MENU ZINFOS
Faits-divers

Quand des cogneurs s’entre-cognent : Ça sème le souk à Domenjod !


4 juin 2020, branle-bas de combat dans la cour de sport du 3-étoiles de Domenjod ; trois détenus sont en train de s’en mettre plein la tronche avec une ardeur qui fait presque plaisir à voir. Sauf que la principale victime est au sol et que les coups de pieds lui pleuvent sur le visage, le cou et, accessoirement, les côtes. Lé com’ quand martins i bataille, toute la bande i fé l’entourage po astique le plus faib’.

Par Jules Benard - Publié le Mardi 16 Février 2021 à 18:25 | Lu 5424 fois

Photo : © Pierre Marchal - Anakaopress
Photo : © Pierre Marchal - Anakaopress
Le choc des mots … pour commencer

Premier moment de stupeur passé, les matons se précipitent, histoire d’empêcher qu’un mort ne vienne s’ajouter aux malades du coro-machin de ce cluster qu’est la prison soi-disant de haute qualité. Surtout que la victime n’est pas le premier venu. Le ci-devant Aymric D., qui a déjà un CV lourd comme un mammouth des glaces, doit bientôt passer devant les Assises pour tentative d’assassinat. Faudrait pas qu’il rate le rendez-vous de sa vie, tout de même.

L’affaire a commencé quelques minutes plus tôt… Aymric D. et Mathias S. s'engueulent copieusement pour une raison qui n’a jamais été déterminée. Un râlé-poussé purement verbal, ça ne tire pas à conséquence, sauf entre gens de bonne compagnie comme ces deux-là qui ont habituellement le sang très chaud. Afin d’éviter que ça ne tourne en cacahuètes, un autre détenu les sépare, ce qui se passe sans problème. Mais voilà pas que parvenu au bout du terrain, l’Aymric fait demi-tour, revient vite sur ses pas et tente de cogner le Mathias. Il en est empêché par plusieurs compagnons de villégiature, tombe au sol et se fait rouer, mais pas trop méchamment apparemment. C’est là que le 3è larron entre en scène …

Les coups, ça fait mal !

Loan G., c’est lui-même qui le dit, croit voir son pote Mathias (hum !) se prendre quelques gnons et prétend avoir voulu lui porter secours. Bâti comme un bûcheron canadien, il fonce dans le tas, cogne à tout-va et c’est là que Aymric reçoit, à la tête, un coup qui va lui fracturer la mâchoire. L’arrivée des surveillants met fin à l’algarade. Arrivés menottés à l’audience, Aymric (victime et accusé) et Loan semblent un peu se demander ce qu’ils font là. Les vidéos-surveillance et les rapports des gardiens ne laissent place au moindre doute et les accusés ne songent pas à nier quoi que ce soit.

"Je connais bien Aymric D", dira son avocate qui provoque, sans s’en douter, de discrets ricanements ici et là. Effectivement, c’est elle-même qui l’a défendu tout au long de ses différents démêlés avec la loi. Car bonhomme, en prison jusqu’en 2023 (très provisoirement), a une kyrielle de condamnations au bulletin : violences en cours d’école, refus d’obtempérer, conduite sans permis, sans assurance tant qu’à faire, vols avec destructions diverses, vols aggravés ; en tout, beaucoup de séjours prolongés au Port et à Domenjod. Il a aussi sur le dos une accusation de tentative d’assassinat en cours d’instruction. Et, po fé l’tas, 14 jours de cellule disciplinaire (on appelle ça aussi le mitard, le trou ou le gnouf).

Des habitués de l’ombre

Ses compagnons d’infortune ne lui cèdent en rien au challenge des CV trop bien garnis. Loan : enchristé depuis 2018, espère une libération pour 2024, pour extorsion sous menace d’une arme, conduite sans permis, bref, le tout-venant. C’est le moins original de la bande mais, à la barre, il a tenu à s’excuser du coup à la tête. Quant à Mathias, il les accumule : vols aggravés divers et variés, conduites sans assurance, dégradations par-ci par-là, violences aggravées, vols divers, le tout lui ayant déjà valu un certain nombre de séjours à l’ombre. 

La procureure a insisté sur la violence des coups portés à Aymric, l’accusé-victime, fracture de la mâchoire et 45 jours d’ITT, sans compter les séquelles qui devront être déterminées par la Faculté. L’avocate d’Aymric a quand même réussi à faire admettre par les juges que la tentative d’agression n’existant pas dans le Code pénal, son client devait être relaxé des poursuites violence aggravée. Ce qui fut fait. Les deux autres voient leurs vacances judiciaires augmenter de 4 mois.




1.Posté par Ali le kafhir le 16/02/2021 18:44

Les mayas pour éviter les guerres à rallonge qui n'en finissent plus jouaient au tchatli un jeu de balle ou on se sert ni de ses mains ni de ses pieds
Il faudrait explique leur les règles
çà résoudrait les problèmes de surpopulation carcéral

Comme cela se joue sans les pieds certains clubs de foot devraient s'en inspirer

2.Posté par Zakk le 17/02/2021 07:15

4 mois, elle est belle la justice !!!!!

3.Posté par René Charles Leclert le 17/02/2021 07:45

J'ai toujours pensé que les coups adoucissaient les moeurs faute de terrain de rugby ou de ring de temps en Temps ça remet les idées en place de se faire les poings sur la gueule des autres mais faut pas croire que les cowboys s'en tiraient comme ça souvent en mm tps que la gueule cassée on se retrouvait avec des gros bobos aux mains et ça ,ça vaccine.

4.Posté par LesJugesQuittentLeNavire le 17/02/2021 11:38

Tant qu'ils se fracturent gentiment la machoire entre dalons. Pourquoi les libérer, laissez les s'amuser en cage entre eux ces animaux. De temps en temps, je veux bien allez les voir au zoo. Le spectacle doit etre sympa ....

5.Posté par Lulu le 17/02/2021 12:59

Quelle misère..

6.Posté par Macabi.. le 17/02/2021 13:08

Le recif de l'etang sale..est dévasté..la réserve marine.aura une grande responsabilité.. pour les générations futures..!

7.Posté par J'adore le 17/02/2021 17:57

J'adore la tournure de l'article. Très agréable à lire, 1 poil poétique même je dirais. Bravo au journaliste

8.Posté par Ouais... le 17/02/2021 21:00

Du grand Benard...

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes