MENU ZINFOS
Société

Prison de Saint-Pierre, fermera ou fermera pas ?


Alors que la rumeur d'une fermeture plane sur la maison d'arrêt de Saint-Pierre, le personnel de l'établissement pénitencier a fait part de ses inquiétudes au député Patrick Lebreton. Lequel est venu à leur rencontre en milieu de matinée, pour une visite en règle d'une prison pourtant "pilote" à l'échelle européenne.

Par Ludovic Robert - Publié le Lundi 26 Avril 2010 à 13:45 | Lu 4150 fois

En réponse aux inquiétudes des syndicats du personnel de la maison d'arrêt de Saint-Pierre, le député-maire de Saint-Jospeh Patrick Lebreton est venu constater les conditions de détention dans l'établissement. L'occasion également pour le parlementaire de faire le point dans un contexte de réorganisation de la carte pénitentiaire française. Une réorganisation qui menace directement cet établissement inauguré en 1930, dans les anciens locaux de la compagnie des Indes datant de 1863.

La prison de Cayenne fait en effet partie de la soixantaine d'établissements pénitentiaires nationaux retenue en vue d'une fermeture en raison de la vétusté et de l'impossibilité d'y mettre en œuvre les principes des règles pénitentiaires européennes. Pourtant, l'établissement est un site pilote en la matière un site propre au Sud et aux petites peines, ce qui ne manque pas d'interpeller le personnel.

L'inquiétude du personnel pénitencier

"Ce qui se passe aujourd'hui traduit une inquiétude par rapport à la menace qui pèse que la destinée de la maison d'arrêt. C'est donc normal pour nous de faire appel au député Patrick Lebreton pour faire avancer notre dossier. Ce qui est important pour nous, ce sont nos conditions de travail" indique Erick Ajorque, délégué syndical de l'UFAP-UNSA à la prison de Cayenne.

En réponse à cette éventualité, le parlementaire de la 4ème circonscription a d'ores-et déjà programmé une question à l'attention de la ministre de l'Outre-mer et du Garde des Sceaux lors de la prochaine séance des questions au gouvernement de l'Assemblée nationale. Questions qui porteront sur l'avenir de l'établissement dans un contexte où il a déjà été intégré au label RPE (Règles pénitentiaires européennes).

Selon l'élu du Sud, l'évolution démographique de la micro-région Sud nécessite un accueil particulier en réponse aux actes de délinquance et à ce label : "Le statut d'établissement pilote, c'est pour nous un argument parce qu'aujourd'hui, le label Règles pénitentiaires européennes est reconnu et ce n'est qu'un début et il n'y aurait pas de sens s'il n'y a pas de poursuite en la matière" explique Patrick Lebreton.

Prison de Saint-Pierre, fermera ou fermera pas ?




1.Posté par papapio, ni macro ni géniteur payeur le 26/04/2010 14:56

M. Lebreton, et si vous vous attachiez a connaitre les CAUSES des Incarcérations masculines telles que gérées par le TGI St Pierrois, plutôt que les seules conséquences ?

Les incitations à la Violence d'un parquet refusant d'instruire les plaintes des Hommes et Pères dans les Pouponnières de la France ? Souhaitez vous un compte rendu de la LDH, de la HALDE ou simplement une copie des rapports des Sénateurs depuis 2003 ?!...

Faites le décompte des Pères emprisonnés pour leur refus d'abandonner de force leurs enfants, de les voire adopter dans les TGI ou leur Impossibilité de payer les RANÇONS DES OTAGES RÉMUNÉRATEURS !...

Allez M. Lebreton, un peu de COURAGE pour tous les autres qui ne l'on pas et ne veulent pas dénoncer la nature des Sanctions ni des DEVISES PERÇUES...
Parité Educative des Enfants votée depuis 1994 et BAFOUEES contre des €

2.Posté par OZAK le 26/04/2010 20:31

Plus de 70 matons pour près de 140 détenus......Corrigez moi si les chiffres ne sont pas exacts mais c'est ce quej'ai entendu à la télé. Donc question? Band là lé danzereux comment donc ?

3.Posté par Jeff le 27/04/2010 09:05

Il me semblait que la maison d'arrêt de Saint-Pierre était exemplaire sur beaucoup de plan. Les surveillants, pour la plupart réunionnais (80%du personnel), font un travail formidable pour la réintégration et l'écoute des détenus.

C'est un des rares lieux de détentions où les surveillants ne craignent pas d'accompagner les détenus dans leurs activités sportives et dans la cour.

Il est vrai que les batiments sont vétustes, mais ils sont maintenus propre, ce ne serait pas une bonne chose de fermer cet établissement.

4.Posté par papapio, ni macro ni géniteur payeur le 27/04/2010 09:53

Reste que les Visites de L'UDAF (a faire témoigner sur les Mouroirs a Papas) et des Prêtres ne peuvent toujours Rien contre le Refus des autorités Judiciaires de faire appliquer la Parité Éducative, maintenant les Pères dans une logique de Violence physique, et les Enfants dans le Conditionnement Psychologique (aliénation) dénoncé y compris par l'ACALPA... C'est que ça rapporte le trafic des Enfants des DOM...

Ni le Département ni la Région ne s'y sont trompé: 1er Budget de l'Ile sous le silence complice de toutes les Corporations qui en VIVENT, maintenant artificiellement le massacre Sociale, Éducatif et Judiciaire des Enfants et Pères... Falsification Volontaire d'Instruction des dossiers, abus de pouvoir et de confiance, refus d'application des lois Paritaires pour ça: € € € €

Pourriez vous en Témoigner plutôt que d'évoquer les "cellules psychologiques" cessées y contrevenir...? Il y a des Coupables de NATURE en Prison...

5.Posté par DIDI DE SAINT JO le 19/04/2011 19:54

perso mon copain est incarcerre a saint pierre et d'apres les oui dire certaines choses et certain coportement du personl laisse a desirer

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes