Société

Quelles avancées après les États Généraux des violences faites aux femmes ?

Mercredi 27 Septembre 2017 - 17:26

Quelles avancées après les États Généraux des violences faites aux femmes ?
Les acteurs institutionnels plus que jamais mobilisés contre les violences faites aux femmes. Le préfet de La Réunion, Amaury de Saint-Quentin a réuni ce mercredi 27 septembre 2017 un comité de pilotage pour présenter les avancées des actions mises en oeuvre sur cette thématique.

La tenue des premiers États Généraux des violences faites aux femmes en novembre 2016 a impulsé une dynamique nouvelle dans la politique partagée de prévention et de lutte contre ce fléau. Dix mois après cet évènement, l’occasion est donnée à travers ce comité de pilotage de mesurer la progression de la prévention et de la lutte contre ces violences et les perspectives d’amélioration.

Chaque année, près d’un millier de femmes victimes de violences conjugales sont suivies par les associations de proximité. Les différentes actions menées par les associations ou acteurs institutionnels ont permis une augmentation du nombre de victimes hébergées dans des centres de mise à l’abri d’urgence de 8,6% entre 2014 et 2016. Par ailleurs, l’aide judiciaire aux femmes victimes de violences conjugales accueillies par l’ARAJUFA a augmenté de 35% sur la même période. L’accueil amélioré dans les brigades de gendarmerie et les commissariats de police a favorisé quant à lui une progression de 19% des recours aux intervenantes sociales.

Le comité de pilotage de ce jour s’est déroulé en présence du recteur de l’académie, des représentants des conseils départemental et régional, d’associations, de l’ARS, des services de police et de gendarmerie et des procureurs de Saint-Denis et de Saint-Pierre. Les différents partenaires ont tour à tour pris la parole pour souligner les avancées de leurs actions respectives, dans le cadre des 5 ateliers des États Généraux.

Des actions pensées à travers 5 ateliers des États Généraux

Parmi elles : la mise en place de l’outil commun de sensibilisation aux violences sexistes et sexuelle destiné aux collégiens de 6e (généralisation du dispositif à toutes les classes à la rentrée 2018, sous réserve de financement), d’un questionnaire d’accueil des victimes dans les services de gendarmerie, de l’intervention sociale en gendarmerie et en commissariat (2 233 personnes accueillies par 4 assistantes sociales en 2016), d’un stage de responsabilisation des auteurs de violence, la généralisation du dispositif Téléphone Grave Danger (29 TGD délivrés auprès de 28 victimes depuis le démarrage du dispositif il y a deux ans), la présentation des médecins référents en milieu hospitalier ou encore le lancement en octobre et novembre 2017 d’une campagne de sensibilisation à la lutte contre les violences faites aux femmes.

Cette campagne de communication prendra la forme de plusieurs supports : spot TV, lancement d’une page Facebook, sans oublier la distribution dans les lieux dédiés très fréquentés (salle d’attente des médecins, associations ou arrêts de bus).

À noter qu’une convention de partenariat entre l’État, le réseau VIF, la SHLMR et le CR-CSUR a été signée. Elle vise à améliorer le parcours des femmes victimes de violences conjugales vers un nouveau logement lorsque c’est leur souhait ou de prévoir au mieux une éviction de l’auteur par son relogement. Cette convention sera évaluée six mois après sa mise en oeuvre et proposée, en cas de résultats concluants, aux autres bailleurs sociaux.
SI
Lu 1084 fois



1.Posté par Ben Voyons... le 27/09/2017 23:04

Commencez d'abord par agir pour que la justice française soit plus sévère lors des verdicts rendus, particulièrement lorsqu'il s'agit de violences faites aux femmes.
Il faut que ces "états généraux" débouchent sur du concret, sur un résultat. Si c'est juste pour l'hypocrisie, pas besoin de fatigue à zot pou fé croire à nous ke zot lé inquiet.

2.Posté par Lol le 27/09/2017 23:43 (depuis mobile)

Commencer à protéger les victimes
La politique protège trop
Un homme qui bat sa femme et qui est politicien = la femme a tord
Pourquoi défendre cette cause en politique surtt le parti de droite
Laisse tué et après organise marche blanche

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter