MENU ZINFOS
Société

Quatre jeunes femmes, dont une mineure, portent plainte contre un photographe pervers


La première jeune femme, que nous appellerons Coralie, a déposé plainte pour abus de confiance, après avoir été forcée de poser seins nus devant le photographe.
À ses côtés, une jeune femme mineure a également porté plainte pour agression sexuelle, après avoir été victime d’attouchements.
Deux autres modèles se sont rendues au commissariat pour des faits similaires.
Comble de l’affaire, Coralie est aujourd’hui poursuivie en justice par le photographe, pour avoir dénoncé ses agissements sur les réseaux sociaux.

Par - Publié le Samedi 14 Mars 2020 à 14:04 | Lu 15074 fois

Photo d'illustration
Photo d'illustration
Elles sont jeunes, elles sont belles, et pour les attirer dans sa toile, ce photographe soit-disant professionnel n’hésite pas à user de mensonges et de manipulation.
 
Bien connu sur les réseaux sociaux et notamment sur Instagram, il assure travailler pour de très grandes marques de vêtements, mais surtout, de lingerie. Et il shoote régulièrement pour une des plus grandes agences locales de mannequins.
 
Ses clichés sont superbement retouchés, non sans rappeler les plus grandes photos de mode ou de cosmétique. De quoi rassurer les jeunes femmes qu’il aborde via le réseau social.
 
C’est comme ça qu’il contacte une première fois Coralie* en 2018, et lui propose de faire un shooting. Cette première expérience en tant que modèle pour la jeune dionysienne, se terminera en cauchemar.
 

Il exige des photos seins nus
 
"Sur le coup, je me suis dis c’est un truc de ouf ! C’est un photographe connu qui me contacte !" nous raconte Coralie. Elle avait déjà vu son travail sur Instagram, et s’est d’abord sentie flattée.
 
L’homme lui fait alors une proposition plus qu’alléchante pour n’importe quelle jeune femme qui rêve de faire carrière dans le mannequinat : en prétendant travailler pour les marques Calvin Klein et Etam, il lui propose une séance photo dans son studio du sud de l’île.
 
"Le jour de la séance, je ferai un 'buste dégagé' pour pouvoir faire les retouches de la peau" lui explique-t-il. Et par "buste dégagé", il faut entendre photos seins nus. "Désolé si ça dérange, mais les marques avec lesquelles je travaille me le demandent", aurait-il ajouté.
 
Gênée par une telle demande, Coralie décline son offre.

Photo d'illustration
Photo d'illustration
Début 2019, le photographe revient à la charge: "Est-ce que tu serais intéressée pour faire un shooting? Je sais que tu étais réticente, mais cette fois on coupe la poire en deux", propose-t-il.
 
Coralie en déduit qu’il n’est plus question de poser topless, et accepte sa proposition: "Mais je me disais 'il est louche quand même', alors j’ai décidé de me rendre au studio accompagnée de mon petit-ami pour plus de sécurité".
 
Il n’aura fallu que de quelques minutes d’absence de ce dernier pour que la séance photos prenne une tournure bien sombre : après trois heures de shooting sans couac, le petit-ami de Coralie reçoit un appel téléphonique et sort du studio pour répondre au téléphone.
 
"Bon, le moment fatidique est arrivé, il faut faire le topless", annonce alors comme par hasard le photographe.
 
La jeune femme refuse. Il est hors de question pour elle de poser seins nus, elle avait été très claire. Mais l’homme derrière l’appareil photo insiste, expliquant qu’il a besoin du grain de la peau des seins pour pouvoir retoucher la peau du visage par la suite, sur ordinateur.
 
"Arrête d’être une gamine ! Sois une femme ! Assume ! Les autres filles ne posent pas de problème !", ose-t-il lui dire pour la culpabiliser.
 
Coincée, humiliée, Coralie se dénude finalement, en essayant pudiquement de cacher ses tétons avec ses mains. "Non ! Il faut que tu enlèves tes mains, ça fait un pli sur la peau et je ne pourrai pas l’utiliser", insiste alors le photographe.
 
Elle s’exécute et pose finalement topless sur une dizaines de photos, puis rejoint son copain dans la voiture avant de fondre en larmes.
 

La peau des seins pour les retouches: "c’est 100% bullshit"
 
C’est là que la grande perversion du photographe apparaît au grand jour : comme nous l’a confirmé un professionnel, il n’existe pas de technique de retouche sur ordinateur consistant à prendre la peau des seins pour améliorer l’aspect de la peau du visage…
 
"Le seul moment où on prend de la peau d’ailleurs, c’est pour greffer les grands brûlés à l’hôpital ! C’est 100% bullshit", nous a-t-il confié.
 
C’est d’ailleurs ce que Coralie apprendra quelque temps après, alors qu’elle poursuit sa carrière de modèle auprès de photographes bien plus professionnels.
 
Il s’agit donc d’un écoeurant mensonge, visant à manipuler ces jeunes femmes, pour les pousser à se dénuder.
 
Mais si ces photos ne sont pas destinées aux retouches, à quoi servent-elles alors? Où sont-elles aujourd’hui ?
 

Des photos retrouvées sur les réseaux sociaux
 
Alors qu’il s’engage à les effacer une fois les retouches terminées, une jeune femme aurait eu la mauvaise surprise de voir ses clichés topless circuler sur les réseaux sociaux.
 
"On sait que des pages Instagram et Snapchat s’amusent à vendre des 'nudes' qui ont fuité ou qui ont été piratés, si ce n’est pas carrément le photographe qui les revend ! On a peur que nos photos ressortent, c’est aussi ce qui nous a poussé à porter plainte", explique Coralie.
 
Car après avoir reçu des dizaines de témoignages d’autres jeunes victimes, Coralie et une autre jeune femme mineure au moment des faits, sont allées dénoncer ces faits à Malartic.

Une plainte pour abus de confiance, et une pour agression sexuelle sont déposées contre le photographe.

Ces dernières semaines, deux autres victimes présumées ont également porté plainte pour abus de confiance et diffusion d’images à caractère sexuel.
 

Le photographe et sa compagne portent plainte contre Coralie
 
Alors que des témoignages de victimes pullulent sur les réseaux sociaux, c’est une autre mannequin qui décide de dénoncer le photographe sur Instagram l’année dernière : en "story" elle n’hésite pas à donner son nom et à taguer son compte professionnel.
 
De son côté, Coralie évoque à son tour des attouchements sexuels dont auraient été victimes des jeunes mannequins mineures, mais ne donne que le prénom du photographe sur ses "stories" Instagram.
 
Pour autant, elles sont toutes les deux aujourd’hui visées par une plainte pour atteinte à la vie privée et cyber-harcèlement. Le photographe et sa compagne demandent notamment 80.000 euros de dommages et intérêts aux deux jeunes femmes.


Charlotte Molina
Poseuse de questions qui fâchent, j’aimerais pouvoir arrêter la musique qui joue constamment dans... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par almuba le 14/03/2020 14:42

On va dans l'antre du loup et on crie au loup !

2.Posté par Marie le 14/03/2020 14:51

N'a un pe fembe aime un pe en sorte À zot?

3.Posté par Bleu outre mer le 14/03/2020 14:54

Cela va être assez simple de l'identifier.........
Pas sur que les boites qui l'emplois vont continuer avec lui........

4.Posté par El le 14/03/2020 15:29 (depuis mobile)

80 000 euros HAHAHA Le culot dans toute sa splendeur

5.Posté par Gueulecabri le 14/03/2020 15:40 (depuis mobile)

Quel salaud ! Et dire qu''en France, la Loi protège ce genre de pervers en interdisant de le nommer...Mais j''irai voir sa gueule lors de son procès et j''invite tous ceux qui sont choqués comme moi d''être présents !
Honte à ce chien ! Ce pourri....

6.Posté par Zorro le 14/03/2020 17:56 (depuis mobile)

À lire certains posts, tout procès est superflu
Le photographe est coupable, un point c’est tout
Cette simplicité frise le simplisme

7.Posté par Ti barbe le 14/03/2020 18:49 (depuis mobile)

On te dit de te dénudée c'est non point bar. Si t'es pas content RAF tu te casse. On ta fait des attouchements c'est tout de suite une plainte au commissariat et non attendre les zote dénoncer ce pervers...

8.Posté par Dxphotographie le 14/03/2020 19:23 (depuis mobile)

j’assisterai et j’ai hate de voir ce procès !
Ce photographe et ca compagne m’ont bloqué sur les réseaux sociaux ! Quelque chose a ce reprocher finalement ? 🙄
80 000 € 😂😂 la blague du siècle 👌🏼

9.Posté par CORTO974 le 14/03/2020 19:58

Bravo les filles ! Quand on dit non c'est NON ! Vous avez le pouvoir de refuser ce genre d'attitudes et de l'accepter si vous le souhaitez. Alors assumez, nous serons avec vous pour vous soutenir dans votre liberté !

10.Posté par Saucratès le 14/03/2020 23:54

Jusqu'à preuve du contraire, tout personne est sensée être innocente jusqu'à sa condamnation. On appelle cela la présomption d'innocence. Et n'en déplaise aux féministes et aux aigris de tout bord, cela s'applique même aux hommes ! Oui, c'est vrai, c'est bizarre, j'en conviens. Il y a donc selon moi autant de chance que les faits racontés soient vrais que ces faits aient été inventés pour une raison ou une autre. La justice tranchera, même si je doute que cet homme puisse avoir un procès juste et équitable dans le climat malsain actuel post meetoo et post balance-ton-porc.org. Courage au photographe et à son amie (il y a bien assez d'excité.e.s qui soutiennent les jeunes femmes et condamnent sans preuve cet homme sur la base du seul énoncé du récit de ces dames). Saucratès.

11.Posté par Bleu outre mer le 15/03/2020 09:09

10.Posté par Saucratès
Je suis d'accord avec vous pour la justice,
"tout personne est sensée être innocente jusqu'à sa condamnation" OK
"Courage au photographe et à son amie (il y a bien assez d'excité.e.s qui soutiennent les jeunes femmes et condamnent sans preuve cet homme sur la base du seul énoncé du récit de ces dames)"
Vous avez rendu votre verdict !! ce que vous condamné ne s'adresse qu'au autres?????

12.Posté par Saucratès le 15/03/2020 11:56

Salut Bleu. Le fait de souhaiter bon courage à un homme (là se trouve peut-être ma faute) et de penser que 'ceux qui le condamnent avant tout procès équitable' et sans preuve sont des 'excité.e.s' (j'utilise l'écriture inclusive malgré le fait que je la trouve normalement barbare) revient-il à émettre un «verdict» pénal ou bien ne s'agit-il que d'une opinion (certes minoritaire) mais une opinion quand même ? Après tout, je ne vise que quelques zinfonautes qui se cachent derrière des pseudos.

Non, je n'arrive pas à condamner des hommes sur le seul prétexte que des dames ou des demoiselles indiquent qu'ils les ont agressées sexuellement ou contraintes (par la ruse) à faire des photographies coquines (dans le cas présent). En aucun cas. Cette histoire risque de faire un gros pchiiiittt selon moi mais des personnes auront traîné cet homme et sa réputation dans la boue. Comme si c'était leur seul objectif. Comme si le malheur des hommes était la cible poursuivie par le féminisme post-meetoo ou post-balance-ton-porc.org. Putain de monde dans lequel, nous, les hommes, sommes désormais obligés de vivre. Saucratès.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes