines animales, et surtout le véganisme permet de prendre conscience que les animaux sont aussi des êtres sensibles, qu'il faut traiter comme tels, et non pas comme une simple marchandise, ce qui est malheureusement le cas dans notre "belle civilisation" !

13.Posté par A mon avis le 21/06/2018 22:44

@ 10 margouillat974 :
" ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément " ( Boileau)

14.Posté par Nono le 25/06/2018 10:10

@12 Des poulets relâchés en liberté, espérance de vie de quelques heures rien qu'avec les chats et chiens. D'autre part, ne plus traire une vache laitière est extrêmement cruel. Allez faire un tour dans un élevage non intensif, vous allez y apprendre des choses.

Le véganisme est tout à fait respectable tant que ces personnes n'essayent pas d'imposer leur vision du monde aux autres. Ce sont leur méthodes extrémistes qui posent problème.

france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/nord-0/lille-metropole/lille-boucherie-vandalisee-militants-vegans-1475643.html

france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/nord-0/lille/lille-apres-boucherie-poissonnerie-vandalisee-militants-vegans-1477717.html

15.Posté par A mon avis le 26/06/2018 11:54

@ 14 Nono : bien sûr que les animaux domestiques sélectionnés pendant des millénaires pour être au service de l'Homme ne plus adaptés à la vie sauvage. Rendus à la liberté, la sélection naturelle ferait son œuvre ! Les espèces les moins adaptées disparaîtraient. Dans l'absolu, ce n'est pas un problème.
Mais vouloir rendre à la liberté les animaux domestiques n'est qu'une utopie ! Il est plus raisonnable de chercher à améliorer la condition des animaux domestiques (et sauvages) en ne considérant pas la Nature au service de l'Homme mais en considérant l'espèce humaine partie intégrante de la nature et en reconnaissant que nous sommes l'espèce vivante la plus nuisible au milieu naturel.

Concernant le véganisme, les actions extrémistes sont bien entendu condamnables. Mais la manière de traiter les animaux dans les élevages industriels et dans les abattoirs n'est-elle pas elle aussi une sorte d'extrémisme ? Tout aussi condamnable ?

16.Posté par Nono le 26/06/2018 22:33

@15 Effectivement, le véganisme, c'est la disparition de plusieurs espèces animales, en particulier les espèces domestiquées. Mais pas que, c'est également la disparition des prairies/milieux herbacés et des espèces associées (en particulier les papillons).

La 'sélection naturelle' que vous souhaitez, elle concerne par exemple les tangues ou les pétrels, premières victimes des chiens et chats à la Réunion. Laissons nous proliférer chiens et chats errants (rendus donc à la 'liberté' comme vous dites) ou protégeons nous la biodiversité. Je comprend d'après ce que vous dites que les végans n'en ont rien à faire de la biodiversité, le plus fort mange le plus faible, tant pis si des espèces disparaissent ou si d'autres deviennent envahissantes (d’où leur défense acharnée des requins) mais par contre l'homme n'a pas à pêcher ou chasser. Pour les végans, l'homme doit donc divorcer de la nature, c'est complètement illogique, j'espère que vous vous en rendez compte.

Enfin, d'accord avec vous sur un point; l'élevage intensif est une saloperie.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2019 - 09:54 "4 Robinets" : Demande de limitation vitesse

Mercredi 22 Mai 2019 - 09:42 Nick Conrad...