MENU ZINFOS
Mayotte

Procès des "coupeurs de route", la fin d'un cauchemar pour Mayotte


Six ans après avoir semé la terreur, les principaux protagonistes de la bande des "coupeurs de route" comparaissent devant la cour d'Assises des mineurs.

Par Yohann Deleu - Publié le Vendredi 18 Mars 2022 à 06:10

Procès des "coupeurs de route", la fin d'un cauchemar pour Mayotte
Leurs méfaits restent un traumatisme collectif pour toute l'île, qui suit le procès avec attention. Les "coupeurs de route", parmi lesquels des habitués de la justice, comme le localement célèbre bandit Maniélé, ont semé la terreur en 2016. Six ans plus tard, les principaux protagonistes sont à la barre de la cour d'Assises des mineurs.

Fusil sur la tempe, voiture incendiée, chauffeur ligoté et enlevé... L'énoncé des faits qui se déroule depuis deux jours devant la cour d'Assises des mineurs de Mamoudzou a de quoi donner des frissons. Au rôle, 9 accusés. A la barre, 7 présents. A la clé, une semaine entière d'audience pour des faits majeurs dans l'histoire de Mayotte.

Il faut remonter à 2016, peu après des faits de décasage dans le Sud qui ont défrayé la chronique, une série de vols avec violence terrorise la population. Attaque après attaque, il apparaît qu'au moins une bande d'une dizaine d'individus sillonne l'île la nuit, avec un modus operandi implacable. Les bandits de grand chemin se cachent de nuit au bord de grands axes routiers. Peu avant l'aube et l'heure des bouchons, ils barrent la route avec des branches, et se jettent sur les premières voitures qui s'y trouvent coincées. Plusieurs victimes présentent depuis un choc post traumatique, les butins, très variables, peuvent atteindre des milliers d'euros. Et presque aucun coin de l'île n'est épargné par ces attaques.

Heureusement pour les enquêteurs, les malfrats ont laissé dans leur sillage de nombreuses traces ADN. L'un d'eux a même laissé son propre caleçon sur le lieu d'un braquage. C'est ainsi qu'une dizaine d'auteurs présumés ont pu être identifiés, et, au terme d'une bien longue enquête, présentés devant la cour d'Assises des mineurs, deux d'entre eux étant mineurs à l'époque.

Le procès est prévu pour durer jusqu'au 22 mars. Pour les parties civiles, ce sera la fin d'un cauchemar. Mais pour tout Mayotte aussi, car ce phénomène de coupeurs de route, s'il n'a duré que quelques mois, aura profondément marqué la population et diffusé durablement le sentiment d'un danger permanent. Les principaux accusés eux, encourent jusqu'à 30 ans de réclusion.




1.Posté par jusqu'à 30 ans de réclusion. le 19/03/2022 14:51

Parions que s'ils en ont dix, ce sera déjà pas mal, et c'est pas gagné 😠
A défaut d'être des chances pour la France, ils ont la chance D'ÊTRES en France !

2.Posté par Bibic lo fou le 19/03/2022 17:34

Il était temps que l'État français agit avec fermeté contre une bande de petit frappe sans scrupule qui terrorisme des travailleurs.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes