Faits-divers

Quatre frères et un cousin mis en examen pour des viols sur mineurs

Jeudi 22 Juin 2017 - 07:31

Quatre frères et l’un de leur cousin ont été mis en examen ce mercredi, suspectés d’avoir commis des viols sur plusieurs de leurs voisins, entre 1991 et 2009, rapporte la presse écrite, qui souligne qu'ils ont reconnu les faits. 

Les victimes (quatre filles et un garçon) étaient des enfants, issus la même famille, parfois âgés d'à peine six ans. Un fait-divers "glaçant" intervenu dans un "milieu social défavorisé", indique le JIR.

La première plainte n'a été déposée que l'an dernier. Aujourd'hui encore, les deux familles résident toujours dans le même quartier.

L'un des mis en cause a été placé en détention provisoire, les autres placés sous contrôle judiciaire. Des expertises psychologiques ont été ordonnées pour les mis en examen comme pour les victimes.
Zinfos974
Lu 8124 fois



1.Posté par STOP le 22/06/2017 09:43

On se demande si les enseignants n'avaient pas remarqué des comportements suspects, idem pour les services sociaux. Et les parents des deux familles, ils étaient où???Des enfants victimes montrent des signes de mal êtres. Encore faut-il que les adultes qui s'en occupent soit présents pour eux. Marmailles qui restent dans la cour pendant une demi-journée et qu'aucun adultes ne va voir parce qui jouent dehors, il y a là un gros problème de maltraitance des parents!

2.Posté par Encore? le 22/06/2017 11:27

Encore taper sur le système c'est facile vous croyez que les gens ne font rien qu'en savez vous ? Il y a beaucoup de situation où il y a des signalements mais rien ne peut être fais si la famille s'y oppose. Il y a plus à voir du côté de l’éducation des PARENTS pas des enfants. Quand les parents feront leur boulot de parent leurs enfants feront de même mais ça sous entend avoir un minimum d'intelligence et là c'est une autre histoire !!!

3.Posté par STOP le 22/06/2017 14:17

La protection des enfants ne demande pas l'avis des parents : les juges sont normalement là pour prendre des décisions rapides de protection. Les services sociaux sont débordés, les juges surbouqués et personne ne bouge. Beaucoup d'enseignants ne perdent plus leur temps à signaler les faits de maltraitance parce qu'il y a trop de paperasses!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >