MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Quand certains D.J. "n'en font qu'à leur tête" ....


Par Un responsable associatif - Publié le Dimanche 21 Juin 2015 à 17:11 | Lu 864 fois

Quand certains D.J. "n'en font qu'à leur tête" ....
La proximité de la Fête de la Musique me donne l'occasion d'exprimer mon sentiment sur l'animation des "fêtes" aujourd'hui par certains Disc Jockeys : Je ne parlerai pas de ceux qui animent les boites de nuit ni même les anniversaires réservés pour la plupart à une certaine clientèle et qui exercent une fonction adaptée à celle-ci et le font généralement bien.
 
Non, je parlerai aujourd'hui de mes expériences en tant que responsable associatif auprès de D.J animant des après midis dansants et autres mariages. Ceux-ci sont composés majoritairement d'adultes voire de personnes âgées de plus de 50 ans et l'ensemble des D.J devraient en tenir tout naturellement compte, or, ce n'est pas toujours le cas, loin sans faut ...
 
Armés pour la plupart de baffles diffusant un son dépassant largement les 100 décibels (seuil limite dégradant l'audition et la santé), ne réglant que rarement la diffusion du son et chapeautés de leurs casques, beaucoup vivent dans leur petit monde ne s'intéressant qu'à ceux de leurs invités -et clients tout de même- qui acceptent de crier et de mettre les bras en l'air à leurs injonctions. Les autres-souvent majoritaires n'existent pas...
 
Inutile d'aller demander une danse-et encore moins un chanteur que l'on apprécie- tout est déterminé à l'avance comme s'il n'y avait qu'un seul public standard, celui des boites de nuit pour jeunes. Souvent juché sur un perchoir
inaccessible, enveloppé d'un bruit assourdissant, très difficile de s'en faire entendre et encore moins d'être entendu et respecté dans nos choix. Serait-il déjà sourd de par l'intensité des décibels.? Tout à fait possible. En tout cas, il n'écoute que rarement que les désirata des mariés et de leurs familles qui demandent généralement de "faire danser tout le monde" prétendant être un expert-même s'il a rarement une formation- et qu'il "faut lui faire confiance puisque c'est un spécialiste"
 
Dans sa "bulle", il ne voit pas que la moitié de sa clientèle s'est enfuie à l'extérieur de la salle pour pouvoir enfin communiquer. Impossible en effet de se faire entendre même autour d'une table circulaire de 10/12 personnes vu l'intensité du son. Certes les tables ne conservent que quelques "vieux" assoupis et ils en concluent un peu rapidement que tout le monde est sur la piste. Or, il m'est arrivé de voir plus de la moitié des invités discutant à l'extérieur pour parvenir à se faire entendre de l'interlocuteur. Est ce celà : faire danser et s'amuser tout le monde. ?
 
On a ainsi l'impression que certains D.J ont oublié que les plus de 50 ans existaient... Dans le répertoire proposé, on a généralement droit à 2/3 ségas pour faire lever la clientèle à la fin-et parfois au milieu du repas-  avant de passer aux choses sérieuses et à "a musique tam tam" et cela jusqu'à 5h du matin.
 
OUT les magnifiques slows d'été qui ont fait danser amoureusement les générations précédentes et qu'ils aimeraient réentendre, OUT les vraies danses dite rétro : tangos, valses, pasos, cha cha, Charleston... et plus étonnement même les danses à la mode de type sud américaines, type samba, salsa..
et même de danses locales type maloya ...
 
"Cela casserait l'ambiance" mais surtout limiterait le nombre possible de couples sur la piste. Or comme dans les sondages c'est le nombre qui prouve la réussite d'une soirée, pas la pluralité ni de faire plaisir à tout le monde. Voilà une des raisons essentielles de la désertion des invités à partir d'une heure du matin au point qu('on est obligé de retarder la découpe du gâteau à 2h pour éviter que tout le monde ne s'enfuie avant...
 
Pourquoi ne pas mettre des danses rétro au moins pendant le repas ?

Il y a encore quelques  années, on avait encore la chance d'en avoir jusqu'à 2h du matin et le gâteau, les 3 dernières heures étant réservées à la musique tam tam pour les jeunes. Fini cette belle époque, où on pouvait même quand on ne savait pas danser- admirer  les couples qui savaient  danser... ou participer à une entraînante polka où tout le monde venait participer...
 
Autre raison pour laquelle beaucoup de plus de 50 ans désertent -sans parler des vrais amateurs de danse- l'absence quasi totale d'animation, de jeux. Il y a pourtant tellement de jeux collectifs  si amusants que la plupart des "spectateurs" sont écroulés de rire.... Les participants à ces soirées en gardent généralement un tel souvenir qu'ils en rient des années après...
 
Voilà comment  faire participer et satisfaire l'ensemble de son public. Espérons que les D.J de l'île sauront tenir compte de ces quelques remarques exprimées en toute amitié  pour leur permettre d'être en phase avec l'ensemble de leur public et de leurs clients.




1.Posté par la crise le 21/06/2015 20:05

Tout est dit et bien dit.

2.Posté par moin la di le 21/06/2015 22:37

J'applaudie des quatre mains ce courrier qui tout haut de que les médecins relèvent tout bas Là encore la permissivité règne en effet même dans les boites de nuit on ne respecte pas la quantité autorisée de décibels ce qui viendra dans peu de temps une catastrophe que la CGSS sera obligé de gérer

3.Posté par veridik le 22/06/2015 00:48 (depuis mobile)

Continuez à prendre des dj au noirs non déclarés à la chambre des métiers, ne payant ni Rsi ni impôts ni assurance, tout ça pour payer le moins possible, ensuite venez vous plaindre que la.prestation n'est pas à la hauteur de vos attentes...

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes