MENU ZINFOS
Faits-divers

"Quand il ne boit pas, c'est un bon papa"


"Quand il ne boit pas, c'est un bon papa, un bosseur. Mais l'alcool, c'est mortel chez lui". Ces mots d'une victime de violences conjugales en disent long sur ce phénomène qui touche de nombreuses femmes réunionnaises. Ce vendredi, cette victime a choisi de dire stop et de parler devant le tribunal mais aussi devant son bourreau.

Par - Publié le Samedi 22 Octobre 2022 à 09:03

Cette femme, victime de violences conjugales, a décidé de dire stop face aux coups de son conjoint et de venir le lui dire en face, à la barre du tribunal judiciaire de Saint-Denis. "Je veux qu'il comprenne que ce qu'il nous fait vivre n'est pas normal. Je veux qu'il soit aidé. Quand il boit, il ne se souvient pas le lendemain. Cette fois c'en est trop, c'est comme ça qu'arrivent les drames. Tant qu'il ne se fait pas soigner, j'ai peur. Quand il ne boit pas, c'est un bon papa, un bosseur. Mais l'alcool, c'est mortel chez lui", explique-t-elle au tribunal et à son conjoint par la même occasion. Elle maintient sa plainte mais ne se constitue pas partie civile. Comme elle l'exprime avec beaucoup de force et de pudeur : "Malgré tout, je l'aime". 

Pour l'accueillir, il lui colle une gifle d'une rare violence

Le 19 octobre dernier, Cédric B., 28 ans, rentre chez lui avec 1,40 g/l d'alcool dans le sang. Quand il boit, il est violent. Il est tard et sa compagne, inquiète, se lève avec leur fille de 2 ans dans les bras quand il rentre. Très énervé qu'elle lui fasse une réflexion sur son état, il la pousse. Elle tombe et a juste le temps de mettre sa main derrière la tête de sa fille pour la protéger. Elle se lève, sort de la maison. Quand elle rentre de nouveau parce que leur fille pleure, il lui colle une gifle d'une rare violence. "Pas la première, mais la plus forte", dira-t-elle aux policiers de Saint-Denis. Elle avouera ensuite que les violences sont régulières, quand il boit, mais aussi que c'est de plus en plus ces derniers temps. 

"Il lui faut un électrochoc pour le sortir de sa consommation"

Malgré deux mentions sur son casier pour des délits routiers en rapport avec l'alcool, le parquet décide de le juger tout de suite en comparution immédiate. "Le discours de Madame est totalement lucide. Il lui met une baffe particulièrement violente le 19 octobre mais il y a eu d'autres violences bien avant. Il se cache derrière son addiction pour ne pas se souvenir, mais ça n'efface en rien sa responsabilité, bien au contraire. Il lui faut un électrochoc pour le sortir de sa consommation. Je vous demande une peine de 18 mois de prison dont 15 avec sursis probatoire et un mandat de dépôt pour la partie ferme", requiert le parquet. 

"Il n'a pas besoin d'aller en prison pour comprendre"

"Il reconnait et mesure la gravité de ses actes", répond la défense pour son client qui a choisi de garder le silence en début d'audience. "Il ne refuse pas de parler mais a beaucoup de mal à s'exprimer. Il a vécu un drame familial quand il était petit et ne s'en est jamais vraiment remis. Il ne sait pas comment l'exprimer, il s'est senti abandonné. Que sa compagne vienne ici pour parler et qu'elle ait appelé la police est déjà un électrochoc pour lui. Il n'a pas besoin d'aller en prison pour comprendre", plaide la robe noire. 

Le prévenu, qui a maintes fois exprimé ses regrets, est condamné à la peine de 18 mois de prison intégralement assortis d'un sursis probatoire. La présidente prononce également une interdiction de paraitre au domicile de sa compagne mais ne prononce pas d'interdiction de contact, afin qu'il puisse voir ses enfants dans un cadre à définir. 


Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par 974 le 22/10/2022 10:28

Une personnalité est une personnalité elle change jamais. L alcool a le dos large

2.Posté par Ambroisine le 22/10/2022 10:43

beaucoup trop d'hommes ont l'alcool violent.Dans des soirées familiales, ou autres festivités sur notre île et en métropole, c'est l'horreur....tout d'un coup la soirée se transforme en cauchemar, on ne sait pas qui a commencé quoi, rien.....

un jour, çà a commencé ainsi"arrêtes parler comme çà cousin, depuis quand y emmerdes oute femme que ou rentre pas out case, ou préfère traîner avec camarades? quand ou sorte out case, il y a un autre qui rentre et qui remplace a ou,tout le monde est au courant, sauf ou", et l'amant était à table.....
le pauvre mari qui ne s'attendait pas à cette information, concernant son couple, et tout.Et l'amant....

l'alcool c'est difficile d'inviter sans lui à table

3.Posté par Olive le 22/10/2022 11:21

Risible la justice, comme d'habitude.

4.Posté par Bagatelle le 22/10/2022 11:53

Il y a pas de l alcool
D autre aussi son un bon papa
Mais a l extérieur insulte menace les autres en croyant tous permis même leur vie extra conjugale ou vie nocturne se cache a travers leur mensonges




5.Posté par Kafzorey le 22/10/2022 16:50

Voilà la vérité
Le zamal ne pose pas ce genre de problème.
Les gars qui ont fumé regardent les étoiles ou discuté de divers sujet, jamais ils finissent par se taper dessus tandis que 2 boug saoul i fini systématiquement par ralé poussé.
Et lequel des 2 produits est illégal ?
Celui qui pose aucun problème tandis que l'alcool dont se gavent l'état et les dealers légaux c'est pas un problème.
C'est vraiment nous prendre pour des abrutis.
60 000 mort/an en France a cause de cette boisson légale et tout ce qui en découle notamment les violences intra familiale.
Ceux qui votent les lois devraient avoir honte d'exister.

6.Posté par Khea le 23/10/2022 21:10

Post 2

Non,ce n'est pas difficile, je le fais. Je ne sers pas d'alcool chez moi. Les fêtes, repas, soirées, etc, c'est sans alcool.
Si on me fait une réflexion, j'explique que mon papa etait alcoolique et que je ne veux pas être responsable d'un accident ou de la mort de qqun.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes