MENU ZINFOS
Faits-divers

Procès du policier qui a éborgné Steeve : Qui dit la vérité?


Au deuxième jour du procès de l'agent de la brigade anti-criminalité qui a tiré sur un jeune Portois en marge de violences urbaines en 2014, victime et accusé se sont exprimés successivement à la barre de la cour criminelle. Ils ne racontent pas la même histoire.

Par Isabelle Serre - Publié le Vendredi 22 Avril 2022 à 17:22

Le coup de lanceur de balles de défense a été tiré à quelques mètres de distance.
Le coup de lanceur de balles de défense a été tiré à quelques mètres de distance.
Philippe P. est jugé depuis ce jeudi 21 avril devant la cour criminelle. Il encourt 15 ans de réclusion pour avoir tiré sur un mineur avec son lanceur de balles de défense lors d'un épisode de violences urbaines qui a secoué la ville du Port en février 2014.

L'équipage des quatre agents de la brigade anti-criminalité qui avait pour mission de disperser les émeutiers et de ramener le calme a dissimulé les faits à sa hiérarchie.

Mais la presse avait eu vent de l'affaire, ce qui avait déclenché une enquête interne puis la venue de deux enquêteurs de l'IGPN, l'Inspection générale de la Police nationale, une dizaine de jours après l'éborgnage.

"Je voulais être un héros"

"C'est quand j'ai vu les photos des lieux dans la presse que tout s'est écroulé autour de moi", a déclaré Philippe P. des sanglots dans la voix. "Je voulais être un héros, être reconnu par le public et par ma famille".

Pourtant, l'officier de la BAC du Port depuis 2007, qui avait volontairement omis de déclarer ce tir à sa hiérarchie, était resté sur sa ligne pendant presque toute sa garde à vue. Ce n'est qu'au moment des confrontations avec ses collègues qu'il avait admis qu'il y avait vraisemblablement un lien entre l'utilisation de son LBD, au coin des rues Berlioz et Ajaccio, et l'éborgnage de Steeve, un lycéen de 16 ans.

Il lève les bras et dit "lé bon, lé bon" : il n'a rien

Soutenu par de nombreux policiers  présents dans la salle et par le syndicat Unité SGP FO Police, Philippe P. a raconté sa version des faits. Après avoir rappelé le contexte, à savoir la troisième nuit d'émeute et l'obligation pour son équipage, censé travailler de jour, de s'engager dans les opérations de nuit, le policier a expliqué avoir tiré une première fois dans la rue Rico Carpaye où se concentraient les principaux attroupements.

Des émeutiers étaient partis en courant, tout comme des jeunes venus en spectateurs des affrontements. La 308 de la BAC avait suivi le groupe afin de le disperser dans les rues adjacentes. Alors qu'elle s'était arrêtée à l'angle de la rue Hector Berlioz, Philippe P. raconte avoir vu surgir des buissons une silhouette athlétique sur sa gauche. Au même moment, un de ses collègues lui signalait la même chose. "J'ai eu peur, je me suis senti menacé. Il pouvait être dangereux. Je lui ai fait face et j'ai tiré sans viser car l'individu était en mouvement", détaille l'accusé.

Le chauffeur de la 308 serait alors sorti du véhicule pour mettre au sol et interpeller le jeune. À ce moment-là, les deux autres policiers partis remonter la rue en courant reviennent. Philipe P. reste assis sur son siège arrière gauche, scotché par les fautes réglementaires qu'il vient de commettre. "Je sais que je n'ai pas le droit de tirer d'une voiture et encore moins à cette courte distance".

Une version apprise par cœur ?

L'équipage reçoit l'ordre de se replier vers la rue Carpaye pour porter assistance à un collègue. Le jeune au sol ne présentant aucune blessure, ils abandonnent l'opération et quittent les lieux en marche arrière. Quelques minutes plus tard, Philippe P. informe ses co-équipiers qu'il a tiré. Ils reviennent et croisent le même jeune qui se trouvait au sol quelques instants plus tôt. Celui-ci lève les bras, "Lé bon, lé bon". Les policiers sont rassurés, fin de la scène.

Après un long passage dans un comité de quartier, Philippe P. est désormais affecté à la Police aux frontières.
Après un long passage dans un comité de quartier, Philippe P. est désormais affecté à la Police aux frontières.
Une forteresse de mensonges

La veille, à la barre de la cour, les trois fonctionnaires de la BAC ont livré une version tellement similaire qu'elle semble apprise par cœur. Une question subsiste : pourquoi sont-ils revenus à l'angle de la rue pour fouiller sous le lampadaire, là où la vie de Steeve a basculé ? Peut-être pour effacer les traces laissées par le tir. "Vous vous êtes enfermés dans une forteresse de mensonges", a fustigé l'avocate générale.

Car pour Steeve, un jeune adulte bien sous tous rapports, les choses ne se sont pas déroulées de cette façon. Les émeutes ayant gagné en intensité vers 2 heures du matin, il avait fui en courant. Une 308 roulait sur ses talons.

Une semelle s'écrase sur mon visage, on me traite de "fils de pute"

À l'angle des rues Berlioz et Ajaccio, il avait perdu une savate et trébuché sous un lampadaire. La voiture s'était arrêtée, les officiers étaient descendus de voiture. "J'ai tout de suite montré mes mains car je savais qu'ils allaient m'appréhender. Au même moment, un policier est sorti de l'arrière gauche du véhicule à un mètre. Il tire. Je sens l'odeur de la poudre. J'ai une douleur intense à l'œil. Je reçois des coups de pied dans les côtes et une semelle s'écrase sur ma figure. J'entends : 'Fils de pute, t'as compris là?' Puis, un homme resté dans l'auto : 'Ça va, il a compris, arrête'. Ils partent en marche arrière. Avant de redémarrer, il me regarde en rigolant."

Steeve a-t-il été frappé par un tir de surprise puis laissé au sol malgré ses blessures ? Ou bien a-t-il surgi et effrayé un policier déjà chauffé à blanc par les projectiles lancés aux forces de l'ordre dans la soirée ? Philippe P. a-t-il commis des violences volontaires qu'il a ensuite tenté de dissimuler avec la complicité de ses équipiers ? Sera-t-il déclaré coupable ou acquitté ?

Des questions qui trottent certainement dans la tête des cinq magistrats professionnels qui devront trancher lundi après les plaidoiries de Me Jacques Hoarau pour la partie civile et de Me Laurent Franck Lienard en défense ainsi que les réquisitions de la procureure générale, Fabienne Atzori.
 




1.Posté par didier le 22/04/2022 18:50

En général, c'est la police qui a raison !!!
Jusqu'à preuve du contraire !!

2.Posté par #Maisnon le 22/04/2022 18:57


Des hommes d'honneur

3.Posté par Bagatelle le 22/04/2022 19:31

Et oui quand ils sont ensemble ou pas
Le mensonge marché très bien il y a certain en tenu fond leur caïd et vous regarde de travers
Et pourtant ils sont là pour représenté la loi mais pour faire la comme certain
Pas comme certain qui ménage insulte et cherche protection auprès de leur ancien collège pour avoir gains de cause à travers de leur mensonges

4.Posté par Gros blanc le 22/04/2022 21:25

La loi n'a toujours raison ! Ce jeune selon eux n aurait même pas du naître !!!! Il va prendre 3 mois de sursis et une belle mutation dans un bureau clim compris !

5.Posté par Question ? le 22/04/2022 22:24

Philipe P. reste assis sur son siège arrière gauche, scotché par les fautes réglementaires qu'il vient de commettre. "Je sais que je n'ai pas le droit de tirer d'une voiture et encore moins à cette courte distance".

pourquoi sont-ils revenus à l'angle de la rue pour fouiller sous le lampadaire, là où la vie de Steeve a basculé ? Peut-être pour effacer les traces laissées par le tir. "Vous vous êtes enfermés dans une forteresse de mensonges", a fustigé l'avocate générale.
.............................


Tout est dit.......

6.Posté par Question ? le 22/04/2022 22:26

ainsi que les réquisitions de la procureure générale, Fabienne Atzori.
....................

Il me tarde de les connaitre.

7.Posté par Ludo le 23/04/2022 07:11

Fautes réglementaires et disimules à sa hiérarchie son acte...

Y a pas à réfléchir, c est un gros menteur...

Faut pas allez plus loin, il vas faire de la tôle...

Ce chenapan, ils n ont pas hontes de mentir comme ils respirent et le syndicat les soutiens...
Ce syndicat est grave...

Ces policiers se de croivent être ds le monde de Dragon ball Z

Tous au trou pr complicité...
Vous apprenez par coeur mais il n y a pas de la poésie au tribunal...

8.Posté par Lydia le 23/04/2022 08:33

Poste 7 : vous avez bien résumé et quel autre argument face à des menteurs de poliicers ??

Rien que pour avoir dissimulé à sa hiérarchie, il doit faire la tole car un policier prête serment ds le cadre de es fonctions...

Ce sont des policiers dangereux là ??

9.Posté par Coco le 23/04/2022 08:38

Ce policier a dissimulé se acte de barberie, la hierarchie dit quoi ds tt ça??

Pour un représentant de l'ordre public, un personnage dangereux et meurtries !! Ils cahent un gros fait comme ceci qui a atteint un humain?? Les gens sont des chiens ou quoi ds cette île ??

Faut arrêter de casser, prison à perpertueté ??

10.Posté par Batofou974 le 23/04/2022 10:55

Que faisait un mineur à 2h du matin proche d'une échauffourée ?!

11.Posté par Ruddy le 23/04/2022 11:29

A tous les "Soutien total aux forces de l'ordre", vous dites,quoi là ?
J'ai un profond respect pour le métier de policier, c'est un métier noble et ingrat.
Mais les "ripoux" doivent être sanctionnés.
Exercer un métier qui est difficile (et policier est un métier difficile) ne doit pas être un prétexte pour faire n'importe quoi.

12.Posté par Justin le 23/04/2022 12:45

FAUTES GRAVES DISSIMULATION DE PREUVES
MENSONGES

TOUT CELA PAR PERSONNE
DÉPOSITAIRE DE L'AUTORITÉ PUBLIQUE




LES COMMENDITAIRES, LES DONNEURS D'ORDRE, LES COMPLICES, LÀ HIERARCHIE DOIVENT TOUS RENDENT DES COMPTES.
LEURS RESPONSABILITÉS ET LEURS PASSIVITÉS IMPLIQUENT À UNE SANCTION ET A UNE CONDAMNATION FERME.

HONTE À CETTE JUSTICE

13.Posté par Sergine le 23/04/2022 13:21

Posté 10:
Tel n est pas la question...
On ne tire pas sur des gens comme des animaux et on se dedouane en dissimulant...
Faut assumer ses actes...
Demain y a une manif, tu rentres chez toi et on tire sur toi, tu diras ok...

Soyez un peut logique

14.Posté par Question ? le 23/04/2022 19:19

10.Posté par Batofou974 le 23/04/2022 10:55

Que faisait un mineur à 2h du matin proche d'une échauffourée ?!
.......................................................

"Quand le sage sort le doigt de son pantalon et montre du doigt la lune, le couillon regarde le doigt et le sent." (proverbe arrangé)

La Cour criminelle était saisie de la question de savoir si le tir était légal ou pas mais pas de la question portant sur le fait que le jeune était dehors à 02heures du matin question qui ne relève pas de la compétence de cette cour mais du ladilafé.

Arrêtez de dériver.

15.Posté par Question ? le 23/04/2022 19:26

le @12 pose les vrais questions...

Un flic doit être fiable. S'il ment, il n'a pas sa place dans la police. Il ne faut pas mieux qu'un faussaire.

Par contre je doute du verdict.......pOURQUOI ,

Les personnes présentes aux procès sont les suivantes :

Cour criminelle composée des 5 juges PROFESSIONNELS (1 président et 4 assesseurs)
Accusé et son avocat
Victime, partie civile ou son avocat
Avocat général : Corps de magistrats représentant les intérêts de la société devant la cour d'appel, la cour d'assises et la cour de cassation représentant le ministère public

Sur la condamnation pénale

Immédiatement après les débats, la cour criminelle se retire dans une salle appelée chambre des délibérés. Elle statue sur la culpabilité de l'accusé et prononce son éventuelle condamnation. Les décisions portant sur la culpabilité et sur la peine sont prises à la majorité des voix. La cour quitte la salle de délibéré seulement lorsque la décision finale (verdict) est prise. Le délibéré : Temps après l'audience pendant lequel les juges discutent entre eux pour prendre une décision ensemble sur l'affaire peut prendre plusieurs heures.

...............................

Le verdict confirmera ou infirmera ce que je pense d'un juge

16.Posté par Question ? le 23/04/2022 19:37

@10

1. Citez moi la loi qui interdit un mineur de 17 ans d'être dehors la nuit ?

2. Citez moi la loi qui autorise un policier à faire usage de son LBD alors que la victime à les mains en l'air et crie en suppliant "lé bon, lé bon..." (c'est à dire qu'elle se soumet au contrôle). ?


Faut raison garder. Les mauvais flics à la porte d'autant qu'il était récidiviste (mêlé à un fait similaire en 2009?).

17.Posté par Gros blanc le 23/04/2022 19:43

Post 11 ils sont tous ripoux !!!!!

18.Posté par Question ? le 23/04/2022 19:52

Anecdote sur des abus moins graves que le fait querellé:

Le fils d'un ami roule dans la belle BMW décapotable de son papa sur le boulevard sud à St Denis Embouteillage. Coincé dans la voie de droite, il suit lent mouvement. Dans la file de gauche un fourgon de police. A un moment, la file de la BMW circulant plus vite que celle dans laquelle se trouve le fourgon, de fait la BMW double le fourgon de police. Plus tard, il est convoqué et on lui remet un PV pour avoir doublé par la droite.

Il m'en parle. Je vais voir un grand chef de la Police qui annule le PV

C'est de l'abus de pouvoir de la part du policier rédacteur du PV (jaloux de ne pas avoir une BMW ?)..

Idem ma belle-mère (85 ans). Revenant de l'hôpital (urgences), elle se fait contrôler par un gendarme pendant la période Covid. Elle présente l'attestation de déplacement dérogatoire. Il rédige un PV au motif que c'est pas le bon modèle d'attestation (nouveau modèle depuis 24 heures).Elle me donne le PV. Je fais une capture d'écran du site du ministère de l'intérieur qui précise que les anciennes attestations sont valables et j'envoie le tout au Tribunal de police (PV annulé). C'est çà le rôle des FDO, de chercher des poux au lieu d'emmerder les vrais délinquants ?

Est-ce qu'il a un vrai contrôle du QI à l'embauche ?

19.Posté par jojo le 23/04/2022 21:06

Cé pas moi, c'est sûr ! ....? j'ignorai que ce malheureux évènement s'est produit ... que le coupable (si on le retrouve !) paye la facture ...

20.Posté par Question ? le 24/04/2022 20:29

@19

Question de la Police: vous étiez où lors de toutes les nuits de février 2014 ?

21.Posté par Jean le 25/04/2022 07:44

Bof...on s en fout..il a déconné..c est un ripoux..un cow boy...foutez le au trou c tout..et l autre idiot n avait pas à être la à 2h du mat dans des émeutes.. ilà déjà payé avec un œil en moins...donc...ça m en touche une sans faire bouger l autre

22.Posté par Jp le 25/04/2022 06:03

Si le policier a fauté il devra en assumer les conséquences! Cependant, que fait un mineur dehors a 2h du mat en plein échauffourée ? Les parents ont fautés également à mon sens, il est dommage qu’il n’y ai pas de peine pour ces pseudo parents démissionnaire. J’ai beaucoup de mal à m’apitoyer sur le sort de ce jeune canyard

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes